Sélectionner une page

En s’appuyant sur l’effet de lentille gravitationnelle des chercheurs confirment que l’Univers s’étend plus rapidement que prévu

27 Jan 2017 | 0 commentaires

HE0435-1223

Le débat fait rage dans la communauté scientifique concernant l’expansion de l’Univers, certains estimant qu’il s’étend plus rapidement que prévu quand d’autres estiment le contraire. Mais une nouvelle étude par un groupe d’astronomes se basant sur la mesure de la lumière déformée par la gravité de lointaines galaxies, tend à confirmer les précédentes constatations selon lesquelles notre Univers n’est pas seulement en train de grossir, mais s’étend à un rythme beaucoup plus rapide qu’on ne le pensait auparavant.

Le seul problème, c’est que ces nouveaux calculs ne correspondent pas aux estimations faites par les précédentes observations, ce qui suggère que soit quelque chose ne va pas dans nos mesures, ou que nous examinons maintenant les effets de processus physique au-delà du modèle standard de la cosmologie, dépassant notre entendement.

Nous savons depuis près d’un siècle que l’Univers s’agrandit, depuis que l’astronome belge Georges Lemaître a estimé par l’étirement des ondes lumineuses de galaxies lointaines, que l’espace s’éloignait de nous dans toutes les directions. Pourtant, neuf décennies plus tard, nous ne savons toujours pas exactement ce qui amène l’espace à enfler ainsi. Et il semble que cette expansion s’accélère.

Le travail réalisé par le lauréat du prix Nobel, Brian Schmidt avec Nicholas B. Suntzeff dans les années 1990 a contribué à établir un modèle qui suggère que l’expansion de l’Univers ne ralentit pas, mais s’accélère. Il restait à déterminer depuis, à quelle vitesse. Cette vitesse d’expansion accrue est décrite par la constante de Hubble.

Selon la chercheuse Sherry Suyu de l’Institut Max Planck d’Astrophysique en Allemagne, qui a participé à la recherche :

La constante de Hubble est cruciale pour l’astronomie moderne, car elle peut aider à confirmer ou à réfuter si notre image de l’Univers, composé d’énergie sombre, de matière noire et de matière normale, est réellement correcte, ou si nous avons loupé quelque chose de fondamental.

Mais il y a un problème avec la constante de Hubble, les physiciens ne peuvent pas tout à fait s’accorder sur leurs estimations.

Une étude de 2016 (deuxième illustration ci-dessous), se basant sur des données du télescope spatial Hubble a produit une des plus précises estimations de la constante de Hubble à ce jour.

Cette illustration (clic pour agrandir) présente les trois étapes que des chercheurs ont utilisées en 2016 pour mesurer le taux de l’expansion de l’univers, réduisant l’incertitude de  2,4 %. Le télescope spatial Hubble a été utilisé pour étudier 2400 céphéides et 300 supernovae de type Ia (l’explosion thermonucléaire d’étoiles mourantes), deux types « d’étalons cosmiques » différents qui permettent aux scientifiques de mesurer les distances à travers l’univers. (NASA, ESA, A. Feild (STScI), A. Riess (STScI/JHU))

Malheureusement, elle était en désaccord avec les observations faites par le télescope spatial Planck, qui mesure le fond diffus cosmologique de l’Univers, la “rémanence” de la méga-explosion qui a donné naissance à notre univers.

La carte ci-dessous présente la plus ancienne lumière dans notre univers, comme elle a été détectée avec la plus grande précision par la mission Planck. La lumière antique, appelée le fond diffus cosmologique, a été imprimée sur le ciel quand l’univers avait 370 000 ans. Elle montre les minuscules fluctuations de température qui correspondent aux régions aux densités légèrement différentes, représentant les graines de toute la future structure : les étoiles et les galaxies d’aujourd’hui.

Cela signifiait que notre physique actuelle ne pouvait expliquer comment l’Univers pourrait être aussi rapidement en expansion que le télescope Hubble l’avait indiqué. Sans un moyen de faire correspondre ces chiffres, les physiciens doutent de leur compréhension du fonctionnement de l’Univers.

Pour enfin essayer de comprendre ce qui se passe, Sherry Suyu et ses collègues ont utilisé une technique légèrement différente pour mesurer la constante de Hubble.

Plutôt que de mesurer la lumière directement, un groupe d’astronomes de la collaboration  H0LiCOW (un jeu de mots en anglais qui pourrait donner “vache sacrée” mais qui est en faite/ fait référence aux lentilles H0 dans la source du COSMOGRAIL pour COSmological MOnitoring of GRAvItational Lenses géré par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne) ont utilisé la façon dont la lumière se déforme autour de puits gravitationnel de cinq galaxies éloignées pour mesurer la rapidité avec laquelle elles s’éloignent de nous… Restez avec le Guru, tout devrait s’éclaircir !

Les galaxies ont été choisies pour leurs positions entre nous et des quasars plus éloignés, des régions très lumineuses de l’espace au cœur d’autres galaxies.

Grâce à la façon dont la gravité déforme l’espace comme une boule de bowling métaphorique sur une toile tendue, la lumière des quasars a été courbée dans une courbe autour des galaxies à la dense gravité, dans un phénomène appelé lentille gravitationnelle (Schéma ci-dessous).

Image d’entête : cette image (clic pour agrandir) montre au centre HE0435-1223, l’un des 5 meilleurs quasars découverts à ce jour subissant un effet de lentille gravitationnelle (schéma ci-dessous) par une galaxie en premier plan qui la déforme/ lui donne l’apparence d’en être 5. (Sherry Suyu/ ESA/Hubble/ NASA)
Une grosse planète, une galaxie (ou un objet massif) par leur gravitation peuvent déformer la courbure de la lumière émise par un objet distant (n’hésitez pas à consulter l’Introduction aux mirages gravitationnels du Guru et des exemples de l’utilisation de ses lentilles gravitationnelle ici, ici, ici ou encore ici…)

Étant donné que les galaxies ne sont pas parfaitement rondes, cela a présenté aux astronomes des images multiples de chaque quasar distant.

Chaque image était un instantané de la lumière, qui a emprunté un chemin légèrement différent autour de la galaxie. Alors que la luminosité du quasar se déplaçait, les astronomes pouvaient utiliser les multiples images pour calculer la constante de Hubble… à quelle vitesse les galaxies s’éloignent de nous.

Selon Frédéric Courbin, de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) :

Notre méthode est la plus simple et la plus directe pour mesurer la constante de Hubble car elle n’utilise que la géométrie et la relativité générale, pas d’autres hypothèses.

En utilisant ces nouvelles observations, l’équipe a pu mettre à jour l’estimation de la constante de Hubble à 71,9 ± 2,7 kilomètres par seconde par mégaparsec. Un mégaparsec représente environ 3,3 millions d’années-lumière. Cette estimation est très similaire à l’estimation réalisée l’an dernier à l’aide du télescope Hubble. Et grâce à la précision des nouvelles mesures, l’équipe a pu calculer que ce chiffre était précis à 3,8%.

Mais malgré le degré de confiance de leur estimation, elle ne correspond toujours pas au nombre prédit par le télescope spatial Planck, qui scrute le rayonnement laissé par le Big Bang (…le fond diffus cosmologique).

Ces données suggèrent que le taux d’expansion est plus lent que l’estimation réalisée l’année dernière à l’aide du télescope Planck : la constante de Hubble était de 67,8 ± 0,9 km par seconde par mégaparsec.

Alors maintenant que d’autres résultats ont confirmé cette lacune dans les deux chiffres, que cela signifie-t-il ?

Il pourrait y avoir de multiple cause comme, notamment que les hypothèses/ théories faites lors du calcul de la constante de Hubble par Planck pourraient être fausses. Ou nous pourrions simplement avoir affaire à des fluctuations statistiques, des fluctuations de quantités dérivées de nombreux processus aléatoires identiques. Ou alors, l’écart pourrait être le résultat de processus physique que nous n’avons pas encore découvert.

L’équipe prévoit maintenant de réduire la marge d’erreur en effectuant les mêmes mesures sur 100 quasars, pour voir si leur constante de Hubble reste cohérente.

Ces travaux ont donné 3 documents de recherches qui seront publiés cette semaine dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society et disponibles au format PDF  sur le site SpaceTelescope :

MàJ : et sur le site de la NASA : Cosmic Lenses Support Findings on Accelerated Universe Expansion.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des dinosaures produisaient des œufs tout aussi colorés que certains de nos oiseaux

En analysant des fossiles de coquilles d’œufs provenant de Chine, des chercheurs ont trouvé des preuves qu’un dinosaure omnivore, à l’allure d’une autruche, déposait des œufs bleu-vert, ce qui pouvait aider à les camoufler dans leurs nids ouverts creusés à même le sol.

Il y a quelques pigments qui donnent aux œufs d’oiseaux une couleur bleu-vert, appelés protoporphyrine et biliverdine…

De très grosses grenouilles mangeaient de petits dinosaures

Des spécimens exceptionnellement gros de Beelzebufo ampinga, une espèce de grenouille éteinte qui vivait à Madagascar pendant l’époque du Crétacé supérieur, il y a environ 68 millions d’années, étaient capables de manger de petits dinosaures, selon une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’université Polytechnique d’Etat de Californie…

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

Pin It on Pinterest

Share This