Sélectionner une page

En s’appuyant sur l’effet de lentille gravitationnelle des chercheurs confirment que l’Univers s’étend plus rapidement que prévu

27 Jan 2017 | 0 commentaires

HE0435-1223

Le débat fait rage dans la communauté scientifique concernant l’expansion de l’Univers, certains estimant qu’il s’étend plus rapidement que prévu quand d’autres estiment le contraire. Mais une nouvelle étude par un groupe d’astronomes se basant sur la mesure de la lumière déformée par la gravité de lointaines galaxies, tend à confirmer les précédentes constatations selon lesquelles notre Univers n’est pas seulement en train de grossir, mais s’étend à un rythme beaucoup plus rapide qu’on ne le pensait auparavant.

Le seul problème, c’est que ces nouveaux calculs ne correspondent pas aux estimations faites par les précédentes observations, ce qui suggère que soit quelque chose ne va pas dans nos mesures, ou que nous examinons maintenant les effets de processus physique au-delà du modèle standard de la cosmologie, dépassant notre entendement.

Nous savons depuis près d’un siècle que l’Univers s’agrandit, depuis que l’astronome belge Georges Lemaître a estimé par l’étirement des ondes lumineuses de galaxies lointaines, que l’espace s’éloignait de nous dans toutes les directions. Pourtant, neuf décennies plus tard, nous ne savons toujours pas exactement ce qui amène l’espace à enfler ainsi. Et il semble que cette expansion s’accélère.

Le travail réalisé par le lauréat du prix Nobel, Brian Schmidt avec Nicholas B. Suntzeff dans les années 1990 a contribué à établir un modèle qui suggère que l’expansion de l’Univers ne ralentit pas, mais s’accélère. Il restait à déterminer depuis, à quelle vitesse. Cette vitesse d’expansion accrue est décrite par la constante de Hubble.

Selon la chercheuse Sherry Suyu de l’Institut Max Planck d’Astrophysique en Allemagne, qui a participé à la recherche :

La constante de Hubble est cruciale pour l’astronomie moderne, car elle peut aider à confirmer ou à réfuter si notre image de l’Univers, composé d’énergie sombre, de matière noire et de matière normale, est réellement correcte, ou si nous avons loupé quelque chose de fondamental.

Mais il y a un problème avec la constante de Hubble, les physiciens ne peuvent pas tout à fait s’accorder sur leurs estimations.

Une étude de 2016 (deuxième illustration ci-dessous), se basant sur des données du télescope spatial Hubble a produit une des plus précises estimations de la constante de Hubble à ce jour.

Cette illustration (clic pour agrandir) présente les trois étapes que des chercheurs ont utilisées en 2016 pour mesurer le taux de l’expansion de l’univers, réduisant l’incertitude de  2,4 %. Le télescope spatial Hubble a été utilisé pour étudier 2400 céphéides et 300 supernovae de type Ia (l’explosion thermonucléaire d’étoiles mourantes), deux types « d’étalons cosmiques » différents qui permettent aux scientifiques de mesurer les distances à travers l’univers. (NASA, ESA, A. Feild (STScI), A. Riess (STScI/JHU))

Malheureusement, elle était en désaccord avec les observations faites par le télescope spatial Planck, qui mesure le fond diffus cosmologique de l’Univers, la “rémanence” de la méga-explosion qui a donné naissance à notre univers.

La carte ci-dessous présente la plus ancienne lumière dans notre univers, comme elle a été détectée avec la plus grande précision par la mission Planck. La lumière antique, appelée le fond diffus cosmologique, a été imprimée sur le ciel quand l’univers avait 370 000 ans. Elle montre les minuscules fluctuations de température qui correspondent aux régions aux densités légèrement différentes, représentant les graines de toute la future structure : les étoiles et les galaxies d’aujourd’hui.

Cela signifiait que notre physique actuelle ne pouvait expliquer comment l’Univers pourrait être aussi rapidement en expansion que le télescope Hubble l’avait indiqué. Sans un moyen de faire correspondre ces chiffres, les physiciens doutent de leur compréhension du fonctionnement de l’Univers.

Pour enfin essayer de comprendre ce qui se passe, Sherry Suyu et ses collègues ont utilisé une technique légèrement différente pour mesurer la constante de Hubble.

Plutôt que de mesurer la lumière directement, un groupe d’astronomes de la collaboration  H0LiCOW (un jeu de mots en anglais qui pourrait donner “vache sacrée” mais qui est en faite/ fait référence aux lentilles H0 dans la source du COSMOGRAIL pour COSmological MOnitoring of GRAvItational Lenses géré par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne) ont utilisé la façon dont la lumière se déforme autour de puits gravitationnel de cinq galaxies éloignées pour mesurer la rapidité avec laquelle elles s’éloignent de nous… Restez avec le Guru, tout devrait s’éclaircir !

Les galaxies ont été choisies pour leurs positions entre nous et des quasars plus éloignés, des régions très lumineuses de l’espace au cœur d’autres galaxies.

Grâce à la façon dont la gravité déforme l’espace comme une boule de bowling métaphorique sur une toile tendue, la lumière des quasars a été courbée dans une courbe autour des galaxies à la dense gravité, dans un phénomène appelé lentille gravitationnelle (Schéma ci-dessous).

Image d’entête : cette image (clic pour agrandir) montre au centre HE0435-1223, l’un des 5 meilleurs quasars découverts à ce jour subissant un effet de lentille gravitationnelle (schéma ci-dessous) par une galaxie en premier plan qui la déforme/ lui donne l’apparence d’en être 5. (Sherry Suyu/ ESA/Hubble/ NASA)
Une grosse planète, une galaxie (ou un objet massif) par leur gravitation peuvent déformer la courbure de la lumière émise par un objet distant (n’hésitez pas à consulter l’Introduction aux mirages gravitationnels du Guru et des exemples de l’utilisation de ses lentilles gravitationnelle ici, ici, ici ou encore ici…)

Étant donné que les galaxies ne sont pas parfaitement rondes, cela a présenté aux astronomes des images multiples de chaque quasar distant.

Chaque image était un instantané de la lumière, qui a emprunté un chemin légèrement différent autour de la galaxie. Alors que la luminosité du quasar se déplaçait, les astronomes pouvaient utiliser les multiples images pour calculer la constante de Hubble… à quelle vitesse les galaxies s’éloignent de nous.

Selon Frédéric Courbin, de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) :

Notre méthode est la plus simple et la plus directe pour mesurer la constante de Hubble car elle n’utilise que la géométrie et la relativité générale, pas d’autres hypothèses.

En utilisant ces nouvelles observations, l’équipe a pu mettre à jour l’estimation de la constante de Hubble à 71,9 ± 2,7 kilomètres par seconde par mégaparsec. Un mégaparsec représente environ 3,3 millions d’années-lumière. Cette estimation est très similaire à l’estimation réalisée l’an dernier à l’aide du télescope Hubble. Et grâce à la précision des nouvelles mesures, l’équipe a pu calculer que ce chiffre était précis à 3,8%.

Mais malgré le degré de confiance de leur estimation, elle ne correspond toujours pas au nombre prédit par le télescope spatial Planck, qui scrute le rayonnement laissé par le Big Bang (…le fond diffus cosmologique).

Ces données suggèrent que le taux d’expansion est plus lent que l’estimation réalisée l’année dernière à l’aide du télescope Planck : la constante de Hubble était de 67,8 ± 0,9 km par seconde par mégaparsec.

Alors maintenant que d’autres résultats ont confirmé cette lacune dans les deux chiffres, que cela signifie-t-il ?

Il pourrait y avoir de multiple cause comme, notamment que les hypothèses/ théories faites lors du calcul de la constante de Hubble par Planck pourraient être fausses. Ou nous pourrions simplement avoir affaire à des fluctuations statistiques, des fluctuations de quantités dérivées de nombreux processus aléatoires identiques. Ou alors, l’écart pourrait être le résultat de processus physique que nous n’avons pas encore découvert.

L’équipe prévoit maintenant de réduire la marge d’erreur en effectuant les mêmes mesures sur 100 quasars, pour voir si leur constante de Hubble reste cohérente.

Ces travaux ont donné 3 documents de recherches qui seront publiés cette semaine dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society et disponibles au format PDF  sur le site SpaceTelescope :

MàJ : et sur le site de la NASA : Cosmic Lenses Support Findings on Accelerated Universe Expansion.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This