Sélectionner une page

Les plus belles images du 8e survol de Jupiter par la sonde Juno

14 Nov 2017 | 0 commentaires

Jup-Juno1117-1

Tous les 53 jours, la sonde Juno de la NASA réalise un survol de Jupiter. Le mardi 24 octobre, Juno a complété avec succès son huitième survol scientifique sur les douze prévus avant la fin de la mission en juillet de l’année prochaine. La NASA n’a reçue la confirmation que tout s’était bien passé le 31 octobre, car la liaison des données était trop proche du soleil qui peut les corrompre. Depuis et après que la NASA est mise à disposition les nouvelles données sur son site web JunoCam, des scientifiques citoyens ont amélioré les images pour en faire les plus époustouflantes et les plus spectaculaires de la planète géante vue à ce jour.

L’orbite actuelle de Juno l’amène à 4 200 km de Jupiter, une fois tous les 53 jours. À l’origine, le plan était d’emprunter une orbite plus courte et de réaliser 37 survols au cours de sa mission de 20 mois, mais en raison d’un problème mécanique, l’équipe de la mission a fait preuve de prudence en maintenant l’orbite initiale qui apparaît comme plus sûre.

La NASA télécharge toutes les images au format RAW (brute) et appelle le grand public à les traiter. Ce processus était traditionnellement effectué par l’agence spatiale en interne, car les données d’image reçues des sondes spatiales ont souvent besoin d’être recadrées, améliorées et reconstruites.

Comme pour les huit précédents, le survol de Juno a commencé sur le pôle Nord de Jupiter.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-pole

La sonde est passée à quelques milliers de kilomètres de la géante gazeuse, capturant de superbes vues en haute résolution de ses sommets nuageux.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/ Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-1

À son approche la plus proche de Jupiter pendant chaque survol, le robot devient brièvement l’objet humain le plus rapide du système solaire, atteignant des vitesses avoisinant les 210 000 km/h.

Ensuite Juno continua son périple dans les profondeurs de l’espace, dépassant le Pôle Sud de Jupiter à sa sortie. Les tempêtes sévissant aux pôles changent constamment leur apparence.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-2

Une progression en image de ce dernier survol.
(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-3

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-4

Juno-Jup-1117-5

Jupiter est composé principalement d’hydrogène. Ce gaz simple et basique, ingrédient principal du soleil, représente environ 90% de l’atmosphère. Les 10% restants sont de l’hélium.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-6

Certaines des tempêtes de Jupiter sont assez grandes pour contenir la Terre ou au moins une bonne partie de celle-ci.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-7

Jupiter présente la plus grande atmosphère planétaire du système solaire, principalement constituée d’hydrogène moléculaire et d’hélium dans des proportions à peu près solaires. Il y a d’autres composés chimiques en plus petites quantités comme du méthane, de l’ammoniac, du sulfure d’hydrogène et de l’eau.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-8

Ces traces de molécules d’ammoniaque, de méthane, de soufre et d’eau, donnent aux nuages des couleurs et des propriétés différentes.

Avec une température moyenne de – 145 °C, Jupiter est glacial même dans sa plus chaude journée. Contrairement à la Terre, dont la température varie lorsque l’on se rapproche ou s’éloigne de l’équateur, la température de Jupiter dépend davantage de la hauteur au-dessus de la surface.

De nombreuses bandes de nuages présentent des caractéristiques appelées chevrons. Ces perturbations atmosphériques se déplacent à plusieurs centaines de kilomètres à l’heure et parfois zigzaguent à travers une bande, ou la perforent.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-11

Juno-Jup-1117-9
La sonde spatiale continuera à documenter Jupiter aussi longtemps que la NASA pourra la maintenir en état de marche, ce qui ne sera malheureusement pas éternelle.

(NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ MSSS/Gerald Eichstädt/ Seán Doran)

Juno-Jup-1117-10

Les plus récentes image de jupiter par Juno sur le site de la mission Juno : IMAGE PROCESSING GALLERY et ce 8è passage annoncé sur le site de la NASA : Juno Aces Eighth Science Pass of Jupiter, Names New Project Manager.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This