Sélectionner une page

Des chercheurs en génétique réfutent une vieille hypothèse raciste

16 Oct 2017 | 6 commentaires

251-peau-gène3

Le racisme est un héritage ridicule transmis par des personnes à la peau claire vivant en Europe au Moyen Âge, dont la nouvelle capacité à parcourir de longues distances a conduit à leurs premières rencontres avec des personnes à la peau plus foncée. Si effrayés par les différences de couleur de peau, ils n’ont pas compris que les individus qu’ils rencontraient étaient en fait des humains et qu’ils devaient les traiter comme tels.

Image d’entête : un Amharas d’Ethiopie qui faisait partie de l’étude. (Alessia Ranciaro/ Simon Thompson)

Selon une étude publiée cette semaine, ces vieilles présomptions racistes fondées sur la couleur de la peau sont scientifiquement prouvées erronées.

Avec leurs observations, l’équipe de généticiens dirigée par Sarah Tishkoff de l’université de Pennsylvanie, discrédite l’idée que la « race » a des racines biologiques.

Les chercheurs ont identifié les gènes liés à la diversité de la couleur de la peau humaine et quand et où ils ont émergé. Ceux qui affectent la couleur de la peau ont une origine africaine, même ceux associés à la peau claire.

Tishkoff et son équipe ont étudié la diversité génétique parmi les différentes populations africaines lorsqu’ils ont pris conscience de la vaste gamme de couleurs de peau présente chez les Africains, des tons les plus foncés, qui sont communément associés aux personnes en Afrique, à la peau très pâle communément liée aux Européens.

Les différentes populations africaines étudiées. (Alessia Ranciaro/ Simon Thompson)
251-peau-gène2

Selon Tishkoff :

En Éthiopie, vous trouverez des personnes aux teints très foncées qui ont cette ascendance nilo-saharienne originaire du Sud-Soudan, et vous verrez alors des gens pas très éloignés qui ont des tons chair clair.

Son équipe voulait savoir quels gènes étaient liés à ces différentes teintes de peau et s’il s’agissait des mêmes gènes qui étaient liés à la peau claire ou foncée ailleurs dans le monde. Ils ont donc comparé le teint et l’ADN de 1 600 personnes appartenant à des populations ethniquement et génétiquement diverses de toute l’Afrique pour trouver ces gènes. Afin de définir le teint avec précision, ils ont utilisé un appareil de mesure de la couleur pour déterminer la réflectance de la lumière sur le bras intérieur de chaque individu, où le soleil est le moins susceptible de modifier la couleur naturelle de la peau. Ensuite, en comparant ces observations avec leur analyse de la séquence génomique de chaque personne, ils ont identifié quatre gènes dont le code génétique présentait des variations significatives entre les personnes ayant des couleurs de peau différentes.

Alessia Ranciaro, chercheuse à l’université de Pennsylvanie, recueille les données de la réflectance de la peau d’un participant à l’étude d’une population nilo-saharienne. (Tishkoff Laboratory)
251-peau-gène

Ils ont trouvé que la vaste diversité de couleur de la peau humaine est en grande partie due à quelques ajustements minuscules aux séquences de gènes dans ces régions.

Parmi les quatre gènes qu’ils ont identifiés, le plus fortement associé au teint de la peau était SLC24A5, qui influence les tons clairs de la peau dans les populations européennes et certaines populations d’Asie du Sud. Les autres comprennent le gène MFSD12, qui est associé à une affection de la peau appelée vitiligo qui rend la peau plus claire dans certaines zones, et OCA2 et HERC2, qui sont également associées à la peau claire. Ces gènes, selon Tishkoff, ne ce sont pas seulement répandus à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique, mais ils sont également très anciens, suggérant que l’idée que certains humains les ont et d’autres non, est complètement fausse.

Toujours selon Tishkoff :

Ces mutations sont anciennes. La plupart d’entre elles sont antérieures à l’origine des humains modernes. Ils varient depuis des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers d’années en Afrique. Tout le monde avait les allèles pour la peau claire.

De nombreux scientifiques croyaient auparavant que les mutations responsables de la peau claire étaient apparues très récemment, mais ce n’est pas tout à fait le cas, selon les chercheurs. La généticienne explique que les recherches sur la génétique de la couleur de la peau restent controversées, car les précédentes études ont toutes été menées sur des Européens et que les gènes issus de ces travaux semblaient donc avoir une origine nettement européenne. Cependant, comme le montre cette nouvelle étude, de nombreux allèles associés aux tons clairs de la peau ont, en effet, une origine africaine.

Une femme Hamer d’Ethiopie qui a participé à l’étude. (Alessia Ranciaro/ Simon Thompson)
251-peau-gène4

Comment ces allèles sont devenus si communs dans certaines parties du monde et moins dans d’autres est lié à l’histoire des précoces migrations humaines et à leur interaction avec l’environnement. On pense que les humains modernes sont apparus en Afrique entre 200 000 et 300 000 ans et qu’ils se sont répandus entre 50 000 et 80 000 ans, mais là où ils sont allés (et s’ils sont retournés en Afrique) reste à définir précisément.

Il existe deux hypothèses principales décrivant la façon dont ils ont voyagé. La première est qu’il y avait une seule population de source africaine qui a voyagé hors d’Afrique et qui s’est répandue partout dans le monde. La seconde, qui selon elle correspond mieux à ses données, suggère que les humains se sont déplacés vers l’Asie du Sud et l’Australo-Mélanésie il y a environ 80 000 ans, puis ils se sont déplacés à nouveau cette fois vers le nord, il y a environ 60 000 ans, donnant naissance aux autres populations, mais « Nous ne savons pas avec certitude ce qui est correct ».

Ce que nous savons, c’est qu’au cours de ces migrations, les allèles pour certains tons de peau ont été naturellement choisis ou non selon la quantité de soleil dans cette région. Le tonus de la peau est considéré comme une adaptation pour faire face à différents niveaux de lumière du soleil. La peau foncée, plus apte à traiter les rayons UV nocifs, est mieux adaptée aux personnes dans un environnement très ensoleillé, tandis que la peau claire est mieux adaptée à la création de vitamine D dans un ensoleillement minimal.

Après des générations de sélection naturelle, les allèles de la peau clairs sont devenus uniformes parmi les populations européennes, et les allèles de peau foncée ont été maintenus dans des régions plus ensoleillées et plus chaudes. Mais dans la population originelle moderne de source humaine, tout le monde avait ces gènes que nous avons probablement hérités de nos ancêtres hominidés.

Selon Tishkoff  :

Toute la population qui a quitté l’Afrique a certainement eu les allèles noirs et clairs parce qu’ils sont si vieux. L’une des raisons de penser cela est que nos ancêtres les plus proches sont les chimpanzés.

Elle explique que la peau foncée n’est pas nécessaire quand on a des poils, mais à l’époque de l’Homo habilis, qui a quitté la forêt pour entrer dans la savane, il y aurait eu une sélection naturelle pour la perte des poils et l’augmentation du nombre de glandes sudoripares, et s’ils ont perdu leurs poils, il y aurait une sélection pour avoir une peau pigmentée plus sombre en raison d’une surexposition de celle-ci.

Il y a beaucoup de choses que nous ne savons toujours pas sur la biologie de la couleur de la peau, mais plus nous en apprenons, moins la couleur de la peau semble importante. Si vous considérez le génome de chaque humain comme un roman écrit avec les quatre lettres nucléotidiques (A, T, C, et G)  les différences génétiques entre les personnes ayant des tons de peau différents ne sont pas beaucoup plus grandes que les orthographes alternées de certains mots.

Il n’y a aucune garantie que le travail de Tishkoff convaincra certaines personnes de revoir l’origine de leurs croyances racistes, mais au moins cela nous offre une perspective : ces minuscules anomalies, simples aberrations du génome humain que nous partageons, sont à la base de certaines des plus flagrantes injustices que nous commettons les uns contre les autres. Il serait peut-être temps, pour certain(es) de réévaluer les hypothèses mal informées que nos ancêtres du Moyen Âge tenaient…

L’étude publiée dans Science : Loci associated with skin pigmentation identified in African populations et l’interview de sur le sujet de Sarah Tishkoff sur le site de l’université de Pennsylvanie : Rooting out Flawed Genetic Classifications—and the Racial Bias Behind Them.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This