Sélectionner une page

La théorie de la relativité générale d’Einstein a été utilisée avec succès pour déterminer la masse d’une étoile

8 Juin 2017 | 0 commentaires

lentille gravitationnelle-Hubble

La masse de Stein 2051 B, une étoile naine blanche située à environ 18 années-lumière de la Terre, a fait l’objet d’une controverse depuis plus d’un siècle. Finalement, un groupe d’astronomes a réalisé une mesure précise de la masse de l’étoile et réglé une fois pour toutes le vieux débat, en utilisant un phénomène cosmique qui a d’abord été prédit par Albert Einstein.

Les chercheurs ont calculé la masse de l’étoile en utilisant des observations réalisées par le télescope spatial Hubble, qui a étudié Stein 2051 B lorsqu’elle a éclipsé une autre étoile plus éloignée, vu de la Terre. Au cours de ce transit, l’étoile de fond/ en arrière plan semblait changer de position dans le ciel, se déplaçant légèrement sur le côté, même si sa position actuelle dans le ciel n’avait pas du tout changé.

Cette illusion d’optique cosmique est largement connue sous le nom de lentille gravitationnelle et ses effets ont été largement observés dans l’univers, en particulier à proximité d’objets très massifs, tels que des galaxies entières. Votre Guru l’a déjà largement détaillé dans d’autres articles comme le dernier en date (Des milliers de galaxies à travers l’effet d’une lentille naturelle) et l’effet se produit lorsqu’un objet massif déforme l’espace qui l’entoure et agit comme une très grande lentille, déformant/ pliant la trajectoire de la lumière à partir de l’objet le plus éloigné. Dans certains cas, cela crée l’illusion que l’étoile en arrière-plan a été déplacée. (L’eau peut également créer ce genre d’illusion, essayez de placer un crayon dans un verre d’eau et vous observerez que la moitié immergée du crayon semble être déconnectée de la moitié sèche).

Comme pour l’image en entête, cette illustration montre comment la gravité d’un objet, comme une étoile naine blanche (white Dwarf), déforme l’espace et la trajectoire des rayons lumineux d’un objet plus éloignés. (ESA/ Hubble/ NASA)

Einstein a prédit que ces événements de déplacement pourraient être utilisés pour mesurer des masses stellaires, car la mesure du décalage de la position de l’étoile en arrière-plan dépend de la masse de celle au premier plan. Mais les télescopes à l’époque ne disposaient pas de la sensibilité nécessaire.

Les scientifiques à l’origine de cette étude (du Space Telescope Science Institute et de la School of Physics & Astronomy de l’université St Andrews en Angleterre) ont déclaré que personne, auparavant, n’a utilisé le déplacement d’une étoile de fond pour calculer la masse d’une étoile. En fait, il n’y a qu’un autre exemple de scientifiques qui ont mesuré ce déplacement entre des étoiles individuelles. Au cours de l’éclipse solaire totale de 1919, des scientifiques ont vu le soleil “déplacer” quelques étoiles en arrière-plan. Cette mesure ne fut rendue possible qu’en raison de la proximité du Soleil avec la Terre.

La théorie de la relativité générale d’Einstein a émis l’hypothèse que l’espace est flexible plutôt que fixe et que les objets massifs (comme les étoiles) courbent l’espace, comme le serait la toile d’un trampoline sur lequel on aurait posé une boule de bowling. Le degré de déformation de l’espace engendré par un objet dépend de la masse de celui-ci (plus la boule de bowling sera lourde, plus elle déformera la toile du trampoline).

Un rayon de lumière se déplace normalement en ligne droite dans un espace vide, mais si le rayon passe près d’un objet massif, la courbe dans l’espace créé par l’étoile engendre un virage dans sa trajectoire, ce qui fait que le rayon lumineux s’éloigne de sa trajectoire initiale.

Einstein a montré que cette déviation pourrait diriger davantage de lumière vers l’observateur, à la façon dont une loupe peut focaliser la lumière diffuse du soleil sur un point précis. Cet effet amène l’objet en arrière-plan à apparaître plus brillant, ou il crée un anneau de lumière vive autour de l’objet de premier plan appelé anneau d’Einstein.

Cette image (clic pour agrandir) montre un anneau d’Einstein (au milieu à droite), qui se produit lorsqu’un objet massif agit comme une lentille. Ce phénomène est connu sous le nom de lentille gravitationnelle et vous trouverez un autre exemple dans l’article du Guru : “Un anneau d’Einstein engendré par la déformation de l’espace par une galaxie”. (ESA / Hubble & NASA)
Hubble captures a “lucky” galaxy alignment

Les astronomes ont eu l’occasion d’observer des anneaux d’Einstein lorsque des lentilles très massives au premier plan, comme des galaxies, créent le phénomène. Ceux-ci ont également été observés le long du plan de la Voie lactée, où des étoiles (individuellement) engendrent l’effet de lentille. Il a également été utilisé pour détecter des planètes autour d’autres étoiles.

Dans la nouvelle étude, les astronomes ont signalé la première observation de “lentilles asymétriques” (« asymmetric lensing », la partie de la théorie de la relativité générale d’Einstein y faisant référence s’appelle “astrometric lensing”), deux étoiles à l’extérieur du système solaire de la Terre, où la position de l’étoile en arrière-plan semblait changer.

Le degré de déplacement est directement lié à la masse de l’objet au premier plan. Avec des objets relativement “légers”, comme les étoiles, le déplacement est extrêmement petit et donc plus difficile à détecter, selon Kailash C. Sahu, un astronome du Space Telescope Science Institute à Baltimore et l’auteur principal du nouveau document de recherche. Dans le cas de Stein 2051 B, le déplacement était d’environ 2 milli seconde d’arc sur le plan du ciel, soit environ égal à la largeur d’un quarter (pièce de monnaie américaine) vue à une distance de 2 400 km, selon Sahu.

La mesure d’un si subtil changement nécessitait un instrument puissant, comme la caméra haute résolution du télescope spatial Hubble, qui a été installé en 2009. Cet instrument a également permis de se focaliser sur la lumière de l’étoile déplacée, qui a été quelque peu éclipsée par la lumière de Stein 2051 B, “comme une luciole à côté d’une ampoule”, selon Sahu.

Les chercheurs ont réalisé 8 mesures entre octobre 2013 et octobre 2015, afin de pouvoir observer la naine blanche qui se déplaçait à travers le ciel, éclipsant l’étoile de fond et créant le déplacement. Les scientifiques ont également observé la position réelle de l’étoile d’arrière-plan après le passage de la naine blanche. Ils ont déterminé que Stein 2051 B, la sixième étoile naine blanche la plus proche du Soleil, a une masse qui représente environ les deux tiers de celle du Soleil.

Ces résultats fournissent encore une autre façon de prouver que la théorie d’Einstein sur la relativité générale est correcte. Ils résolvent également un vieux mystère de près d’un siècle sur la masse et la composition de Stein 2051 B et confirme la théorie qui a valu un prix Nobel à Subrahmanyan Chandrasekhar, en 1935, sur le rapport entre la masse et le rayon des étoiles naines blanches.

De plus, la recherche donne également une autre façon de mesurer la masse des étoiles. La déflexion apparente de la position de l’étoile en arrière-plan est directement liée à la masse et à la gravité de la naine blanche et cela peut maintenant être utilisé dans d’autres relevés astronomiques du ciel.

Selon Terry Oswalt de l’Embry-Riddle Aeronautical University (Floride) commentant les résultats de l’étude :

Einstein serait fier. Une de ses principales prédictions a passé un test d’observation très rigoureux.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors de la 230e réunion de l’American Astronomical Society à Austin et seront publiés dans la revue Science ce week-end. Ils ont été commentés dans un document de recherche rédigé par Terry Oswalt : A centennial gift from Einstein.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Pouponnières stellaires : parce que les bébés humains ont tous de jeunes étoiles… et inversement

Comme les bébés humains, les jeunes étoiles, des sphères gigantesques de gaz et de poussière, sont fort turbulentes et vomissent foule de matière et de chaudes radiations dans toutes les directions. Réunissez-les dans une toute petite région de l’espace, et vous avez soudainement une zone d’enfer cosmique, un rêve d’astrophysicien…

Cette arme du néolithique pouvait effectivement briser des crânes

Les humains ont vécu autour de la Tamise, en Angleterre, pendant des millénaires, ce qui signifie que l’estran de la rivière est étonnamment riche en objets archéologiques. C’est ainsi qu’on y a trouvé le “Thames Beater”, excavé à partir de dépôts de tourbe à Chelsea dans les années 1990.

C’est un objet en bois d’environ 4600 ans, datant du néolithique (3630-3350 Av J.C). Il ressemble à une batte de cricket

Pourquoi cette île volcanique temporaire intéresse tant la NASA ?

Il y a trois ans, l’ile que vous voyez ci-dessus n’existait pas.

Puis, soudainement, un volcan sous-marin a éclaté au milieu du Pacifique Sud et au moment où la fumée et les cendres se sont dissipées, une nouvelle masse terrestre s’est révélée, une île que personne n’avait jamais vue auparavant.

C’est ainsi que l’île volcanique de Hunga Tonga-Hunga Ha’apai (du volcan Hunga Tonga) est apparue sur Terre en janvier 2015…

La prochaine cible de la sonde New Horizons aurait une petite lune

Après nous avoir ravis d’images et d’informations concernant Pluton, la sonde spatiale New Horizons de la NASA se dirige actuellement vers MU69, un objet de la Ceinture de Kuiper situé à des milliards de kilomètres de Pluton. Les informations concernant cet objet ne cessent de devenir de plus en plus intrigantes. En plus d’avoir une teinte rougeâtre et d’être potentiellement constitué de deux objets s’orbitant mutuellement (binaire), MU69 pourrait avoir une petite lune suggèrent…

Comment la planète naine Cérès a-t-elle acquis ses énigmatiques taches lumineuses et sa montagne si solitaire ?

Une nouvelle étude détaillant les processus responsables de la création des mystérieuses caractéristiques marquant la surface de la planète naine Cérès, comme les points lumineux du célèbre cratère Occator et la soi-disant “montagne solitaire”, vient d’être publiée.

Après l’approche de Cérès par la sonde Dawn au début de l’année 2015, la planète naine a fait l’objet de débats parmi les amateurs

Des chercheurs se sont inspirés des lucioles pour tenter de transformer nos plantes d’intérieur en lampes de bureau

Des ingénieurs du MIT voudraient transformer nos plantes d’intérieur en lampe de chevet. Ils ont modifié des plants de cresson pour les faire luire pendant quelques heures consécutives et, bien qu’elle soit à peu près aussi brillante que ces vieilles étoiles que vous auriez pu coller à votre plafond, leur plan sur le long terme est de développer des plantes qui pourraient réduire le besoin en éclairage électrique…

Une intelligence artificielle trouve une 8e planète à un système stellaire désormais très similaire au nôtre

Après avoir appris et maitriser, tel un maitre et en 4 heures, le jeu des échecs, l’intelligence artificielle de Google se lance maintenant à l’assaut des étoiles !

Une technique d’apprentissage automatique appelée réseau de neurones artificiels a identifié deux nouvelles exoplanètes dans notre galaxie, selon une annonce hier de scientifiques de la NASA et d’un ingénieur logiciel de Google, ce qui signifie que les chercheurs connaissent maintenant deux nouveaux mondes grâce au pouvoir de l’intelligence artificielle…

Une “machine à suicide” permettant aux Australiens de quitter confortablement la vie

Le docteur néerlandais, Philip Nitschke d’Exit International, considéré comme “l’Elon Musk du suicide assisté” a créé le Sarco (sarcophage ?), une «machine à suicide» controversée qui permet aux humains de partir facilement/ confortablement.

Le Sarco ressemble à une sorte de chambre à coucher futuriste, qui facilite l’aide médicale à mourir. L’appareil a été dévoilé la semaine dernière,..

Une comparaison de la puissance et de la fréquence des tremblements de terre

Reigarw Comparisons, spécialisé dans la comparaison scientifique, a créé une vidéo comparant l’ampleur et la fréquence des tremblements de terre :

Dans cet épisode, nous comparons la puissance libérée par les plus grands tremblements de terre, nous obtenons une…

Quelques images depuis l’espace du gigantesque feu qui dévaste la côte californienne

Depuis 9 jours, un gigantesque feu, si grand qu’on lui a donné un non : Thomas, dévore le nord-ouest de Los Angeles en Californie du Sud. Il a déjà consommé plus de 930 km2, soit 71% de la superficie de toute la ville de Los Angeles. Il est maintenant le cinquième plus grand feu de forêt dans l’histoire moderne de la Californie et il continue de croître…

Certains humains peuvent entendre ce GIF

En fait, beaucoup de personnes entendraient cette animation… au demeurant muette (créée par HappyToast, qui n’avait pas prévu l’effet auditif).

La chercheuse Lisa De Bruine, de l’université de Glasgow (Angleterre) s’intéresse au sujet, mais votre Guru ne sait pas si c’est par pure curiosité ou si elle a déjà entamé une étude pour expliquer ce phénomène. En fait, ce n’est pas son sujet de prédilection, en…

Comment correctement empiler 25 000 dès en les agitant dans un cylindre ?

Voici la magie de la dynamique du compactage. Des scientifiques mexicains et espagnols ont jeté 25 000 petits dés (0,5 cm) dans un grand cylindre en plastique transparent et ils l’ont fait tourner d’avant en arrière, une fois par seconde. Les dés se sont organisés en rangées concentriques…

Il y avait une capsule temporelle du 18e siècle dans le derrière de Jésus

Des historiens et préservationnistes espagnols, du groupe Da Vinci Restauro (Madrid), ont découvert dans le derrière d’une statue de Jésus, résident à l’église St Águeda (Nord de l’Espagne), deux lettres datant de 1777 décrivant la vie en Espagne à cette époque.

L’auteur de ces lettres, Joaquín Mínguez, aumônier de la cathédrale d’El Burgo de Osma décrit l’activité économique et culturelle quotidienne de la région…

Une superbe vidéo de la foudre traversant le ciel des Grandes Plaines d’Amérique

Dustin Farrell, chasseur de tempête, a créé « Transient », un timelapse époustouflant qui compile de superbes images d’éclairs qui traversent les nuages et percent le ciel pour entrer en contact avec le sol. Farrell a passé plusieurs jours et a parcouru de nombreux kilomètres à travers les Grandes Plaines de l’Amérique du Nord au cours de l’été 2017 pour capturer d’incroyables images…

Pin It on Pinterest

Share This