Sélectionner une page

Le comportement jamais encore observé de fourmis blessées sur un champ de bataille récupérées et transportées jusqu’à la fourmilière par leurs congénères

15 Avr 2017 | 2 commentaires

premier secour fourmis

Pour la première fois, des fourmis ont été filmées portant secours à leurs camarades blessés sur un champ de bataille afin de les ramener à la fourmilière pour qu’elles s’en remettent.

Les fourmis subsahariennes Matabele (Megaponera analis) se sont spécialisées dans la prédation des termites. De deux à quatre fois par jour, environ 200 à 500 soldats de cette espèce forment de longues colonnes et marchent vers les sites de recherche de termites. Au cours de ces attaques, de grandes fourmis (appelées majors) ouvrent le nid, et des fourmis plus petites (minors) se précipitent pour tuer les termites. Les fourmis transportent ensuite leurs proies mortes dans leur nid.

Mais les termites ne se laissent pas faire. Au cours des millénaires, les termites ont développé plusieurs façons de se défendre, comme de puissantes mâchoires et la formation d’une caste sociale dédiée à la lutte contre les fourmis Matabele. Par conséquent, les fourmis soldat peuvent s’attendre à rencontrer une résistance et lorsque la bataille s’ensuit, les blessures sont fréquentes.

Comme une nouvelle étude le montre, cette « course à l’armement » entre les fourmis et les termites a pris un tournant inattendu. Au cours d’une récente expédition au parc national de Comoé en Côte d’Ivoire, une équipe de recherche de l’université de Würzburg en Allemagne a documenté ce comportement de secours.

Selon les chercheurs :

Nous montrons qu’un comportement de sauvetage unique chez les fourmis Matabele, consistant à transporter leurs compagnons blessés vers le nid, réduit la mortalité par combat. Après un combat, les fourmis blessées sont transportées par leurs compagnons de nidification; ces fourmis ont généralement perdu une extrémité ou ont des termites accrochés à elles et sont capables de récupérer dans le nid.

Vidéo tirée de l’étude : fourmi blessée récupérée pour être transportée jusqu’au nid (Erik Thomas Frank et Col./ Science Advances)

Après avoir étudié les fourmis en détail, les chercheurs ont appris que celles blessées ou en difficultés demandaient de l’aide en diffusant deux signaux chimiques, du disulfure de diméthyle et du trisulfure de diméthyle, qui sont sécrétés par les glandes dans les mandibules. Le comportement des hormones est très influencé par les produits chimiques, et ces signaux obligent un soldat proche à saisir son compagnon en détresse et à le ramener à la fourmilière. Les fourmis blessées ou mutilées utilisent ce temps pour récupérer, même si leurs membres manquants ne repousseront pas, et elles retournent ensuite sur le champ de bataille. Dans certains cas, les “soins à domicile” impliquent l’élimination des termites encore accrochés à la fourmi.

Comme le montre la nouvelle étude, les fourmis blessées qui ont réussi à retourner au nid sans aucune aide sont mortes dans environ 32 % des cas. Mais lorsqu’elles ont été secourues, environ 95 % d’entre elles ont pu se remettre pour ensuite participer aux raids suivants,  parfois moins d’une heure après avoir été blessées. Les chercheurs estiment que ce comportement de sauvetage entraîne une taille de colonie environ 29 % plus grande qu’elle ne le serait autrement.

Les fourmis n’agissent pas par compassion. C’est un calcul pur, appliqué par les brutales exigences de l’évolution. Les ressources, le temps et l’énergie consacrés à ces tentatives de sauvetage en valent la peine, aidant les fourmis à maintenir la taille et la force de la colonie dans son ensemble.

Un lien potentiel peut être fait avec les humains et leurs comportements prosociaux qui, en surface, semblent violer la théorie du gène égoïste, l’idée que les gènes ne “s’intéressent” qu’aux individus et non au groupe en tant qu’ensemble (égoïsme Vs altruisme). En fin de compte, les raisons qui nous amèneront à sauver nos congénères seront différentes, plutôt basées sur l’empathie et la compassion, contrairement aux fourmis qui sont guidées par des signaux chimiques, mais la motivation est la même : préserver l’intégrité de l’individu pour assurer la survie du groupe dans son ensemble.

L’étude publiée dans Science Advances : Saving the injured: Rescue behavior in the termite-hunting ant Megaponera analis et présentée sur le site de l’université de Würzburg : Ameisen retten ihre Verletzten.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des dinosaures produisaient des œufs tout aussi colorés que certains de nos oiseaux

En analysant des fossiles de coquilles d’œufs provenant de Chine, des chercheurs ont trouvé des preuves qu’un dinosaure omnivore, à l’allure d’une autruche, déposait des œufs bleu-vert, ce qui pouvait aider à les camoufler dans leurs nids ouverts creusés à même le sol.

Il y a quelques pigments qui donnent aux œufs d’oiseaux une couleur bleu-vert, appelés protoporphyrine et biliverdine…

De très grosses grenouilles mangeaient de petits dinosaures

Des spécimens exceptionnellement gros de Beelzebufo ampinga, une espèce de grenouille éteinte qui vivait à Madagascar pendant l’époque du Crétacé supérieur, il y a environ 68 millions d’années, étaient capables de manger de petits dinosaures, selon une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’université Polytechnique d’Etat de Californie…

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

premier secour fourmis

Pour la première fois, des fourmis ont été filmées portant secours à leurs camarades blessés sur un champ de bataille afin de les ramener à la fourmilière pour qu’elles s’en remettent.

Les fourmis subsahariennes Matabele (Megaponera analis) se sont spécialisées dans la prédation des termites. De deux à quatre fois par jour, environ 200 à 500 soldats de cette espèce forment de longues colonnes et marchent vers les sites de recherche de termites. Au cours de ces attaques, de grandes fourmis (appelées majors) ouvrent le nid, et des fourmis plus petites (minors) se précipitent pour tuer les termites. Les fourmis transportent ensuite leurs proies mortes dans leur nid.

Mais les termites ne se laissent pas faire. Au cours des millénaires, les termites ont développé plusieurs façons de se défendre, comme de puissantes mâchoires et la formation d’une caste sociale dédiée à la lutte contre les fourmis Matabele. Par conséquent, les fourmis soldat peuvent s’attendre à rencontrer une résistance et lorsque la bataille s’ensuit, les blessures sont fréquentes.

Comme une nouvelle étude le montre, cette « course à l’armement » entre les fourmis et les termites a pris un tournant inattendu. Au cours d’une récente expédition au parc national de Comoé en Côte d’Ivoire, une équipe de recherche de l’université de Würzburg en Allemagne a documenté ce comportement de secours.

Selon les chercheurs :

Nous montrons qu’un comportement de sauvetage unique chez les fourmis Matabele, consistant à transporter leurs compagnons blessés vers le nid, réduit la mortalité par combat. Après un combat, les fourmis blessées sont transportées par leurs compagnons de nidification; ces fourmis ont généralement perdu une extrémité ou ont des termites accrochés à elles et sont capables de récupérer dans le nid.

Vidéo tirée de l’étude : fourmi blessée récupérée pour être transportée jusqu’au nid (Erik Thomas Frank et Col./ Science Advances)

Après avoir étudié les fourmis en détail, les chercheurs ont appris que celles blessées ou en difficultés demandaient de l’aide en diffusant deux signaux chimiques, du disulfure de diméthyle et du trisulfure de diméthyle, qui sont sécrétés par les glandes dans les mandibules. Le comportement des hormones est très influencé par les produits chimiques, et ces signaux obligent un soldat proche à saisir son compagnon en détresse et à le ramener à la fourmilière. Les fourmis blessées ou mutilées utilisent ce temps pour récupérer, même si leurs membres manquants ne repousseront pas, et elles retournent ensuite sur le champ de bataille. Dans certains cas, les “soins à domicile” impliquent l’élimination des termites encore accrochés à la fourmi.

Comme le montre la nouvelle étude, les fourmis blessées qui ont réussi à retourner au nid sans aucune aide sont mortes dans environ 32 % des cas. Mais lorsqu’elles ont été secourues, environ 95 % d’entre elles ont pu se remettre pour ensuite participer aux raids suivants,  parfois moins d’une heure après avoir été blessées. Les chercheurs estiment que ce comportement de sauvetage entraîne une taille de colonie environ 29 % plus grande qu’elle ne le serait autrement.

Les fourmis n’agissent pas par compassion. C’est un calcul pur, appliqué par les brutales exigences de l’évolution. Les ressources, le temps et l’énergie consacrés à ces tentatives de sauvetage en valent la peine, aidant les fourmis à maintenir la taille et la force de la colonie dans son ensemble.

Un lien potentiel peut être fait avec les humains et leurs comportements prosociaux qui, en surface, semblent violer la théorie du gène égoïste, l’idée que les gènes ne “s’intéressent” qu’aux individus et non au groupe en tant qu’ensemble (égoïsme Vs altruisme). En fin de compte, les raisons qui nous amèneront à sauver nos congénères seront différentes, plutôt basées sur l’empathie et la compassion, contrairement aux fourmis qui sont guidées par des signaux chimiques, mais la motivation est la même : préserver l’intégrité de l’individu pour assurer la survie du groupe dans son ensemble.

L’étude publiée dans Science Advances : Saving the injured: Rescue behavior in the termite-hunting ant Megaponera analis et présentée sur le site de l’université de Würzburg : Ameisen retten ihre Verletzten.

Pin It on Pinterest

Share This