Sélectionner une page

Le comportement jamais encore observé de fourmis blessées sur un champ de bataille récupérées et transportées jusqu’à la fourmilière par leurs congénères

15 Avr 2017 | 2 commentaires

premier secour fourmis

Pour la première fois, des fourmis ont été filmées portant secours à leurs camarades blessés sur un champ de bataille afin de les ramener à la fourmilière pour qu’elles s’en remettent.

Les fourmis subsahariennes Matabele (Megaponera analis) se sont spécialisées dans la prédation des termites. De deux à quatre fois par jour, environ 200 à 500 soldats de cette espèce forment de longues colonnes et marchent vers les sites de recherche de termites. Au cours de ces attaques, de grandes fourmis (appelées majors) ouvrent le nid, et des fourmis plus petites (minors) se précipitent pour tuer les termites. Les fourmis transportent ensuite leurs proies mortes dans leur nid.

Mais les termites ne se laissent pas faire. Au cours des millénaires, les termites ont développé plusieurs façons de se défendre, comme de puissantes mâchoires et la formation d’une caste sociale dédiée à la lutte contre les fourmis Matabele. Par conséquent, les fourmis soldat peuvent s’attendre à rencontrer une résistance et lorsque la bataille s’ensuit, les blessures sont fréquentes.

Comme une nouvelle étude le montre, cette « course à l’armement » entre les fourmis et les termites a pris un tournant inattendu. Au cours d’une récente expédition au parc national de Comoé en Côte d’Ivoire, une équipe de recherche de l’université de Würzburg en Allemagne a documenté ce comportement de secours.

Selon les chercheurs :

Nous montrons qu’un comportement de sauvetage unique chez les fourmis Matabele, consistant à transporter leurs compagnons blessés vers le nid, réduit la mortalité par combat. Après un combat, les fourmis blessées sont transportées par leurs compagnons de nidification; ces fourmis ont généralement perdu une extrémité ou ont des termites accrochés à elles et sont capables de récupérer dans le nid.

Vidéo tirée de l’étude : fourmi blessée récupérée pour être transportée jusqu’au nid (Erik Thomas Frank et Col./ Science Advances)

Après avoir étudié les fourmis en détail, les chercheurs ont appris que celles blessées ou en difficultés demandaient de l’aide en diffusant deux signaux chimiques, du disulfure de diméthyle et du trisulfure de diméthyle, qui sont sécrétés par les glandes dans les mandibules. Le comportement des hormones est très influencé par les produits chimiques, et ces signaux obligent un soldat proche à saisir son compagnon en détresse et à le ramener à la fourmilière. Les fourmis blessées ou mutilées utilisent ce temps pour récupérer, même si leurs membres manquants ne repousseront pas, et elles retournent ensuite sur le champ de bataille. Dans certains cas, les “soins à domicile” impliquent l’élimination des termites encore accrochés à la fourmi.

Comme le montre la nouvelle étude, les fourmis blessées qui ont réussi à retourner au nid sans aucune aide sont mortes dans environ 32 % des cas. Mais lorsqu’elles ont été secourues, environ 95 % d’entre elles ont pu se remettre pour ensuite participer aux raids suivants,  parfois moins d’une heure après avoir été blessées. Les chercheurs estiment que ce comportement de sauvetage entraîne une taille de colonie environ 29 % plus grande qu’elle ne le serait autrement.

Les fourmis n’agissent pas par compassion. C’est un calcul pur, appliqué par les brutales exigences de l’évolution. Les ressources, le temps et l’énergie consacrés à ces tentatives de sauvetage en valent la peine, aidant les fourmis à maintenir la taille et la force de la colonie dans son ensemble.

Un lien potentiel peut être fait avec les humains et leurs comportements prosociaux qui, en surface, semblent violer la théorie du gène égoïste, l’idée que les gènes ne “s’intéressent” qu’aux individus et non au groupe en tant qu’ensemble (égoïsme Vs altruisme). En fin de compte, les raisons qui nous amèneront à sauver nos congénères seront différentes, plutôt basées sur l’empathie et la compassion, contrairement aux fourmis qui sont guidées par des signaux chimiques, mais la motivation est la même : préserver l’intégrité de l’individu pour assurer la survie du groupe dans son ensemble.

L’étude publiée dans Science Advances : Saving the injured: Rescue behavior in the termite-hunting ant Megaponera analis et présentée sur le site de l’université de Würzburg : Ameisen retten ihre Verletzten.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Le premier dinosaure à attirer l’œil de ses prétendantes avec un plumage arc-en-ciel

Présenter des couleurs qui attirent le regard ou afficher un comportement bizarre afin d’attirer l’attention d’une partenaire est chose commune dans la nature, du paon, au colibri, en passant par le derrière des babouins… Les scientifiques prétendent avoir retracé ce phénomène jusqu’à un ancien dinosaure ressemblant à un oiseau, qui, dit-on, utilisait un plumage coloré pour attirer de potentielles prétendantes il y a 160 millions d’années…

Le premier système à 5 planètes découvert par des scientifiques citoyens

Une équipe internationale de scientifiques citoyens et d’astronomes professionnels a découvert un système d’au moins cinq grandes exoplanètes, en orbite autour d’une étoile semblable au Soleil (de type solaire), K2-138. Ce système planétaire est à environ 792 années-lumière de la Terre vers la constellation du Verseau…

Laissera-t-on la Chine détruire nos débris spatiaux à coup de laser ?

Les débris orbitaux (débris spatiaux) sont l’un des plus grands problèmes auxquels les agences spatiales doivent faire face aujourd’hui. Après 60 ans a envoyé des fusées et des satellites dans l’espace, l’orbite terrestre basse (LEO) est forcément maintenant bien encombrée. Compte tenu de la rapidité avec laquelle les débris peuvent se déplacer en orbite, même les plus petits peuvent constituer une grave menace pour la Station Spatiale Internationale ainsi que pour les satellites encore actifs…

Cet étrange bébé robot rampant sur de la moquette engendre un épais nuage de particules

Des chercheurs, principalement de l’université Purdue (États-Unis), ont conçu une expérience pour tester la façon dont les bébés perturbent le sol lorsqu’ils se déplacent. Ils ont donc fabriqué un robot enveloppé dans de l’aluminium qui imitait un bébé rampant sur son ventre. Celui-ci devait crapahuter sur de longues plaques de tapis récupérées dans des maisons. Un volontaire adulte a fait de même pour la comparaison…

Les composants de cette pierre extraterrestre ne se trouvent nulle part dans notre système solaire

Une pierre de l’espace, trouvée en Égypte en 2013, continue de dérouter les scientifiques alors qu’une analyse détaillée de ses composants a révélé qu’elle ne ressemblait à aucune autre roche extraterrestre trouvée jusqu’ici.

La pierre d’Hypatie, du nom d’une mathématicienne égyptienne du 3e siècle, a été découverte il y a quelques années. En 2013, les chercheurs ont annoncé qu’elle ne provenait pas de la terre et en 2015, d’autres équipes utilisant des analyses des gaz nobles et…

Un survol de la magnifique nébuleuse d’Orion en 3 dimensions (Vidéo)

Nous n’aurons certainement pas la chance de traverser une nébuleuse dans cette vie. Mais à partir des données des télescopes Hubble et Spitzer, nous avons maintenant une idée de ce que peut être la traversée de l’une des plus célèbres : la nébuleuse d’Orion (ou encore NGC 1976, Messier 42 (M42), LBN 974 et Sharpless 281).

La plus proche nébuleuse (brillante) est à environ 695 années-lumière et la nébuleuse d’Orion est beaucoup plus éloignée, à environ…

Les anciennes araignées pélican sont encore bien vivantes et aussi diversifiées qu’elles sont étranges

On a cru, à un moment donnée, qu’elle était éteinte, mais cette semaine, des chercheurs ont annoncé la découverte de 18 espèces d’araignées pélican (Archaeidae) vivant à Madagascar et nouvelle pour la science.

Les araignées sont ainsi nommées en anglais (« Pelican spiders ») parce que leur étrange tête et leurs grandes pièces buccales ressemblent à la tête d’un pélican et elles se comportent tout aussi curieusement qu’elles en ont l’air…

Etude de cas : un homme s’est explosé le pharynx en essayant de retenir un éternuement

Quand il s’agit d’éternuer, il semble y avoir une règle d’or : laisser tout sortir (dans un mouchoir, c’est quand même mieux…). Cela a été douloureusement démontré par un homme au Royaume-Uni, dont la tentative d’étouffer son éternuement l’a conduit à passer un séjour à l’hôpital avec une rupture du pharynx…

La taille du système solaire si la Terre avait la taille d’un ballon de basket

À l’aide d’une superposition avec les cartes de Google, le Solar System Maps présente la taille du système solaire si la Terre ou d’autres corps célestes étaient beaucoup plus petits.

L’image d’entête présente le système solaire si la Terre avait la taille d’un ballon de basket, centrée sur Paris. L’orbite de Pluton, le…

Quel modèle d’activité synaptique apparaît dans un cerveau agité par la créativité ?

C’est la question que Roger Beaty, psychologue à l’université d’Harvard, a décidé de poursuivre avec ses collègues en Autriche et en Chine. Ils ont mis au point un moyen plus précis de détecter la “flexibilité” des pensées d’une personne.

Pour tester la créativité des participants, les chercheurs leur ont donné 12 secondes pour trouver une utilisation innovante à un objet qui clignotait sur un écran. Pendant ce temps, un scanner enregistrait leur activité cérébrale et trois chercheurs ont évalué leurs…

Les vagues de l’océan peuvent déplacer des rochers de plus de 600 tonnes… et ça ne va pas s’arranger

Des vagues, dans l’Atlantique Nord, furent assez puissantes pour sortir de la mer le rocher de 620 tonnes présenté dans l’image d’entête et de le poser sur la terre ferme. (la marque blanche à son sommet indique la surface sur laquelle il reposait précédemment)

Les vagues océaniques quotidiennes sont beaucoup plus puissantes que nous ne l’avions jamais imaginé : c’est la conclusion d’une…

Une carte globale présentant le temps que l’on mettrait à atteindre la première ville

Le Guru a publié une brève, il n’y pas si longtemps, contenant deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016. Et bien en voici une autre, issue d’une étude publiée hier et précisant le temps que l’on met à atteindre la première ville à partir de n’importe quel endroit dans le monde…

Barbe Noire et ses pirates aimaient lire des romans d’aventures

Il s’avère que les pirates du XVIIIe siècle aimaient se poser avec un bon livre, et de quoi parlaient ces livres ? De voyage sur les mers, autour du monde, forcément.

En 1718, le Queen Anne’s Revenge, le vaisseau amiral de l’infâme pirate Barbe Noire, s’est échoué au large de la Caroline du Nord. L’épave a été découverte en 1996 et, l’année dernière, des conservateurs ont découvert une masse de pièces textiles humides dans…

La nature translucide des anneaux de Saturne révélée dans cette image de la sonde Cassini

Les anneaux de Saturne révèlent leur nature translucide dans cet instantané de feu la sonde spatiale Cassini de la NASA.

Alors que, tel un disque vinyle cosmique, les majestueux anneaux entourant Saturne semblent solides et opaques dans certaines photographies, c’est en fait plus une sorte de “voile translucide de glace et de roche”. Cette image de Cassini, obtenue le 12 février 2016, révèle cela, car la lumière réfléchie par…

premier secour fourmis

Pour la première fois, des fourmis ont été filmées portant secours à leurs camarades blessés sur un champ de bataille afin de les ramener à la fourmilière pour qu’elles s’en remettent.

Les fourmis subsahariennes Matabele (Megaponera analis) se sont spécialisées dans la prédation des termites. De deux à quatre fois par jour, environ 200 à 500 soldats de cette espèce forment de longues colonnes et marchent vers les sites de recherche de termites. Au cours de ces attaques, de grandes fourmis (appelées majors) ouvrent le nid, et des fourmis plus petites (minors) se précipitent pour tuer les termites. Les fourmis transportent ensuite leurs proies mortes dans leur nid.

Mais les termites ne se laissent pas faire. Au cours des millénaires, les termites ont développé plusieurs façons de se défendre, comme de puissantes mâchoires et la formation d’une caste sociale dédiée à la lutte contre les fourmis Matabele. Par conséquent, les fourmis soldat peuvent s’attendre à rencontrer une résistance et lorsque la bataille s’ensuit, les blessures sont fréquentes.

Comme une nouvelle étude le montre, cette « course à l’armement » entre les fourmis et les termites a pris un tournant inattendu. Au cours d’une récente expédition au parc national de Comoé en Côte d’Ivoire, une équipe de recherche de l’université de Würzburg en Allemagne a documenté ce comportement de secours.

Selon les chercheurs :

Nous montrons qu’un comportement de sauvetage unique chez les fourmis Matabele, consistant à transporter leurs compagnons blessés vers le nid, réduit la mortalité par combat. Après un combat, les fourmis blessées sont transportées par leurs compagnons de nidification; ces fourmis ont généralement perdu une extrémité ou ont des termites accrochés à elles et sont capables de récupérer dans le nid.

Vidéo tirée de l’étude : fourmi blessée récupérée pour être transportée jusqu’au nid (Erik Thomas Frank et Col./ Science Advances)

Après avoir étudié les fourmis en détail, les chercheurs ont appris que celles blessées ou en difficultés demandaient de l’aide en diffusant deux signaux chimiques, du disulfure de diméthyle et du trisulfure de diméthyle, qui sont sécrétés par les glandes dans les mandibules. Le comportement des hormones est très influencé par les produits chimiques, et ces signaux obligent un soldat proche à saisir son compagnon en détresse et à le ramener à la fourmilière. Les fourmis blessées ou mutilées utilisent ce temps pour récupérer, même si leurs membres manquants ne repousseront pas, et elles retournent ensuite sur le champ de bataille. Dans certains cas, les “soins à domicile” impliquent l’élimination des termites encore accrochés à la fourmi.

Comme le montre la nouvelle étude, les fourmis blessées qui ont réussi à retourner au nid sans aucune aide sont mortes dans environ 32 % des cas. Mais lorsqu’elles ont été secourues, environ 95 % d’entre elles ont pu se remettre pour ensuite participer aux raids suivants,  parfois moins d’une heure après avoir été blessées. Les chercheurs estiment que ce comportement de sauvetage entraîne une taille de colonie environ 29 % plus grande qu’elle ne le serait autrement.

Les fourmis n’agissent pas par compassion. C’est un calcul pur, appliqué par les brutales exigences de l’évolution. Les ressources, le temps et l’énergie consacrés à ces tentatives de sauvetage en valent la peine, aidant les fourmis à maintenir la taille et la force de la colonie dans son ensemble.

Un lien potentiel peut être fait avec les humains et leurs comportements prosociaux qui, en surface, semblent violer la théorie du gène égoïste, l’idée que les gènes ne “s’intéressent” qu’aux individus et non au groupe en tant qu’ensemble (égoïsme Vs altruisme). En fin de compte, les raisons qui nous amèneront à sauver nos congénères seront différentes, plutôt basées sur l’empathie et la compassion, contrairement aux fourmis qui sont guidées par des signaux chimiques, mais la motivation est la même : préserver l’intégrité de l’individu pour assurer la survie du groupe dans son ensemble.

L’étude publiée dans Science Advances : Saving the injured: Rescue behavior in the termite-hunting ant Megaponera analis et présentée sur le site de l’université de Würzburg : Ameisen retten ihre Verletzten.

Pin It on Pinterest

Share This