Quelle est l’utilité de la coloration noire et blanche de la fourrure des pandas ?

2panda-coloration-fourrure

Les mêmes scientifiques qui ont découvert que les rayures noir et blanches des zèbres leur permettent de repousser les insectes piqueurs ont maintenant compris pourquoi les pandas géants présentent ces couleurs et ces formes sur leur fourrure : pour le camouflage et la communication.

Selon l’auteur principal de l’étude, Tim Caro, de l’université de Californie :

Comprendre pourquoi le panda géant a une telle coloration est un vieux problème en biologie qui a été difficile à aborder, car pratiquement aucun autre mammifère n’a cette apparence, rendant les analogies difficiles. La particularité de notre étude est que nous avons traité chaque partie du corps comme une zone indépendante.

Cela a permis aux chercheurs de comparer les différentes zones de fourrure à la coloration sombres et claires du panda géant à 195 autres espèces de carnivores et 39 sous-espèces d’ours, auxquelles il est lié. Ils ont ensuite essayé de faire correspondre la couleur de ces zones à diverses variables écologiques et comportementales pour déterminer leur fonction.

A partir de l’étude (Tim Caro et col./ Behavioral Ecology)panda-coloration-fourrure

La plus grosse partie de sa face, son cou, son ventre et sa croupe sont blancs pour l’aider à se cacher dans les habitats enneigés. Ses pattes avant et arrières sont noirs pour lui permettre de se cacher dans l’ombre.

Cette double coloration provient de l’alimentation pauvre du Panda, composé de bambou, et de son incapacité à digérer une plus grande variété de plantes. Cela signifie qu’ils ne peuvent stocker suffisamment de graisse pour hiberner durant l’hiver, comme le font certains ours. Ils doivent donc être actifs toute l’année, parcourant de longues distances et des types d’habitats allant des montagnes enneigées aux forêts tropicales.

Cependant, les marques sur la tête du panda ne sont pas utilisées pour se cacher des prédateurs, mais plutôt pour communiquer. Les oreilles sombres transmettraient un sentiment de férocité, un avertissement aux prédateurs. Leurs taches noires autour des yeux pourraient les aider à se reconnaitre ou à signaler une agressivité envers les concurrents du panda.

L’étude publiée dans Behavioral Ecology : Why is the giant panda black and white?

Tags: , , , ,

8 Réponses à “Quelle est l’utilité de la coloration noire et blanche de la fourrure des pandas ?”

  1. Chaporond
    9 mars 2017 at 21 h 22 min #

    Pas très convainquant, cet article.

    Si le blanc se voit mal sur la neige, le noir, lui, se voit très bien.
    Dans l’ombre, on voit mal le noir, mais on voit très bien le blanc.

    Ensuite, le Grand Panda adulte n’a pas de prédateurs significatifs à effrayer.

    Pour terminer, il semble que cet animal ait une vision très médiocre et une vie solitaire. Les individus n’ont pas besoin de se reconnaître. A la période du rut, c’est l’odeur des urines qui permet aux partenaires de se localiser pour copuler.

    A noter que l’article wikipedia chinois n’aborde pas la question de l’intéret du pelage.

  2. Zétéine
    12 mars 2017 at 11 h 24 min #

    Chaporond, je vois des raisonnements Panglossien dans vos contestations. C’est-à-dire que vous partez de ce que vous voyez du Panda dans son environnement actuel pour réfuter les conclusions des chercheurs.
    D’ailleurs, selon vous, est-ce l’article de Guru qui n’est pas convaincant, ou l’étude elle-même ?

    L’étude me semble bien évaluer les influences évolutionnaires sur l’aspect actuel du Panda, même si son efficacité peut effectivement laisser à désirer.
    Mais il faut le comprendre aussi, c’est difficile d’évoluer quand on se reproduit si peu ^^
    Je terminerai sur cet appel à la pitié…

    • Chaporond
      13 mars 2017 at 22 h 11 min #

      Je précise que c’est la validité de l’étude que je met en doute. Merci de me donner l’occasion de préciser ce point.

      Mes critiques sont basées sur ce qui est écrit dans l’article du Guru, et non pas sur ce que je vois du Panda dans son environnement actuel. (les seuls pandas que j’ai vu étaient dans des zoo).

      Je connais une personne qui m’a dit avoir vu un panda dans une forêt du Sichuan (Chine). Cette forêt n’était pas enneigée lors de l’observation. Le panda était bien visible, perché dans un bambou, en train d’en manger les feuilles.

      Dans cette situation, l’hypothèse d’un camouflage est difficile à défendre.

      En fait, le pelage du panda aide considérablement à assurer sa survie. En effet, c’est ce pelage unique qui l’a fait choisir comme symbole des espèces à protéger. Mais ce n’est pas là le résultat d’un adaptation évolutive, vous en conviendrez

      • 14 mars 2017 at 18 h 54 min #

        Cher Chaporond,

        Sans vouloir vous offusquer, vous participez maintenant régulièrement, par vos commentaires, à la vie de GuruMeditation, mais…

        Vous devriez vraiment essayer de consulter l’étude, elle est en plus en libre accès. Vous constaterez que le panda a des prédateurs, citation de l’étude :  » Despite their adult body size (86–107 kg), they are currently preyed upon by dhole (Cuon alpinus) and leopards (Panthera pardus), possibly Asiatic black bears (Ursus thibetanus) and brown bears (Ursus arctos) (Morris and Morris 1966), and formerly by wolves (Canis lupus) and tigers (Panthera tigris) « , mais une simple recherche sur Google vous aurait renseigné.

        …que ces 5 biologistes savent pertinemment que le Panda évolue dans un milieu enneigé et tropical comme cité dans l’article du Guru : « …parcourant de longues distances et des types d’habitats allant des montagnes enneigées aux forêts tropicales », ou de l’étude :

         » … it encounters several backgrounds and lighting conditions during the course of a year, extremities of which are an alpine snowy habitat and dark tropical forest.  »

        « Il rencontre plusieurs milieux et conditions d’éclairage au cours d’une année, dont les extrémités sont un habitat enneigé et une forêt tropicale sombre »

        …et qu’ils sont très loin de s’être contenté de rapporter les dires d’une connaissance qui leur a dit.

        Les couleurs du vivant dans la nature (hors domestication) sont, par le biais de l’évolution, soit pour attirer, soit pour repousser ou pour se fondre / se camoufler dans un environnement donné. L’évolution ne laisse pas grand-chose aux hasards par la survie de l’espèce qui en découle, si ce n’est au court des phases de transitions/ d’adaptations. Cette étude se base notamment sur le fait que le Panda a une alimentation pauvre le forçant à rester actif l’hiver dans un décor généralement blanc.

        Le Guru n’a peut-être pas donné assez de détails concernant la méthodologie appliquée ici, mais il est persuadé qu’une fois que vous aurez fait l’effort de comprendre (effectivement, c’est en anglais) l’étude vous changerez, au moins partiellement, d’avis sur leur théorie qui, même si elle est très travaillée, reste des suppositions en fonction de données concrètes. 😉

  3. Zétéine
    15 mars 2017 at 7 h 43 min #

    Chaporond :

    Quelqu’un vous a dit qu’il percevait parfaitement le panda dans son environnement naturel. Très bien, je le crois, je vous crois. Mais il s’agit d’un humain, percevant le monde en tant qu’humain. Extrapoler notre perception à l’ensemble du monde vivant est risqué et peu pertinent. La notion de « monde propre » (Umwelt) a justement été inventée pour cela, chaque espèce dispose de son monde propre correspondant à sa perception du monde.

    Et non, mille fois non, je ne conviens pas que « ce n’est pas là le résultat d’un adaptation évolutive ». Pour dites vous même que le pelage du panda contribue à sa survie : c’est quasiment la définition de l’adaptation évolutive.
    Je ne sais plus qui disait : « Rien en biologie n’a de sens si ce n’est à la lumière de l’évolution ». Par exemple, regardez l’humain. Nous disposons de beaucoup de structures dont on ne voit plus l’utilité aujourd’hui. Ce sont des vestiges évolutifs, qui ont eu leur fonction jadis.

    Même si on arrive à démontrer que le pelage du panda est particulièrement inadapté, il n’en reste pas moins qu’il est le résultat de précédentes adaptations.

  4. Simon
    15 mars 2017 at 20 h 19 min #

    ( si vous me permettez un lien M.Guru)

    http://news.nationalgeographic.com/news/2015/01/150113-zebras-stripes-evolution-animals-science-africa/

    Ici, c’est du zèbre que l’on parle et certaines théories sortent vraiment du moule.

  5. Chaporond
    15 mars 2017 at 21 h 17 min #

    @guru med
    J’ai bien lu l’étude en anglais. J’ai consulté wikipedia en français et en anglais, on y trouve l’article en référence. J’ai aussi consulté wikipedia en chinois, et là, surprise,il n’y a pas de référence aux prédateurs. Le papier n’est pas cité, pas plus que les légendes pour expliquer son apparence.
    https://zh.wikipedia.org/wiki/大熊猫
    J’ai aussi visité le centre de conservation, au Sichuan (Chine).

    Il me semble que la source en chinois est de meilleure qualité que les sources occidentales.

  6. Chaporond
    15 mars 2017 at 21 h 26 min #

    @Zétéine,
    Votre remarque est pertinente. Il faudrait tenir compte des performance visuelles des parties prenantes. Cependant, ce point n’est pas abordé dans l’étude.

    Concernant le parcours évolutif de cet animal, j’ai compris qu’il s’agissait d’un carnivore qui avait changé de régime alimentaire. On a retrouvé des ossements fossiles, mais il ne reste pas d’indication claire sur le pelage de ces fossiles. Certains chercheurs pensent que le pelage noir et blanc était déjà présent.

    J’avais écrit, en forme de plaisanterie :
    « En fait, le pelage du panda aide considérablement à assurer sa survie. En effet, c’est ce pelage unique qui l’a fait choisir comme symbole des espèces à protéger. Mais ce n’est pas là le résultat d’un adaptation évolutive, vous en conviendrez ».

    J’ai l’impression que vous avez lu un peu rapidement mon texte.

Laisser une réponse