Sélectionner une page

Corriger les erreurs d’un robot par la pensée sans y penser

8 Mar 2017 | 0 commentaires

robots-pensée erreurs CSAIl2

Quand il s’agit de contrôler les robots, il ne s’agit pas seulement de trouver des moyens de leur transmettre des commandes, mais de s’assurer qu’ils les exécutent correctement. Dans cette optique, une équipe du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) du MIT et de l’Université de Boston a mis au point un système qui transforme l’opérateur humain en un détecteur automatique d’erreur pour alerter le robot lorsqu’il en commet une.

Le contrôle de robots par la pensée n’est pas nouveau, mais ce domaine est encore dans ses premières phases de développement. Le contrôle direct cerveau-machine peut éliminer les problèmes d’une interface mécanique (une manette par exemple…) ou d’apprendre à un robot à répondre aux commandes vocales, mais en soi, ce n’est pas suffisant. C’est une chose de commander un robot pour faire ceci ou cela, mais c’en est une autre d’arriver à le faire correctement.

Selon le MIT, les précédents travaux réalisés sur le contrôle des robots impliquaient la connexion de l’opérateur à un moniteur d’électroencéphalographie (EEG), puis de leur enseigner à donner des ordres au robot en pensant selon un protocole  précis, comme de choisir entre  deux écrans pour indiquer au robot quelle tâche effectuer. Le problème, c’est qu’il s’agissait d’un processus à sens unique et épuisant, car il exigeait une attention constante.

L’approche du CSAIL était d’effectuer “une boucle de rétroaction” en surveillant le cerveau de l’opérateur de telle manière qu’il indique, en temps réel et de manière inconsciente, au robot qu’il fait une erreur sans que l’opérateur n’ait à agir (consciemment).

(CSAIL/ MIT)

robot-pensée-CSAIL 1

Selon la directrice du CSAIL, Daniela Rus :

Imaginez être capable de dire instantanément à un robot de réaliser une certaine action, sans avoir besoin de taper une commande, appuyez sur un bouton ou même de dire un mot. Une approche simplifiée comme celle-là améliorerait notre capacité à superviser les robots d’usine, les voitures sans conducteur et d’autres technologies que nous n’avons même pas encore inventées.

L’idée est de ne pas surveiller les commandes conscientes du cerveau, mais ce que l’équipe appelle les “potentiels liés à l’erreur” (« error-related potentials (ErrPs)). Ce sont des modèles de signal que le cerveau produit quand une personne remarque une erreur. En d’autres termes, l’opérateur peut avertir le robot quand il fait quelque chose de mal sans y penser consciemment. Le signal est envoyé automatiquement au robot qui rectifie le tir.

Pour développer ce système, l’équipe a utilisé un robot Baxter de la société Rethink Robotics pour effectuer des tâches simples de tri selon les instructions d’un opérateur humain portant un EEG. Actuellement, le système est limité à traiter des activités de choix binaire, mais le traitement des ondes cérébrales par un algorithme a été réalisé en environ 10 à 30 millisecondes.

L’équipe du CSAIL précise que les signaux ErrP sont extrêmement faibles, donc la boucle de rétroaction a besoin de quelques ajustements pour obtenir les bons résultats. Cela impliquait de s’assurer que les signaux étaient correctement classés tout en surveillant ce que l’on appelle les “erreurs secondaires”, lorsque le robot ne répond pas au premier signal d’erreur. Lorsque cela se produit, le cerveau renforce le signal qui améliore la précision, ce que l’équipe espère atteindre à 95 % une fois que leur système pourra reconnaitre les erreurs secondaires en temps réel. L’équipe indique également que les signaux ErrP augmentent proportionnellement en fonction de l’importance de l’erreur du robot, ce qui pourrait conduire à de futurs systèmes capables de traiter des tâches plus complexes à choix multiples.

En plus de contrôler des robots, l’équipe espère que leur technologie sera également utile aux personnes qui n’ont pas la capacité de communiquer verbalement.

L’étude publiée sur le site du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (MIT) : (PDF) Correcting  Robot  Mistakes  in  Real  Time  Using  EEG  Signals et présentée sur le site du MIT : CSAIL system enables people to correct robot mistakes using brain signals.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des dinosaures produisaient des œufs tout aussi colorés que certains de nos oiseaux

En analysant des fossiles de coquilles d’œufs provenant de Chine, des chercheurs ont trouvé des preuves qu’un dinosaure omnivore, à l’allure d’une autruche, déposait des œufs bleu-vert, ce qui pouvait aider à les camoufler dans leurs nids ouverts creusés à même le sol.

Il y a quelques pigments qui donnent aux œufs d’oiseaux une couleur bleu-vert, appelés protoporphyrine et biliverdine…

De très grosses grenouilles mangeaient de petits dinosaures

Des spécimens exceptionnellement gros de Beelzebufo ampinga, une espèce de grenouille éteinte qui vivait à Madagascar pendant l’époque du Crétacé supérieur, il y a environ 68 millions d’années, étaient capables de manger de petits dinosaures, selon une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’université Polytechnique d’Etat de Californie…

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

Pin It on Pinterest

Share This