Sélectionner une page

Corriger les erreurs d’un robot par la pensée sans y penser

8 Mar 2017 | 0 commentaires

robots-pensée erreurs CSAIl2

Quand il s’agit de contrôler les robots, il ne s’agit pas seulement de trouver des moyens de leur transmettre des commandes, mais de s’assurer qu’ils les exécutent correctement. Dans cette optique, une équipe du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL) du MIT et de l’Université de Boston a mis au point un système qui transforme l’opérateur humain en un détecteur automatique d’erreur pour alerter le robot lorsqu’il en commet une.

Le contrôle de robots par la pensée n’est pas nouveau, mais ce domaine est encore dans ses premières phases de développement. Le contrôle direct cerveau-machine peut éliminer les problèmes d’une interface mécanique (une manette par exemple…) ou d’apprendre à un robot à répondre aux commandes vocales, mais en soi, ce n’est pas suffisant. C’est une chose de commander un robot pour faire ceci ou cela, mais c’en est une autre d’arriver à le faire correctement.

Selon le MIT, les précédents travaux réalisés sur le contrôle des robots impliquaient la connexion de l’opérateur à un moniteur d’électroencéphalographie (EEG), puis de leur enseigner à donner des ordres au robot en pensant selon un protocole  précis, comme de choisir entre  deux écrans pour indiquer au robot quelle tâche effectuer. Le problème, c’est qu’il s’agissait d’un processus à sens unique et épuisant, car il exigeait une attention constante.

L’approche du CSAIL était d’effectuer “une boucle de rétroaction” en surveillant le cerveau de l’opérateur de telle manière qu’il indique, en temps réel et de manière inconsciente, au robot qu’il fait une erreur sans que l’opérateur n’ait à agir (consciemment).

(CSAIL/ MIT)

robot-pensée-CSAIL 1

Selon la directrice du CSAIL, Daniela Rus :

Imaginez être capable de dire instantanément à un robot de réaliser une certaine action, sans avoir besoin de taper une commande, appuyez sur un bouton ou même de dire un mot. Une approche simplifiée comme celle-là améliorerait notre capacité à superviser les robots d’usine, les voitures sans conducteur et d’autres technologies que nous n’avons même pas encore inventées.

L’idée est de ne pas surveiller les commandes conscientes du cerveau, mais ce que l’équipe appelle les “potentiels liés à l’erreur” (« error-related potentials (ErrPs)). Ce sont des modèles de signal que le cerveau produit quand une personne remarque une erreur. En d’autres termes, l’opérateur peut avertir le robot quand il fait quelque chose de mal sans y penser consciemment. Le signal est envoyé automatiquement au robot qui rectifie le tir.

Pour développer ce système, l’équipe a utilisé un robot Baxter de la société Rethink Robotics pour effectuer des tâches simples de tri selon les instructions d’un opérateur humain portant un EEG. Actuellement, le système est limité à traiter des activités de choix binaire, mais le traitement des ondes cérébrales par un algorithme a été réalisé en environ 10 à 30 millisecondes.

L’équipe du CSAIL précise que les signaux ErrP sont extrêmement faibles, donc la boucle de rétroaction a besoin de quelques ajustements pour obtenir les bons résultats. Cela impliquait de s’assurer que les signaux étaient correctement classés tout en surveillant ce que l’on appelle les “erreurs secondaires”, lorsque le robot ne répond pas au premier signal d’erreur. Lorsque cela se produit, le cerveau renforce le signal qui améliore la précision, ce que l’équipe espère atteindre à 95 % une fois que leur système pourra reconnaitre les erreurs secondaires en temps réel. L’équipe indique également que les signaux ErrP augmentent proportionnellement en fonction de l’importance de l’erreur du robot, ce qui pourrait conduire à de futurs systèmes capables de traiter des tâches plus complexes à choix multiples.

En plus de contrôler des robots, l’équipe espère que leur technologie sera également utile aux personnes qui n’ont pas la capacité de communiquer verbalement.

L’étude publiée sur le site du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (MIT) : (PDF) Correcting  Robot  Mistakes  in  Real  Time  Using  EEG  Signals et présentée sur le site du MIT : CSAIL system enables people to correct robot mistakes using brain signals.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This