Un ancien grand lézard fossilisé et enceinte remet en cause ce que nous connaissons de l’évolution de la reproduction

Dinocephalosaurus

Les scientifiques ont toujours pensé que les Archosauromorphes, un groupe d’animaux qui comprend les crocodiles, les oiseaux et les dinosaures, se reproduisaient seulement par la ponte d’œufs (oviparité). Mais récemment, des paléontologues ont découvert un fossile de 250 millions d’années d’un étrange reptile marin à long cou contenant un embryon, destiné à la naissance d’un animal viable (viviparité), forçant ainsi à redéfinir ce que nous connaissons de l’évolution de la reproduction.

Des chercheurs de l’Université de Bristol (Royaume-Uni) et de l’Université de Technologie de Hefei (Chine) ont découvert le spécimen embryonnaire il y a quelques années, à l’intérieur du ventre d’une ancienne créature marine appelée Dinocephalosaurus qui barbotait dans la mer de Chine du sud pendant la période du Trias moyen. L’équipe a d’abord suspecté que la petite créature pourrait avoir été le dernier repas de la plus grande.

Un examen plus poussé a conduit à la conclusion qu’il s’agit en fait d’un embryon. Il repose à l’intérieur de la cage thoracique de la mère fossilisée la tête vers le haut, tandis que celles des animaux mangés seraient généralement placés vers le bas comme le prédateur les avale la tête en premier pour facilité la descente. De plus, le reptile avalé est de la même espèce que la mère.

En entête, une image de Dinocephalosaurus montrant la position approximative de l’embryon au sein de la mère (Dinghua Yang)

Selon le professeur Jun Liu de l’Université Hefei et responsable de l’étude :

Ces analyses révèlent le premier cas d’une “naissance viable” dans un groupe aussi large contenant entre autres les oiseaux, les crocodiliens, les dinosaures et les ptérosaures et repoussent les preuves de biologie reproductive dans ce groupe de 50 millions d’années. L’information sur la biologie de la reproduction des archosauromorphes avant la période jurassique n’était pas disponible jusqu’à notre découverte, malgré une histoire de 260 millions d’années.

La naissance d’un animal viable est très répandue chez les reptiles comme les lézards et les serpents, où les œufs peuvent éclore à l’intérieur de la mère et la progéniture de faire leur premier pas dans le monde sans une coquille. Mais on pensait que ceux qui appartenaient au groupe des archosauromorphes se reproduisaient seulement en pondant des œufs.

La découverte de ce  fossile a des implications pour notre compréhension sur la façon dont les ancêtres des crocodiles, comme les Dinocephalosaurus, déterminaient le sexe de leur progéniture. Là où les crocodiles et certains autres reptiles influencent le sexe de leur progéniture par le biais de la température à l’intérieur de leur nid, à travers une analyse plus approfondie, l’équipe a établi que les Dinocephalosaurus le faisaient génétiquement, à travers les chromosomes sexuels, tout comme les mammifères et les oiseaux.

Selon le professeur Mike Benton de l’Université de Bristol et coauteur de l’étude :

Cette combinaison de naissances vivantes et de détermination génotypique du sexe semble avoir été nécessaire pour que des animaux tels que Dinocephalosaurus deviennent aquatiques. C’est formidable de voir un tel pas en avant dans notre compréhension de l’évolution d’un groupe important issu d’une recherche de fossile en Chine.

Les chercheurs précisent qu’ils ne peuvent pas exclure la possibilité qu’une coquille d’œuf fut à l’origine présente pour être effacé par le temps, mais cela leur semble peu probable.

Pour ce reptile marin, le fait d’être capable d’accoucher d’une progéniture viable l’aurait certainement aidé à éviter les prédateurs, il pouvait ainsi rester en mer sans avoir besoin de retourner sur la terre ferme pour pondre.

L’étude publiée dans Nature : Live birth in an archosauromorph reptile et annoncée sur le site de l’université de bristol : Ancient fossil reveals first evidence of live birth in animals thought to lay eggs.

Tags: , , , , , ,

2 Réponses à “Un ancien grand lézard fossilisé et enceinte remet en cause ce que nous connaissons de l’évolution de la reproduction”

  1. Crashy
    17 février 2017 at 14 h 03 min #

    Bon article, mais attention au terme « dinosaure marin ». Le Dinocephalosaurus n’était pas un dinosaure, et en plus les dinosaures étaient tous terrestres(jusqu’a ce qu’on retrouve effectivement un fossile de dinosaure s’étant adapté à la nage, mais à ma connaissance on n’en a pas encore trouvé).

Laisser une réponse