Sélectionner une page

Les humains entrainent leur environnement ainsi qu’eux même vers de nouvelles formes d’évolution

13 Fév 2017 | 11 commentaires

Urban_Footprint

La rapidité avec laquelle nos modes de vie moderne et nos systèmes économiques façonnent l’évolution est décrite dans une série d’études scientifiques publiées le mois dernier ainsi que dans une nouvelle recherche menée par Marina Albert et son équipe de l’université de Washington. Elles laissent peu de place au doute quant au fait que les humains sont responsables de l’émergence de nouvelles et très rapides formes d’évolutions.

Image d’entête : La carte de l’empreinte urbaine globale en noir et blanc (Global Urban Footprint – GUF), portrait de la présence humaine sur Terre en 2012. (ESA)

Notre impact sur la planète est tellement profond que certains scientifiques on définit notre ère, comme “l’anthropocène”, du fait que les humains sont devenus la force dominante qui influence la planète, discernable même dans le registre géologique et nous semblons désormais tenir entre nos mains le destin évolutif de millions d’espèces.

L’impact sans précédent qu’ont les humains sur la planète est bien connu, il est mené par la pollution, l’eutrophisation, l’urbanisation, le défrichage, la fragmentation de l’habitat, le changement climatique global, la surpêche / la pêche, l’invasion par des espèces exotiques, la domestication, l’émergence de nouvelles maladies et la disparition des anciennes, pour n’en nommer que quelques-unes. Beaucoup, si ce n’est tous, ont des effets sur le vivant qui nous entoure ainsi que sur notre espèce. Leurs impacts peuvent être mesurés et certains d’entre eux se jouent à l’échelle mondiale, comme le changement climatique anthropique, alors que d’autres sont plus locaux comme la pollution et l’urbanisation croissante.

Titrée de l’introduction des chercheurs qui ont rassemblé toutes les études récentes mettant en évidence l’influence humaine sur leur environnement. Représentation graphique sur la façon dont la dynamique éco-évolutive interagit avec les influences humaines. Sur la droite, les activités humaines qui peuvent avoir des effets écologiques directs sur la population des espèces, la structure de ces communautés et la fonction de ses écosystèmes. Ces effets écologiques directs peuvent influencer les caractères (phénotypes) et les propriétés génétiques (génomes) des espèces, conduisant ainsi à des effets indirects d’évolution par les activités humaines. Celles-ci peuvent également influer directement sur les phénotypes et les génomes des espèces qui peuvent alors influencer la dynamique des populations, la structure de la communauté et la fonction de l’écosystème. Des changements dans l’un ou l’autre de ces paramètres évolutifs ou écologiques peuvent alors avoir des conséquences importantes pour les activités humaines et leurs sociétés. (Andrew P. Hendry/ Philosophical Transactions of the Royal Society B)

éco-évolution

En ne citant que quelques exemples, parmi tous ceux exposés dans les dizaines d’études compilées récemment par Andrew P Hendry (université McGill), Kiyoko M. Gotanda (université de Cambridge) et Erik I. Svensson (université Lund)…

Il ne fait aucun doute pour les biologistes que la pêche commerciale a eu un impact profond sur les espèces de poissons sauvages. En ciblant les grands animaux, comme la pêche commerciale l’a généralement fait, certaines espèces sont devenues plus petites et une proportion croissante atteigne leur maturité à un plus jeune âge et sont ainsi de plus petite taille.

Dans les zones urbaines, où l’impact humain est le plus évident, de nombreuses études ont montré que les plantes et les animaux, natifs et introduits, évoluent en réponse à la transformation humaine de l’environnement.

Parmi les modifications documentées vous avez les changements dans la coloration des plumes chez les populations d’oiseaux vivant dans les zones urbanisées, leur chant auparavant mélodieux qui s’est adapté au bruit environnant, la résistance développée par les poissons évoluant dans les cours d’eau polluée et les mauvaises herbes poussant dans les zones pavées cessant de disperser leurs graines, sans évoquer l’impact de la pollution lumineuse.

Il y a, par exemple, un célèbre cas de ce que l’on appelle le “mélanisme industriel”. Cela a entrainé une baisse spectaculaire du nombre de papillons de couleur claire en Angleterre pendant les années 1800, lorsque l’industrialisation a entrainé des fumées qui ont noirci et dégradé les troncs d’arbres, camouflant les individus de couleur foncée de leurs prédateurs, les oiseaux. Mais quand cette pollution a finalement été nettoyée dans les années 1970, la situation s’est inversée et les papillons de couleur sombre ont commencé à être visible de leur prédateur, changeant leur population en conséquence.

Mais la résistance aux antibiotiques est l’un des exemples les plus évidents que nous ayons de l’évolution en action chez les espèces contemporaines. C’est évidemment aussi de mauvaises nouvelles pour la santé humaine qui est confrontée aux superbactéries (bactéries multi résistantes ) qui sont estimées faire des dizaines de millions de morts par an d’ici 2050.

Ces impacts vont très probablement aussi modifier le cours de notre évolution. Nous évoluons encore après tout, et de façon parfois surprenante. Et ce qui affecte d’autres espèces nous affecte aussi, car nous ne pouvons pas échapper aux profonds changements environnementaux en cours.

Il y a eu un changement majeur dans l’alimentation humaine, y compris une énorme réduction dans la diversité des aliments consommés.

Une transition épidémiologique majeure s’est produite en raison de l’apparition de maladies infectieuses modernes, résultant du surpeuplement et de l’insalubrité, de la manipulation d’animaux domestiques/ d’élevages et d’espèces nuisibles attirées par les structures humaines, modifiant de façon spectaculaire le nombre et les types d’agents pathogènes rencontrés.

Presque tous ces changements se produisent aujourd’hui, et à un rythme beaucoup plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Seulement cette fois-ci, nous sommes plus de 7 milliards, nous devenons rapidement une espèce hautement urbanisée et notre impact environnemental est maintenant mondial.

Les signes de ces changements profonds peuvent être observés aujourd’hui dans le génome humain, avec plus de 86% des maladies actuelles ayant une origine génétique  chez les Européens et les Afro-Américains résultant de ces changements. Et nous devons nous rappeler que la plupart des gens dans le monde aujourd’hui ne bénéficient pas des avantages des soins médicaux modernes, ils sont donc soumis à une sélection naturelle plus intense que les gens des nations plus riches.

Le Guru vous le rappel, ce ne sont là que quelques exemples, parmi les nombreux recensés dans les différentes études réunies…

Pour les chercheurs, nous disposons des moyens de constater de ces effets et nous avons la capacité de penser à l’avenir. Il faut s’appuyer sur notre passé collectif, comprendre et planifier la façon dont nos actions actuelles installent une succession d’évènements qui façonneront notre évolution pendant des centaines voire des milliers d’années à venir.

Nous devons exhorter les décideurs politiques à commencer à réfléchir à l’avenir de la santé et du bien-être de l’humain dans un horizon multigénérationnel, et pas seulement au cycle électoral actuel. L’avenir peut bien en dépendre.

Les dizaines d’études recensant les modifications qu’engendrent l’activité humaine compilées par Andrew P Hendry (université McGill), Kiyoko M. Gotanda (université de Cambridge) et Erik I. Svensson (université Lund) publiées dans Philosophical Transactions of the Royal Society B : Human influences on evolution, and the ecological and societal consequences et l’étude de Marina Albert de l’université de Washington publiée dans PNAS : Global urban signatures of phenotypic change in animal and plant populations.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This