Sélectionner une page

Les humains entrainent leur environnement ainsi qu’eux même vers de nouvelles formes d’évolution

13 Fév 2017 | 11 commentaires

Urban_Footprint

La rapidité avec laquelle nos modes de vie moderne et nos systèmes économiques façonnent l’évolution est décrite dans une série d’études scientifiques publiées le mois dernier ainsi que dans une nouvelle recherche menée par Marina Albert et son équipe de l’université de Washington. Elles laissent peu de place au doute quant au fait que les humains sont responsables de l’émergence de nouvelles et très rapides formes d’évolutions.

Image d’entête : La carte de l’empreinte urbaine globale en noir et blanc (Global Urban Footprint – GUF), portrait de la présence humaine sur Terre en 2012. (ESA)

Notre impact sur la planète est tellement profond que certains scientifiques on définit notre ère, comme “l’anthropocène”, du fait que les humains sont devenus la force dominante qui influence la planète, discernable même dans le registre géologique et nous semblons désormais tenir entre nos mains le destin évolutif de millions d’espèces.

L’impact sans précédent qu’ont les humains sur la planète est bien connu, il est mené par la pollution, l’eutrophisation, l’urbanisation, le défrichage, la fragmentation de l’habitat, le changement climatique global, la surpêche / la pêche, l’invasion par des espèces exotiques, la domestication, l’émergence de nouvelles maladies et la disparition des anciennes, pour n’en nommer que quelques-unes. Beaucoup, si ce n’est tous, ont des effets sur le vivant qui nous entoure ainsi que sur notre espèce. Leurs impacts peuvent être mesurés et certains d’entre eux se jouent à l’échelle mondiale, comme le changement climatique anthropique, alors que d’autres sont plus locaux comme la pollution et l’urbanisation croissante.

Titrée de l’introduction des chercheurs qui ont rassemblé toutes les études récentes mettant en évidence l’influence humaine sur leur environnement. Représentation graphique sur la façon dont la dynamique éco-évolutive interagit avec les influences humaines. Sur la droite, les activités humaines qui peuvent avoir des effets écologiques directs sur la population des espèces, la structure de ces communautés et la fonction de ses écosystèmes. Ces effets écologiques directs peuvent influencer les caractères (phénotypes) et les propriétés génétiques (génomes) des espèces, conduisant ainsi à des effets indirects d’évolution par les activités humaines. Celles-ci peuvent également influer directement sur les phénotypes et les génomes des espèces qui peuvent alors influencer la dynamique des populations, la structure de la communauté et la fonction de l’écosystème. Des changements dans l’un ou l’autre de ces paramètres évolutifs ou écologiques peuvent alors avoir des conséquences importantes pour les activités humaines et leurs sociétés. (Andrew P. Hendry/ Philosophical Transactions of the Royal Society B)

éco-évolution

En ne citant que quelques exemples, parmi tous ceux exposés dans les dizaines d’études compilées récemment par Andrew P Hendry (université McGill), Kiyoko M. Gotanda (université de Cambridge) et Erik I. Svensson (université Lund)…

Il ne fait aucun doute pour les biologistes que la pêche commerciale a eu un impact profond sur les espèces de poissons sauvages. En ciblant les grands animaux, comme la pêche commerciale l’a généralement fait, certaines espèces sont devenues plus petites et une proportion croissante atteigne leur maturité à un plus jeune âge et sont ainsi de plus petite taille.

Dans les zones urbaines, où l’impact humain est le plus évident, de nombreuses études ont montré que les plantes et les animaux, natifs et introduits, évoluent en réponse à la transformation humaine de l’environnement.

Parmi les modifications documentées vous avez les changements dans la coloration des plumes chez les populations d’oiseaux vivant dans les zones urbanisées, leur chant auparavant mélodieux qui s’est adapté au bruit environnant, la résistance développée par les poissons évoluant dans les cours d’eau polluée et les mauvaises herbes poussant dans les zones pavées cessant de disperser leurs graines, sans évoquer l’impact de la pollution lumineuse.

Il y a, par exemple, un célèbre cas de ce que l’on appelle le “mélanisme industriel”. Cela a entrainé une baisse spectaculaire du nombre de papillons de couleur claire en Angleterre pendant les années 1800, lorsque l’industrialisation a entrainé des fumées qui ont noirci et dégradé les troncs d’arbres, camouflant les individus de couleur foncée de leurs prédateurs, les oiseaux. Mais quand cette pollution a finalement été nettoyée dans les années 1970, la situation s’est inversée et les papillons de couleur sombre ont commencé à être visible de leur prédateur, changeant leur population en conséquence.

Mais la résistance aux antibiotiques est l’un des exemples les plus évidents que nous ayons de l’évolution en action chez les espèces contemporaines. C’est évidemment aussi de mauvaises nouvelles pour la santé humaine qui est confrontée aux superbactéries (bactéries multi résistantes ) qui sont estimées faire des dizaines de millions de morts par an d’ici 2050.

Ces impacts vont très probablement aussi modifier le cours de notre évolution. Nous évoluons encore après tout, et de façon parfois surprenante. Et ce qui affecte d’autres espèces nous affecte aussi, car nous ne pouvons pas échapper aux profonds changements environnementaux en cours.

Il y a eu un changement majeur dans l’alimentation humaine, y compris une énorme réduction dans la diversité des aliments consommés.

Une transition épidémiologique majeure s’est produite en raison de l’apparition de maladies infectieuses modernes, résultant du surpeuplement et de l’insalubrité, de la manipulation d’animaux domestiques/ d’élevages et d’espèces nuisibles attirées par les structures humaines, modifiant de façon spectaculaire le nombre et les types d’agents pathogènes rencontrés.

Presque tous ces changements se produisent aujourd’hui, et à un rythme beaucoup plus rapide qu’il ne l’a jamais été. Seulement cette fois-ci, nous sommes plus de 7 milliards, nous devenons rapidement une espèce hautement urbanisée et notre impact environnemental est maintenant mondial.

Les signes de ces changements profonds peuvent être observés aujourd’hui dans le génome humain, avec plus de 86% des maladies actuelles ayant une origine génétique  chez les Européens et les Afro-Américains résultant de ces changements. Et nous devons nous rappeler que la plupart des gens dans le monde aujourd’hui ne bénéficient pas des avantages des soins médicaux modernes, ils sont donc soumis à une sélection naturelle plus intense que les gens des nations plus riches.

Le Guru vous le rappel, ce ne sont là que quelques exemples, parmi les nombreux recensés dans les différentes études réunies…

Pour les chercheurs, nous disposons des moyens de constater de ces effets et nous avons la capacité de penser à l’avenir. Il faut s’appuyer sur notre passé collectif, comprendre et planifier la façon dont nos actions actuelles installent une succession d’évènements qui façonneront notre évolution pendant des centaines voire des milliers d’années à venir.

Nous devons exhorter les décideurs politiques à commencer à réfléchir à l’avenir de la santé et du bien-être de l’humain dans un horizon multigénérationnel, et pas seulement au cycle électoral actuel. L’avenir peut bien en dépendre.

Les dizaines d’études recensant les modifications qu’engendrent l’activité humaine compilées par Andrew P Hendry (université McGill), Kiyoko M. Gotanda (université de Cambridge) et Erik I. Svensson (université Lund) publiées dans Philosophical Transactions of the Royal Society B : Human influences on evolution, and the ecological and societal consequences et l’étude de Marina Albert de l’université de Washington publiée dans PNAS : Global urban signatures of phenotypic change in animal and plant populations.

Faire un Don !

 

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (…et son créateur par la même occasion). D’autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

 

Comment les chauves-souris vampires sont-elles capables de survivre en buvant du sang ?

Se nourrir de sang présente des défis nutritionnels, mais les chauves-souris vampires (Desmodontinae) les surmontent avec l’aide de leurs bactéries intestinales et de quelques “gènes sauteurs”.

Il y a trois types de chauves-souris qui boivent uniquement du sang, la chauve-souris vampire commune (Desmodus rotundus), la chauve-souris vampire à pattes velues (Diphylla ecaudata) et la chauve-souris vampire à ailes blanches (Diaemus youngi)…

Production d’organes : un nouvel hybride animal-humain testé sur des moutons

Une équipe de chercheurs de l’université de Stanford est passée à un autre niveau dans la pratique controversée du développement d’une espèce hybride, cette fois en fusionnant un embryon de mouton avec des cellules souches humaines.

Cette expérience fait suite à la création d’un hybride porc-humain par une équipe de l’université de Californie à Davis (UC Davis) en 2016. A l’origine, cette recherche fut menée afin de déterminer si des organes humains pouvaient être développés dans une autre espèce…

Les trous noirs ultramassifs sont bien plus gros et ils ont bien plus faim que les autres

Comme ils sont fondamentalement invisibles, il peut être difficile de déterminer la taille d’un trou noir. Ils peuvent varier de quelques fois la masse du Soleil (masse solaire) jusqu’à des millions ou des milliards de fois cette masse, mais il y a une classe (potentielle) qui est encore bien plus grande que cela. Une nouvelle étude des données recueillies par le télescope à rayons X Chandra de la NASA a révélé que ces trous noirs dits «ultramassifs» peuvent…

Nous nous sommes trompés sur la taille d’Andromède, la galaxie qui fusionnera avec la nôtre

Une nouvelle technique pour mesurer la masse des galaxies a été appliquée à notre plus proche voisine galactique et elle a trouvé que la galaxie d’Andromède a à peu près la même taille que la Voie lactée et pas deux à trois fois plus comme on le pensait auparavant.

Cela signifie que lorsque les deux galaxies fusionneront dans environ 4 milliards d’années, la Voie lactée ne sera pas entièrement consommée par la galaxie d’Andromède comme l’avaient suggéré de précédents modèles…

Les rayons X révèlent des secrets cachés dans les œuvres de Pablo Picasso

Grâce, notamment, au pouvoir pénétrant des rayons X des scientifiques ont révélé certains secrets cachés dans les peintures et les sculptures de Pablo Picasso.

Une nouvelle recherche révèle ainsi que Picasso a peint sur une autre œuvre d’un artiste inconnu de Barcelone pour créer une de ses œuvres les plus célèbres de sa « période bleue »…

Découvertes de 100 nouveaux mondes extraterrestres par la mission Kepler

Des astronomes examinant les données recueillies au cours de la mission actuelle du télescope spatial Kepler, connue sous le nom de mission K2, ont repéré 95 nouvelles planètes extraterrestres (exoplanètes), selon une nouvelle étude.

Cela porte le nombre de ces mondes découverts lors de la mission K2 à 292, et le total passe à près de 2 440 sur toute la vie opérationnelle de Kepler, ce qui représente environ les deux tiers de toutes les exoplanètes découvertes jusqu’ici…

Un potentiel vaccin utilise des cellules souches pour former le système immunitaire à reconnaître les cancers

Dans le domaine de l’immunothérapie, une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Stanford a montré que les souris à qui l’on a injecté des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) inactivées présentent des réponses importantes du système immunitaire face à divers cancers. Si l’étude peut être reproduite chez l’homme, cette recherche pourrait ouvrir la voie à un traitement anticancéreux personnalisé révolutionnaire…

La naissance d’un octopode “Dumbo” observée pour la première fois (vidéo)

Un coup d’œil sur l’image ci-dessus et vous saurez d’où l’octopode Grimpoteuthis tire son surnom de Dumbo (officiellement Dumbo octopod en anglais). Les grandes « oreilles » sur sa tête sont en faite des nageoires. L’image est celle d’un Grimpoteuthis adulte, mais la vidéo plus bas montre un petit octopode filmé pour la première fois juste après sa naissance…

La Terre et la Lune photographiées à une distance de 63 millions de kilomètres

Voici une nouvelle perspective sur votre planète, fournie par une sonde d’échantillonnage d’astéroïdes de la NASA.

La Terre et la Lune ne sont que deux points lumineux flottant dans un immense vide noir, capturée par la sonde spatiale OSIRIS-REx le 17 janvier, à une distance de 63,6 millions de kilomètres…

La voiture Tesla envoyée dans l’espace a-t-elle des chances de nous revenir dessus ?

Pour le rappel, la société SpaceX appartenant à Elon Musk a envoyé une voiture électrique Tesla dans l’espace la semaine dernière.

Elle devrait emprunter une trajectoire autour du Soleil qui l’amènera de temps en temps à proximité de Mars. Mais même si ça peut durer des millions d’années, ça ne durera pas éternellement…

Il a écrit une fausse étude basée sur le pire épisode de Star Trek et elle a été publiée dans une revue scientifique

Un biologiste anonyme cherchant à montrer à quel point il est facile de publier une fausse étude dans certaines revues scientifiques prétendument revues par les pairs (peer-reviewed), a récemment soumis un document de recherche intitulé « Rapid Genetic and Developmental Morphological Change Following Extreme Celerity » (Rapide changement génétique et morphologique du développement suite à une célérité extrême)…

Le minage de cryptomonnaies entrave la recherche d’extraterrestre

Le minage de cryptomonnaies ne se contente pas d’engloutir les capacités des réseaux électriques du monde entier, elle pourrait également ralentir la recherche de la vie extraterrestre.

Ces monnaies virtuelles comme Bitcoin exigent que les mineurs résolvent des calculs complexes pour valider chaque transaction. Pour leurs efforts, les mineurs reçoivent un petit paiement, mais le processus nécessite une grande puissance de calcul…

Le robot SpotMini ouvre la porte à une ancienne version de lui-même

La société américaine Boston Dynamics est de retour avec une nouvelle vidéo présentant une de ses créations, la dernière itération du robot SpotMini.

Ce dernier a considérablement changé depuis ses débuts publics, ses mouvements sont plus animés, plus souples et il dispose d’un corps plus élancé, plus mince. Ce n’est plus simplement un robot-chien, il profite désormais d’un bras rotatif flexible muni d’une pince…

Starman écoute du David Bowie en conduisant son roadster Tesla dans l’espace

Le Guru a mis à jour son billet sur le lancement du plus puissant lanceur, la Falcon Heavy et de sa curieuse cargaison, que vous pouvez admirer dans cette image, façon SPaceX. Tout s’est passé comme prévu… à une petite exception près…

Pin It on Pinterest

Share This