Sélectionner une page

L’étude sur les astronautes jumeaux commence à révéler les étranges effets de l’espace au niveau génétique

3 Fév 2017 | 0 commentaires

Scott Kelly-Mark Kelly

Au nom de la science, l’ancien astronaute de la NASA, Scott Kelly, s’est placé le 25 mars 2015 au sommet d’une fusée, a subit une accélération de 2800 km/h et il a tourné autour de la Terre pendant 340 jours à l’intérieur de la Station Spatiale Internationale (ISS), presque une année entière, pour revenir sur Terre le 1er mars 2016. Le manque de gravité, l’exposition au rayonnement/ radiations, le régime de Kelly et d’autres faits de la vie en orbite ont affecté son corps de manière significative, y compris, comme la NASA l’indique, même sur son plan génétique.

L’une des particularités de Kelly, c’est qu’il a un frère jumeau et que celui-ci est resté sur Terre. Les jumeaux étaient d’excellents sujets pour ce genre de recherche, car non seulement ils ont des génomes presque identiques, mais ils ont également eu des expériences de vie similaires, ils exercent par exemple le même travail.

Image d’entête : Mark et Scott Kelly. (NASA)

L’étude Twins, qui est encore en cours, a donc utilisé le frère jumeau de Scott Kelly, Mark Kelly, pour ainsi démasquer les effets subtils mais importants des voyages spatiaux de longue durée sur le corps humain.

Scott Kelly à l’intérieur de l’ISS. (NASA)
Scott Kelly1

En évaluant les données des frères, les chercheurs ont remarqué des différences frappantes dans divers marqueurs biologiques, comme les bactéries intestinales et même les chromosomes. L’un des résultats les plus remarquables de l’essai a été que les télomères de Scott, les extrémités de ses chromosomes, étaient plus longs, bien qu’ils soient finalement retournés à leur longueur initiale (d’avant la mission). D’autres recherches seront effectuées sur d’autres astronautes pour voir si c’est un modèle courant. Toujours sur le plan génétique, les niveaux de méthylation de l’ADN de Scott ont diminué alors qu’il était dans l’espace, alors que ceux de Mark ont augmenté dans la même période. Une fois de plus, les niveaux de Scott sont revenus à leurs niveaux de base une fois de retour sur Terre, mais les chercheurs ne sont pas encore surs de ce que signifient ces changements.

D’autres études, sur la façon dont le corps se déplace dans l’espace ont montré de nettes différences dans l’orientation spatiale, la perte de densité osseuse à des taux jusqu’à 12 fois plus élevés que ceux éprouvés sur Terre, la perte de force musculaire et le déconditionnement cardiovasculaire.

Ce à quoi seront confrontés les astronautes en direction de Mars, selon la NASA : les champs de gravité qui affectent l’orientation spatiale. L’isolation/ le confinement. L’environnement fermé qui facilite la prolifération/ transmission/ transformation des microorganismes. Les radiations spatiales qui augmentent les risques de cancer. La distance de la Terre qui impose de se débrouiller seul avec l’équipement mis à disposition… (NASA)
galaxy_icons

Dans cette étude, cependant, les chercheurs ont été en mesure de comparer les changements génétiques avec des échantillons d’un contrôle (Mark Kelly), fournissant une image plus complète de l’effet.

Il y a encore beaucoup d’analyse à faire sur les données recueillies. Les résultats n’ont pas encore été évalués par les pairs et il pourrait se passer quelques années avant qu’ils le soient, vu le volume de données.

À mesure que nous approchons d’être en mesure de mettre un humain sur Mars, ce genre d’étude est précieuse, car un aller simple pour la planète rouge prend six mois. Par conséquent, les équipages passeront au moins un an dans l’espace. De plus, avec le temps, il devrait y avoir de plus en plus de monde là-haut, surtout avec l’arrivée des stations spatiales privées. Le fait de savoir comment l’espace a un impact sur notre corps est la première étape pour déterminer comment nous pouvons atténuer les effets délétères de l’espace sur ces futurs aventuriers.

Sur le site de la NASA : How Stressful Will a Trip to Mars Be on the Human Body? We Now Have a Peek Into What the NASA Twins Study Will Reveal et la partie du site de la NASA consacrée à l’étude TWINS.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Les canards s’inquiètent aussi de la taille de leur pénis

En matière de sexualité, les canards mâles et femelles sont comme bloqués dans un intense conflit sexuel qui a conduit à la formation d’organes génitaux sérieusement étranges des deux côtés.

En règle générale, les canards femelles se mettent en couple avec un partenaire pendant la saison de reproduction, mais elles sont également harcelées par d’autres mâles. Les scientifiques estiment qu’un tiers de toutes les copulations de canard sont forcés…

Octlantis et Octopolis, les nouvelles villes des pieuvres

Des scientifiques ont découvert une petite ville de pieuvres, surnommée Octlantis, une découverte qui suggère que les membres de l’espèce Octopus tetricus ne sont peut-être pas les créatures que nous estimions isolées et solitaires, se rencontrant uniquement pour s’accoupler.

Cependant, des découvertes récentes ont commencé à renverser cette hypothèse…

Des dinosaures produisaient des œufs tout aussi colorés que certains de nos oiseaux

En analysant des fossiles de coquilles d’œufs provenant de Chine, des chercheurs ont trouvé des preuves qu’un dinosaure omnivore, à l’allure d’une autruche, déposait des œufs bleu-vert, ce qui pouvait aider à les camoufler dans leurs nids ouverts creusés à même le sol.

Il y a quelques pigments qui donnent aux œufs d’oiseaux une couleur bleu-vert, appelés protoporphyrine et biliverdine…

De très grosses grenouilles mangeaient de petits dinosaures

Des spécimens exceptionnellement gros de Beelzebufo ampinga, une espèce de grenouille éteinte qui vivait à Madagascar pendant l’époque du Crétacé supérieur, il y a environ 68 millions d’années, étaient capables de manger de petits dinosaures, selon une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’université Polytechnique d’Etat de Californie…

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Le Dieselgate tue 5 000 Européens par an

Dans l’étude sur “l’impact des émissions excédentaires d’oxyde d’azote (NOx) et de dioxyde d’azote (NO2) des voitures diesel sur la qualité de l’air, la santé publique et l’eutrophisation en Europe”, publiée cette semaine, des chercheurs de Norvège, d’Autriche, de Suède et des Pays-Bas estiment que 5 000 décès européens par année sont attribuables aux émissions de gaz à effet de serre causé par…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

Scott Kelly-Mark Kelly

Au nom de la science, l’ancien astronaute de la NASA, Scott Kelly, s’est placé le 25 mars 2015 au sommet d’une fusée, a subit une accélération de 2800 km/h et il a tourné autour de la Terre pendant 340 jours à l’intérieur de la Station Spatiale Internationale (ISS), presque une année entière, pour revenir sur Terre le 1er mars 2016. Le manque de gravité, l’exposition au rayonnement/ radiations, le régime de Kelly et d’autres faits de la vie en orbite ont affecté son corps de manière significative, y compris, comme la NASA l’indique, même sur son plan génétique.

L’une des particularités de Kelly, c’est qu’il a un frère jumeau et que celui-ci est resté sur Terre. Les jumeaux étaient d’excellents sujets pour ce genre de recherche, car non seulement ils ont des génomes presque identiques, mais ils ont également eu des expériences de vie similaires, ils exercent par exemple le même travail.

Image d’entête : Mark et Scott Kelly. (NASA)

L’étude Twins, qui est encore en cours, a donc utilisé le frère jumeau de Scott Kelly, Mark Kelly, pour ainsi démasquer les effets subtils mais importants des voyages spatiaux de longue durée sur le corps humain.

Scott Kelly à l’intérieur de l’ISS. (NASA)Scott Kelly1

En évaluant les données des frères, les chercheurs ont remarqué des différences frappantes dans divers marqueurs biologiques, comme les bactéries intestinales et même les chromosomes. L’un des résultats les plus remarquables de l’essai a été que les télomères de Scott, les extrémités de ses chromosomes, étaient plus longs, bien qu’ils soient finalement retournés à leur longueur initiale (d’avant la mission). D’autres recherches seront effectuées sur d’autres astronautes pour voir si c’est un modèle courant. Toujours sur le plan génétique, les niveaux de méthylation de l’ADN de Scott ont diminué alors qu’il était dans l’espace, alors que ceux de Mark ont augmenté dans la même période. Une fois de plus, les niveaux de Scott sont revenus à leurs niveaux de base une fois de retour sur Terre, mais les chercheurs ne sont pas encore surs de ce que signifient ces changements.

D’autres études, sur la façon dont le corps se déplace dans l’espace ont montré de nettes différences dans l’orientation spatiale, la perte de densité osseuse à des taux jusqu’à 12 fois plus élevés que ceux éprouvés sur Terre, la perte de force musculaire et le déconditionnement cardiovasculaire.

Ce à quoi seront confrontés les astronautes en direction de Mars, selon la NASA : les champs de gravité qui affectent l’orientation spatiale. L’isolation/ le confinement. L’environnement fermé qui facilite la prolifération/ transmission/ transformation des microorganismes. Les radiations spatiales qui augmentent les risques de cancer. La distance de la Terre qui impose de se débrouiller seul avec l’équipement mis à disposition… (NASA)
galaxy_icons

Dans cette étude, cependant, les chercheurs ont été en mesure de comparer les changements génétiques avec des échantillons d’un contrôle (Mark Kelly), fournissant une image plus complète de l’effet.

Il y a encore beaucoup d’analyse à faire sur les données recueillies. Les résultats n’ont pas encore été évalués par les pairs et il pourrait se passer quelques années avant qu’ils le soient, vu le volume de données.

À mesure que nous approchons d’être en mesure de mettre un humain sur Mars, ce genre d’étude est précieuse, car un aller simple pour la planète rouge prend six mois. Par conséquent, les équipages passeront au moins un an dans l’espace. De plus, avec le temps, il devrait y avoir de plus en plus de monde là-haut, surtout avec l’arrivée des stations spatiales privées. Le fait de savoir comment l’espace a un impact sur notre corps est la première étape pour déterminer comment nous pouvons atténuer les effets délétères de l’espace sur ces futurs aventuriers.

Sur le site de la NASA : How Stressful Will a Trip to Mars Be on the Human Body? We Now Have a Peek Into What the NASA Twins Study Will Reveal et la partie du site de la NASA consacrée à l’étude TWINS.

Pin It on Pinterest

Share This