Sélectionner une page

L’antimatière est bien le parfait reflet de la matière

21 Déc 2016 | 1 commentaire

particule vs antiparticule (2)

Après deux décennies d’essais, les physiciens du CERN ont réalisé la première mesure de la lumière émise par un atome d’antimatière, révélant que l’antihydrogène est l’image miroir exacte de l’hydrogène régulier/ ordinaire.

Le résultat, qui confirme enfin ce qui était prévu depuis longtemps par les lois de la physique, ouvre une nouvelle façon de tester la théorie de la relativité restreinte d’Einstein et pourrait nous aider à répondre à l’un des plus grands mystères de la physique moderne : pourquoi y a-t-il tellement plus de matière que d’antimatière dans l’Univers ?

Mais avant, un petit rappel !

Les lois de la physique prédisent que pour chaque particule de matière ordinaire, il y a une antiparticule. Donc pour chaque électron négativement chargé, il y a un positron positivement chargé. Cela signifie que pour chaque atome d’hydrogène régulier, il y a un atome d’antihydrogène, et tout comme un atome d’hydrogène est composé d’un électron lié à un proton, un atome d’antihydrogène est composé d’un antiélectron (ou positron) lié à un antiproton.

Si une antiparticule arrive à trouver une particule ordinaire, elles s’annulent mutuellement, libérant de l’énergie sous forme de lumière. Ce fait engendre deux problèmes assez lourds à régler. Le premier est que, comme il y a énormément de matière dans l’Univers, il est pratiquement impossible pour les physiciens de trouver de l’antimatière dans la nature, parce qu’elle sera anéantie avant même d’avoir la chance de commencer à la chercher. Le deuxième problème est : pourquoi y a-t-il autant de matière régulière que d’antimatière ? Si nos modèles de physique actuels suggèrent qu’une quantité égale de particules régulières et d’antiparticules ont été produites par le Big Bang, l’Univers ne devrait-il pas s’être annulé ?

Selon Jeffrey Hangst, de la Collaboration ALPHA au CERN en Suisse :

Quelque chose est arrivé, une petite asymétrie qui a laissé survivre de la matière et nous n’avons tout simplement aucune bonne idée qui explique cela actuellement.

Cela pourrait être sur le point de changer car, pour la première fois, des scientifiques ont été en mesure de mesurer le type de lumière (spectre électromagnétique) émis par un atome d’antihydrogène lorsqu’il est frappé par un laser et de la comparer avec celle émise par un atome d’hydrogène régulier dans les mêmes conditions. C’est la première fois que nous sommes capables de contrôler assez longtemps un atome d’antihydrogène pour mesurer directement son comportement et de le comparer à son homologue l’hydrogène ordinaire.

Jeffrey Hangst et l’expérience ALPHA-2. (CERN)
Coll ALPHA

Selon Hangst :

L’utilisation d’un laser pour observer une transition dans l’antihydrogène et de la comparer à l’hydrogène pour voir s’ils obéissent aux mêmes lois de la physique a toujours été un objectif clé de la recherche d’antimatière.

Parce qu’il est impossible de trouver une particule d’antihydrogène dans la nature, vu que l’hydrogène (qui annule l’antihydrogène) est l’élément le plus abondant dans l’Univers, les scientifiques doivent produire leurs propres atomes d’antihydrogène.

Au cours des 20 dernières années, l’équipe ALPHA a trouvé comment produire suffisamment d’atomes d’antihydrogène pour avoir réellement la chance de pouvoir travailler avec et ils ont finalement trouvé une technique qui leur permet de créer environ 25 000 atomes d’antihydrogène toutes les 15 minutes et d’en piéger environ 14. Les précédentes méthodes ne peuvent en piéger que 1,2 atome d’antihydrogène toutes les 15 minutes.

Ces particules piégées ont été ensuite touchées par une lumière d’un laser pour forcer leurs positrons à “sauter” d’un niveau d’énergie inférieure à un niveau plus élevé. Lorsque les positrons retournent au niveau d’énergie inférieur, la quantité de lumière qui est libérée peut être mesurée.

L’équipe a découvert que l’atome d’antihydrogène émettait exactement le même spectre lumineux que les atomes d’hydrogène ordinaires. Ce résultat est cohérent avec le modèle standard de la physique des particules, qui prédit que l’hydrogène et l’antihydrogène auront des caractéristiques d’émission de lumière identiques et les physiciens ont maintenant la chance de tester d’autre spectre d’émission en utilisant différents types de lasers.

S’ils finissent par être identiques, la relativité restreinte d’Einstein à encore de beaux jours devant elle, comme Adrian Cho explique pour Nature :

Expliquer pourquoi la relativité restreinte exige que l’antimatière reflète la matière implique beaucoup de mathématiques. Mais en un mot, si cette relation de miroir n’était pas exacte, alors l’idée de base derrière la relativité restreinte ne pourrait pas être exactement juste.

Elle suppose qu’une seule chose unifiée appelée espace-temps se divise différemment en espace et en temps pour des observateurs se déplaçant l’un par rapport à l’autre. Il pose que ni l’un ni l’autre ne peut dire qui est vraiment en mouvement et qui est stationnaire. Mais, cela ne peut pas être juste si la matière et l’antimatière ne se reflètent pas. Si l’antimatière n’obéit pas aux mêmes lois de la physique que la matière ordinaire, nos modèles du Big Bang seront faussés.

Cette expérience ouvre la possibilité de comprendre pourquoi la matière a échappé à l’anéantissement total dans l’Univers et nous a permis, ainsi qu’à tout ce qui nous entoure, d’exister.

L’étude publiée dans Nature : Observation of the 1S–2S transition in trapped antihydrogen et décrite également sur Nature : Deep probe of antimatter puts Einstein’s special relativity to the test.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

L’incroyable vidéo d’un morceau d’ADN découpé par l’outil d’édition génétique CRISPR-Cas9

Cette vidéo granuleuse et trop courte représente, en fait, un exploit scientifique, celui d’imager pour la première fois le processus de découpe d’un morceau d’ADN en temps réel avec le nouvel outil de manipulation génétique CRISPR-Cas9.

Et oui, les scientifiques ont prédit que cela devrait se passer de la sorte, mais ils ne l’avaient encore jamais vu. Et cela s’est passé exactement comme ils l’avaient prédit…

L’arbre des villes pousse actuellement plus vite que l’arbre des champs

Dans la première étude du genre, une grande analyse sur la différence entre les arbres des villes et ceux des champs dans dix régions métropolitaines du monde est arrivée à une surprenante conclusion. Malgré la pollution sonore, de l’air et tous les autres défis associés à la vie en ville, les arbres urbains semblent croître plus rapidement que leurs homologues ruraux.

Les auteurs de l’étude ne savent pas exactement pourquoi, mais ils pensent que cela a quelque chose à voir avec…

Par la simple modification d’un gène des chercheurs ont transformé la corne d’un scarabée en un 3e œil

L’œil est souvent mis en avant comme un exemple de la complexité de la nature, mais l’évolution a ses raccourcis. Une nouvelle expérience de l’université de l’Indiana (États-Unis) révèle comment la sélection naturelle peut créer des traits complexes à partir de «blocs de construction» génétiques existants et, pour illustrer cela, l’équipe a utilisé un outil génétique relativement simple pour développer un troisième œil fonctionnel sur le front de coléoptères…

Un ancien pot révèle que la vinification remonte à 8 000 ans en Géorgie

Des archéologues ont mis à jour les premières preuves de vinification dans le monde, datant d’environ 8 000 ans. Les fouilles effectuées en République de Géorgie ont permis de déterrer des morceaux de poterie (image d’entête) datant de la période du début de l’ère céramique du néolithique, vers 6000 av. J.-C., qui contenaient les composés chimiques révélateurs du vin.

Les fouilles ont eu lieu à Gadachrili Gora et Shulaveris Gora,..

La mise en garde de 15 000 scientifiques de 184 pays sur les dramatiques tendances environnementales actuelles

Il y a 25 ans ce mois-ci, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1500 scientifiques indépendants, y compris la plupart des lauréats vivant du prix Nobel de sciences, ont diffusé un avertissement clair intitulé : « World Scientists Warning to Humanity » (Avertissement des scientifiques du monde à l’humanité). Selon eux, déjà à l’époque, en taxant la planète au-delà de ce qu’elle peut produire pour soutenir notre espèce, des changements…

Les plus belles images du 8e survol de Jupiter par la sonde Juno

Tous les 53 jours, la sonde Juno de la NASA réalise un survol de Jupiter. Le mardi 24 octobre, Juno a complété avec succès son huitième survol scientifique sur les douze prévus avant la fin de la mission en juillet de l’année prochaine. La NASA n’a reçue la confirmation que tout s’était bien passé le 31 octobre, car la liaison des données était trop proche du soleil qui peut les corrompre. Depuis et après que la NASA est mise à disposition les nouvelles données sur son site…

Pendant 128 ans, le cadavre d’une sauterelle incrustée dans une célèbre toile de Van Gogh est passé inaperçu

Durant toutes ces années, pas un expert des œuvres de Van Gogh n’a remarqué qu’il avait laissé une sauterelle morte couverte de peinture dans des “oliviers”.

Les morceaux du petit insecte, son thorax et son abdomen, ont été préservés dans la peinture pendant 128 ans. Un conservateur du Musée d’art…

Vous guérirez plus vite si vous vous blessez dans la journée que pendant la nuit

Selon Nathaniel Hoyle et ses collègues du Laboratoire de biologie moléculaire à Cambridge (Angleterre), les plaies semblent guérir deux fois plus vite si l’accident est arrivé durant les heures de jour plutôt que la nuit.

Ils ont découvert que 30 gènes d’un type de cellule cutanée s’activent et se désactivent pendant les cycles jour-nuit. Ces cellules cutanées, appelées…

En Suisse, un robot prend l’ascenseur

Cette vidéo montre la recherche en cours sur l’utilisation des pieds d’un robot à pattes pour de simples manipulations. Dans cet exemple, ANYmal utilise sa grande amplitude de mouvement pour atteindre et appuyer sur un bouton d’ascenseur…

Est-il possible d’embaucher des corbeaux pour ramasser nos mégots avec des cacahuètes ?

Les corbeaux sont très intelligents, autant que les chimpanzés. Ils comprennent même le concept du commerce, alors pourquoi exploiter leur intelligence pour améliorer notre monde corriger l’erreur humaine. Une société néerlandaise appelée Crowded Cities vise à former des corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes le long des routes. Ils seraient en mesure de déposer les mégots dans un distributeur automatique et de recevoir de la nourriture en retour…

Un cachalot peut faire vibrer ton corps jusqu’à la mort

James Nestor, un journaliste et écrivain américain, avec un penchant pour la science, explique dans la vidéo ci-dessous comment les apnéistes scientifiques doivent interagir sur le terrain avec les cachalots et d’autres espèces marines, car cela ne serait pas possible avec d’autres technologies. Ils peuvent nager avec ces énormes mammifères et les cachalots les accueilleront et se réorienteront vers les nageurs comme pour commencer une conversation…

Une femme récupère ses cheveux en arrêtant de dormir avec son chien

Une étude/ rapport réalisée par l’université préfectorale de médecine de Kyoto (Japon) rapporte le cas d’une femme de 57 ans souffrant d’eczéma (dermatite atopique) et qui leur a été envoyée pour le traitement de la perte de ses cheveux (alopécie) qui s’était rapidement étendue à tout le corps ….

IPP : un type de médicament du reflux gastro-œsophagien largement utilisé est lié à un risque doublé de développer un cancer… de l’estomac

Voilà une étude que votre Guru n’aurait pas forcément publiée si un certain nombre de personnes dans son entourage ne suivait pas, depuis quelques années, le traitement incriminé dans cette étude… suffisamment pour vous donner des brûlures d’estomac.

Lorsque vous souffrez de gastrite, inflammation de l’estomac, ulcère… on vous prescrira certainement des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) censés réduire la production d’acide par l’estomac…

Pin It on Pinterest

Share This