Pollinisation marine : il y a des créatures dans la mer qui font le même boulot que les abeilles sur terre

bait-fish-school-sea-grass-026659

Pour la première fois, des scientifiques ont trouvé des preuves expérimentales de pollinisation sous-marine. Il y a des créatures dans la mer qui font le même genre de travail que les abeilles sur la terre ferme.

De microscopiques crustacés et de minuscules vers marins aident à polliniser un herbier marin tropical appelé Thalassia testudinum ou herbe à tortue, selon une étude menée par Brigitta van Tussenbroek de l’université nationale autonome du Mexique. Quelques années auparavant, la chercheuse avec ses collègues a capturé des séquences vidéo (ci-dessous) de ces minuscules invertébrés grouillant autour de lits d’herbe à tortue, comme des abeilles sur des fleurs. Les animaux étaient attirés vers des fleurs mâles, probablement pour se nourrir de glucides et de pollen riches en protéines. Comme effet secondaire de ce comportement alimentaire, ils semblaient transporter le pollen de fleur en fleur.

Fleurs d’herbiers marins visitées par des invertébrés (Van Tussenbroek BI, Monroy-Velázquez LV, Solis-Weiss V)

La découverte fut une surprise. Jusqu’à maintenant, on pensait que le pollen d’herbes marines voyageait des parties mâles aux parties femelles avec les courants océaniques. Van Tussenbroek et ses collègues ont décidé d’essayer de reproduire le comportement pollinisateur en laboratoire. Dans leur nouvelle étude, les chercheurs ont ajouté de l’eau de mer riche en invertébrés marins dans des aquariums contenant des fleurs d’herbe à tortues et ils ont attendu pour observer ce qui se passait. En quelques minutes, des grains de pollen supplémentaires ont commencé à apparaitre sur les stigmates collants, semblables à des tentacules, des fleurs femelles, par rapport aux réservoirs de contrôle qui ne contenait pas les animaux.

Selon les scientifiques, cela confirme que l’herbe à tortue présente une pollinisation abiotique (par des courants) et biotique (par l’intermédiaire des animaux), "en révoquant le paradigme que le pollen dans la mer est seulement transporté par l’eau”.

L’eau est encore un important moyen de propager le pollen, mais les invertébrés pollinisateurs augmentent probablement les chances de féconder les plantes. Il est estimé que les fleurs marines ont évolué à partir d’ancêtres d’eau douce, dont la plupart fleurissent au-dessus de l’eau et répandent leurs semences par les insectes et le vent. Il semble logique qu’un mélange de polio- mie abiotique et biotique ait porté à la vie dans l’océan.

Évolution des plantes marines. (Wikimédia)868px-Evolution_of_seagrasses_Pengo.svg

Cela dit, nous n’avons toujours aucune idée de la fréquence de la pollinisation sous-marine  comme l’étude ne s’est portée que sur une seule espèce. Dans le monde entier, il existe soixante espèces connues d’herbiers marins. Ils forment de vastes prairies dans des eaux tempérées et tropicales peu profondes, fournissant un habitat à un large éventail de poissons, d’invertébrés, de tortues et de lamantins.

La pollinisation des graminées de l’herbe à tortues pourrait être l’exception ou les abeilles de mer pourraient être incroyablement répandues… l’avenir nous le dira.

L’étude publiée dans Nature Communications : Experimental evidence of pollination in marine flowers by invertebrate fauna.

Tags: , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse