Sélectionner une page

Les humains s’entretuent-ils par nature ?

4 Oct 2016 | 1 commentaire

Bouguereau-The_First_Mourning-1888

Une nouvelle recherche, qui adopte une approche novatrice pour suivre l’évolution de la violence létale/ mortelle, a constaté que l’Homo sapiens a évolué à partir d’une branche particulièrement brutale des mammifères. Une tendance à nous castagner se trouve dans notre ADN… cependant,  les chercheurs ont également constaté que notre propension à nous entretuer s’est atténuée.

Image d’entête : Premier deuil (Abel sur les genoux d’Adam) de William-Adolphe Bouguereau, 1888.

De nombreux scientifiques et philosophes ont tenté de comprendre pourquoi les humains sont enclins à tuer d’autres êtres humains. Le problème réside dans le fait que le sujet même de la violence implique une foire d’empoigne d’influences potentielles qui sont scientifiquement difficiles à distinguer /séparer clairement.

Pour contourner ce problème, le chercheur José María Gómez et ses collègues de l’université de Grenade (Espagne) ont adopté une nouvelle approche en se tournant vers la phylogénie, qui retrace la façon dont une espèce se développe et rayonne dans différentes espèces. Ils ont ainsi trouvé que l’Homo sapiens fait partie d’une lignée particulièrement violente qui remonte à des millions d’années.

Sur l’ensemble des mammifères, le taux de violence meurtrière contre un membre de la même espèce est d’environ 0,30 %, soit 1 chance sur 300 d’être tué par un de vos semblables. Pour l’ancêtre des grands singes (nous compris), il est de 1,8 %. Et pour l’homme au point d’origine de notre espèce, le taux grimpe jusqu’à 2 %, ou 1 chance sur 50 d’être assassiné.

Notre espèce est, en d’autres termes, au niveau le plus haut d’une augmentation constante de violence meurtrière, qui est en cours depuis environ 100 millions d’années.

Pour le déterminer, l’équipe a consulté notre histoire évolutive. La plupart du temps, plus deux espèces sont proches dans l’arbre de l’évolution, plus elles présentent des niveaux similaires d’assassinat interespèces. Sur cette base, Gómez a prédit quel niveau devrait atteindre la violence chez les humains, puis il analysa les causes de décès dans 600 populations humaines entre 50 000 AV JC  à aujourd’hui, pour déterminer quel niveau elle atteint réellement.

Ils ont trouvé que les humains étaient environ 6 fois plus meurtriers que la moyenne des mammifères. Ainsi, comme le Guru l’a déjà indiqué, lorsque notre espèce prenait pied, environ 2 % des personnes (ou une sur 50) auraient été assassinés par d’autres humains. Mais ce taux de violence létale a évolué, atteignant les 3,9 % au cours du paléolithique, il y a plus de 10 000 ans.

Puis, au cours de la période médiévale, entre 400 et 1400 ans, ce taux a atteint 12 % environ, avant de chuter au cours des derniers siècles. Ainsi, nous sommes maintenant beaucoup moins violentes que nous l’étions dans notre passé préhistorique, très probablement par le fait que nous soyons plus organisées et que nous ayons mis en place des systèmes juridiques et des lois plus strictes. Sans oublier que la plupart des cultures actuelles rejettent la violence, amenant le taux de meurtres à moins de 1 sur 10 000.

Tous les mammifères ne sont pas violents. L’étude a montré que près de 40 % des 1 024 espèces de mammifères étudiés se tuaient entre elles et les primates étaient particulièrement sanguinaires.

Image tirée de l’étude (clic pour agrandir) : arbre phylogénétique présentant la violence mortelle interespèce chez les mammifères non humains. Plus la couleur est claire, moins l’espèce s’entretue. Et plus la couleur est proche du rouge, plus  le sang sera versé. Les humains (triangle rouge, en haut à gauche) émergent d’une lignée particulièrement meurtrière (noter la concentration de jaunes, oranges et rouges chez les primates). (Gomez, et Col./ Nature)
Phylogènie-mammifère-HomoSapien

Étonnamment, les humains ne sont pas dans le top cinq, en dépit la dangerosité que nous semblons présenter aux infos du soir et il en va de même pour d’autres espèces de mammifères que nous associons à la violence, comme les lions et les loups.

Non, le numéro un des espèces de mammifères les plus meurtriers est en fait … le suricate (“meerkat” dans le tableau ci-dessous). Eh oui, les adorables suricates sont les mammifères les plus susceptibles de s’entretuer, avec près d’un sur cinq (des jeunes pour la plupart) assassinés par un autre suricate, selon la nouvelle étude.

Violence léthal-mammifères

Pour revenir aux primates, selon Gómez :

Bien que seulement 0,3 % des décès de mammifères soient causés par des membres de la même espèce, ce taux est passé à 2,3 % dans l’ancêtre commun des primates, et a légèrement baissé à 1,8 % chez l’ancêtre des grands singes. Voilà l’héritage mortel dont l’humanité a hérité.

Et Gómez de conclure :

Le message principal de l’étude, de notre point de vue, est que peu importe la façon dont nous sommes violents ou pacifiques à l’origine, nous pouvons moduler le niveau de la violence interpersonnelle en changeant notre environnement social. Nous pouvons construire une société plus pacifique si nous le voulons.

Il y a encore de l’espoir… Ainsi, alors que l’étude présente de solides estimations quant à notre nature, plus violente que la moyenne des mammifères, les chercheurs ont également montré que les systèmes sociaux et les normes culturelles peuvent contenir cette violence innée.

L’étude publiée dans Nature : The phylogenetic roots of human lethal violence.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

L’incroyable vidéo d’un morceau d’ADN découpé par l’outil d’édition génétique CRISPR-Cas9

Cette vidéo granuleuse et trop courte représente, en fait, un exploit scientifique, celui d’imager pour la première fois le processus de découpe d’un morceau d’ADN en temps réel avec le nouvel outil de manipulation génétique CRISPR-Cas9.

Et oui, les scientifiques ont prédit que cela devrait se passer de la sorte, mais ils ne l’avaient encore jamais vu. Et cela s’est passé exactement comme ils l’avaient prédit…

L’arbre des villes pousse actuellement plus vite que l’arbre des champs

Dans la première étude du genre, une grande analyse sur la différence entre les arbres des villes et ceux des champs dans dix régions métropolitaines du monde est arrivée à une surprenante conclusion. Malgré la pollution sonore, de l’air et tous les autres défis associés à la vie en ville, les arbres urbains semblent croître plus rapidement que leurs homologues ruraux.

Les auteurs de l’étude ne savent pas exactement pourquoi, mais ils pensent que cela a quelque chose à voir avec…

Par la simple modification d’un gène des chercheurs ont transformé la corne d’un scarabée en un 3e œil

L’œil est souvent mis en avant comme un exemple de la complexité de la nature, mais l’évolution a ses raccourcis. Une nouvelle expérience de l’université de l’Indiana (États-Unis) révèle comment la sélection naturelle peut créer des traits complexes à partir de «blocs de construction» génétiques existants et, pour illustrer cela, l’équipe a utilisé un outil génétique relativement simple pour développer un troisième œil fonctionnel sur le front de coléoptères…

Un ancien pot révèle que la vinification remonte à 8 000 ans en Géorgie

Des archéologues ont mis à jour les premières preuves de vinification dans le monde, datant d’environ 8 000 ans. Les fouilles effectuées en République de Géorgie ont permis de déterrer des morceaux de poterie (image d’entête) datant de la période du début de l’ère céramique du néolithique, vers 6000 av. J.-C., qui contenaient les composés chimiques révélateurs du vin.

Les fouilles ont eu lieu à Gadachrili Gora et Shulaveris Gora,..

La mise en garde de 15 000 scientifiques de 184 pays sur les dramatiques tendances environnementales actuelles

Il y a 25 ans ce mois-ci, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1500 scientifiques indépendants, y compris la plupart des lauréats vivant du prix Nobel de sciences, ont diffusé un avertissement clair intitulé : « World Scientists Warning to Humanity » (Avertissement des scientifiques du monde à l’humanité). Selon eux, déjà à l’époque, en taxant la planète au-delà de ce qu’elle peut produire pour soutenir notre espèce, des changements…

Les plus belles images du 8e survol de Jupiter par la sonde Juno

Tous les 53 jours, la sonde Juno de la NASA réalise un survol de Jupiter. Le mardi 24 octobre, Juno a complété avec succès son huitième survol scientifique sur les douze prévus avant la fin de la mission en juillet de l’année prochaine. La NASA n’a reçue la confirmation que tout s’était bien passé le 31 octobre, car la liaison des données était trop proche du soleil qui peut les corrompre. Depuis et après que la NASA est mise à disposition les nouvelles données sur son site…

Pendant 128 ans, le cadavre d’une sauterelle incrustée dans une célèbre toile de Van Gogh est passé inaperçu

Durant toutes ces années, pas un expert des œuvres de Van Gogh n’a remarqué qu’il avait laissé une sauterelle morte couverte de peinture dans des “oliviers”.

Les morceaux du petit insecte, son thorax et son abdomen, ont été préservés dans la peinture pendant 128 ans. Un conservateur du Musée d’art…

Vous guérirez plus vite si vous vous blessez dans la journée que pendant la nuit

Selon Nathaniel Hoyle et ses collègues du Laboratoire de biologie moléculaire à Cambridge (Angleterre), les plaies semblent guérir deux fois plus vite si l’accident est arrivé durant les heures de jour plutôt que la nuit.

Ils ont découvert que 30 gènes d’un type de cellule cutanée s’activent et se désactivent pendant les cycles jour-nuit. Ces cellules cutanées, appelées…

En Suisse, un robot prend l’ascenseur

Cette vidéo montre la recherche en cours sur l’utilisation des pieds d’un robot à pattes pour de simples manipulations. Dans cet exemple, ANYmal utilise sa grande amplitude de mouvement pour atteindre et appuyer sur un bouton d’ascenseur…

Est-il possible d’embaucher des corbeaux pour ramasser nos mégots avec des cacahuètes ?

Les corbeaux sont très intelligents, autant que les chimpanzés. Ils comprennent même le concept du commerce, alors pourquoi exploiter leur intelligence pour améliorer notre monde corriger l’erreur humaine. Une société néerlandaise appelée Crowded Cities vise à former des corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes le long des routes. Ils seraient en mesure de déposer les mégots dans un distributeur automatique et de recevoir de la nourriture en retour…

Un cachalot peut faire vibrer ton corps jusqu’à la mort

James Nestor, un journaliste et écrivain américain, avec un penchant pour la science, explique dans la vidéo ci-dessous comment les apnéistes scientifiques doivent interagir sur le terrain avec les cachalots et d’autres espèces marines, car cela ne serait pas possible avec d’autres technologies. Ils peuvent nager avec ces énormes mammifères et les cachalots les accueilleront et se réorienteront vers les nageurs comme pour commencer une conversation…

Une femme récupère ses cheveux en arrêtant de dormir avec son chien

Une étude/ rapport réalisée par l’université préfectorale de médecine de Kyoto (Japon) rapporte le cas d’une femme de 57 ans souffrant d’eczéma (dermatite atopique) et qui leur a été envoyée pour le traitement de la perte de ses cheveux (alopécie) qui s’était rapidement étendue à tout le corps ….

IPP : un type de médicament du reflux gastro-œsophagien largement utilisé est lié à un risque doublé de développer un cancer… de l’estomac

Voilà une étude que votre Guru n’aurait pas forcément publiée si un certain nombre de personnes dans son entourage ne suivait pas, depuis quelques années, le traitement incriminé dans cette étude… suffisamment pour vous donner des brûlures d’estomac.

Lorsque vous souffrez de gastrite, inflammation de l’estomac, ulcère… on vous prescrira certainement des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) censés réduire la production d’acide par l’estomac…

Pin It on Pinterest

Share This