Les araignées accordent les fils de leur toile pour en retirer le maximum d’informations

araignée-toile16

Comme pour les cordes d’un instrument de musique bien accordé, chaque fil de soie qui compose la toile d’une araignée transmet des vibrations à travers une large gamme de fréquences, qui se propage à travers la structure. Cela permet aux araignées, qui ne voient pas très bien, de vérifier l’état de leurs toiles et de détecter la présence de proies et de partenaires.

Les scientifiques le savent depuis des années, mais ils ne connaissaient pas précisément les caractéristiques de ces vibrations, ou si les araignées avaient un contrôle sur cette fonctionnalité architecturale. Pour en savoir plus, les chercheurs de l’université d’Oxford et de l’université Carlos III de Madrid ont exploré les liens entre la propriété des matériaux des toiles d’araignées et comment les vibrations se propagent à travers les fils de soie. Leur étude, publiée cette semaine, démontre que les araignées peuvent en effet “régler/ ajuster” leurs toiles pour qu’elles transmettent des messages spécifiques.

En utilisant des lasers pour mesurer les très légères vibrations, les chercheurs ont isolé trois fonctions particulières de la toile qui permettent aux araignées de transformer leurs pièges en émetteurs de données : la tension de la toile, la rigidité de la soie et l’architecture globale de la toile et les araignées sont apparemment capables de manipuler ces trois caractéristiques.

Par exemple, les deux principaux types d’ondes transversales, à savoir les vibrations qui se déplacent perpendiculairement par rapport la direction de leurs propagations et les ondes longitudinales, qui vibrent dans le sens de leur propagation, peuvent être réglés par l’araignée quand elle ajuste la tension de sa toile et la rigidité de la bordure extérieure et des rayons externes appelés “dragline” en anglais. En fait, les toiles d’araignée sont tellement personnalisables que les chercheurs ont émis l’hypothèse que les caractéristiques spécifiques de la soie ont évolué dans ce but.

Selon les chercheurs :

Nous proposons que les caractéristiques de la “dragline” de soie aient évolué en tant que mécanisme de contrôle pour ces fibres multifonctionnelles. Les différents degrés d’influence active sur l’ingénierie de la toile révèlent l’extraordinaire capacité des araignées à façonner les propriétés physiques de leurs matériaux pour influer sur la fonctionnalité biologique (à savoir la transmission de données).

Ainsi une araignée ne se contente pas de fabriquer sa toile en espérant aveuglément que sa son architecture propage des vibrations, elle l’optimise également pour que cette dernière relayer certaines informations spécifiques à des fréquences particulières, en faisant un outil multifonction.

L’étude publiée dans The Journal of the Royal Society Interface : Tuning the instrument: sonic properties in the spider’s web.

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse