Sélectionner une page

Idiocracy

Votre Guru revient sur une étude publiée en 1999, mais qui est complètement d’actualité à l’approche des futures élections démocratiques et qui vient parfaitement compléter mon tout récent article sur les lois basiques de la bêtise humaine. Nous allons découvrir ensemble quelque chose dont nous nous doutions, surtout vous fidèles lecteurs(rices)… L’effet Dunning-Kruger, ou comment des difficultés à reconnaitre sa propre incompétence conduisent à se surestimer.

Un nombre croissant de recherches en psychologie montre que l’incompétence prive les gens de la capacité à reconnaitre leur propre incompétence. Pour dire les choses crument, les gens sont trop bêtes pour savoir qu’ils sont stupides et inversement, les personnes compétentes ont tendance à sous-estimer leur niveau de compétence. De même, les gens pas drôles du tout n’ont pas suffisamment le sens de l’humour pour le dire. Cette déconnexion peut être responsable de nombreux problèmes de société.

Image d’entête : l’affiche du film Idiocraty.

Avec plus d’une décennie de recherche, David Dunning, psychologue à l’université Cornell (New York), a démontré que les humains estiment qu’il est “intrinsèquement difficile d’avoir une idée de ce que nous ne savons pas." Que ce soit un individu manquant de compétence dans le raisonnement logique, l’intelligence émotionnelle, l’humour ou même ses capacités aux échecs (le jeu), la personne a toujours tendance à évaluer sa ou ses compétences, dans ce domaine, comme étant supérieure à la moyenne.

Dunning et son collègue, Justin Kruger, anciennement de l’université Cornell lors de cette étude (États-Unis, New York) et maintenant à l’université de New York, ont réalisé un certain nombre d’études dans lesquelles on donna aux participants une épreuve concernant certains domaines de la connaissance, comme un raisonnement logique, les connaissances sur les MST (maladies sexuellement transmissibles) et comment les éviter, l’intelligence émotionnelle, etc., etc. “Puis, nous déterminions leurs scores, et nous leur demandions simplement comment ils pensent l’avoir fait”, a déclaré Dunning. "Nous demandions : à quel percentile* se place votre performance ?".

*La notion de percentile ou centile reste difficile à expliquer simplement, vous pouvez prendre ses résultats sous la forme de pourcentage. En une ligne, la note d’un sujet en percentile va indiquer son rang dans un groupe constitué de 100 sujets.

incompétence

Les résultats sont uniformes dans tous les domaines de connaissances : les personnes, ayant obtenu de bons résultats aux tests, ont tendance à se sentir plus confiantes quant à leur performance que les personnes qui n’ont que très faiblement réussi. Presque tout le monde pense avoir fait mieux que la moyenne.

Pour les personnes en bas de la liste, qui sont vraiment mauvaises, dans les à 10 à 15 percentile de taux de réussite, ils pensent l’avoir réussi à 55-60, alors, au-dessus de la moyenne.

La même tendance se dégage dans les tests sur la capacité des gens à voter pour l’aspect comique d’une blague, l’exactitude de la grammaire, ou même leur propre performance dans un jeu d’échecs. Les gens en bas continuent de penser qu’ils surpassent d’autres personnes.

Il ne s’agit pas simplement d’optimisme, mais plutôt que leur manque total de savoir-faire les rend incapables de reconnaitre leur déficience. Même quand Dunning et ses collègues offrent, aux participants de l’étude, une récompense de 100 $ s’ils réussissent à s’évaluer avec précision, ils ne le peuvent pas. "Ils essayent vraiment d’être honnêtes et impartiaux”, a-t-il dit.

“Si seulement nous nous connaissions mieux”. Dunning pense que l’incapacité des personnes, à évaluer leurs propres connaissances, est la cause de nombreux maux de la société, y compris le négationnisme vis-à-vis du changement climatique.

Beaucoup de personnes n’ont pas de formation en sciences et, donc, ils peuvent très bien se méprendre sur celles-ci. Mais parce qu’ils n’ont pas les connaissances nécessaires pour l’évaluer, ils ne réalisent pas comment pourraient être leurs évaluations.

En outre, même si une personne parvient à une conclusion tout à fait logique pour savoir si le changement climatique est réel ou non en fonction de leur évaluation de la science, ils ne sont vraiment pas en mesure d’évaluer la science.

Dans le même esprit, les personnes qui ne sont pas douées dans un domaine donné ont tendance à ne pas être capables de reconnaitre les talents ou les bonnes idées des autres, de leurs collègues, aux politiciens. Cela peut entraver le processus démocratique, qui repose sur les citoyens ayant la capacité d’identifier et de soutenir le meilleur candidat ou la meilleure politique.

La stupidité dans un modèle d’élection démocratique

Mato Nagel, un sociologue en Allemagne, a récemment mis en œuvre Dunning et les théories de Kruger par ordinateur, pour simuler une élection démocratique. Dans son modèle mathématique de l’élection, il a supposé que les compétences de leadership propres aux électeurs étaient distribuées sur une courbe en cloche, certains étaient vraiment de bons leaders et certains vraiment mauvais, mais la plupart étaient médiocres et que chaque électeur était incapable de reconnaître les compétences en leadership d’un candidat politique comme étant meilleure que la sienne. Lorsqu’une telle élection fut simulée, les candidats, dont les compétences de meneurs  ne sont que légèrement supérieures à la moyenne, ont toujours gagné.

Nagel a conclu que les démocraties élisent rarement ou jamais les meilleurs dirigeants. Leur avantage, par rapport aux dictatures ou à d’autres formes de gouvernement, est simplement qu’ils “préviennent efficacement des candidats inférieurs à la moyenne de devenir des chefs”.

Cette recherche nous rappelle que nous ne sommes pas si doués que nous croyons l’être. Et vous ne pourriez pas avoir raison sur les choses à propos desquelles vous pensez avoir raison. Et si vous essayez de vous moquer de tout cela, vous pourriez ne pas être aussi drôle que vous le pensez et si comme votre Guru, vous êtes un imbécile qui en a conscience, vous pouvez toujours vous rattraper, soit en lisant GuruMeditation… soit par un entrainement menant à une amélioration significative de vos compétences, vous pourrez alors reconnaitre et accepter vos lacunes antérieures.

L’étude au format PDF de David Dunning et Justin Kruger :Unskilled and Unaware of It: How Difficulties in Recognizing One’s Own Incompetence Lead to Inflated Self-Assessments. Le lien est mort, vive le nouveau lien (PDF).

La description du modèle mathématique de Mato NAgel : A Mathematical Model of Democratic Elections.

Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This