Sélectionner une page

Pourquoi cette étrange taupe a un nez en forme de pieuvre qui peut sentir sous l’eau ?

25 Avr 2017 | 0 commentaires

Condylure étoilé 2

Le Condylure étoilé est une espèce qui a attiré l’attention des scientifiques pendant près d’un quart de siècle. Cette taupe avec le nez en étoile est sûrement l’une des plus étranges créatures au monde. Si vous tombiez nez à nez (…) avec l’un de ses membres, vous pourriez penser que sa tête a été remplacée par une petite pieuvre. Et pour un animal presque aveugle, l’espèce américaine est étonnamment rapide : le plus rapide mangeur du monde, il peut trouver et engloutir un insecte ou un ver en un quart de seconde.

Au fur et à mesure que le petit carnivore poilu traverse les sols détrempés de son domaine marécageux, il pousse sa tête en avant dans des mouvements constants. Dans le monde souterrain et donc obscur de la taupe, la vue est inutile. A la place, il capte les vibrations d’un monde grouillant de proie. Le condylure étoilé chasse en posant son nez en étoile contre le sol le plus rapidement possible. Il peut toucher 10 ou 12 endroits différents en une seule seconde. Le mouvement pourrait sembler aléatoire, mais ce n’est pas le cas. À chaque touche, 100 000 fibres nerveuses envoient des informations au cerveau de la taupe. Ce sont cinq fois plus de capteurs tactiles que dans une main humaine, tous contenu dans un nez plus petit que le bout du doigt.

Le nez du Condylure étoilé. (Kenneth Catania)nez Condylure étoilé2

Et c’est l’un des deux seuls animaux connu pour sentir sous l’eau, en soufflant des bulles d’air et en les aspirant dans son nez.

Ce ne sont là qu’un échantillon de faits incroyables concernant le Condylure étoilé, pour Ken Catania, un neurologiste de l’université Vanderbilt (États-Unis) et principal expert mondial de cette créature. Cette semaine, il présentera une recherche de trois décennies lors de la réunion annuelle de l’Experimental Biology à Chicago, qui fait partie d’un symposium sur l’anatomie la plus extrême du monde.

Catania s’est orienté dans l’étude de créatures étranges, dont les capacités augmentées révèlent quelque chose sur notre propre biologie.

Selon lui :

L’évolution a résolu beaucoup de problèmes de différentes façons. Nous pouvons en apprendre beaucoup de cette diversité.

Par exemple, étudier le nez sensible de la taupe a révélé des indices sur la façon dont le toucher fonctionne au niveau moléculaire. Le chercheur a découvert qu’un motif d’étoiles géant qui reflète le nez étrange de la taupe est imprimé directement dans l’anatomie du cerveau. Chaque fois que la taupe appuie sur son nez, elle crée une vue en forme d’étoile de son environnement et ces images se rejoignent dans son cerveau comme les pièces d’un puzzle.

C’est la seule espèce de taupe (il y en a 39)  qui vit dans des marécages. Son museau a peut-être évolué pour l’aider à éviscérer rapidement de nombreuses petites proies dans son environnement gorgé d’eau.

Catania a travaillé sur cette étude en collaboration avec Diana Bautista qui étudie la douleur et la démangeaison à l’université de Californie à Berkeley et qui a découvert des molécules dans l’étoile de la taupe qui aident à transformer une force physique, qu’il s’agisse de la caresse d’une plume ou de la piqûre d’une aiguille, en signaux électriques destinés au système nerveux.

Comme bon nombre de ces molécules se retrouvent chez les humains, un tel savoir pourrait conduire au développement de nouveaux traitements contre la douleur.

Catania a encore beaucoup de mystères à résoudre concernant cette taupe : peuvent-ils sentir de fines textures avec un seule toucher de leurs nez ? Quels sont les gènes et les molécules qui permettent à l’étoile de se développer et comment son cerveau amplifie-t-il autant les signaux tactiles provenant de son nez ? La taupe n’hiberne pas en hiver, alors, comment est-ce qu’elle garde son étoile sensible lorsqu’elle plonge dans de l’eau glacée ?

Toutes ces questions nécessitent un scientifique dédié à la bizarrerie et qui n’a pas peur de se mouiller.

Les étranges particularitées joyeusement décrites (en anglais) dans cette vidéo :

Sur le site de l’Experimental Biology 2017 : Stars for their Eyes: A Nose that Acts Like a Visual System.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Hallucinations auditives induites par un simple conditionnement pavlovien

Lorsque des humains entendent des voix, d’autres ne le peuvent pas, le modèle scientifique actuel décrit cela comme une psychose due à une anomalie cérébrale, un déséquilibre chimique ou une autre affection. Mais des scientifiques de l’université de Yale (Etats-Unis) ont maintenant induit de manière fiable des hallucinations auditives chez certaines personnes qui…

Lire

91 volcans se cachent sous la calotte glaciaire de l’Antarctique

Max Van Wyk de Vries, diplômé de l’université d’Édimbourg (Écosse), s’est demandé combien de pics volcaniques pourraient se trouver sous la couche de glace de l’Antarctique.

Ainsi, il a proposé une étude. Cela s’est transformé en ce que les auteurs du document de recherche appellent : le premier inventaire des volcans sous-glaciaires de l’Antarctique. En analysant les données sur les couches de glace et les terres situées en dessous,

Lire

Une troisième planète terrestre potentiellement habitable se planquerait dans le système Gliese 832

Des physiciens de l’université du Texas à Arlington (UTA) ont récemment annoncé la découverte possible d’une planète terrestre en orbite autour de Gliese 832, une étoile naine rouge à seulement 16 années-lumière d’ici. Des astronomes avaient déjà détecté deux exoplanètes en orbite autour de Gliese 832…

Lire

Des scientifiques ont finalement découvert comment synthétiser le composé actif des champignons hallucinogènes

Les champignons contenant de la psilocybine, Psilocybe cyanescens, habituellement appelés “champignons hallucinogènes” s’avèrent être un remède ou un traitement très efficace pour les céphalées en grappe et d’autres problèmes de santé physique ou mentale, comme la dépression…

Lire

Il ne reste plus qu’un mois avant que la sonde Cassini brule dans l’atmosphère de Saturne

La fin est proche pour la sonde Cassini de la NASA alors que le vaisseau spatial entre dans son dernier mois en orbite autour de Saturne. La sonde brûlera comme un météore artificiel dans la haute atmosphère de la géante gazeuse, le 15 septembre, mettant fin à une odyssée de 13 ans dans le système de la planète aux anneaux…

Lire

L’odeur du plastique attire les poissons

Une étude suggère que les poissons sont chimiquement attirés par l’odeur des déchets plastiques dans la mer.

L’enquête approfondie montre que les odeurs provenant de nos déchets plastiques induisent des comportements de recherche alimentaire chez les poissons, confondant le plastique avec des proies…

Lire

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Image : un profil de Jupiter que l’on ne connaît pas

La mission Juno de la NASA a capturé cette image de Jupiter le 10 juillet, à 16 535 kilomètres au-dessus des nuages. Le nord de la planète est à gauche dans l’image. L’image a été convertie à partir de données brutes (RAW) par les scientifiques citoyens Gerald Eichstädt et Seán Doran…

Lire

Au niveau moléculaire, les amateurs de whisky ont raison d’y rajouter de l’eau

Un débat fait rage chez les amateurs de Whisky : avec ou sans adjonction d’eau (ou de glace)… la science a tranché et selon certains chimistes, vous devriez ajouter de l’eau à votre whisky.

Selon une nouvelle étude, le whisky dilué peut en effet améliorer le goût du whisky…

Lire

Ce mois de juillet a atteint le précédent record de température selon la NASA

Juillet 2017 est à égalité avec juillet et août 2016 en tant que mois le plus chaud jamais enregistré, selon une nouvelle analyse de la NASA.

Mai 2017 n’est pas loin derrière, en deuxième position. Le mois dernier fut de 0,83 °C plus chaud que la température moyenne de…

Lire

En cas d’attaque nucléaire : n’utilisez pas d’après-shampoing !

Après les menaces de la Corée du Nord la semaine dernière proféré sur l’île américaine de Guam, le Bureau de la Défense civile de Guam a publié un ensemble de directives « au cas ou », que vous pouvez trouver ici, pour se préserver après une attaque nucléaire. Il y a beaucoup de conseils et d’avertissements intéressants dans ces lignes directrices, mais celle qui sort du lot est…

Lire

Finalement l’astéroïde Apophis n’a qu’une chance sur 100 000 de frapper la Terre

Découvert en 2004, l’astéroïde Apophis devrait passer à proximité de notre planète le 13 avril 2029.

Cet énorme astéroïde d’environ 400 mètres de large, est toujours sur la liste des objets géocroiseurs (NEO pour Near Earth Object) dangereusement proches de la terre, considéré comme une menace potentielle pour notre planète…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire

Condylure étoilé 2

Le Condylure étoilé est une espèce qui a attiré l’attention des scientifiques pendant près d’un quart de siècle. Cette taupe avec le nez en étoile est sûrement l’une des plus étranges créatures au monde. Si vous tombiez nez à nez (…) avec l’un de ses membres, vous pourriez penser que sa tête a été remplacée par une petite pieuvre. Et pour un animal presque aveugle, l’espèce américaine est étonnamment rapide : le plus rapide mangeur du monde, il peut trouver et engloutir un insecte ou un ver en un quart de seconde.

Au fur et à mesure que le petit carnivore poilu traverse les sols détrempés de son domaine marécageux, il pousse sa tête en avant dans des mouvements constants. Dans le monde souterrain et donc obscur de la taupe, la vue est inutile. A la place, il capte les vibrations d’un monde grouillant de proie. Le condylure étoilé chasse en posant son nez en étoile contre le sol le plus rapidement possible. Il peut toucher 10 ou 12 endroits différents en une seule seconde. Le mouvement pourrait sembler aléatoire, mais ce n’est pas le cas. À chaque touche, 100 000 fibres nerveuses envoient des informations au cerveau de la taupe. Ce sont cinq fois plus de capteurs tactiles que dans une main humaine, tous contenu dans un nez plus petit que le bout du doigt.

Le nez du Condylure étoilé. (Kenneth Catania)nez Condylure étoilé2

Et c’est l’un des deux seuls animaux connu pour sentir sous l’eau, en soufflant des bulles d’air et en les aspirant dans son nez.

Ce ne sont là qu’un échantillon de faits incroyables concernant le Condylure étoilé, pour Ken Catania, un neurologiste de l’université Vanderbilt (États-Unis) et principal expert mondial de cette créature. Cette semaine, il présentera une recherche de trois décennies lors de la réunion annuelle de l’Experimental Biology à Chicago, qui fait partie d’un symposium sur l’anatomie la plus extrême du monde.

Catania s’est orienté dans l’étude de créatures étranges, dont les capacités augmentées révèlent quelque chose sur notre propre biologie.

Selon lui :

L’évolution a résolu beaucoup de problèmes de différentes façons. Nous pouvons en apprendre beaucoup de cette diversité.

Par exemple, étudier le nez sensible de la taupe a révélé des indices sur la façon dont le toucher fonctionne au niveau moléculaire. Le chercheur a découvert qu’un motif d’étoiles géant qui reflète le nez étrange de la taupe est imprimé directement dans l’anatomie du cerveau. Chaque fois que la taupe appuie sur son nez, elle crée une vue en forme d’étoile de son environnement et ces images se rejoignent dans son cerveau comme les pièces d’un puzzle.

C’est la seule espèce de taupe (il y en a 39)  qui vit dans des marécages. Son museau a peut-être évolué pour l’aider à éviscérer rapidement de nombreuses petites proies dans son environnement gorgé d’eau.

Catania a travaillé sur cette étude en collaboration avec Diana Bautista qui étudie la douleur et la démangeaison à l’université de Californie à Berkeley et qui a découvert des molécules dans l’étoile de la taupe qui aident à transformer une force physique, qu’il s’agisse de la caresse d’une plume ou de la piqûre d’une aiguille, en signaux électriques destinés au système nerveux.

Comme bon nombre de ces molécules se retrouvent chez les humains, un tel savoir pourrait conduire au développement de nouveaux traitements contre la douleur.

Catania a encore beaucoup de mystères à résoudre concernant cette taupe : peuvent-ils sentir de fines textures avec un seule toucher de leurs nez ? Quels sont les gènes et les molécules qui permettent à l’étoile de se développer et comment son cerveau amplifie-t-il autant les signaux tactiles provenant de son nez ? La taupe n’hiberne pas en hiver, alors, comment est-ce qu’elle garde son étoile sensible lorsqu’elle plonge dans de l’eau glacée ?

Toutes ces questions nécessitent un scientifique dédié à la bizarrerie et qui n’a pas peur de se mouiller.

Les étranges particularitées joyeusement décrites (en anglais) dans cette vidéo :

Sur le site de l’Experimental Biology 2017 : Stars for their Eyes: A Nose that Acts Like a Visual System.

Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This