Découverte de la plus grosse exoplanète en orbite autour de deux étoiles

Kepler-1647 b

Les planètes qui tournent autour de deux étoiles (étoile binaire) ont toujours été difficiles à détecter. Malgré des décennies de suspicion, on n’a repéré la première qu’en 2011 et même maintenant leurs orbites irrégulières rendre la vie difficile à ceux qui les traque. La NASA a confirmé cette semaine  la découverte de la plus grande de ces planètes circumbinaires,  nommé Kepler-1647 b, à quelque 3 700 années-lumière d’ici.

Représentation artistique de Kepler-1647 b en orbite autour de ses deux étoiles (Lynette Cook)

Pour confirmer l’existence d’une exoplanète, les scientifiques regardent à travers un télescope pour tenter de percevoir les changements de luminosité alors qu’elle passe devant une étoile (transit). C’est déjà assez dur d’en trouver autour d’une seule étoile, avec le suivi des observations nécessaires pour vérifier son existence, alors les chemins empruntés par les planètes circumbinaires ajoutent encore une autre couche de complexité.

Selon l’astronome William Welsh de l’université d’État de San Diego, coauteur de l’étude :

Trouver des planètes circumbinaires est beaucoup plus difficile que de trouver des planètes autour d’étoiles simples. Les transits ne sont pas régulièrement espacés dans le temps et ils peuvent varier dans le temps et même en profondeur.

Laurance Doyle, coauteur de l’étude et astronome à l’Institut SETI, a d’abord remarqué le transit de ce qui allait être appelé Kepler-1647 b à l’aide du télescope spatial Kepler, en 2011. Il aura fallu attendre des années d’observations d’un groupe d’astronomes amateurs appelé le KELT Follow-Up Network pour que la NASA confirme son existence.

Âgée d’environ 4,4 milliards d’années, Kepler-1647 b a une masse et un rayon presque identique à celui de Jupiter et les étoiles sont de taille similaire à notre Soleil, un tantinet un peu plus grande et un peu plus petite. En outre, comme Jupiter, l’exoplanète est une géante gazeuse et n’est donc pas susceptible d’accueillir la vie. Cependant, elle est dans la zone habitable de son étoile et les chercheurs estiment que, si elle dispose de grandes lunes, il est possible qu’elles puissent abriter la vie.

Représentation artistique de Kepler-1647 b (Lynette Cook)Kepler-1647 b-2

Kepler a détecté plus de 2 300 exoplanètes depuis son entrée en service en mars 2009. Le nombre total des exoplanètes vérifiées est à 3 200, mais cette dernière exoplanète a la plus longue orbite de toutes avec 1 107 jours. L’équipe dit que c’est ce qui l’a rendu si difficile à détecter, en dépit de sa grande taille. La planète orbite aussi ses étoiles à une distance beaucoup plus grande que toute autre planète circumbinaire, désignée par certains comme des planètes Tatooine en référence à la patrie de Luke Skywalker.

Comparaison des orbites des planètes circumbinaires découvertes par Kepler. L’orbite de Kepler-1647 b, en rouge, est beaucoup plus grande que les autres (en gris). A titre de comparaison, l’orbite de la Terre est en bleu (B. Quarles).
Kepler-1647 b-2-orbite

L’étude publiée dans The Astrophysical Journal : Kepler-1647b: the largest and longest-period Kepler transiting circumbinary planet.et annoncée sur le site de l’université de San Diego : New Planet Is Largest Discovered That Orbits Two Suns.

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse