Les girafes “bourdonnent” mais seulement la nuit

girafes2

Les girafes ne sont pas aussi silencieuses qu’on le pensait. Alors qu’il avait été supposé qu’elles communiquaient par le biais d’appels infrasonores, trop faibles pour les oreilles humaines (comme le font les éléphants), les chercheurs ne disposaient pas de preuves concrètes que ces animaux au long cou utilisaient des vocalisations pour communiquer les unes avec les autres.

Pourtant, les girafes sont en fait assez bavardes, selon de nouvelles recherches. Des chercheurs de l’université de Vienne et de Teirpark Berlin, un zoo allemand, ont enregistré près de 950 heures de contenu audio à partir de trois zoos différents pour déterminer si les girafes communiquent entre elles. Ils ont constaté que, en plus des grognements et des murmures qui avaient déjà été observés (mais non reconnues comme étant une communication, en tant que telle), les girafes “bourdonnent” (hum) la nuit.

Au cours de leurs recherches, ils ont observé 65 vocalisations par bourdonnement, exclusivement entendus dans la nuit. Ils signalent que ces sons étaient "riches en structure harmonique," avec un "son profond et durable."

Tiré de l’étude, le “hum” des girafes :

L’étude n’a pas de théorie définitive sur ce que ces bourdonnements pourraient signifier pour une girafe. Mais parce qu’ils étaient harmoniques et variés en fréquence (par opposition aux grognements atonals observés précédemment), ils pourraient éventuellement transmettre des informations sur l’appelant à d’autres girafes.

Les chercheurs suggèrent que "dans la communication de la girafe le “hum” (bourdonnement) pourrait fonctionner, par exemple, comme un appel de contact,  pour “rétablir le contact avec les animaux du troupeau" quand ils sont hors du champ visuel, comme quand il fait nuit.

L’étude publiée dans BioMed Central : Nocturnal “humming” vocalizations: adding a piece to the puzzle of giraffe vocal communication.

Tags: ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse