Ecoutez le son du Big Bang

BigBang2

Il y a une décennie, afin de réaliser un projet scientifique à l’Université de Washington, le physicien John Cramer a conçu une représentation audio du Big Bang qui a fait démarrer notre univers il y a près de 14 milliards d’années. Maintenant, armé de données plus sophistiquées d’une mission satellite d’observation du fond diffus cosmologique, une faible lueur dans l’univers qui agit comme une sorte d’empreinte fossile du Big Bang, Cramer a produit de nouveaux enregistrements qui remplissent des fréquences plus élevées pour obtenir un son plus complet et plus riche. (Les fichiers sonores vont de 20 secondes à un peu plus de 8 minutes.)

L’effet est similaire à ce que les sismologues décrivent comme un séisme de magnitude 9 faisant littéralement sonner la terre. Dans ce cas, cependant, la sonnerie a couvert l’univers tout entier, avant de s’être étendue pour obtenir ses proportions gargantuesques actuelles.

En 2001, Cramer décrivait le son probable du Big Bang basé sur des observations du rayonnement du fond diffus cosmologique obtenues à partir d’expériences de ballons-sondes et de satellites. Quelques années plus tard, il a utilisé les données du fond diffus cosmologique sur les premières fluctuations des températures dans l’univers. Les données sur les changements de longueur d’onde ont été introduites dans un programme informatique appelé Mathematica, qui les ont convertis en son. 100 secondes d’enregistrement représentent le bruit jusqu’à environ 760 000 ans après le Big Bang.

Cramer a noté, toutefois, que les données de 2003 manquaient de haute fréquence. Des données plus complètes ont été réunies récemment par une collaboration internationale avec la mission du satellite Planck de l’Agence Spatiale Européenne, qui est muni de détecteurs si sensibles qu’ils peuvent distinguer les variations de température de quelques millionièmes de degré dans le fond diffus cosmologique.

Ci-dessous : les variations de température du rayonnement du fond diffus cosmologique mesurées par Planck. Le rouge indique une température élevée et bleue l’inverse.

Planck_CMB2

Ces données ont été libérées fin  mars et ont conduit à de nouveaux enregistrements. Alors que l’Univers refroidissait et s’agrandissait, il étendit les longueurs d’onde pour créer ce qui se rapprocherait le plus d’un “instrument grave", a déclaré Cramer. Le son devient plus faible alors que les longueurs d’onde sont étirées, et au début, il devient plus fort mais s’estompe progressivement. Le son était, en fait, tellement grave qu’il devait augmenter la fréquence 100 quadrillion de fois (c’est un 100 suivi de 24 zéros) juste pour obtenir les enregistrements dans une gamme où ils peuvent être entendus par les humains.

Pour Cramer : “C’est une autre façon de regarder le travail que nous réalisons”.

Le détail du projet sur le site de l’Université Washington : The Sound of the Big Bang.

Tags: , ,

6 Réponses à “Ecoutez le son du Big Bang”

  1. cédric
    10 avril 2013 at 16 h 29 min #

    Le lien ne marche pas pour ma part 🙁

  2. cédric
    10 avril 2013 at 16 h 30 min #

    autant pour moi sa y et il marche 🙂

  3. 10 avril 2013 at 17 h 10 min #

    On est pas loin de la musique NewAge de Vangelis !

  4. mr wem
    12 avril 2013 at 21 h 49 min #

    euh… dans le cosmos, le vide, il n’y a pas d’air ?! Pas d’air, pas de son, si ?

  5. meizen
    17 avril 2013 at 4 h 08 min #

    @mr wem :
    Si je ne m’abuse, l’air déplace les ondes sonores dans nos oreilles mais sans air les fréquences sont là quand même.

  6. GuruAnalytic
    19 septembre 2015 at 16 h 01 min #

    Mon dieu, ce son est juste superbe. J’imagine bien la scène d’Apocalypse Now avec ce son à la place de la voix de Kurtz et le commandant qui dit : « on a découvert une interférence étrange dans l’espace, allez y tout de suite! ».

    Cela ferait un superbe film de sf!

Laisser une réponse