Physique : la toile de Spiderman pouvait-elle vraiment stopper un métro en marche ?

spiderman train2

Dans Spiderman 2, le superhéros utilise sa toile pour stopper un train incontrôlable avant qu’il ne s’effondre sur l’autre extrémité de la voie. Mais un matériau, avec la résistance et la résistance de la toile d’araignée, pourrait-il vraiment arrêter quatre voitures de métro bondées ? Selon des étudiants en physique à l’Université de Leicester (Angleterre), la réponse est oui.

Un groupe de trois étudiants en quatrième année ont calculé les propriétés de la toile nécessaires dans ces conditions et ont constaté que la résistance des fils serait proportionnelle à celle constituée par de vraies araignées.

Retour sur les faits :

Le journal (Journal of Physics Special Topics) dans lequel a été publiée leur étude (lien plus bas) parait chaque année et présente de courtes et originales études rédigées par des étudiants en dernière année de leur quatre ans de Master de Physique. Ils sont encouragés à faire preuve d’imagination avec leurs sujets et l’objectif pour eux est de se familiariser avec les aspects de l’édition et de l’évaluation par les pairs (ce que le Guru utilise régulièrement). Dans le même genre et pour le même journal, le Guru vous a décrit : “ce que verraient réellement Han Solo et Chubaka s’ils tentaient d’atteindre la vitesse de la lumière” ou “selon la physique, Batman serait bien loin d’atterrir aussi élégamment”.

Les étudiants James Forster, Mark Bryan et Alex Stone ont d’abord calculé la force nécessaire pour arrêter les quatre voitures R160 du métro de New York. Pour ce faire, ils ont utilisé la dynamique du train à pleine vitesse, le temps qu’a pris le train pour s’arrêter une fois les toiles attachées et la force motrice de la rame de wagon motorisé R160. Les étudiants ont trouvé que la force exercée par la toile de Spiderman est équivalente à 300.000 newtons. Ils étaient alors en mesure de calculer la résistance et la ténacité des âmes.

Ils ont constaté que le module de Young, ou la rigidité, de la toile serait de 3,12 giga-pascals. Ceci est très raisonnable pour la soie d’araignée, qui varie de 1,5 gigapascals à 12 gigapascals chez les araignées de la famille des orbitèles (araneidae). La résistance de la soie a été calculée à près de 500 mégajoules par mètre cube. Ceci correspond avec la toile de l’araignée Darwin (Caerostris darwini), une orbitèle connue pour sa toile très résistante.

Si résistante, qu’elle est capable de maintenir un oiseau (Nephila clavipes de la famille des orbitèles).

Ils concluent que la toile du superhéros est proportionnellement équivalente à celle d’une vraie araignée et, par conséquent, il serait possible pour lui d’arrêter un train en marche.

Pour les jeunes physiciens :

Il est souvent dit que les toiles d’araignées sont plus fortes que l’acier, donc nous avons pensé qu’il serait intéressant de voir si c’était vrai pour une version de la taille de Spiderman. Compte tenu de l’objet, nous avons été surpris de découvrir que la sangle a été dépeinte avec précision.

Bien que notre travail ne semble pas être très sérieux, il a contribué à nous en apprendre davantage sur l’application de la physique à différentes situations, ainsi que le processus d’évaluation par les pairs par le biais duquel des revues scientifiques fonctionnent. Cela en fait une expérience inestimable pour tous ceux qui veulent faire de la recherche plus tard dans la vie.

Leur article, “Faire ce qu’une araignée peut faire”, a été publié dans le dernier volume du Journal of Physics Special Topics de l’Université de Leicester (PDF) : Doing whatever a spider can.

Tags: , ,

2 Réponses à “Physique : la toile de Spiderman pouvait-elle vraiment stopper un métro en marche ?”

  1. Michele
    1 mars 2013 at 0 h 15 min #

    Jaime vraiment tous tes articles. C’est vraiment interessant et parait bien dans une conversation ;)

  2. Gat
    22 août 2013 at 4 h 29 min #

    Ça donne envie de revoir le film

Laisser une réponse