Sélectionner une page

Higgs-cern3

Vous souvenez-vous de cette particule détectée par le Grand collisionneur de Hadrons (LHC) l’an dernier et qui disposait de toutes les caractéristiques pour être le tant recherché Boson de Higgs ? Eh bien, elle pourrait être le signe avant-coureur d’une mauvaise nouvelle.

Selon Joseph Lykken, un physicien théoricien au Fermilab, la masse du boson de Higgs indique que :

L’univers dans lequel nous vivons est intrinsèquement instable et dans quelques milliards d’années, à partir de maintenant, tout va disparaitre.

Lykken a fait ses déclarations lors de la récente réunion de l’AAAS (Association américaine pour l’avancement de la science) à Boston.

Le problème, explique Lykken, est le risque d’instabilité du vide (faux vide – vide perturbé) un phénomène qui pourrait engendrer un autre univers affamé au sein du notre. Mais le scénario catastrophe dépend de certains calculs précis relatifs au Boson de Higgs.

Il s’avère qu’il y a un calcul que vous pouvez faire dans notre Modèle Standard de la physique des particules, une fois que vous connaissez la masse du boson de Higgs.

Après la découverte du Boson de Higgs, l’année dernière, il a effectué un calcul qui indique la possibilité d’une fluctuation quantique, un évènement qui créerait une bulle de faible énergie qui se développe à la vitesse de la lumière et qui engloutira tout ce qui ce trouve devant elle. Il prédit que cela n’arrivera pas avant plusieurs dizaines de milliards d’années, une ère qui, de toute façon, marquera le stade final de l’Univers.

Toujours selon Lykken :

Une petite bulle, que vous pourriez prendre pour un univers alternatif, qui apparait quelque part et qui s’étendra pour nous détruire.

Le boson de Higgs, si c’est bien lui qui a été trouvé, confirme non seulement la théorie sur la façon dont les particules acquièrent une masse, mais elle permet aux scientifiques de faire de nouveaux calculs qui n’étaient pas possibles avant que les propriétés de la particule soient connues.

Par exemple, la masse de la nouvelle particule fait environ 126 milliards d’électron-volts (125-126 GeV·c-2), soit environ 126 fois la masse du proton. Si cette particule est vraiment le boson de Higgs, sa masse se révèle être à peu près ce qu’il faut pour faire de notre univers un environnement fondamentalement instable, suffisamment pour lui engendrer une fin catastrophique, dans un avenir lointain. Parce que le champ de Higgs est, selon la physique, censé être partout, alors il affecte le vide de l’espace-temps dans l’univers.

A l’avenir, les physiciens des particules auront besoin de fixer précisément la masse du Boson de Higgs. La moindre variation dans l’estimation actuelle et l’hypothèse de Lykken pourrait terminer à la poubelle.

A partir de Reuters : Subatomic calculations indicate finite lifespan for universe, la partir du site de l’AAAS consacrée à sa réunion annuelle (2013) : AAAS-Annual Meeting. Le Guru indiquera le chemin vers l’étude dès qu’elle sera publiée.

Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This