Araignées : les plus belles stratégies meurtrières.

bolas-araignéeGuru Med dit : “ou la galerie de mes ex…”

Avec 40 000 espèces d’araignées, on trouve forcément chez les arachnides, des techniques de chasse inhabituels, comme la pêche au lancé, le crachat mortel, l’écrasement par compression, le poignardage, la capture au filet et différentes techniques de leurre et de camouflages pour confondre les victimes…

Les araignées sont partout, des forêts tropicales, aux déserts. Ce qu’elles mangent et comment elles chassent, sont aussi variées que l’endroit où elles vivent. Les araignées consomment aussi bien des insectes que de petits animaux, se volent entre elles et même se mangent entre elles.

Image d’entête : une araignée Bolas (genre Mastophora) qui, une fois la nuit tombée, se préparer à une séduction mortelle. Elles fabriquent un leurre collant, suspendu sur une seule ligne de soie. Le leurre est parfumé avec un produit chimique qui imite l’odeur d’un papillon femelle, destiné à capturer les mâles qui cherchent à s’accoupler. À l’approche de la proie, les araignées bolas balancent leurs leurres, en essayant d’assommer le papillon avec le bout collant. Une fois le papillon de nuit bloqué, les araignées se précipitent sur celui-ci pour emballer leur repas.

Les Araignées cracheuses (famille Scytodidae – images ci-dessous) : pour envelopper et immobiliser leur repas, ces araignées produisent un mélange de venin, de colle et de  soie, qu’elles crachent sur leur proie. Ce matériau mortel sort en zigzag. Leur crachât a été chronométré et peut atteindre 29 mètres par seconde, toute l’attaque se produit en quelques millisecondes. Les araignées peuvent éjecter ce filet mortel de chacun de leurs deux crocs en alternance.

araignée-cracheuse

araignée-cracheuse-proie


Araignée pêcheuse ou
Dolomedes : Ce groupe vit près de l’eau et pêche pour capturer les insectes aquatiques, les petits poissons et les grenouilles. Elles attendent près de l’eau, généralement avec leurs pattes avant reposant sur la surface pour détecter les vibrations de proies potentielles. Une fois que l’animal est assez proche, l’araignée frappe avec ses crocs. Elles courent aussi sur l’eau pour attraper les insectes. araignée-pécheuse

araignée-pécheuse2

Araignée Portia (ma préférée !) : ces prédatrices se spécialisent dans la chasse d’autres araignées et utilisent des techniques différentes en fonction de leurs proies. Quand elles traquent des araignées cracheuses (décrite plus haut), l’araignée Portia approche par l’arrière pour éviter d’être prise dans le crachat collant et venimeux.
Pour des proies moins dangereuses, certaines espèces de portia pénètre la toile d’une autre araignée en mimant les vibrations des insectes pris au piège ou de partenaires potentiels. Les scientifiques ne savent pas comment les araignées Portia ne restent pas coincées dans les autres toiles d’araignées, mais le chercheur Stim Wilcox, à l’université de Binghamton à New York, pense qu’une cire ou une huile revêtirait l’extérieur des membres de l’araignée Portia lui permettant de na pas s’accrocher aux fils de soie.

portia-labiata-1

portia

Un très bon reportage en Français du National Geographic :


L’araignée
Deinopis   (ci-dessous – famille Deinopidae) pend la tête en bas sur un échafaudage de soie, elles tissent des toiles, un filet qu’elle tient serré entre ses deux pattes avant et attend les insectes. Si un insecte volant est à portée de patte, les araignées vont projeter leur filet vers la proie. Si un insecte passe en dessous, les araignées déroulent et déploient le filet sur ​​la victime.

La Deinopis attrape, à l’aide son filet, une mouche et l’emballe :

Araignée assassine ou Archaeidae
araignée-assassin2(ci-contre et ci-dessous), ces arachnides ont un faible pour les autres araignées. Les araignées assassines attaquent à distance, en utilisant des crocs aux extrémités de leurs mâchoires allongées pour poignarder leur proie d’où le nom d’araignée assassin. Pour éviter que leurs dents rayent le parquet, ces araignées ont un «cou» qui prend en charge leurs longues mâchoires.
Elles attirent leurs proies en pinçant la toile de leur cible. Les scientifiques pensent qu’elles imitent les vibrations des insectes pris dans la toile ou de partenaires potentiels de la proie sans méfiance. Elles se trouvent en Afrique du Sud, en Australie, Madagascar, Nouvelle-Zélande et sur la partie méridionale de l’Amérique du Sud.

araignée-assassin

Vidéo : une description de cette araignée, par l’arachnologiste Hannah Wood, de retour d’une expédition à Madagascar. Une animation en image de synthèse, vers la fin, décrit assez bien la méthode employée par cette meurtrière.


L’araignée qui tisse des fils d’or (Golden orb weaver) ou
Nephila clavipes, les araignées de ce groupe sont connues pour l’éclat d’or de leur soie. Certaines espèces créées des motifs en zigzag sur leur toile, qui peuvent soit attirer ses proies, comme les abeilles, en plein soleil, ou servir de filet de camouflage dans l’ombre. Ces Tisserandes d’orbes d’or, peuvent prendre au piège des proies aussi grandes que les oiseaux. Sur la photo ci-dessous, prise dans une cour près de Cairns, en Australie, une Nephila clavipes mange un oiseau qui a soit volé ou est tombé dans sa toile. On a retrouvé récemment son ancêtre : le plus grand fossile d’araignée.golden_orb-oiseaux

La veuve noire (ci-dessous) : elle construit des toiles semblant emmêlées pour piéger leurs proies. Les araignées se nourrissent principalement d’insectes, mais elles sont connues pour piéger et tuer des animaux comme les serpents. Leur venin est particulièrement toxique pour les vertébrés, ce qui rend leur morsure problématique pour les humains. Malgré leur réputation, les femelles noires mangent rarement les mâles après l’accouplement.veuve-noire


L’araignée
UloboridaeUloborus, n’a pas de glandes à venin, ainsi elle écrase sa proie jusqu’à la mort en l’enveloppant dans un cocon de soie. Les Uloboridaes ont une structure spéciale qui peigne la soie lorsqu’elle sort de leur filières. Ceci produit un matériau crépu, que les araignées utilisent pour piéger les insectes.

Uloborus_barbipes

Source

Tags: , ,

3 Réponses à “Araignées : les plus belles stratégies meurtrières.”

  1. Godzilla31
    25 mai 2011 at 22 h 22 min #

    Pour moi, les plus fabuleux animaux de cette planète, une telle diversité, un tel éventail de technique d’attaque …

    chapeau (de dentelles bien sur) mesdemoiselles

  2. 31 mai 2011 at 18 h 42 min #

    Bonjour,

    Un article fascinant que voila, très dense et détaillé, j’ai apprécié de me ballader dans ces contrées, ce qui n’est pas sans me rappeller également pas mal d’anciennes relations ;)

  3. tim osman
    25 mai 2014 at 9 h 52 min #

    Bonjour,

    Un article très intéressant, connaitriez vous des recherches sur des araignée qui chassent en groupe (5 à 10), elles sont petites, noires: j’en ai dans le potager, je n’avais jamais remarqué un tel comportement: elles ne font pas de toile, mais avancent plus ou moins en ligne, et quand un insecte part en direction d’une autre, celle qui l’a levé ne court pas après et laisse sa collègue le manger… elles chassent surtout en fin d’après midi.

Laisser une réponse