Sélectionner une page

Les planètes du système TRAPPIST-1 seraient des mondes rocheux et aquatiques

6 Fév 2018 | 0 commentaires

trappist-composition

Cela fait presque un an que des astronomes ont annoncé la découverte de 7 exoplanètes terrestres dans le système TRAPPIST-1. À seulement 40 années-lumière, il représente l’une des études de cas les plus claires sur le fonctionnement des systèmes planétaires et la probabilité de trouver la vie ailleurs dans l’univers. De nouvelles recherches ont calculé la densité des planètes et de leurs atmosphères, nous donnant une meilleure idée de leur apparence et de la quantité d’eau présente.

TRAPPIST-1 est une étoile naine ultra-froide, à peine plus grosse que Jupiter. Les 7 planètes, TRAPPIST-1b à 1h, orbitent leur étoile de très près, autant que Mercure l’est du Soleil.

Comment les 7 planètes très rapprochées du système TRAPPIST-1 ne se sont-elles pas déjà percutées ? (Vidéo)

On pourrait croire que c’est l’enfer là-bas, mais comme TRAPPIST-1 est beaucoup plus froide que le Soleil, sa zone habitable est beaucoup plus proche, et TRAPPIST-1e, f et g sont en orbite dans cette zone.

Le système TRAPPIST-1 contient un total de 7 planètes de la taille de la Terre. Trois d’entre elles : TRAPPIST-1e, f et g, sont situées dans la zone habitable de l’étoile (en vert dans cette représentation artistique), où les températures sont idéales pour que de l’eau à l’état liquide existe à la surface.Alors que TRAPPIST-1b, c et d sont trop proches de leur étoile et que TRAPPIST-1h en est trop loin, les 3 autres planètes pourraient avoir les bonnes conditions pour abriter la vie. Pour la comparaison avec le système TRAPPIST-1, la partie interne du système solaire et sa zone habitable sont représentées. (NASA/ JPL-Caltech)

The habitable zone in the TRAPPIST-1 system

Mais ce n’est pas parce qu’elles sont dans la bonne position pour l’émergence de la vie que, nécessairement, elles le peuvent. Il y a beaucoup d’autres facteurs qui rentrent en jeu, y compris la composition et les densités des planètes, et de déterminer ces détails fut l’objet de cette nouvelle étude.

Selon Sean Carey, coauteur de la nouvelle étude :

Nous en savons maintenant plus sur TRAPPIST-1 que sur tout autre système planétaire en dehors du nôtre. Les densités améliorées dans notre étude affinent considérablement notre compréhension de la nature de ces mondes mystérieux.

La densité d’une planète éloignée n’est pas facile à déterminer. Selon les chercheurs, c’est un «problème en 35 dimensions», car il est basé sur les variations de l’orbite de chaque planète. Comme les planètes de TRAPPIST-1 sont assez proches les unes des autres, leurs forces gravitationnelles peuvent influencer leurs orbites respectives. La mesure de ces oscillations permet aux astronomes d’estimer la masse des planètes.

Avec la masse et le rayon de chaque planète connus, les chercheurs peuvent alors calculer leurs densités, ce qui à son tour en dit long sur ce qui les compose. La combinaison des données sur la densité, la composition, l’atmosphère et la distance orbitale, et des simulations basées sur celles-ci, donne une image encore plus nette de ces 7 mondes.

Représentation artistique de ce à quoi pourraient ressembler les 7 planètes en orbite de TRAPPIST-1, avec la présence possible d’océans d’eau à côté de quelques images des planètes rocheuses dans notre système solaire. Des informations sur la taille et les périodes orbitales de toutes les planètes sont également fournies à titre de comparaison; les planètes TRAPPIST-1 sont toutes à peu près de la taille de la Terre. (NASA)

Artist's illustrations of planets in TRAPPIST-1 system and Solar System rocky planets

Selon Brice-Olivier Demory, coauteur de l’étude :

Les densités, bien que des indices importants sur les compositions des planètes, ne disent rien de l’habitabilité. Cependant, notre étude est un pas en avant important, car nous continuons à chercher à savoir si ces planètes pourraient soutenir la vie.

Sur la base de ces calculs, TRAPPIST-1b semble avoir un noyau rocheux et une épaisse atmosphère. TRAPPIST-1c est également rocheuse mais avec une atmosphère plus mince et 1d est la plus légère, avec moins d’un tiers de la masse de la Terre. Cela pourrait être dû à une grande atmosphère, un océan liquide ou une couche de glace.
TRAPPIST-1e semble être la plus terrestre des planètes du système. Elle fait à peu près la même taille que la Terre tout en étant un peu plus dense, ce qui suggère un noyau de fer, et elle reçoit une quantité similaire de rayonnement de son étoile parente que nous en recevons du Soleil. C’est la planète la plus rocheuse et elle pourrait contenir de l’eau liquide. TRAPPIST-1f, g et h semblent avoir des atmosphères minces et pourraient abriter de la glace d’eau à la surface.

Au total, les densités suggèrent que l’eau pourrait représenter jusqu’à 5% de la masse de certaines des planètes (en comparaison, l’eau ne représente que 0,02 % de la masse de la Terre).

Les chercheurs affirment que même si leurs modèles sont les plus complets en fonction des informations disponibles, ce que nous savons du système TRAPPIST-1 continuera de changer à mesure que de nouvelles observations seront réalisées.

L’étude publiée dans la revue Astronomy & Astrophysics (PDF) : The nature of the TRAPPIST-1 exoplanets et présentée sur le site de l’ESO : TRAPPIST-1 Planets Probably Rich in Water.

Pendant ce temps, Hubble observait leur atmosphère

Une étude connexe, menée par une équipe utilisant le télescope spatial Hubble, a scruté les atmosphères de TRAPPIST-1d, e, f et g. Cette étude a révélé que les 3 premières (d,e,f) n’ont pas d’atmosphère riche en hydrogène, ce qui soutient également l’idée que ce sont des mondes rocheux. Cependant, la même chose n’a pu être confirmée pour TRAPPIST-1g.

L’animation ci-dessous montre comment la lumière stellaire qui traverse l’atmosphère d’une exoplanète interagit avec les atomes qui la composent. Comme chaque élément bloque une longueur d’onde spécifique de la lumière, ils laissent une signature distincte dans le spectre de lumière de l’étoile que détecte Hubble.

Selon Julien de Wit, auteur principal de l’étude :

La présence d’atmosphères gonflées, dominées par l’hydrogène, aurait indiqué que ces planètes sont plus probablement des mondes gazeux comme Neptune. Le manque d’hydrogène dans leurs atmosphères soutient davantage les théories sur la nature terrestre des planètes. Cette découverte est une étape importante pour déterminer si les planètes pourraient abriter de l’eau liquide sur leurs surfaces, ce qui pourrait leur permettre de soutenir des organismes vivants.

La présentation des résultats de cette dernière étude par la NASA :

Cette étude a été publiée dans Nature Astronomy : Atmospheric reconnaissance of the habitable-zone Earth-sized planets orbiting TRAPPIST-1 et présentée sur le site du Hubble SPace Telescope : Hubble delivers first insight into atmospheres of potentially habitable planets orbiting TRAPPIST-1.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (…et son créateur par la même occasion). D’autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Comment les chauves-souris vampires sont-elles capables de survivre en buvant du sang ?

Se nourrir de sang présente des défis nutritionnels, mais les chauves-souris vampires (Desmodontinae) les surmontent avec l’aide de leurs bactéries intestinales et de quelques “gènes sauteurs”.

Il y a trois types de chauves-souris qui boivent uniquement du sang, la chauve-souris vampire commune (Desmodus rotundus), la chauve-souris vampire à pattes velues (Diphylla ecaudata) et la chauve-souris vampire à ailes blanches (Diaemus youngi)…

Production d’organes : un nouvel hybride animal-humain testé sur des moutons

Une équipe de chercheurs de l’université de Stanford est passée à un autre niveau dans la pratique controversée du développement d’une espèce hybride, cette fois en fusionnant un embryon de mouton avec des cellules souches humaines.

Cette expérience fait suite à la création d’un hybride porc-humain par une équipe de l’université de Californie à Davis (UC Davis) en 2016. A l’origine, cette recherche fut menée afin de déterminer si des organes humains pouvaient être développés dans une autre espèce…

Les trous noirs ultramassifs sont bien plus gros et ils ont bien plus faim que les autres

Comme ils sont fondamentalement invisibles, il peut être difficile de déterminer la taille d’un trou noir. Ils peuvent varier de quelques fois la masse du Soleil (masse solaire) jusqu’à des millions ou des milliards de fois cette masse, mais il y a une classe (potentielle) qui est encore bien plus grande que cela. Une nouvelle étude des données recueillies par le télescope à rayons X Chandra de la NASA a révélé que ces trous noirs dits «ultramassifs» peuvent…

Nous nous sommes trompés sur la taille d’Andromède, la galaxie qui fusionnera avec la nôtre

Une nouvelle technique pour mesurer la masse des galaxies a été appliquée à notre plus proche voisine galactique et elle a trouvé que la galaxie d’Andromède a à peu près la même taille que la Voie lactée et pas deux à trois fois plus comme on le pensait auparavant.

Cela signifie que lorsque les deux galaxies fusionneront dans environ 4 milliards d’années, la Voie lactée ne sera pas entièrement consommée par la galaxie d’Andromède comme l’avaient suggéré de précédents modèles…

Les rayons X révèlent des secrets cachés dans les œuvres de Pablo Picasso

Grâce, notamment, au pouvoir pénétrant des rayons X des scientifiques ont révélé certains secrets cachés dans les peintures et les sculptures de Pablo Picasso.

Une nouvelle recherche révèle ainsi que Picasso a peint sur une autre œuvre d’un artiste inconnu de Barcelone pour créer une de ses œuvres les plus célèbres de sa « période bleue »…

Découvertes de 100 nouveaux mondes extraterrestres par la mission Kepler

Des astronomes examinant les données recueillies au cours de la mission actuelle du télescope spatial Kepler, connue sous le nom de mission K2, ont repéré 95 nouvelles planètes extraterrestres (exoplanètes), selon une nouvelle étude.

Cela porte le nombre de ces mondes découverts lors de la mission K2 à 292, et le total passe à près de 2 440 sur toute la vie opérationnelle de Kepler, ce qui représente environ les deux tiers de toutes les exoplanètes découvertes jusqu’ici…

Un potentiel vaccin utilise des cellules souches pour former le système immunitaire à reconnaître les cancers

Dans le domaine de l’immunothérapie, une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Stanford a montré que les souris à qui l’on a injecté des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) inactivées présentent des réponses importantes du système immunitaire face à divers cancers. Si l’étude peut être reproduite chez l’homme, cette recherche pourrait ouvrir la voie à un traitement anticancéreux personnalisé révolutionnaire…

La naissance d’un octopode “Dumbo” observée pour la première fois (vidéo)

Un coup d’œil sur l’image ci-dessus et vous saurez d’où l’octopode Grimpoteuthis tire son surnom de Dumbo (officiellement Dumbo octopod en anglais). Les grandes « oreilles » sur sa tête sont en faite des nageoires. L’image est celle d’un Grimpoteuthis adulte, mais la vidéo plus bas montre un petit octopode filmé pour la première fois juste après sa naissance…

La Terre et la Lune photographiées à une distance de 63 millions de kilomètres

Voici une nouvelle perspective sur votre planète, fournie par une sonde d’échantillonnage d’astéroïdes de la NASA.

La Terre et la Lune ne sont que deux points lumineux flottant dans un immense vide noir, capturée par la sonde spatiale OSIRIS-REx le 17 janvier, à une distance de 63,6 millions de kilomètres…

La voiture Tesla envoyée dans l’espace a-t-elle des chances de nous revenir dessus ?

Pour le rappel, la société SpaceX appartenant à Elon Musk a envoyé une voiture électrique Tesla dans l’espace la semaine dernière.

Elle devrait emprunter une trajectoire autour du Soleil qui l’amènera de temps en temps à proximité de Mars. Mais même si ça peut durer des millions d’années, ça ne durera pas éternellement…

Il a écrit une fausse étude basée sur le pire épisode de Star Trek et elle a été publiée dans une revue scientifique

Un biologiste anonyme cherchant à montrer à quel point il est facile de publier une fausse étude dans certaines revues scientifiques prétendument revues par les pairs (peer-reviewed), a récemment soumis un document de recherche intitulé « Rapid Genetic and Developmental Morphological Change Following Extreme Celerity » (Rapide changement génétique et morphologique du développement suite à une célérité extrême)…

Le minage de cryptomonnaies entrave la recherche d’extraterrestre

Le minage de cryptomonnaies ne se contente pas d’engloutir les capacités des réseaux électriques du monde entier, elle pourrait également ralentir la recherche de la vie extraterrestre.

Ces monnaies virtuelles comme Bitcoin exigent que les mineurs résolvent des calculs complexes pour valider chaque transaction. Pour leurs efforts, les mineurs reçoivent un petit paiement, mais le processus nécessite une grande puissance de calcul…

Le robot SpotMini ouvre la porte à une ancienne version de lui-même

La société américaine Boston Dynamics est de retour avec une nouvelle vidéo présentant une de ses créations, la dernière itération du robot SpotMini.

Ce dernier a considérablement changé depuis ses débuts publics, ses mouvements sont plus animés, plus souples et il dispose d’un corps plus élancé, plus mince. Ce n’est plus simplement un robot-chien, il profite désormais d’un bras rotatif flexible muni d’une pince…

Starman écoute du David Bowie en conduisant son roadster Tesla dans l’espace

Le Guru a mis à jour son billet sur le lancement du plus puissant lanceur, la Falcon Heavy et de sa curieuse cargaison, que vous pouvez admirer dans cette image, façon SPaceX. Tout s’est passé comme prévu… à une petite exception près…

Pin It on Pinterest

Share This