Sélectionner une page

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne seraient pas formées par de l’eau

22 Nov 2017 | 0 commentaires

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport de la NASA suggère que la réponse pourrait ne pas être aussi simple.

Des milliers d’exemples de ces stries sombres ont été trouvés sur Mars, de l’équateur aux latitudes moyennes. Surnommées “Recurring Slope Lineae” (RSL), ces marques apparaissent sur les pentes rocheuses à la fin du printemps martien, descendent lentement vers le bas pendant les mois les plus chauds avant de disparaître en hiver, pour réapparaître à la même époque l’année suivante. Des formes similaires sur Terre sont associé »es à une infiltration de l’eau, menant à ce que l’on considère cette découverte comme étant un signe évident qu’une substance liquide coule sur la planète rouge.

GIF de RSL descendant une pente du cratère Newton alors que la température augmente.
(HiRise/ NASA/ JPL)

Dans le cratère Palikir (NASA/ JPL-Caltech/ UA /USGS)

(NASA/ JPL-Caltech/ UA /USGS)

RSL Tiva

La sonde MRO a continué à observer les stries sur des années, et la nouvelle analyse de la NASA a utilisé ces données pour déterminer que l’eau, si elle est impliquée, joue un rôle bien moindre dans le phénomène que ce qui lui était précédemment attribué. L’effet pourrait être simplement causé par des grains secs de sable et de poussière qui descendent les pentes.

Selon Colin Dundas, auteur principal du rapport :

Nous avons pensé aux RSL comme de possibles écoulements d’eau liquide, mais les pentes ressemblent davantage à ce que nous attendons du sable sec. Cette nouvelle compréhension des RSL est en concordance avec les preuves qui montrent que Mars est aujourd’hui très sèche.

L’étude a utilisé les données recueillies par la caméra HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) de la sonde MRO, qui a produit des modèles 3D de la raideur des pentes sur 10 sites. Les chercheurs ont examiné 151 RSL à ces 10 endroits et ils ont constaté que presque toutes se sont produites sur des pentes plus raides que 27 degrés.

Le fait que les coulées aient tendance à se terminer sur des pentes correspondant à l’angle de repos dynamique des dunes de sable, l’angle le plus raide pour qu’un matériau donné puisse s’empiler avant qu’il ne commence à s’effondrer, a été largement décrié. Si l’eau liquide en était responsable, les marques foncées devraient s’étendre jusqu’aux pentes moins profondes, mais ce n’est pas le cas.

Selon Alfred McEwen, coauteur de l’étude :

Les RSL ne coulent pas sur des pentes moins profondes, et leurs longueurs sont si étroitement liées à l’angle de repos dynamique, cela ne peut pas être une coïncidence.

Le sable sec est une explication plus nette que celle de l’eau. Les scientifiques n’étaient pas tout à fait sûrs de la quantité d’eau liquide qui serait suffisante pour maintenir ces modèles dans l’atmosphère mince et aride de Mars. Mais la nouvelle théorie a aussi des questions sans réponse : pourquoi les stries apparaissent si régulièrement ? Comment grandissent-ils? Et pourquoi disparaissent-ils si vite après ?

Bien que cette nouvelle analyse n’ait pas toutes les réponses, elle propose quelques explications possibles. Des sels hydratés ont été détectés dans le sable de ces zones et les chercheurs suggèrent que ces sels peuvent s’hydrater en absorbant de la vapeur d’eau dans l’atmosphère. Cela crée de petites gouttelettes d’eau salée, qui peuvent se dilater, se contracter ou libérer de l’eau pour faire dégringoler les grains de sable secs, créant ces motifs. Ensuite, si la quantité d’eau dans l’air change avec les saisons, cela pourrait expliquer le cycle observé.

C’est juste une supposition éclairée pour l’instant, mais les chercheurs pensent que le phénomène est probablement le produit unique d’une série parfaite de conditions environnementales qui n’existent que sur Mars. Étudier les stries de près pourrait aider à élucider le mystère, qui à son tour pourrait révéler des détails utiles pour les futurs colons humains et les explorateurs de la planète rouge.

Selon Rich Zurek, un scientifique de la mission MRO :

La compréhension complète des RSL dépendra probablement de l’investigation sur site de ces fonctionnalités. Alors que le nouveau rapport suggère que les RSL ne sont pas assez humides pour favoriser la vie microbienne, il est probable que des investigations sur site nécessiteront des procédures spéciales pour éviter l’introduction de microbes de la Terre, au moins jusqu’à ce qu’ils soient définitivement caractérisés. En particulier, une explication complète de la façon dont ces caractéristiques énigmatiques s’assombrissent et disparaissent encore nous échappe. La télédétection à différents moments de la journée pourrait fournir d’importants indices.

L’étude publiée dans nature geoscience : Granular flows at recurring slope lineae on Mars indicate a limited role for liquid water et présentée sur le site de la NASA : Recurring Martian Streaks: Flowing Sand, Not Water?

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Pouponnières stellaires : parce que les bébés humains ont tous de jeunes étoiles… et inversement

Comme les bébés humains, les jeunes étoiles, des sphères gigantesques de gaz et de poussière, sont fort turbulentes et vomissent foule de matière et de chaudes radiations dans toutes les directions. Réunissez-les dans une toute petite région de l’espace, et vous avez soudainement une zone d’enfer cosmique, un rêve d’astrophysicien…

Cette arme du néolithique pouvait effectivement briser des crânes

Les humains ont vécu autour de la Tamise, en Angleterre, pendant des millénaires, ce qui signifie que l’estran de la rivière est étonnamment riche en objets archéologiques. C’est ainsi qu’on y a trouvé le “Thames Beater”, excavé à partir de dépôts de tourbe à Chelsea dans les années 1990.

C’est un objet en bois d’environ 4600 ans, datant du néolithique (3630-3350 Av J.C). Il ressemble à une batte de cricket

Pourquoi cette île volcanique temporaire intéresse tant la NASA ?

Il y a trois ans, l’ile que vous voyez ci-dessus n’existait pas.

Puis, soudainement, un volcan sous-marin a éclaté au milieu du Pacifique Sud et au moment où la fumée et les cendres se sont dissipées, une nouvelle masse terrestre s’est révélée, une île que personne n’avait jamais vue auparavant.

C’est ainsi que l’île volcanique de Hunga Tonga-Hunga Ha’apai (du volcan Hunga Tonga) est apparue sur Terre en janvier 2015…

La prochaine cible de la sonde New Horizons aurait une petite lune

Après nous avoir ravis d’images et d’informations concernant Pluton, la sonde spatiale New Horizons de la NASA se dirige actuellement vers MU69, un objet de la Ceinture de Kuiper situé à des milliards de kilomètres de Pluton. Les informations concernant cet objet ne cessent de devenir de plus en plus intrigantes. En plus d’avoir une teinte rougeâtre et d’être potentiellement constitué de deux objets s’orbitant mutuellement (binaire), MU69 pourrait avoir une petite lune suggèrent…

Comment la planète naine Cérès a-t-elle acquis ses énigmatiques taches lumineuses et sa montagne si solitaire ?

Une nouvelle étude détaillant les processus responsables de la création des mystérieuses caractéristiques marquant la surface de la planète naine Cérès, comme les points lumineux du célèbre cratère Occator et la soi-disant “montagne solitaire”, vient d’être publiée.

Après l’approche de Cérès par la sonde Dawn au début de l’année 2015, la planète naine a fait l’objet de débats parmi les amateurs

Des chercheurs se sont inspirés des lucioles pour tenter de transformer nos plantes d’intérieur en lampes de bureau

Des ingénieurs du MIT voudraient transformer nos plantes d’intérieur en lampe de chevet. Ils ont modifié des plants de cresson pour les faire luire pendant quelques heures consécutives et, bien qu’elle soit à peu près aussi brillante que ces vieilles étoiles que vous auriez pu coller à votre plafond, leur plan sur le long terme est de développer des plantes qui pourraient réduire le besoin en éclairage électrique…

Une intelligence artificielle trouve une 8e planète à un système stellaire désormais très similaire au nôtre

Après avoir appris et maitriser, tel un maitre et en 4 heures, le jeu des échecs, l’intelligence artificielle de Google se lance maintenant à l’assaut des étoiles !

Une technique d’apprentissage automatique appelée réseau de neurones artificiels a identifié deux nouvelles exoplanètes dans notre galaxie, selon une annonce hier de scientifiques de la NASA et d’un ingénieur logiciel de Google, ce qui signifie que les chercheurs connaissent maintenant deux nouveaux mondes grâce au pouvoir de l’intelligence artificielle…

Une “machine à suicide” permettant aux Australiens de quitter confortablement la vie

Le docteur néerlandais, Philip Nitschke d’Exit International, considéré comme “l’Elon Musk du suicide assisté” a créé le Sarco (sarcophage ?), une «machine à suicide» controversée qui permet aux humains de partir facilement/ confortablement.

Le Sarco ressemble à une sorte de chambre à coucher futuriste, qui facilite l’aide médicale à mourir. L’appareil a été dévoilé la semaine dernière,..

Une comparaison de la puissance et de la fréquence des tremblements de terre

Reigarw Comparisons, spécialisé dans la comparaison scientifique, a créé une vidéo comparant l’ampleur et la fréquence des tremblements de terre :

Dans cet épisode, nous comparons la puissance libérée par les plus grands tremblements de terre, nous obtenons une…

Quelques images depuis l’espace du gigantesque feu qui dévaste la côte californienne

Depuis 9 jours, un gigantesque feu, si grand qu’on lui a donné un non : Thomas, dévore le nord-ouest de Los Angeles en Californie du Sud. Il a déjà consommé plus de 930 km2, soit 71% de la superficie de toute la ville de Los Angeles. Il est maintenant le cinquième plus grand feu de forêt dans l’histoire moderne de la Californie et il continue de croître…

Certains humains peuvent entendre ce GIF

En fait, beaucoup de personnes entendraient cette animation… au demeurant muette (créée par HappyToast, qui n’avait pas prévu l’effet auditif).

La chercheuse Lisa De Bruine, de l’université de Glasgow (Angleterre) s’intéresse au sujet, mais votre Guru ne sait pas si c’est par pure curiosité ou si elle a déjà entamé une étude pour expliquer ce phénomène. En fait, ce n’est pas son sujet de prédilection, en…

Comment correctement empiler 25 000 dès en les agitant dans un cylindre ?

Voici la magie de la dynamique du compactage. Des scientifiques mexicains et espagnols ont jeté 25 000 petits dés (0,5 cm) dans un grand cylindre en plastique transparent et ils l’ont fait tourner d’avant en arrière, une fois par seconde. Les dés se sont organisés en rangées concentriques…

Il y avait une capsule temporelle du 18e siècle dans le derrière de Jésus

Des historiens et préservationnistes espagnols, du groupe Da Vinci Restauro (Madrid), ont découvert dans le derrière d’une statue de Jésus, résident à l’église St Águeda (Nord de l’Espagne), deux lettres datant de 1777 décrivant la vie en Espagne à cette époque.

L’auteur de ces lettres, Joaquín Mínguez, aumônier de la cathédrale d’El Burgo de Osma décrit l’activité économique et culturelle quotidienne de la région…

Une superbe vidéo de la foudre traversant le ciel des Grandes Plaines d’Amérique

Dustin Farrell, chasseur de tempête, a créé « Transient », un timelapse époustouflant qui compile de superbes images d’éclairs qui traversent les nuages et percent le ciel pour entrer en contact avec le sol. Farrell a passé plusieurs jours et a parcouru de nombreux kilomètres à travers les Grandes Plaines de l’Amérique du Nord au cours de l’été 2017 pour capturer d’incroyables images…

Pin It on Pinterest

Share This