Sélectionner une page

Le champignon zombificateur de fourmis est plus diabolique que prévu

11 Nov 2017 | 0 commentaires

Il existe dans la nature, et votre Guru vous la mainte fois conté, un champignon qui prend le contrôle d’une fourmi vivante et l’utilise pour propager ses spores dans/ sur la fourmilière. On pensait jusqu’à maintenant que le champignon avait une influence (chimique) sur le cerveau de sa victime, mais maintenant une nouvelle étude menée par l’université de l’état de Pennsylvanie (Pen State) a constaté que le champignon zombifie ces fourmis sans infecter directement le cerveau de ses victimes… En fait, c’est bien plus horrible que ça.

Image d’entête : une fourmi bien infectée par le champignon qui émerge sous forme de tiges du corps de l’insecte (photo de Anand Varma) et précédemment sur le sujet, du plus ancien au plus récent :

Officiellement, le parasite est connu sous le nom d’Ophiocordyceps unilateralis sensu lato, mais il est communément connu en tant que “champignon zombificateur de fourmis”. Quand il infecte sa cible, des fourmis ouvrières brésiliennes du genre camponotus, le champignon pousse l’insecte contre sa volonté à grimper sur la face inférieure (dirigée vers le sol) d’une feuille ou d’une branche, de préférence au-dessus de la fourmilière. Une fois là, la fourmi est obligée de serrer ses mandibules à la feuille, où elle finit par mourir et permet au parasite d’avoir l’endroit idéal pour se développer et se diffuser. Après 4 à 10 jours, le champignon se développe à l’intérieur et à l’extérieur de la fourmi morte, une tige émerge de sa tête, libérant des spores vers le sol pour infecter d’autres fourmis et répéter le cycle.

(David Hughes/ université de l’état de Pennsylvanie)

Cet impitoyable cycle de vie a beaucoup été étudié depuis plus d’un siècle, mais la mécanique compliquée derrière la façon dont le champignon contrôle la fourmi n’a pas encore été comprise. Et c’est là que l’étude de l’université Penn State intervient.

Selon Maridel Fredericksen, auteur principal de l’étude :

Pour mieux comprendre comment ces parasites microbiens contrôle le comportement des animaux, nous avons examiné les interactions au niveau cellulaire entre le parasite et son hôte la fourmi Camponotus castaneus à un moment crucial dans le cycle de vie du parasite, lorsque l’hôte manipulé s’est fixé en permanence à la végétation par ses mandibules. Le champignon est connu pour sécréter des métabolites spécifiques de tissus et provoque des changements dans l’expression de certains gènes chez l’hôte, ainsi que l’atrophie des muscles des mandibules de la fourmi. Le comportement de l’hôte modifié est l’extension du phénotype des gènes du parasite microbien étant exprimée à travers le corps de son hôte. Mais on ne sait pas comment le champignon coordonne ces effets pour manipuler le comportement de la fourmi.

À l’aide de microscopes électroniques, les chercheurs ont créé des visualisations en 3D pour déterminer l’emplacement, l’abondance et l’activité des champignons à l’intérieur du corps des fourmis. Des morceaux de tissu ont été prélevés à une résolution de 50 nanomètres, en utilisant une machine qui pouvait répéter le processus de découpage et d’imagerie 2000 fois sur une période de 24 heures. Pour analyser cette énorme quantité de données, les chercheurs se sont tournés vers l’intelligence artificielle, avec un algorithme d’apprentissage automatique développé pour différencier les cellules fongiques de celles de la fourmi. Cela a permis aux chercheurs de déterminer quelle proportion de l’insecte était encore une fourmi, et celle qui était transformée en champignon extériorisé.

Une reconstruction en 3D d’un muscle de la mandibule (rouge) entouré de cellules fongiques (jaune) (Hughes Laboratory/ Penn State)

Ophiocordyceps-2-17

Les cellules de l’O. unilateralis avaient proliféré dans tout le corps de la fourmi, depuis la tête et le thorax jusqu’à l’abdomen et les pattes. De plus, ces cellules fongiques étaient toutes interconnectées, créant une sorte de réseau biologique collectif qui contrôlait le comportement des fourmis.

Selon David Hughes qui a participé à l’étude :

Nous avons constaté qu’un pourcentage élevé de cellules dans un hôte étaient des cellules fongiques. En substance, ces animaux manipulés étaient un champignon avec le physique d’une fourmi.

En fait, il n’y avait aucune cellule fongique dans le cerveau des fourmis, bien qu’elles se soient regroupées autour, où elles peuvent influencer chimiquement le comportement des insectes.

Toujours selon Hughes :

Normalement chez les animaux, le cerveau contrôle les comportements en envoyant des signaux aux muscles, mais nos résultats suggèrent que le parasite contrôle le comportement de l’hôte en périphérie. Presque comme un marionnettiste tirant des ficelles pour faire bouger une marionnette, le champignon contrôle les muscles de la fourmi pour manipuler les pattes et les mandibules de l’hôte.

Les chercheurs pensent qu’en faisant preuve de modération, en évitant d’infecter le cerveau, cela permet aux champignons de garder la fourmi vivante :

Nous émettons l’hypothèse que le champignon peut préserver le cerveau afin que l’hôte puisse survivre jusqu’à ce qu’il atteigne son comportement “mordant” final, ce moment critique pour la reproduction fongique. Mais nous devons mener des recherches supplémentaires pour déterminer le rôle du cerveau et le contrôle exercé par le champignon sur celui-ci.

L’étude publiée dans The Proceedings of the National Academy of Sciences : Three-dimensional visualization and a deep-learning model reveal complex fungal parasite networks in behaviorally manipulated ants et présentée sur le site de l’université Penn State : ‘Zombie ant’ brains left intact by fungal parasite.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This