Sélectionner une page

L’emplacement parfait pour une future base lunaire serait dans un tunnel de lave déjà repéré

21 Oct 2017 | 0 commentaires

colons caverne lunaire

De nouvelles données de l’Agence Japonaise d’Exploration Aérospatiale (JAXA) ont révélé de la présence d’un tunnel de 50 km de long sous la surface de la Lune, probablement la relique d’anciennes coulées de lave. Bien que l’existence de tunnels de lave ne soit pas nouvelle, cette dernière découverte semble être à la fois intacte et assez grande pour potentiellement servir d’habitat à de futurs colons lunaires.

Selon les données radar de l’orbiteur lunaire SELENE de l’agence japonaise, le gouffre est à moins de 100 m sous la surface et fait environ 90 m de large, permettant d’accueillir confortablement des habitants. D’autres tunnels de lave ont été révélés par la présence de “puits de lumière” ou de zones où le plafond du tunnel s’est effondré, exposant le tunnel à la surface au-dessus. On ne connaît pas encore le nombre de puits de lumière qui existe pour cette grotte.

Le puit de lumière de Marius Hills, observée par l’équipe de recherche japonaise SELENE/ Kaguya. (NASA/ Goddard/ Université d’état d’Arizona)

Marius Hills-Lune

Les tunnels de lave se sont formés il y a des milliards d’années, quand la lune était encore géologiquement active et que de la roche fondue jaillissait de sous la surface. Aujourd’hui, de vastes plaines de lave marquent encore la surface de la lune et, à travers elles, des tunnels ont été formés par de la lave. Dans certains cas, la lave s’est affaissée, laissant derrière elle une chambre creuse.

Ces tunnels sont semblables à ceux trouvés sur Terre (le plus long est celui de la grotte de Kazumura, 65 km) , et il en existe encore beaucoup sur la lune. En fait, la faible gravité de la lune fait que les tunnels sont potentiellement beaucoup plus gros que sur Terre, car ils ne s’effondreront pas aussi facilement sous leur propre poids. Une recherche menée en 2015 a révélé que des tunnels pouvant faire de 1 à 5 km de large pourraient théoriquement être présent sur la Lune, assez grands pour contenir une ville de taille moyenne.

La ville de Philadelphie est présentée à l’intérieur d’un tunnel de lave lunaire théorique.
(Université Purdue/ David Blair)

The city of Philadelphia is shown inside a theoretical lunar lava tube. A Purdue University team of researchers explored whether lava tubes more than 1 kilometer wide could remain structurally stable on the moon. (Purdue University/courtesy of David Blair)

Les cavernes incrustées dans le substrat rocheux offriraient une importante protection pour les humains vivant dans l’espace. Elles fournissent un bouclier contre les radiations nocives émanant du soleil et d’autres sources cosmiques, ce que fait le champ magnétique de la Terre ici. La roche environnante sert également d’isolant contre les variations de température qui peuvent faire bouillir l’eau à la surface de la lune pour passer à –120°C au cours d’une seule journée. Enfin, elles offrent également une protection contre les petites météorites qui bombardent périodiquement la Lune, bien que des collisions plus importantes soient toujours un sujet de préoccupation.

La perspective de loger des astronautes sous la surface d’autres planètes a déjà été évoquée auparavant, comme en 2014 lorsqu’une sonde de la NASA a obtenu quelques preuves de la présence de tunnel de lave sous la surface de la lune. La Chine et la Russie ont annoncé leur intention de placer une colonie sur la Lune au cours des prochaines décennies et les Etats-Unis pourraient également y retourner. Une base lunaire ferait une bonne “station service” pour de plus longues missions vers Mars et au-delà, en plus d’une importante démonstration de faisabilité pour vivre sur d’autres mondes.

Quelques exemples de puits lunaires photographiés par la sonde LRO de la NASA.

Il reste encore quelques problèmes à résoudre, comme l’un des plus importants, celui de l’approvisionnement. Il serait difficile de transporter constamment de la nourriture et de l’eau sur la lune, alors les colons auraient besoin de produire leurs propres sources de subsistance. La lune contient probablement de la glace d’eau qui pourrait être convertie en eau potable et même en combustible, mais une production alimentaire nécessiterait une agriculture très spécifique. Il y a déjà quelques plans, basés en grande partie sur la culture hydroponique, mais rien de sérieusement testé n’existe pour l’instant.

Néanmoins, si l’on réussit à sceller une grotte lunaire, comme certains l’ont suggéré, en installant des boucliers en verre ou en métal et en les remplissant d’air, cela pourrait être possible. Un système de miroirs pourrait faire passer la lumière du soleil et les colons lunaires pourraient y vivre relativement confortablement et cultiver. La même idée pourrait aussi fonctionner sur Mars. La planète rouge a également des grottes, en plus de ses réserves de glace d’eau.

Cave après grotte, l’humanité pourrait ainsi se propager à travers le système solaire…

Geophysical Research Letters : Detection of intact lava tubes at Marius Hills on the Moon by SELENE (Kaguya) Lunar Radar Sounder et présentée sur le site de l’université Purdue : Potential human habitat located on the moon.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This