Sélectionner une page

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

16 Sep 2017 | 0 commentaires

Toxoplasma_gondii_tissue_cyst_in_mouse_brain

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons.

Image d’entête : microscopique kyste de T. gondii dans un cerveau de souris. (USDA/ Wikimedia Commons)

Le Guru, en ce reprenant :

A l’origine, ce parasite manipule l’esprit des rats/ souris pour leur faire aimer l’urine de chat . Ainsi le rat se fait plus facilement attraper par le chat et le parasite peut entamer sa phase de multiplication dans les intestins du chat, ce qu’il ne peut pas faire dans le rat. Tout était prévu… Le parasite finit ainsi par se retrouver dans les crottes de chats et, à un moment ou à un autre, sur les mains des humains et dans leur corps, en toute discrétion. On pourrait se demander alors, le parasite nous contrôle-t-il ? et c’est ce que fait la science depuis des années, la preuve par ces quelques publications décrites par le Guru :

Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et une variété de cancer.

Selon l’un des membres de l’équipe, le neurologiste Dennis Steindler de l’université Tufts (Massachusetts) :

Cette étude est un changement de paradigme. Nous devons maintenant introduire une maladie infectieuse dans l’équation des maladies neurodégénératives, de l’épilepsie et des cancers neurologiques.

Les résultats font partie d’un domaine de recherche émergeant qui se penche sur la façon dont le T. gondii, qui est habituellement transmis aux humains par contact avec des excréments de chat (ou en consommant de la viande non cuite) produit des protéines qui altèrent et manipulent la chimie du cerveau de leurs hôtes infectés.

Bien que les adultes en bonne santé soient généralement considérés comme non à risque du parasite, à l’exception des femmes enceintes, à qui l’ont conseille de rester à l’écart de la litière pour chats, le T. Gondii fut précédemment lié à des troubles du changement de comportement et des preuves suggèrent qu’il peut également contrôler à ses fins la réponse immunitaire de notre corps.

D’autres recherches ont émis des doutes concernant certaines des revendications concernant ce parasite, ce qui suggère que le lien entre le T. gondii et certaines maladies neurologiques ne sont pas aussi bien établies que certaines études le laissent à penser.

Cependant, dans cette nouvelle recherche, une équipe de plus de 30 chercheurs de 16 établissements différents a évalué la façon dont les protéines sécrétées par le T. gondii pourraient avoir une incidence sur la chimie des neurones de leurs hôtes humains, provoquant des changements dans le cerveau qui pourraient conduire à des maladies neurodégénératives.

Selon l’un des chercheurs, Rima McLeod de l’université de Chicago :

Nous pensons que cela implique de multiples facteurs. En son cœur, l’alignement des caractéristiques du parasite lui-même, des gènes qu’il exprime dans le cerveau infecté, des gènes de susceptibilité qui pourraient limiter la capacité de l’hôte à prévenir l’infection et des gènes qui contrôlent la sensibilité à d’autres maladies présentes dans l’hôte humain.

Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les données d’une étude nationale colombienne sur la toxoplasmose congénitale qui, depuis 1981, a surveillé 246 nourrissons atteints dede cette maladie, une infection causée par le T. gondii.

Les résultats ont montré que des fragments de microARN et de protéines trouvés chez les enfants atteints de toxoplasmose sévère correspondaient à des biomarqueurs chez des patients atteints de troubles neurodégénératifs, comprenant la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Ils ont également constaté que le parasite pouvait augmenter le risque d’épilepsie en raison de la modification de la communication entre les cellules du cerveau, appelées neurones GABAergiques, et ils ont découvert des liens entre le T. gondii et près de 1 200 gènes humains qui jouent un rôle dans divers cancers.

Pour être précis, les chercheurs ne disent pas que le parasite du cerveau est définitivement à l’origine du développement de ces maladies débilitantes, mais il est possible que l’ingérence des protéines du T. gondii dans l’environnement du cerveau puisse influencer ou permettre des susceptibilités préexistantes chez certaines personnes à ces types de maladies.

Selon les chercheurs dans leur étude :

Nous proposons une hypothèse selon laquelle la maladie se produit en présence des gènes de sensibilité pertinents, du génotype parasitaire et d’autres facteurs innés et environnementaux tels que d’autres infections, le microbiome ou le stress qui influencent les réponses immunitaires.

C’est une découverte troublante, d’autant plus que les précédentes estimations ont suggéré que T. gondii pourrait infecter jusqu’à la moitié de la population mondiale, mais inutile de s’alarmer, pour l’instant nous ne savons pas précisément ce qu’il se passe.

Il incombera à de futures études de déterminer l’impact potentiel du parasite sur nos voies neuronales et selon Steinler :

Dans le même temps, nous devons traduire les aspects de cette étude en traitements préventifs qui incluent tout, des médicaments à l’alimentation au mode de vie, afin de retarder l’apparition et la progression de la maladie.

L’étude publiée dans Scientific Reports : Toxoplasma Modulates Signature Pathways of Human Epilepsy, Neurodegeneration & Cancer.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

L’emplacement parfait pour une future base lunaire serait dans un tunnel de lave déjà repéré

De nouvelles données de l’Agence Japonaise d’Exploration Aérospatiale (JAXA) ont révélé de la présence d’un tunnel de 50 km de long sous la surface de la Lune, probablement la relique d’anciennes coulées de lave. Bien que l’existence de tunnels de lave ne soit pas nouvelle, cette dernière découverte semble être à la fois intacte et assez grande pour potentiellement servir d’habitat à de futurs colons lunaires…

Les chiens tenteraient de communiquer avec nous via leurs expressions faciales

Plus qu’une simple réflexion de leurs états émotionnels, une nouvelle étude révèle que les expressions faciales des chiens sont autant de potentielles tentatives actives de communication avec l’humain.

Selon des spécialistes du comportement animal de l’université de Portsmouth (Royaume-Uni), nos compagnons canins n’utilisent pas d’expressions faciales pour réagir aux friandises, suggérant qu’elles ne devraient pas être associées à de l’excitation comme nous le…

Des historiens du climat associent l’effondrement de l’ancienne Égypte avec une lointaine éruption volcanique

Le suicide de Cléopâtre avec son amant, le général romain Marc Antoine, et la chute de l’ancienne Egypte sont le fruit de théorie. Le drame shakespearien mis à part, il y a souvent d’autres éléments qui viennent alimenter l’effondrement d’un empire que seules des querelles politiques.

Récemment, des chercheurs ont retracé un effet domino de bouleversements sociaux et…

De l’eau de fonte aurait pu creuser les vallées d’une ancienne Mars froide et glacée

De nouvelles recherches pourraient combler le fossé entre deux idées concernant le climat de l’ancienne Mars : l’histoire “chaude et humide” issue de la géologie martienne et le passé “froid et glacé” des modèles atmosphériques.
Cela fait un certain que les scientifiques essayent de savoir à quoi ressemblait l’ancienne Mars, mais la planète rouge a offert des indices mitigés. Les vallées et les lits de lacs sculptés par l’eau laissent peu de doute que celle-ci a coulé à sa surface. Mais les…

L’intelligence artificielle de Google n’a même plus besoin des humains pour les surpasser au jeu de go

L’intelligence artificielle (IA) AlphaGo de Google DeepMind, qui avait déjà battu l’humain au jeu de go, est devenue encore plus intelligente. Le dernier système de l’entreprise a non seulement battu toutes les précédentes versions du logiciel, mais il l’a fait tout seul.

Selon Demis Hassabis, PDG et cofondateur de DeepMind :

La chose la plus frappante pour moi est que nous n’avons plus besoin de données humaines…

Une nouvelle ère de l’astronomie se profile avec la détection des ondes gravitationnelles issues de la fusion de deux étoiles à neutron

Voilà un nouveau grand pas en avant pour l’astronomie !

Pour la première fois, des scientifiques ont détecté les ondes gravitationnelles produites par une paire d’étoiles à neutrons entrant en collision et la lumière produite par la boule de feu qui en suivit. L’exploit de détecter les deux types de signaux a permis aux astronomes de regarder les étoiles à neutrons en collision et de confirmer de vieilles théories sur la façon dont un tel cataclysme cosmique se déroulerait…

Des chercheurs en génétique réfutent une vieille hypothèse raciste

Le racisme est un héritage ridicule transmis par des personnes à la peau claire vivant en Europe au Moyen Âge, dont la nouvelle capacité à parcourir de longues distances a conduit à leurs premières rencontres avec des personnes à la peau plus foncée. Si effrayés par les différences de couleur de peau, ils n’ont pas compris que les individus qu’ils rencontraient étaient en fait des humains et qu’ils devaient les traiter comme tels…

La réalisation d’une représentation scientifique de la fécondation à l’inspiration Star Wars conduit à une découverte (Vidéo)

Lorsque les scientifiques, Don Ingber, directeur de l’Institut Wyss (université de Harvard, Cambridge) et le chercheur Charles Reilly ont réalisé la vidéo intitulée “The Beginning” ci-dessous, qui a le grand mérite d’exprimer visuellement les processus microscopiques impliqués dans la fécondation humaine tout en s’inspirant de Stars Wars, ils ont fait une découverte scientifique.

Dans la vidéo, les spermatozoïdes ont le rôle des X-Wing des rebelles et l’ovaire, de l’étoile de la mort…

Sur le danger des débris spatiaux à la dérive (Vidéo)

En 1958, les États-Unis ont lancé le premier satellite à énergie solaire, Vanguard 1, en orbite. Plus de 2 200 jours plus tard, il est toujours en orbite et c’est l’un des plus vieux débris de l’espace parmi les 100 millions actuellement en orbite autour de la Terre… une belle réaction en chaine en perspective.

Alors que l’espace autour de la planète devient de plus en plus…

Un dernier cri dans l’abysse

Cette photo montre la tête d’un petit serpent, bouche ouverte, qui disparaît dans l’œsophage d’une grenouille verte d’Australie, une rainette de White. En fait, cette image existe au moins depuis 2016, mais elle a été remise en avant via un post sur le site reddit, intitulé : « Un dernier cri dans les Abysssss »…

Une étude mesurant le QI de différentes Intelligences Artificiels place Google en tête

L’intelligence artificielle (IA) de Google a obtenu un score deux fois plus élevé que Siri d’Apple dans une analyse comparative conçue pour évaluer la menace de l’IA.

Les chercheurs Feng Liu, Yong Shi et Ying Liu de l’Académie chinoise des sciences écrivent…

Première vidéo en 360° d’une sortie dans l’espace

Voici la première vidéo en 360 degrés obtenue dans l’espace. Elle a été enregistrée alors qu’une paire de cosmonautes russes lançaient des nanosatellites de l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS)…

Pourquoi cette araignée à la tête de Pikachu en guise d’arrière-train ?

L’explorateur Jonathan Kolby du National Geographic était dans la jungle au Honduras à la recherche d’amphibiens quand il a repéré une araignée avec un arrière-train spectaculaire.

L’araignée (Micrathena sagittata) est rouge, à l’exception d’un abdomen qui ressemble à la tête de Pikachu, un personnage Pokémon. Ce n’est pas une espèce rare, mais simplement minuscule et difficile à repérer même si vous les recherchez…

Un nouveau bernard-l’ermite n’a plus besoin de changer de maison

Les Bernard l’ermite vivent à l’intérieur d’une coquille formée par d’autres espèces, habituellement un coquillage après la mort d’un mollusque, ou dans tout objet trouvé dans lequel il tient. Au fur et à mesure que l’ermite grandit, il lui faut trouver une coquille plus grande pour accueillir son corps. Cependant, une espèce récemment découverte, a trouvé une solution de contournement…

Pin It on Pinterest

Share This