Sélectionner une page

Cassini s’est une dernière fois servi de la lune Titan pour réaliser sa rentrée kamikaze dans l’atmosphère de Saturne (dernières images et planning)

13 Sep 2017 | 0 commentaires

La sonde Cassini de la NASA a (vraiment) fait ses adieux à Titan et elle est maintenant en route vers une rencontre fatale avec Saturne. La sonde est passée par la plus grande lune de Saturne à une altitude de 119 049 km, ce qui a modifié la trajectoire de Cassini afin de la diriger tout droit dans l’atmosphère de Saturne le 15 septembre, marquant la fin de la mission qui aura duré 20 ans.

Cassini a recueilli des images et des données pendant son dernier survol de Titan, mais comme la sonde ne pouvait communiquer avec la Terre, celles-ci seront transmises une fois que le contact sera rétabli avec le contrôle de la mission, aujourd’hui normalement. Avec le téléchargement des données, l’agence spatiale analysera les informations de télémétrie et de suivi de Cassini pour confirmer qu’elle est sur la bonne trajectoire.

Lancée en 1997, Cassini orbite Saturne depuis 13 ans et elle a réalisé 127 survols ciblés de Titan à diverses altitudes. Bon nombre de ces rencontres furent des manœuvres conçues pour envoyer la sonde sur une nouvelle orbite. Cependant, ce dernier survol a ralenti Cassini afin que, au lieu de survoler l’atmosphère de Saturne lors de sa prochaine rencontre, elle y pénètre et s’enflamme.

Le planning pour la fin kamikaze de la sonde Cassini, de son survol de Titan jusqu’à sa rentrée dans l’atmosphère de Saturne. (NASA/ JPL-Caltech)

Cassini_s_last_week

La raison pour laquelle Cassini sera détruit le 15 septembre, est qu’elle est presque à court de carburant et qu’elle n’est plus capable de contrôler sa trajectoire. Comme Cassini n’a pas été complètement stérilisée avant de quitter la Terre, la crainte est qu’elle pourrait un jour s’écraser sur l’une des lunes potentiellement habitables de Saturne, comme Encelade, la contaminant et compliquant les futures missions de recherche d’une vie « autochtone ».

Le survol d’hier fut la dernière manœuvre majeure dans ce qui est appelé le “Grand Finale” de la mission Cassini, qui a commencé fin avril et qui l’a envoyé dans une orbite lui permettant d’effectuer des plongées hebdomadaires entre Saturne et le bord intérieur des anneaux de la planète, là où aucun autre engin spatial n’est allé. La NASA précise que la sonde continuera à fonctionner jusqu’à ce qu’elle soit détruite, en renvoyant les toutes premières données de l’atmosphère de Saturne.

Selon Earl Maize du Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie :

Cassini fut dans une longue relation avec Titan, avec un nouveau rendez-vous presque tous les mois depuis plus d’une décennie. Cette dernière rencontre est un adieu, mais comme elle l’a fait tout au long de la mission, la gravité de Titan est de nouveau en train d’envoyer Cassini où nous en avons besoin.

Sur le site de la NASA : Cassini Makes its ‘Goodbye Kiss’ Flyby of Titan.

(NASA/ JPL-Caltech/ Space Science Institute)Cassini anneau S2

Pendant ce temps, sur Terre , nous continuons à recevoir des images de la sonde et la NASA vient d’en publier deux de l’anneau B de Saturne comme nous ne l’avons jamais vu auparavant.

La première image (ci-dessus), prise le 4 juin, est en noir et blanc et présente la structure ondulée de la partie intérieure de l’anneau. C’est ce qu’on appelle l’onde de densité spirale 2: 1 de Janus (“Janus 2:1 spiral density wave”), ainsi nommée parce qu’elle est générée par Janus, qui orbite Saturne juste en dehors de son anneau A.

En plus de grignoter le bord extérieur de l’anneau A avec sa lune co-orbitale, Épiméthée, Janus a une résonance orbitale avec les particules dans l’anneau. Pour chaque orbite que Janus complète, les particules de l’anneau en font deux. Cela crée une spirale d’ondulation. En fait, c’est le même mécanisme qui entraîne la formation des bras des galaxies spirales.

Les ondulations ne sont pas uniformes en largeur. Plus loin elles sont de Janus (leur influence de propagation), plus proches ensemble elles croissent. Bien que l’image semble descendre vers la droite, toutes les sections de l’anneau sont équidistantes de la caméra, à environ 76 000 kilomètres de Cassini.

Bien qu’elle soit nommée en fonction de Janus, ces ondulations n’auraient pas lieu sans Épiméthée. Les deux lunes orbitent Saturne presque exactement au même rythme. Tous les quatre ans, la lune à l’arrière s’accroche et dépasse la lune devant (lune co-orbitale). Chaque fois que cela se produit, une nouvelle ondulation se forme.

La distance entre chaque ondulation est égale à quatre ans de propagation des ondes à partir de la source. C’est un peu comme les anneaux d’un tronc d’arbre, chaque anneau enregistrant l’histoire orbitale des deux lunes. Les anneaux en haut à gauche, selon le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, datent de 1980 et 1981, alors que la sonde Voyager passait à proximité de Saturne.

La deuxième image (ci-dessous), obtenue le 6 juillet, est à la plus haute résolution jamais obtenue d’une partie des anneaux de Saturne, à une échelle d’environ 3 kilomètres par pixel.

(NASA/ JPL-Caltech/ Space Science Institute)Cassini anneau S

L’image est une mosaïque composite en couleur, créée à partir d’images prises à l’aide de filtres spectraux rouges, verts et bleus. Les bandes font environ 40 kilomètres de large pour les plus petites au milieu, à  300 à 500 kilomètres pour les plus épaisses. Ce qui leur donne leurs différentes couleurs et luminosités, n’est pas connu. Les anneaux sont principalement composés d’eau et de glace. La luminosité pourrait être affectée par la densité des particules, leur abondance et l’ombrage.

Les scientifiques espèrent en savoir plus à l’aide de nouvelles observations de Cassini avant son départ. Son ultime dernier plongeon a commencé le 12 septembre. Elle devrait rentrer dans l’atmosphère de Saturne le 15 septembre. Elle continuera à enregistrer des données et à les transmettre sur Terre jusqu’à ces derniers instants que votre Guru suivra de près.

La chronologie des évènements peut-être trouvé ici : End of Mission Timeline.

Sur le site du JPL de la NASA pour la première image : Staggering Structure et pour la deuxième image : Colorful Structure at Fine Scales.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des archéologues ont trouvé la tombe d’un orfèvre royal égyptien d’il y a 3500 ans

Des archéologues égyptiens ont annoncé la découverte d’une tombe datant d’environ 3 500 ans à l’aube du nouveau Nouvel Empire égyptien, pendant une période appelée la XVIIIe dynastie (1552 à 1292 av. J.-C.).

Cette fameuse période, qui a produit le pharaon Toutankhamon et la reine Néfertiti, a également été témoin de la vie et de la mort de l’habitant principal de cette tombe, un noble appelé Amenemhat, qui était apparemment spécialisé dans la bijouterie et l’orfèvrerie…

Cassini s’est une dernière fois servi de la lune Titan pour réaliser sa rentrée kamikaze dans l’atmosphère de Saturne (dernières images et planning)

La sonde Cassini de la NASA a fait ses adieux à Titan et elle est maintenant en route vers une rencontre fatale avec Saturne. La sonde est passée par la plus grande lune de Saturne à une altitude de 119 049 km, ce qui a modifié la trajectoire de Cassini afin de la diriger tout droit dans l’atmosphère de Saturne le 15 septembre, marquant la fin de la mission qui aura duré 20 ans…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

Pin It on Pinterest

Share This