Sélectionner une page

Jupiter présente les plus puissantes aurores polaires du système solaire

12 Sep 2017 | 0 commentaires

Même après des décennies d’étude, l’atmosphère de Jupiter reste un mystère pour les scientifiques. Conformément à la taille de la planète, son atmosphère est la plus grande du système solaire, s’étendant sur plus de 5000 km d’altitude et présentant des températures et des pressions extrêmes. De plus, son atmosphère connaît les aurores polaires les plus puissantes du système solaire.

GIF d’entête : Les immenses aurores boréales de Jupiter capturées par Hubble.

L’étude de ce phénomène fut l’un des principaux objectifs de la sonde Juno, qui a atteint Jupiter le 5 juillet 2016. Cependant, après avoir analysé les données recueillies par les instruments de la sonde, les scientifiques du Laboratoire de physique appliquée de l’université Johns Hopkins (JHUAPL – Etats-Unis) ont été surpris de constater que les puissants orages magnétiques de Jupiter n’ont pas la même source que sur Terre.

L’étude qui détaille ces résultats, menée par Barry Mauk et ses collègues du JHUAPL, a analysé les données recueillies par le spectromètre ultraviolet de Juno (UVS- Ultraviolet Imaging Spectrograph) et son détecteur de particules énergétiques Jovian (JEDI) pour étudier les régions polaires de Jupiter.

Comme avec la Terre, sur Jupiter, les aurores polaires sont le résultat d’intense radiation et du champ magnétique de Jupiter. Lorsque cette magnétosphère s’aligne avec les particules chargées, elle a pour effet d’accélérer les électrons vers l’atmosphère à des niveaux élevés d’énergie. Au cours de l’examen des données de Juno, les chercheurs ont observé la signature de ces électrons accélérés vers l’atmosphère jovienne à des niveaux d’énergie atteignant les 400 000 électrons-volts. C’est environ 10 à 30 fois plus élevé à ce qui est connu sur Terre, où seuls plusieurs milliers de volts sont généralement nécessaires pour générer l’aurore polaire la plus intense.

Cette image, présentant une aurore polaire sur Jupiter et comportant les données de l’instrument Ultraviolet Imaging Spectrograph de Juno, présente la progression de l’analyse de Juno sur les aurores polaires de Jupiter, soulignant les mesures d’électrons qui montrent la découverte de “processus d’accélération aurorale discrets” indiqués par les “Vs inversés”. (NASA/ JPL-Caltech/ SwRI/ Randy Gladstone)

Aurore-Juno Ultraviolet Imaging Spectrograph

Étant donné que Jupiter possède les aurores les plus puissantes du système solaire, l’équipe n’a pas été surprise de voir de si puissantes forces à l’œuvre au sein de l’atmosphère de la planète.

Selon Barry Mauk :

Sur Jupiter, les plus brillantes aurores polaires sont causées par une sorte de processus turbulent d’accélération que nous ne comprenons pas très bien. Il existe des indices dans nos dernières données indiquant que lorsque la densité de puissance de la génération aurorale devient de plus en plus forte, le processus devient instable et un nouveau processus d’accélération prend le relais. Mais nous devrons continuer à analyser les données.

Ces résultats pourraient avoir d’importantes implications pour l’étude de Jupiter, dont la composition et la dynamique atmosphérique continuent d’être source de mystère. Cela a également des implications sur l’étude des géantes gazeuses et des systèmes planétaires extra-solaire. Au cours des dernières décennies, l’étude de ces systèmes a révélé des centaines de géantes gazeuses qui variaient en taille, de celle de Neptune à plusieurs fois la taille de Jupiter (appelées Super-Jupiters).

Ces planètes présentaient également de significatives variations dans leur orbite, de très proches de leurs étoiles respectives, à en être très éloignées (de Jupiters chaud à Jupiter froid). En étudiant la capacité de Jupiter à accélérer les particules chargées, les astronomes seront en mesure de faire des suppositions plus précises sur la météo spatiale, les environnements à radiations et les risques qu’ils posent pour les missions spatiales.

Cela sera bien utile pour de futures missions vers Jupiter et au-delà du système solaire.

Toujours selon Mauk :

Les énergies les plus élevées que nous observons dans les régions aurorales de Jupiter sont formidables. Ces particules énergétiques qui créent les aurores polaires sont une partie de l’histoire dans la compréhension des ceintures de radiations de Jupiter, qui posent un tel défi à Juno et aux missions spatiales à venir vers Jupiter encore en cours de développement. L’ingénierie autour des effets débilitants des rayonnements a toujours été un défi pour les ingénieurs spatiaux pour des missions sur Terre et ailleurs dans le système solaire. Ce que nous apprenons ici, et des engins spatiaux comme les Van Allen Probes de la NASA et la Magnetospheric Multiscale Mission (MMS) qui explorent la magnétosphère de la Terre, nous apprendront beaucoup sur la météorologie de l’espace et la protection des engins spatiaux et des astronautes dans des environnements spatiaux difficiles. Comparer les processus de Jupiter à la Terre est incroyablement précieux pour tester nos idées sur la façon dont la physique planétaire fonctionne.

Avant que la mission de Juno ne se termine en février 2018, la sonde est susceptible d’en révéler encore beaucoup  sur la composition de la planète, son champ de gravité, son champ magnétique et sa magnétosphère polaire. Ce faisant, elle tentera d’élucider la façon dont la planète s’est formée et a évolué, ce qui éclairera également l’histoire du système solaire et les systèmes extra-solaires.

L’étude publiée dans Nature : Discrete and broadband electron acceleration in Jupiter’s powerful aurora.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des archéologues ont trouvé la tombe d’un orfèvre royal égyptien d’il y a 3500 ans

Des archéologues égyptiens ont annoncé la découverte d’une tombe datant d’environ 3 500 ans à l’aube du nouveau Nouvel Empire égyptien, pendant une période appelée la XVIIIe dynastie (1552 à 1292 av. J.-C.).

Cette fameuse période, qui a produit le pharaon Toutankhamon et la reine Néfertiti, a également été témoin de la vie et de la mort de l’habitant principal de cette tombe, un noble appelé Amenemhat, qui était apparemment spécialisé dans la bijouterie et l’orfèvrerie…

Cassini s’est une dernière fois servi de la lune Titan pour réaliser sa rentrée kamikaze dans l’atmosphère de Saturne (dernières images et planning)

La sonde Cassini de la NASA a fait ses adieux à Titan et elle est maintenant en route vers une rencontre fatale avec Saturne. La sonde est passée par la plus grande lune de Saturne à une altitude de 119 049 km, ce qui a modifié la trajectoire de Cassini afin de la diriger tout droit dans l’atmosphère de Saturne le 15 septembre, marquant la fin de la mission qui aura duré 20 ans…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

Pin It on Pinterest

Share This