Sélectionner une page

Une séquence vidéo insidieusement stockée dans la mémoire génétique d’une bactérie

13 Juil 2017 | 0 commentaires

ADN-video-EColi

Un jour, peut-être, votre conjoint(e) vous demandera d’aller fouillé dans les boites de pétri derrière la moutarde, au fond du frigidaire, pour y retrouver la vidéo de l’anniversaire de tante Suzette….

Dans une étude publiée hier, des chercheurs de l’université de Harvard démontrent qu’il est possible d’archiver des images et des films dans l’ADN des cellules vivantes de la bactérie Escherichia coli, malheureusement célèbre pour les aller-retour sur le trône qu’elle peut nous imposer parfois.

En fait, ce n’est pas le fait de stocker de l’information dans du vivant qui est le plus impressionnant ici, mais l’astuce utilisée pour y arriver.

Les chercheurs développent continuellement des moyens de stocker des données numériques plus efficacement. L’ADN, les éléments constitutifs de la vie, a émergé au milieu des années 1990 comme étant un moyen potentiel. C’est, après tout, juste un code chimique symbolisé par les lettres A, T, G et C, et il peut contenir beaucoup d’informations dans un très petit espace.

L’idée a pris de l’ampleur au cours des cinq dernières années. En 2012, les scientifiques de Harvard ont enregistré l’intégralité d’un livre (un manuel génétique) dans moins d’un picogramme d’ADN (un milliardième de gramme) et des chercheurs en mars ont signalé qu’ils y avaient stocké 200 méga-octets de données, un record. Même Microsoft a stocké des données dans de l’ADN. Mais jusqu’à maintenant, personne n’a codé des données directement dans un organisme vivant, ce qui est beaucoup plus difficile.

Seth Shipman, neuroscientifique et ses collègues de Harvard ont encodé dans l’ADN de l’E. coli l’image d’une main et un court-métrage en utilisant la technologie d’édition de gènes (copier/ coller) CRISPR. Le film, un GIF de 36 x 26 pixels (celui de gauche dans l’image d’entête) est l’une des premières images animées jamais enregistrées. Shipman et ses collègues ont récupéré l’image et le film avec une précision d’environ 90% (GIF de droite dans l’image d’entête) en utilisant la technologie de séquençage d’ADN.

Bon, on ne trouvera pas tout de suite cette technologie au fond de notre frigidaire et nous serait elle vraiment utile ? Shipman a d’autres plans pour ses bactéries stockant les données : il voudrait les utiliser pour enregistrer l’activité biologique des cellules, la façon dont nos propres cellules se développent dans leurs premiers stades de vie. Les humains commencent en tant que “boule au super pouvoir” de cellules souches pluripotentes, qui peut se transformer en cellules du cerveau, cellules spécifiques d’organes, cellules sanguines… Mais le timing du développement de ces cellules n’est pas bien compris. Un système de stockage de données intégré pourrait nous apporter un historique chronologique de son activité.

Mais avant tout, Shipman devait tester le système avec des données électroniques. Il a choisi un film parce qu’il lui a permis de démontrer qu’il pourrait suivre des centaines d’événements, dans l’ordre, au fil du temps.

Comme beaucoup de bactéries, l’E. coli possède un excellent système de classement interne. C’est là qu’une section de son génome, connue sous le nom CRISPR (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats) rentre en scène. Le travail du CRISPR est de saisir un morceau d’ADN d’envahisseurs viraux et de le déposer dans la section CRISPR de son génome, générant un registre chronologique des envahisseurs. L’équipe de Shipman a imaginé que si le code de l’information numérique ressemblait à celui d’un virus, le CRISPR de l’E. coli le classerait dans ses archives et le Guru trouve cela vraiment très astucieux !

Les scientifiques utilisent généralement le système CRISPR-Cas9  comme méthode d’édition de gènes. Près de la section CRISPR du génome, il y a des gènes qui codent pour une famille d’enzymes appelée Cas, en particulier Cas9, dont le travail consiste à découper les brins d’ADN. Avec cette compétence, les enzymes Cas sont devenues l’outil de choix pour les scientifiques qui pratiquent l’édition (copier/ coller) de gènes. Au lieu d’envoyer des enzymes Cas pour couper des endroits éloignés dans le génome, le groupe Shipman a laissé le système CRISPR se comporter comme s’il le faisait normalement : comme un mécanisme pour saisir l’ADN viral et le ramener à la section CRISPR du génome.

Ainsi, le groupe a converti l’image et le film en segments d’ADN courts qui ressemblent à des fragments de virus et, image par image, les ont introduits dans l’organisme. Le système CRISPR de l’E. coli a été trompé. Il a saisi les fragments et les a classés dans l’ordre dans lequel ils ont été reçus.

Selon Shimane, il existe des limites qui accompagnent le travail avec un système de stockage de données vivant. Les scientifiques essaient de tirer beaucoup d’informations de ces cellules, ce qui peut entraîner des “pixels morts” ou des erreurs. Ils pouvaient reproduire le GIF avec une précision de 90 %. Compte tenu de leurs méthodes, plus de cellules ont été “lues”, plus leur GIF était précis.

Voici comment la reconstruction de la photo d’une main s’est améliorée avec le temps :

(Seth Shipman/Nature Research)
ADN-Cell2-17

Étant donné que l’E. coli est responsable chaque année d’épidémies de maladies d’origine alimentaire, peut être qu’en y stockant des films nous pourrions faire plus vite passer le temps aux toilettes. (Ne bougez pas, de toute façon le Guru comptait sortir, c’est la fin de l’article…)

Présentation de la recherche :

L’étude publiée dans Nature : New CRISPR technology takes cells to the movies.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Des Chimpanzés ont appris à jouer à Pierre-feuille-ciseaux

Des chercheurs de l’université de Kyoto et de l’université de Pékin ont enseigné l’ensemble de compétences relativement complexe associé au jeu du Pierre-feuille-ciseaux à des chimpanzés. Les primates ont montré une capacité à comprendre les relations, à saisir la relation dite circulaires (d’équivalence) entre les trois éléments et, selon les chercheurs, ils ont pu apprendre à jouer au jeu comme…

Lire

Une étoile géante un peu trop près du centre de notre galaxie suggère qu’Albert Einstein a encore raison

Des astronomes en Allemagne et en République tchèque ont observé trois étoiles dans un amas stellaire près du trou noir supermassif au centre de notre galaxie la Voie lactée. En utilisant, entre autres, les données du Very Large Telescope de l’ESO au Chili, les chercheurs ont suivi la façon dont les étoiles se déplaçaient alors qu’elles s’approchaient du trou noir…

Lire

Une stratosphère détectée sur une lointaine exoplanète

Une planète avec une atmosphère où les molécules d’eau brillent a fourni la preuve la plus convaincante de la première stratosphère découverte sur un monde hors du système solaire. En utilisant les données du télescope spatial Hubble de la NASA, une équipe internationale de scientifiques dirigée par l’université d’Exeter (Royaume-Uni) a constaté

Lire

La nouvelle technique d’édition génétique utilisée pour rectifier la mutation d’un gène provoquant une mort subite

La technique révolutionnaire d’édition de gènes (“copier/ coller”) CRISPR/ Cas9 fait encore parler d’elle avec la promesse incroyable de devenir un traitement pour des maladies telle que le VIH et la dystrophie musculaire, mais le but ultime serait de l’utiliser pour éviter, en premier lieu, que les maladies ne s’installent. Elle vient de franchir…

Lire

Comment des mygales africaines ont-elles traversé l’océan indien pour coloniser l’Australie ?

Les mygales Moggridgea rainbowi sont plutôt casanières. Trouvées uniquement sur l’île australienne Kangaroo, elles vivent tranquillement leur vie sous terre ou dans l’écorce des arbres, dans des tubes doublés de soie dans lesquels elles se cachent, en attendant patiemment que le déjeuner ou le dîner se présente à leurs…

Lire

Le noyau du Soleil tourne 4 fois plus vite que sa surface

Pour la première fois, des scientifiques ont pu mesurer avec précision la rotation du noyau solaire, révélant qu’il ne tourne pas à la même vitesse que la surface, mais presque quatre fois plus vite (3,8).

Bien que les chercheurs aient envisagé la possibilité que la rotation du noyau du Soleil puisse ne pas suivre le rythme de sa face…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire

L’œuvre de l’évolution après des millions d’années de coups de boule

Cet animal est le Moschops capensis, un ancêtre des mammifères qui vivait il y a 250 millions d’années. Il a un crâne particulièrement épais, selon les preuves fossiles, ce qui l’a rendu très étrange. Ce que nous apprenons à propos de Moschops est issu d’une recherche utilisant quelques hautes technologies…

Lire

Parce que Saturne a aussi des aurores polaires (Vidéo)

La sonde spatiale Cassini de la NASA a tourné son regard vers le pôle Sud de Saturne pour observer des rideaux fantomatiques de lumière dansante, les aurores polaires sud de Saturne.

Ces lumières naturelles aux pôles de la planète sont créées par des particules chargées qui tombent dans la haute atmosphère, ce…

Lire

Trypophobie : La peur des trous est-elle une phobie ?

Si cette image vous fait frissonner, vous pourriez avoir ce qu’on appelle la trypophobie, la peur des grappes de petits trous. On a émis l’hypothèse que cette peur proviendrait de la ressemblance des trous avec les motifs trouvés sur le corps des animaux toxiques. Bien que des milliers de personnes trouvent ce type d’images…

Lire

Et des scientifiques inventèrent la glace qui ne fond pas

Des scientifiques japonais ont inventé une nouvelle façon d’empêcher la glace de fondre même par temps chaud.

Cette nouvelle invention résulte d’une découverte accidentelle d’un cuisinier. En fait, on a demandé à un chef japonais d’utiliser les fraises cultivées dans certaines zones spécifiques. Ces zones ont connu…

Lire

Comment attraper des mouches avec du vinaigre, selon la science

Les mouches des fruits, surtout la plus commune, la Drosophila melanogaster, sont attirées par les vieux fruits, plus particulièrement ceux en train de pourrir. Elles y déposent leurs œufs et les larves éclosent et se nourrissent de la chair des fruits trop mûre.

Thomas Merritt (en image d’entête) de l’université Laurentian au Canada, qui mène des recherches sur…

Lire
Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This