Sélectionner une page

Un ver plat parti dans l’espace avec une seule tête en avait deux une fois revenu sur Terre

15 Juin 2017 | 0 commentaires

Dugesia_japonica 2 tetes ISS

Cela fait des décennies que des chercheurs envoient des animaux dans l’espace, de toutes les espèces, des chiens aux singes en passant par des scorpions et des méduses… Récemment, un vert plat envoyé dans l’espace est revenu sur Terre avec quelque chose qui n’a jamais été vu : une tête supplémentaire.

La créature, maintenant bicrânienne, est un ver plat de l’espèce Dugesia japonica, l’un des 15 qui est resté exposés au vide de l’espace au-dessus de la Station spatiale internationale pendant cinq semaines. Des chercheurs de l’université Tufts ont coupé les vers plats en deux avant qu’il ne soit lancé dans l’espace pour étudier leurs capacités uniques de régénération.

Images tirées de l’étude, en entête, le vert plat à deux têtes revenu de l’espace. Ci-dessous, préparation au lancement des vers plats. Les échantillons de vers ont été placés à l’intérieur d’un container réfrigéré (A, B, C, E). (D) L’amputation manuelle du ver au Kennedy Space Center avant le lancement. (G) le module Dragon SpX-5 de SpaceX au sommet de la fusée Falcon 9 à Cape Canaveral. (H) Départ le 10 janvier 2015. (I) Le module Dragon en orbite avant son accostage avec l’ISS le 12 janvier 2015. (Junji Morokuma et col./ Micro Q Technologies/ SpaceX/ Regeneration)
Vers plats-ISS 17

Dugesia_japonica 2 tetes ISS2

La séparation d’un vers plat produit habituellement deux vers plats identiques, mais quelque chose semble s’être mal passé pour cet individu, qui est revenu avec une autre tête là où sa queue aurait dû être.

Ce comportement a déjà été observé avant dans l’espèce, mais il est extrêmement rare, les chercheurs précisent qu’ils ne l’ont jamais vu auparavant, même après 18 ans de travail avec une colonie qui contient maintenant plus de 15 000 vers plats. Encore plus intrigant, le vert plat mutant a continué à faire des copies à deux têtes de lui-même alors qu’il se divisait, indiquant qu’il ne s’agissait pas que d’une simple mutation, mais d’un véritable changement des caractéristiques physiologiques des invertébrés.

Ce vert plat à deux têtes n’est pas celui qui a été envoyé dans l’espace et n’appartient pas à l’étude décrite ici, mais il y ressemble comme deux gouttes d’eau. Il s’est régénéré (avec deux têtes) à partir d’un fragment (coupé) de son tronc exposé à du praziquantel. (Taisaku Nogi et col./ Plos)

Dugesia_japonica 2 tetes

Les 14 autres vers plats qui ont subi les contraintes particulières de l’espace extra-atmosphérique ont aussi connu d’importants changements, bien qu’aucun ne soit aussi visible. Les chercheurs les ont observés pendant 20 mois après leur retour et ils ont constaté des changements dans leur comportement lorsqu’ils étaient exposés à la lumière et dans la teneur de leurs microbiomes par rapport aux vers à plat de contrôle restés sur Terre.

Dans une étude publiée cette semaine, les chercheurs proposent que l’absence de champs gravitationnels et magnétiques dans l’espace puisse être à l’origine de la transformation. Une précédente recherche sur les vers plats a indiqué que le champ magnétique de la Terre influence la croissance de la structure basique de leurs cellules et la microgravité à bord de l’ISS pourrait affecter bon nombre de choses, de l’expression des gènes à la façon dont les canaux ioniques dans leur corps communiquent. Ces effets s’étendent probablement au-delà des vers plats, ce qui pourrait être très informatif pour les futures missions humaines.

Nous savons déjà que les astronautes subissent des changements physiques importants dans l’espace : l’atrophie des os et des muscles, la vision peut faiblir, le sang se fluidifie et le sens du goût diminue. Les problèmes sur le long terme pourraient inclure une altération de la vision, des maladies cardiaques et plus, bien qu’il soit encore nécessaire de les étudier davantage. Les tests continus de l’astronaute Scott Kelly, qui a passé près d’un an dans l’espace et de son frère jumeau qui est resté sur terre, pourraient révéler d’autres effets, sur le long terme, induits par les déplacements dans l’espace.

Les chercheurs espèrent que l’expérience des vers plats ne soit que la première d’autres projets de recherche similaires. Comme ils ne pouvaient pas contrôler toutes les variables, telles que les différences de température pendant le vol et les contraintes de décollage et d’atterrissage, ils prévoient de mener d’autres expériences pour déterminer les mécanismes exacts qui affectent la physiologie des vers plats dans l’espace. En outre, leur ver à deux têtes ne représente qu’un seul échantillon. Pour vraiment valider scientifiquement leurs conclusions, ils devront reproduire leurs résultats.

L’étude publiée dans la revue Regeneration : Planarian regeneration in space: Persistent anatomical,behavioral, and bacteriological changes induced by space travel.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Des Chimpanzés ont appris à jouer à Pierre-feuille-ciseaux

Des chercheurs de l’université de Kyoto et de l’université de Pékin ont enseigné l’ensemble de compétences relativement complexe associé au jeu du Pierre-feuille-ciseaux à des chimpanzés. Les primates ont montré une capacité à comprendre les relations, à saisir la relation dite circulaires (d’équivalence) entre les trois éléments et, selon les chercheurs, ils ont pu apprendre à jouer au jeu comme…

Lire

Une étoile géante un peu trop près du centre de notre galaxie suggère qu’Albert Einstein a encore raison

Des astronomes en Allemagne et en République tchèque ont observé trois étoiles dans un amas stellaire près du trou noir supermassif au centre de notre galaxie la Voie lactée. En utilisant, entre autres, les données du Very Large Telescope de l’ESO au Chili, les chercheurs ont suivi la façon dont les étoiles se déplaçaient alors qu’elles s’approchaient du trou noir…

Lire

Une stratosphère détectée sur une lointaine exoplanète

Une planète avec une atmosphère où les molécules d’eau brillent a fourni la preuve la plus convaincante de la première stratosphère découverte sur un monde hors du système solaire. En utilisant les données du télescope spatial Hubble de la NASA, une équipe internationale de scientifiques dirigée par l’université d’Exeter (Royaume-Uni) a constaté

Lire

La nouvelle technique d’édition génétique utilisée pour rectifier la mutation d’un gène provoquant une mort subite

La technique révolutionnaire d’édition de gènes (“copier/ coller”) CRISPR/ Cas9 fait encore parler d’elle avec la promesse incroyable de devenir un traitement pour des maladies telle que le VIH et la dystrophie musculaire, mais le but ultime serait de l’utiliser pour éviter, en premier lieu, que les maladies ne s’installent. Elle vient de franchir…

Lire

Comment des mygales africaines ont-elles traversé l’océan indien pour coloniser l’Australie ?

Les mygales Moggridgea rainbowi sont plutôt casanières. Trouvées uniquement sur l’île australienne Kangaroo, elles vivent tranquillement leur vie sous terre ou dans l’écorce des arbres, dans des tubes doublés de soie dans lesquels elles se cachent, en attendant patiemment que le déjeuner ou le dîner se présente à leurs…

Lire

Le noyau du Soleil tourne 4 fois plus vite que sa surface

Pour la première fois, des scientifiques ont pu mesurer avec précision la rotation du noyau solaire, révélant qu’il ne tourne pas à la même vitesse que la surface, mais presque quatre fois plus vite (3,8).

Bien que les chercheurs aient envisagé la possibilité que la rotation du noyau du Soleil puisse ne pas suivre le rythme de sa face…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire

L’œuvre de l’évolution après des millions d’années de coups de boule

Cet animal est le Moschops capensis, un ancêtre des mammifères qui vivait il y a 250 millions d’années. Il a un crâne particulièrement épais, selon les preuves fossiles, ce qui l’a rendu très étrange. Ce que nous apprenons à propos de Moschops est issu d’une recherche utilisant quelques hautes technologies…

Lire

Parce que Saturne a aussi des aurores polaires (Vidéo)

La sonde spatiale Cassini de la NASA a tourné son regard vers le pôle Sud de Saturne pour observer des rideaux fantomatiques de lumière dansante, les aurores polaires sud de Saturne.

Ces lumières naturelles aux pôles de la planète sont créées par des particules chargées qui tombent dans la haute atmosphère, ce…

Lire

Trypophobie : La peur des trous est-elle une phobie ?

Si cette image vous fait frissonner, vous pourriez avoir ce qu’on appelle la trypophobie, la peur des grappes de petits trous. On a émis l’hypothèse que cette peur proviendrait de la ressemblance des trous avec les motifs trouvés sur le corps des animaux toxiques. Bien que des milliers de personnes trouvent ce type d’images…

Lire

Et des scientifiques inventèrent la glace qui ne fond pas

Des scientifiques japonais ont inventé une nouvelle façon d’empêcher la glace de fondre même par temps chaud.

Cette nouvelle invention résulte d’une découverte accidentelle d’un cuisinier. En fait, on a demandé à un chef japonais d’utiliser les fraises cultivées dans certaines zones spécifiques. Ces zones ont connu…

Lire

Comment attraper des mouches avec du vinaigre, selon la science

Les mouches des fruits, surtout la plus commune, la Drosophila melanogaster, sont attirées par les vieux fruits, plus particulièrement ceux en train de pourrir. Elles y déposent leurs œufs et les larves éclosent et se nourrissent de la chair des fruits trop mûre.

Thomas Merritt (en image d’entête) de l’université Laurentian au Canada, qui mène des recherches sur…

Lire
Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This