Et le prix pour la plus vieille planète du système solaire revient à.. Jupiter

jupiter age

Jupiter est la planète la plus ancienne du système solaire, selon une étude publiée cette semaine.

Les scientifiques menés par Thomas S. Kruijer de l’université de Münster, en Allemagne, ont mesuré les concentrations d’isotopes de molybdène et de tungstène dérivés de météorites de fer pour modéliser l’âge de la plus grande planète du système.

Il existe deux groupes distincts de météorites de fer, suggèrent les chercheurs, qui ont émergé séparément dans le nuage nébulaire à partir duquel le système solaire s’est finalement formé (coalescence). Ils représentent, ont-ils écrit, "deux réservoirs nébuleux génétiquement distincts qui ont coexisté et sont restés séparés spatialement” pendant les premiers millions d’années de la formation du système solaire.

Kruijer et ses collègues suggèrent que l’explication la plus plausible pour leur séparation serait la formation de Jupiter entre eux.

Jupiter est un type de planète connue sous le nom de géante gazeuse. Sa formation probable impliquait d’abord l’accrétion d’un noyau solide, suivie de l’accumulation de couches épaisses de gaz qui l’entouraient.

L’équipe de Kruijer a calculé que le processus a commencé très peu de temps après la naissance du système solaire, qui s’est produite lorsqu’une partie d’un nuage moléculaire géant s’est condensée sous la force de sa propre gravité il y a environ 4,6 milliards d’années.

Selon la modélisation, le noyau interne de Jupiter a augmenté jusqu’à l’équivalent d’environ 20 fois la masse de la Terre au cours du premier million d’années. Le Soleil était encore une proto-étoile à ce stade, pas assez dense pour que la fusion d’hydrogène commence.

Sa croissance a ensuite ralenti, mais a continué pour atteindre environ 50 fois la masse de la terre trois millions d’années plus tard.

Selon les chercheurs :

Ainsi, Jupiter est la planète la plus ancienne du système solaire, et son noyau solide s’est formé bien avant que le gaz nébulaire solaire ne se dissipe.

Définir le moment de la formation de la plus grande planète, selon les scientifiques, permettra de mieux analyser la façon dont sa présence a affecté la dynamique du jeune système solaire.

ils suggèrent que ce développement précoce, aurait fortement influencé le mouvement de la matière, "expliquant potentiellement pourquoi notre système solaire n’a pas de super-terre".

L’étude publiée dans The Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) : Age of Jupiter inferred from the distinct genetics and formation times of meteorites et présenté sur le site du Lawrence Livermore National Laboratory : Lab scientist finds Jupiter is one old-timer.

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse