Sélectionner une page

La découverte des fossiles des plus anciens homo sapiens remet en question le calendrier de notre évolution

8 Juin 2017 | 0 commentaires

crane-Jebel Irhoud2La découverte de restes humains vieux de 300 000 ans semble avoir pour effet de remettre en question les nombreux modèles actuels sur l’évolution et la migration de l’homo sapiens.

La datation d’os humains, trouvée au Maroc, a été réalisée par une équipe dirigée par Jean-Jacques Hublin de l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutive en Allemagne et Abdelouahed Ben-Ncer de l’Institut national d’archéologie et du patrimoine à Rabat, au Maroc .

Les restes, estimés appartenir à cinq individus au moins, ont été trouvés sur le site archéologique de la grotte de Jebel Irhoud, situé près de Sidi Moktar, à environ 100 kilomètres de Marrakech.

En image d’entête, l’un des premiers membres connus d’Homo sapiens. L’image composite, basée sur les microtomodensitogrammes de fossiles d’un site au Maroc, montre que le visage humain moderne avait déjà évolué il y a 300 000 ans, remettant en question nos connaissances sur notre calendrier évolutif. (Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig) et ci-dessous le site de Jebel Irhoud. (Shannon McPherron, MPI EVA Leipzig)
grotte-Jebel Irhoud

Le site était déjà connu comme étant la source de certains des plus anciens restes humains modernes jamais découverte, mais la dernière découverte fait reculer de 100 000 ans l’émergence de l’homo sapiens.

Les fossiles d’hominidés déterrés à Jebel Irhoud en 1991 ont été datés à il y a environ 160 000 ans et furent d’abord considérés comme des Néandertaliens. Cependant en 2007, une analyse plus approfondie a révélé qu’ils appartenaient à des humains anatomiquement moderne, les premiers de la sorte découvert.

Jusqu’à présent, le plus ancien reste d’humains modernes fut le crâne Omo 1 trouvé dans le sud-ouest de l’Éthiopie et vieux de 200 000 ans.

Une étude génomique de 2013, menées par Teresa Rito de l’université de porto au Portugal a suggéré que “l’Ève mitochondriale”, le dernier ancêtre commun des populations Khoe et San de l’Afrique australe et la lignée de l’Afrique de l’Est qui a semé les restes des humains modernes à travers le monde, vivait il y a environ 180 000 ans.

Les découvertes de Jebel Irhoud confondent maintenant cette conclusion. Elles reformulent également une des plus importantes questions sur l’émergence des humains modernes : l’Homo sapiens émergea-t-il relativement rapidement d’un stock ancestral ou fut-ce un processus beaucoup plus graduel ?

La question reste sans solution en raison de la nature sévèrement fragmentée des fossiles. Cependant, Hublin et ses collègues rapportent que les derniers spécimens de Jebel Irhoud ont des structures de visage, de mâchoire et de dents qui correspondent à celles des humains anatomiquement modernes, tandis que la forme des crânes est plus étroitement liée à des hominidés plus archaïques/ anciens.

En dépit de la structure faciale moderne de l’hominidé de 300 000 ans de Jebel Irhoud, la boite crânienne (en bleu) était plus primitive, ce qui suggère que la forme du cerveau et éventuellement les capacités cognitives ont continué à évoluer chez l’Homo sapiens après l’installation de l’espèce. (Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig)
crane-Jebel Irhoud.

Les chercheurs suggèrent que cela s’oppose à l’idée que les humains modernes ont émergé dans un lieu géographique unique, suggérant plutôt que « les processus évolutifs derrière l’émergence de l’H. sapiens impliquaient tout le continent africain ».

Dans un deuxième document de recherche, des scientifiques dirigés par Daniel Richter, également de l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutive, confirment les estimations de l’équipe de Hublin par la datation d’artefacts en silex trouvés dans la même excavation.

En utilisant des techniques se basant sur la thermoluminescence, l’équipe a daté les outils en silex à environ 315 000 ans. Une datation distincte d’une dent d’une des mâchoires d’hominidés, à l’aide de la résonance de spin électronique, a donné une date largement compatible de 286 000 ans (à 34 000 ans près).

Quelques outils en silex de l’Age de Pierre trouvés dans la grotte de Jebel Irhoud. (Mohammed Kamal, MPI EVA Leipzig)
Hsapiens-Jebel Irhoud

L’équipe de Richter suggère que l’émergence d’êtres humains modernes peut être liée aux changements climatiques il y a environ 330 000 ans, lorsqu’une grande partie de ce qui est maintenant le désert du Sahara était bien plus verte qu’elle ne l’est aujourd’hui, permettant « une continuité biologique entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne ».

En écho aux conclusions de la première étude, la seconde soulève également la possibilité que l’Homo sapiens ait émergé d’une vaste zone géographique, ce qui suggère un “processus panafricain complexe”.

Les chercheurs concluent :

Nous mettons en garde contre le fait de favoriser une région par rapport à l’autre dans la construction de modèles pour tenir compte de ces changements dans le comportement humain et la biologie.

L’étude de Jean-Jacques Hublin et ses collègues publiée dans Nature : New fossils from Jebel Irhoud, Morocco and the pan-African origin of Homo sapiens et celle de Daniel Richter et col. : The age of the hominin fossils from Jebel Irhoud, Morocco, and the origins of the Middle Stone Age.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

L’emplacement parfait pour une future base lunaire serait dans un tunnel de lave déjà repéré

De nouvelles données de l’Agence Japonaise d’Exploration Aérospatiale (JAXA) ont révélé de la présence d’un tunnel de 50 km de long sous la surface de la Lune, probablement la relique d’anciennes coulées de lave. Bien que l’existence de tunnels de lave ne soit pas nouvelle, cette dernière découverte semble être à la fois intacte et assez grande pour potentiellement servir d’habitat à de futurs colons lunaires…

Les chiens tenteraient de communiquer avec nous via leurs expressions faciales

Plus qu’une simple réflexion de leurs états émotionnels, une nouvelle étude révèle que les expressions faciales des chiens sont autant de potentielles tentatives actives de communication avec l’humain.

Selon des spécialistes du comportement animal de l’université de Portsmouth (Royaume-Uni), nos compagnons canins n’utilisent pas d’expressions faciales pour réagir aux friandises, suggérant qu’elles ne devraient pas être associées à de l’excitation comme nous le…

Des historiens du climat associent l’effondrement de l’ancienne Égypte avec une lointaine éruption volcanique

Le suicide de Cléopâtre avec son amant, le général romain Marc Antoine, et la chute de l’ancienne Egypte sont le fruit de théorie. Le drame shakespearien mis à part, il y a souvent d’autres éléments qui viennent alimenter l’effondrement d’un empire que seules des querelles politiques.

Récemment, des chercheurs ont retracé un effet domino de bouleversements sociaux et…

De l’eau de fonte aurait pu creuser les vallées d’une ancienne Mars froide et glacée

De nouvelles recherches pourraient combler le fossé entre deux idées concernant le climat de l’ancienne Mars : l’histoire “chaude et humide” issue de la géologie martienne et le passé “froid et glacé” des modèles atmosphériques.
Cela fait un certain que les scientifiques essayent de savoir à quoi ressemblait l’ancienne Mars, mais la planète rouge a offert des indices mitigés. Les vallées et les lits de lacs sculptés par l’eau laissent peu de doute que celle-ci a coulé à sa surface. Mais les…

L’intelligence artificielle de Google n’a même plus besoin des humains pour les surpasser au jeu de go

L’intelligence artificielle (IA) AlphaGo de Google DeepMind, qui avait déjà battu l’humain au jeu de go, est devenue encore plus intelligente. Le dernier système de l’entreprise a non seulement battu toutes les précédentes versions du logiciel, mais il l’a fait tout seul.

Selon Demis Hassabis, PDG et cofondateur de DeepMind :

La chose la plus frappante pour moi est que nous n’avons plus besoin de données humaines…

Une nouvelle ère de l’astronomie se profile avec la détection des ondes gravitationnelles issues de la fusion de deux étoiles à neutron

Voilà un nouveau grand pas en avant pour l’astronomie !

Pour la première fois, des scientifiques ont détecté les ondes gravitationnelles produites par une paire d’étoiles à neutrons entrant en collision et la lumière produite par la boule de feu qui en suivit. L’exploit de détecter les deux types de signaux a permis aux astronomes de regarder les étoiles à neutrons en collision et de confirmer de vieilles théories sur la façon dont un tel cataclysme cosmique se déroulerait…

Des chercheurs en génétique réfutent une vieille hypothèse raciste

Le racisme est un héritage ridicule transmis par des personnes à la peau claire vivant en Europe au Moyen Âge, dont la nouvelle capacité à parcourir de longues distances a conduit à leurs premières rencontres avec des personnes à la peau plus foncée. Si effrayés par les différences de couleur de peau, ils n’ont pas compris que les individus qu’ils rencontraient étaient en fait des humains et qu’ils devaient les traiter comme tels…

L’équateur de pluton est couvert de gratte-ciels tranchants de glace de méthane

Alors que la NASA continue d’examiner la pléthore de données de la mission New Horizons, une intéressante caractéristique se situant à l’équateur de Pluton a été identifiée comme étant : “d’immenses (gratte-ciels) lames de glace de méthane »…

La réalisation d’une représentation scientifique de la fécondation à l’inspiration Star Wars conduit à une découverte (Vidéo)

Lorsque les scientifiques, Don Ingber, directeur de l’Institut Wyss (université de Harvard, Cambridge) et le chercheur Charles Reilly ont réalisé la vidéo intitulée “The Beginning” ci-dessous, qui a le grand mérite d’exprimer visuellement les processus microscopiques impliqués dans la fécondation humaine tout en s’inspirant de Stars Wars, ils ont fait une découverte scientifique.

Dans la vidéo, les spermatozoïdes ont le rôle des X-Wing des rebelles et l’ovaire, de l’étoile de la mort…

Sur le danger des débris spatiaux à la dérive (Vidéo)

En 1958, les États-Unis ont lancé le premier satellite à énergie solaire, Vanguard 1, en orbite. Plus de 2 200 jours plus tard, il est toujours en orbite et c’est l’un des plus vieux débris de l’espace parmi les 100 millions actuellement en orbite autour de la Terre… une belle réaction en chaine en perspective.

Alors que l’espace autour de la planète devient de plus en plus…

Un dernier cri dans l’abysse

Cette photo montre la tête d’un petit serpent, bouche ouverte, qui disparaît dans l’œsophage d’une grenouille verte d’Australie, une rainette de White. En fait, cette image existe au moins depuis 2016, mais elle a été remise en avant via un post sur le site reddit, intitulé : « Un dernier cri dans les Abysssss »…

Une étude mesurant le QI de différentes Intelligences Artificiels place Google en tête

L’intelligence artificielle (IA) de Google a obtenu un score deux fois plus élevé que Siri d’Apple dans une analyse comparative conçue pour évaluer la menace de l’IA.

Les chercheurs Feng Liu, Yong Shi et Ying Liu de l’Académie chinoise des sciences écrivent…

Première vidéo en 360° d’une sortie dans l’espace

Voici la première vidéo en 360 degrés obtenue dans l’espace. Elle a été enregistrée alors qu’une paire de cosmonautes russes lançaient des nanosatellites de l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS)…

Pourquoi cette araignée à la tête de Pikachu en guise d’arrière-train ?

L’explorateur Jonathan Kolby du National Geographic était dans la jungle au Honduras à la recherche d’amphibiens quand il a repéré une araignée avec un arrière-train spectaculaire.

L’araignée (Micrathena sagittata) est rouge, à l’exception d’un abdomen qui ressemble à la tête de Pikachu, un personnage Pokémon. Ce n’est pas une espèce rare, mais simplement minuscule et difficile à repérer même si vous les recherchez…

Pin It on Pinterest

Share This