Sélectionner une page

La découverte des fossiles des plus anciens homo sapiens remet en question le calendrier de notre évolution

8 Juin 2017 | 0 commentaires

crane-Jebel Irhoud2La découverte de restes humains vieux de 300 000 ans semble avoir pour effet de remettre en question les nombreux modèles actuels sur l’évolution et la migration de l’homo sapiens.

La datation d’os humains, trouvée au Maroc, a été réalisée par une équipe dirigée par Jean-Jacques Hublin de l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutive en Allemagne et Abdelouahed Ben-Ncer de l’Institut national d’archéologie et du patrimoine à Rabat, au Maroc .

Les restes, estimés appartenir à cinq individus au moins, ont été trouvés sur le site archéologique de la grotte de Jebel Irhoud, situé près de Sidi Moktar, à environ 100 kilomètres de Marrakech.

En image d’entête, l’un des premiers membres connus d’Homo sapiens. L’image composite, basée sur les microtomodensitogrammes de fossiles d’un site au Maroc, montre que le visage humain moderne avait déjà évolué il y a 300 000 ans, remettant en question nos connaissances sur notre calendrier évolutif. (Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig) et ci-dessous le site de Jebel Irhoud. (Shannon McPherron, MPI EVA Leipzig)
grotte-Jebel Irhoud

Le site était déjà connu comme étant la source de certains des plus anciens restes humains modernes jamais découverte, mais la dernière découverte fait reculer de 100 000 ans l’émergence de l’homo sapiens.

Les fossiles d’hominidés déterrés à Jebel Irhoud en 1991 ont été datés à il y a environ 160 000 ans et furent d’abord considérés comme des Néandertaliens. Cependant en 2007, une analyse plus approfondie a révélé qu’ils appartenaient à des humains anatomiquement moderne, les premiers de la sorte découvert.

Jusqu’à présent, le plus ancien reste d’humains modernes fut le crâne Omo 1 trouvé dans le sud-ouest de l’Éthiopie et vieux de 200 000 ans.

Une étude génomique de 2013, menées par Teresa Rito de l’université de porto au Portugal a suggéré que “l’Ève mitochondriale”, le dernier ancêtre commun des populations Khoe et San de l’Afrique australe et la lignée de l’Afrique de l’Est qui a semé les restes des humains modernes à travers le monde, vivait il y a environ 180 000 ans.

Les découvertes de Jebel Irhoud confondent maintenant cette conclusion. Elles reformulent également une des plus importantes questions sur l’émergence des humains modernes : l’Homo sapiens émergea-t-il relativement rapidement d’un stock ancestral ou fut-ce un processus beaucoup plus graduel ?

La question reste sans solution en raison de la nature sévèrement fragmentée des fossiles. Cependant, Hublin et ses collègues rapportent que les derniers spécimens de Jebel Irhoud ont des structures de visage, de mâchoire et de dents qui correspondent à celles des humains anatomiquement modernes, tandis que la forme des crânes est plus étroitement liée à des hominidés plus archaïques/ anciens.

En dépit de la structure faciale moderne de l’hominidé de 300 000 ans de Jebel Irhoud, la boite crânienne (en bleu) était plus primitive, ce qui suggère que la forme du cerveau et éventuellement les capacités cognitives ont continué à évoluer chez l’Homo sapiens après l’installation de l’espèce. (Philipp Gunz, MPI EVA Leipzig)
crane-Jebel Irhoud.

Les chercheurs suggèrent que cela s’oppose à l’idée que les humains modernes ont émergé dans un lieu géographique unique, suggérant plutôt que « les processus évolutifs derrière l’émergence de l’H. sapiens impliquaient tout le continent africain ».

Dans un deuxième document de recherche, des scientifiques dirigés par Daniel Richter, également de l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutive, confirment les estimations de l’équipe de Hublin par la datation d’artefacts en silex trouvés dans la même excavation.

En utilisant des techniques se basant sur la thermoluminescence, l’équipe a daté les outils en silex à environ 315 000 ans. Une datation distincte d’une dent d’une des mâchoires d’hominidés, à l’aide de la résonance de spin électronique, a donné une date largement compatible de 286 000 ans (à 34 000 ans près).

Quelques outils en silex de l’Age de Pierre trouvés dans la grotte de Jebel Irhoud. (Mohammed Kamal, MPI EVA Leipzig)
Hsapiens-Jebel Irhoud

L’équipe de Richter suggère que l’émergence d’êtres humains modernes peut être liée aux changements climatiques il y a environ 330 000 ans, lorsqu’une grande partie de ce qui est maintenant le désert du Sahara était bien plus verte qu’elle ne l’est aujourd’hui, permettant « une continuité biologique entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne ».

En écho aux conclusions de la première étude, la seconde soulève également la possibilité que l’Homo sapiens ait émergé d’une vaste zone géographique, ce qui suggère un “processus panafricain complexe”.

Les chercheurs concluent :

Nous mettons en garde contre le fait de favoriser une région par rapport à l’autre dans la construction de modèles pour tenir compte de ces changements dans le comportement humain et la biologie.

L’étude de Jean-Jacques Hublin et ses collègues publiée dans Nature : New fossils from Jebel Irhoud, Morocco and the pan-African origin of Homo sapiens et celle de Daniel Richter et col. : The age of the hominin fossils from Jebel Irhoud, Morocco, and the origins of the Middle Stone Age.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Des Chimpanzés ont appris à jouer à Pierre-feuille-ciseaux

Des chercheurs de l’université de Kyoto et de l’université de Pékin ont enseigné l’ensemble de compétences relativement complexe associé au jeu du Pierre-feuille-ciseaux à des chimpanzés. Les primates ont montré une capacité à comprendre les relations, à saisir la relation dite circulaires (d’équivalence) entre les trois éléments et, selon les chercheurs, ils ont pu apprendre à jouer au jeu comme…

Lire

Une étoile géante un peu trop près du centre de notre galaxie suggère qu’Albert Einstein a encore raison

Des astronomes en Allemagne et en République tchèque ont observé trois étoiles dans un amas stellaire près du trou noir supermassif au centre de notre galaxie la Voie lactée. En utilisant, entre autres, les données du Very Large Telescope de l’ESO au Chili, les chercheurs ont suivi la façon dont les étoiles se déplaçaient alors qu’elles s’approchaient du trou noir…

Lire

Une stratosphère détectée sur une lointaine exoplanète

Une planète avec une atmosphère où les molécules d’eau brillent a fourni la preuve la plus convaincante de la première stratosphère découverte sur un monde hors du système solaire. En utilisant les données du télescope spatial Hubble de la NASA, une équipe internationale de scientifiques dirigée par l’université d’Exeter (Royaume-Uni) a constaté

Lire

La nouvelle technique d’édition génétique utilisée pour rectifier la mutation d’un gène provoquant une mort subite

La technique révolutionnaire d’édition de gènes (“copier/ coller”) CRISPR/ Cas9 fait encore parler d’elle avec la promesse incroyable de devenir un traitement pour des maladies telle que le VIH et la dystrophie musculaire, mais le but ultime serait de l’utiliser pour éviter, en premier lieu, que les maladies ne s’installent. Elle vient de franchir…

Lire

Comment des mygales africaines ont-elles traversé l’océan indien pour coloniser l’Australie ?

Les mygales Moggridgea rainbowi sont plutôt casanières. Trouvées uniquement sur l’île australienne Kangaroo, elles vivent tranquillement leur vie sous terre ou dans l’écorce des arbres, dans des tubes doublés de soie dans lesquels elles se cachent, en attendant patiemment que le déjeuner ou le dîner se présente à leurs…

Lire

Le noyau du Soleil tourne 4 fois plus vite que sa surface

Pour la première fois, des scientifiques ont pu mesurer avec précision la rotation du noyau solaire, révélant qu’il ne tourne pas à la même vitesse que la surface, mais presque quatre fois plus vite (3,8).

Bien que les chercheurs aient envisagé la possibilité que la rotation du noyau du Soleil puisse ne pas suivre le rythme de sa face…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire

L’œuvre de l’évolution après des millions d’années de coups de boule

Cet animal est le Moschops capensis, un ancêtre des mammifères qui vivait il y a 250 millions d’années. Il a un crâne particulièrement épais, selon les preuves fossiles, ce qui l’a rendu très étrange. Ce que nous apprenons à propos de Moschops est issu d’une recherche utilisant quelques hautes technologies…

Lire

Parce que Saturne a aussi des aurores polaires (Vidéo)

La sonde spatiale Cassini de la NASA a tourné son regard vers le pôle Sud de Saturne pour observer des rideaux fantomatiques de lumière dansante, les aurores polaires sud de Saturne.

Ces lumières naturelles aux pôles de la planète sont créées par des particules chargées qui tombent dans la haute atmosphère, ce…

Lire

Trypophobie : La peur des trous est-elle une phobie ?

Si cette image vous fait frissonner, vous pourriez avoir ce qu’on appelle la trypophobie, la peur des grappes de petits trous. On a émis l’hypothèse que cette peur proviendrait de la ressemblance des trous avec les motifs trouvés sur le corps des animaux toxiques. Bien que des milliers de personnes trouvent ce type d’images…

Lire

Et des scientifiques inventèrent la glace qui ne fond pas

Des scientifiques japonais ont inventé une nouvelle façon d’empêcher la glace de fondre même par temps chaud.

Cette nouvelle invention résulte d’une découverte accidentelle d’un cuisinier. En fait, on a demandé à un chef japonais d’utiliser les fraises cultivées dans certaines zones spécifiques. Ces zones ont connu…

Lire

Comment attraper des mouches avec du vinaigre, selon la science

Les mouches des fruits, surtout la plus commune, la Drosophila melanogaster, sont attirées par les vieux fruits, plus particulièrement ceux en train de pourrir. Elles y déposent leurs œufs et les larves éclosent et se nourrissent de la chair des fruits trop mûre.

Thomas Merritt (en image d’entête) de l’université Laurentian au Canada, qui mène des recherches sur…

Lire
Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This