Jupiter a également une Grande Tache froide

Jupiter-aurores2

Des astronomes de l’université de Leicester (Angleterre) rapportent qu’ils ont découvert ce qu’ils appellent la “Grande Tache froide” (Great Cold Spot) de Jupiter qui est presque aussi importante que la célèbre Grande Tache rouge (Great Red Spot) de la géante gazeuse. Cette nouvelle zone d’intérêt est non seulement mis en évidence par la façon dont elle est comparée à son environnement, mais par le fait qu’elle est créée par les aurores hautement énergétiques de la planète.

Le point sombre et froid, de 24 000 km de longitude par 12 000 km de latitude, se trouve dans la mince thermosphère de Jupiter, qui sépare le vide de l’espace de l’atmosphère plus épaisse de la planète. Il est également de 20 à 30% plus frais (200°C de moins) que l’atmosphère environnante, qui se situe entre 426 °C et 726 °C.

La Grande Tache froide présentée sur plusieurs jours différents (Université de Leicester)GPF-jupiter2
Son changement de forme sous la brillante lueur des aurores de Jupiter (Université de Leicester)GPF-jupiter1

Contrairement à ce point froid, la Grande Tache rouge est estimée réchauffer la planète.

Selon le responsable de l’étude, le professeur Tom Stallard :

The Great Cold Spot est beaucoup plus volatil et change radicalement de forme et de taille sur quelques jours et quelques semaines, par rapport à la Grande Tache rouge qui change lentement, mais elle est réapparue tant que nous avions des données pour la trouver, pendant plus de 15 ans.

Il ajoute que la tache froide peut passer par des cycles de décomposition et de reformation, peut-être remontant à plusieurs milliers d’années et que l’énergie des aurores polaires de Jupiter peut être à l’origine de ce phénomène.

Comme sur Terre, la lumière brillante des aurores de Jupiter provient de particules chargées électriquement qui entrent en collision avec l’atmosphère de la planète près de ses pôles nord et sud, guidées par le champ magnétique de la planète.

Les immenses aurores boréales de Jupiter capturées par Hubble. (NASA)
(Université de Leicester)Jupiter-aurore-6

Mais les aurores de Jupiter sont beaucoup plus constantes et intenses, et elles sont alimentées par des particules provenant des lunes de la planète, notamment par les volcans d’Io ainsi que du soleil.

La lune de Jupiter, Io, dispose d’au moins 400 volcans actifs, ce qui en fait le monde volcanique le plus actif dans notre système solaire. (NASA/ JPL)

Les aurores joviennes alimentent l’énergie thermique dans l’atmosphère de la planète, créant une zone de refroidissement dans la thermosphère à plus haute altitude grâce à des processus qui ne sont pas entièrement compris, mais qui semblent entrainer un vortex similaire à celui observé dans la Grande Tache rouge.

Selon Stallard :

La détection du Great Cold Spot a été une véritable surprise pour nous, mais il existe des indications que d’autres caractéristiques pourraient également exister dans la haute atmosphère de Jupiter.

Son équipe prévoit de chercher d’autres particularités dans les plus hauts niveaux de l’atmosphère de la géante gazeuse et de mieux analyser le point froid, probablement à l’aide de données de la sonde spatiale Juno en orbite autour de Jupiter et de télescopes sur Terre.

Présentation de la découverte :

L’étude publiée dans Geophysical Research Letters : The Great Cold Spot in Jupiter’s upper atmosphere et présentée sur le site de l’université de Leicester : ‘Cold’ Great Spot discovered on Jupiter.

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse