Sélectionner une page

La NASA confirme que la lune de Saturne, Encelade, est comme “une boutique de bonbons pour microbes”

15 Avr 2017 | 3 commentaires

cassini-survol Encelade 17

Les scientifiques de la NASA ont annoncé, lors d’une conférence de presse hier, qu’ils ont trouvé des preuves supplémentaires que la lune glacée de Saturne, Encelade, pourrait accueillir la vie par la présence de molécules d’hydrogène détectées dans de grands geysers de glace qui s’échappent de sa surface.

La découverte de cette source d’énergie chimique signifie qu’Encelade est actuellement le meilleur endroit pour rechercher la vie en dehors de la Terre, avec des conditions qui pourraient être idéales pour qu’y survivent des microbes extraterrestres.

Encelade. (NASA/JPL-Caltech/SSI)

Selon Thomas Zurbuchen, administrateur de la Direction de la mission scientifique de la NASA :

C’est la plus proche approche réalisée, jusqu’à présent, pour identifier un endroit avec certains des ingrédients nécessaires à un environnement habitable.

Les nouveaux résultats ont été récupérés par la sonde spatiale Cassini qui effectue des mesures autour de Saturne et d’Encelade depuis 2004. Une analyse des échantillons que la sonde a obtenus il y a deux ans, alors qu’elle traversait/ survolait les geysers de glace d’Encelade, ont maintenant révélé ces molécules d’hydrogène telluriques.

Représentation de la sonde Cassini traversant les panaches de glace d’Encelade. (NASA/JPL-Caltech)
encelade Cassini 17
Ce GIF présente l’évolution de la luminosité des panaches de glace d’Encelade au cours d’une observation de 6,5 heures par Cassini. (NASA/JPL-Caltech/SSI)

L’hydrogène suggère fortement qu’une activité hydrothermale se produit dans l’océan sous la évent hydrothermalsurface de la lune et comme certaines des formes de vie les plus fondamentales sur Terre prospèrent dans les évents océaniques (cheminées hydrothermales, comme ci-contre) comme ceux qu’a traversés Cassini, le même type de vie pourrait exister sur la lune de Saturne.

Il est estimé, déjà depuis un certain temps, que l’eau est chauffée sous la surface d’Encelade, mais la présence d’hydrogène le confirme : la réaction de certains minéraux aux roches chaudes est l’explication la plus probable pour les grandes quantités d’hydrogène trouvées par Cassini.

La découverte d’hydrogène rend plus probable le fait que le méthane soit produit à partir du dioxyde de carbone sur la lune, processus connu sous le nom de méthanogenèse.

Ce graphique illustre comment les scientifiques de la mission Cassini pensent que l’eau interagit avec la roche au fond de l’océan de la lune glacée de Saturne, Encelade, produisant de l’hydrogène gazeux. (NASA / JPL-Caltech / Southwest Research Institute)
encelade-act Hydrothermal 17

Pour les experts, l’hydrogène et la méthanogenèse pourraient bien fournir une source de nourriture à des microbes, de la même manière que sur Terre. En d’autres termes, les microbes terrestres pourraient probablement vivre sur Encelade.

Mais, l’hydrogène est tellement abondant que cela pourrait aussi signifier qu’il n’y a pas de microbes pour le manger, a déclaré la NASA dans sa conférence de presse hier, ou que les microbes sont là, mais seulement en très petits nombres.

Pour le moment, nous ne savons pas, mais les ingrédients pour la vie sont là, en fonction de la recherche publiée cette semaine.

Deux présentations par la NASA de la découverte et de ses implications :

Dans le même temps, les scientifiques qui travaillent avec le télescope Hubble annoncent qu’ils ont trouvé davantage de preuves qu’une autre des lunes de Jupiter, Europe, émettrait des jets aqueux, nous offrant encore une autre zone potentielle où la vie pourrait se développer.

En 2014, les scientifiques ont d’abord observé ce qu’ils pensaient être un panache unique, semblable au phénomène d’Encelade. Mais l’année dernière, ils en ont observé un autre plus élevé et exactement au même endroit que le panache de 2014. En le comparant à la carte thermique que la mission Galileo de la NASA a réalisée dans les années 1990, les scientifiques de Hubble ont découvert que l’emplacement correspond à une anomalie thermique sur Europe, une région chaude sur la lune normalement gelée.

Ces images composites montrent un panache de matière qui éclate à deux ans d’intervalle au même endroit sur la lune glacée de Jupiter Europa. La silhouette des deux panaches, photographiés dans l’ultraviolet par Hubble, a été repérée alors que la lune passait devant Jupiter. (NASA / ESA / STScI / USGS)
Hubble-Europe-17
Présentation des dernières preuves de panaches de vapeur s’échappant d’Europe :

Les chercheurs avaient déjà suggéré qu’Europe présentait des geysers, mais cette dernière preuve est la plus convaincante. Pour l’instant, Encelade reste l’endroit le plus prometteur pour chercher la vie.

Malheureusement, nous devrons bientôt dire adieu à Cassini après toutes les fantastiques découvertes qu’elle a réalisées en étudiant Saturne et ses lunes. La sonde, à court de carburant, tombera intentionnellement dans Saturne en septembre pour éviter tout risque de contamination de ses lunes pouvant héberger la vie.

L’étude publiée dans Science : Detecting molecular hydrogen on Enceladus et annoncée sur le site de la NASA : NASA Missions Provide New Insights into ‘Ocean Worlds’ in Our Solar System.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This