Sélectionner une page

Cannibalisme : la chair humaine n’est pas assez nutritive

8 Avr 2017 | 1 commentaire

cannibhumain-nutrition3

Les archives archéologiques montrent que le cannibalisme préhistorique remonte à près d’un million d’années, mais pourquoi l’homme mangeait-il ses congénères ? Cette pratique ne visait pas seulement à soulager la faim, étant donné que, en tant que proie, les anciens humains étaient probablement plus nombreux qu’ils n’en valaient la peine et qu’ils n’étaient pas aussi nutritifs que les steaks de mammouths.

Les études passées ont tendance à considérer cette pratique comme motivée par des raisons diététiques ou rituelles cependant, pour l’auteur d’une nouvelle étude, James Cole, un archéologue de l’université de Brighton, les facteurs qui sous-tendent le cannibalisme préhistorique sont beaucoup plus complexes.

Pour atteindre cette conclusion, il a calculé la valeur calorique d’un corps humain moyen, en se basant sur les données tirées des autopsies de quatre mâles adultes modernes, puis il a comparé les résultats aux valeurs caloriques des espèces animales trouvées dans les sites préhistoriques de cannibalisme.

Selon ses résultats, un homme de 65 kg  produirait environ 32, 376 calories dans les tissus musculaires (en gardant à l’esprit que ces chiffres sont une estimation approximative, car nos ancêtres (Hominini) étaient beaucoup plus musclés), ce qui n’aurait guère sustenté un groupe de 25 mâles adultes de Neandertal ou du Pléistocène pour plus d’une demi-journée.

cannibhumain-nutrition

En comparaison, un mammouth (3,6 millions de calories) leur aurait permis de tenir pendant 35 jours, un rhinocéros laineux (1,26 million de calories) environ 12 jours tandis qu’un bison des steppes (612 000 calories) pendant six jours.

En plus de ne pas se classer en haut de l’échelle alimentaire, il y a aussi la question de savoir si cela valait la peine de s’exposer aux risques de chasser et de combattre un camarade hominidé alors qu’il y avait beaucoup d’autres proies aux alentours, selon Cole. Comme il l’indique dans l’étude, cela impliquerait beaucoup plus d’effort pour chasser un hominidé qu’un petit animal, comme un cerf, compte tenu de la capacité de notre ancêtre à se battre, à courir et à penser pour se sortir de la situation.

Cela dit, même si le fait de manger ses congénères ne semble pas justifier les efforts, il y a lieu de croire que cette pratique était plus répandue que ce que suggère le faible nombre de sites fossiles présentant des traces de cannibalisme. Cole souligne le fait que, bien qu’il n’y ait pas beaucoup de restes humains dans les archives fossiles, il existe encore “beaucoup de preuves” de cannibalisme, comme les marques de dents sur les os et la rupture des os longs (signe que quelqu’un a essayé d’accéder à la moelle osseuse à l’intérieur) pour indiquer que ce n’était pas une pratique peu commune.

En outre, d’autres chercheurs ont également soutenu que l’immunité de l’homme préhistorique aux maladies liées au prion (encéphalopathies spongiformes transmissibles) était le résultat du cannibalisme. Sinon, face à l’exposition répétée à ces agents pathogènes, ils n’auraient pas évolué pour s’y adapter, suggérant ainsi que le cannibalisme n’était pas une pratique rare.

Donc, si l’homme préhistorique n’était pas nutritif ou facile à se procurer, qu’est-ce qui a poussé à manger de son genre ? Sans surprise, il n’y a pas de réponse claire à cette question. Certains d’entre eux auraient pu adopter une approche pragmatique et considéraient ceux de leur groupe qui étaient morts comme une source alternative de viande afin qu’ils n’aient pas à sortir et à chasser.

Il est également possible que ce soit leur façon d’affirmer leur revendication sur un territoire particulier ou qu’il impliquait une sorte de rituel socioculturel complexe que les archéologues n’ont pas encore compris, comme l’ont suggéré les restes cannibalisés trouvés sur des sites archéologiques tels que la grotte de Gough au Royaume-Uni, où les crânes des victimes ont été nettoyés et ensuite reconvertis en bols tandis que le reste de leur corps a été mangé.

Ce bol fabriqué à partir d’un crâne humain a été trouvé dans le site archéologique de la grotte de Gough. (Kevin Webb/ NHM)
cannibhumain-nutrition2

Dans tous les cas, pour Cole, on ne peut pas supposer que ces premières pratiques de cannibalisme avaient simplement des raisons nutritionnelles ou rituelles. Tout comme il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les humains modernes ont pratiqué le cannibalisme, les motivations derrière les tendances cannibales initiales pourraient être tout aussi complexes ? Après tout, loin d’être de brutal habitants des grottes uniquement motivés par des besoins fondamentaux simples, des études récentes ont montré que les Néandertaliens étaient beaucoup plus sophistiqués qu’il ne l’avait été estimé, comme en témoignent le fait qu’ils fabriquaient des bijoux et enterraient leurs morts.

Selon Cole :

Nous savons que les humains modernes ont une variété de motivations complexes pour le cannibalisme qui s’étende du rituel, de l’agressivité et de la survie à des raisons diététiques. Pourquoi une espèce telle que les Néandertaliens, qui semblent avoir eu des attitudes variées pour l’enterrement et le traitement de leurs morts, n’a-t-elle pas une attitude tout aussi complexe envers le cannibalisme ?

L’étude publiée dans Scientific Reports : Assessing the calorific significance of episodes of human cannibalism in the Palaeolithic.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Il y aurait des tempêtes de neige nocturne sur Mars

Bien que la science novatrice de la prévision météorologique martienne soit encore à ses balbutiements par rapport à son homologue terrestre, une nouvelle étude montre que les nuits martiennes peuvent inclure des tempêtes de neige.

On savait déjà que l’atmosphère froide de Mars et 100 fois plus fine que la Terre permet de former des nuages de glace d’eau, même si…

Lire

Les pluies de diamants d’Uranus et de Neptune reproduites en laboratoire

Les astronomes l’appellent “la pluie du diamant” mais personne ne l’a encore jamais vu jusqu’à maintenant.

L’intérieur des planètes comme Neptune ou Uranus se compose d’un noyau solide entouré de couches épaisses de “glace”, qui sont principalement constituées d’hydrocarbures, d’eau et d’ammoniaque.

Selon les calculs, à plus de 8000 kilomètres sous ses couches de glace, la pression est…

Lire

Hallucinations auditives induites par un simple conditionnement pavlovien

Lorsque des humains entendent des voix, d’autres ne le peuvent pas, le modèle scientifique actuel décrit cela comme une psychose due à une anomalie cérébrale, un déséquilibre chimique ou une autre affection. Mais des scientifiques de l’université de Yale (Etats-Unis) ont maintenant induit de manière fiable des hallucinations auditives chez certaines personnes qui…

Lire

91 volcans se cachent sous la calotte glaciaire de l’Antarctique

Max Van Wyk de Vries, diplômé de l’université d’Édimbourg (Écosse), s’est demandé combien de pics volcaniques pourraient se trouver sous la couche de glace de l’Antarctique.

Ainsi, il a proposé une étude. Cela s’est transformé en ce que les auteurs du document de recherche appellent : le premier inventaire des volcans sous-glaciaires de l’Antarctique. En analysant les données sur les couches de glace et les terres situées en dessous,

Lire

Une troisième planète terrestre potentiellement habitable se planquerait dans le système Gliese 832

Des physiciens de l’université du Texas à Arlington (UTA) ont récemment annoncé la découverte possible d’une planète terrestre en orbite autour de Gliese 832, une étoile naine rouge à seulement 16 années-lumière d’ici. Des astronomes avaient déjà détecté deux exoplanètes en orbite autour de Gliese 832…

Lire

Des scientifiques ont finalement découvert comment synthétiser le composé actif des champignons hallucinogènes

Les champignons contenant de la psilocybine, Psilocybe cyanescens, habituellement appelés “champignons hallucinogènes” s’avèrent être un remède ou un traitement très efficace pour les céphalées en grappe et d’autres problèmes de santé physique ou mentale, comme la dépression…

Lire

Il ne reste plus qu’un mois avant que la sonde Cassini brule dans l’atmosphère de Saturne

La fin est proche pour la sonde Cassini de la NASA alors que le vaisseau spatial entre dans son dernier mois en orbite autour de Saturne. La sonde brûlera comme un météore artificiel dans la haute atmosphère de la géante gazeuse, le 15 septembre, mettant fin à une odyssée de 13 ans dans le système de la planète aux anneaux…

Lire

Vidéo : visualiser la migration de 150 espèces animales à travers le globe

Il existe deux types d’animaux dans ce monde : ceux qui peuvent subvenir à leur besoin toute l’année au même endroit et ceux qui doivent voyager pour survivre. Pour la plupart, les humains appartiennent au premier groupe.

Le monde animé ci-dessous révèle les mouvements d’animaux à travers le monde en fonction des données partagées sur Movebank, une base…

Lire

Image : un profil de Jupiter que l’on ne connaît pas

La mission Juno de la NASA a capturé cette image de Jupiter le 10 juillet, à 16 535 kilomètres au-dessus des nuages. Le nord de la planète est à gauche dans l’image. L’image a été convertie à partir de données brutes (RAW) par les scientifiques citoyens Gerald Eichstädt et Seán Doran…

Lire

Au niveau moléculaire, les amateurs de whisky ont raison d’y rajouter de l’eau

Un débat fait rage chez les amateurs de Whisky : avec ou sans adjonction d’eau (ou de glace)… la science a tranché et selon certains chimistes, vous devriez ajouter de l’eau à votre whisky.

Selon une nouvelle étude, le whisky dilué peut en effet améliorer le goût du whisky…

Lire

Ce mois de juillet a atteint le précédent record de température selon la NASA

Juillet 2017 est à égalité avec juillet et août 2016 en tant que mois le plus chaud jamais enregistré, selon une nouvelle analyse de la NASA.

Mai 2017 n’est pas loin derrière, en deuxième position. Le mois dernier fut de 0,83 °C plus chaud que la température moyenne de…

Lire

En cas d’attaque nucléaire : n’utilisez pas d’après-shampoing !

Après les menaces de la Corée du Nord la semaine dernière proféré sur l’île américaine de Guam, le Bureau de la Défense civile de Guam a publié un ensemble de directives « au cas ou », que vous pouvez trouver ici, pour se préserver après une attaque nucléaire. Il y a beaucoup de conseils et d’avertissements intéressants dans ces lignes directrices, mais celle qui sort du lot est…

Lire

Finalement l’astéroïde Apophis n’a qu’une chance sur 100 000 de frapper la Terre

Découvert en 2004, l’astéroïde Apophis devrait passer à proximité de notre planète le 13 avril 2029.

Cet énorme astéroïde d’environ 400 mètres de large, est toujours sur la liste des objets géocroiseurs (NEO pour Near Earth Object) dangereusement proches de la terre, considéré comme une menace potentielle pour notre planète…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Pin It on Pinterest

Share This