Un aperçu des derniers instants de la sonde Cassini qui fera bientôt partie intégrante de Saturne (Vidéo)

nasa-at-saturn-cassinis-grand-finale_1

La sonde spatiale Cassini de la NASA lancera officiellement sa tournée d’adieu, son “Grand Finale”, au système de Saturne le 22 avril avec une dernière rencontre de la plus grande lune de la planète aux anneaux, Titan. Cinq mois plus tard, le 15 septembre, Cassini brûlera lors d’une spectaculaire plongée dans l’atmosphère écrasante de Saturne.

Mais avant cela, la sonde va s’insérer dans un écart de 1 930 kilomètres entre la planète et son anneau le plus proche pour réaliser des observations scientifiques qui ne sont possibles que parce qu’elle est à court de carburant.

(NASA / JPL-Caltech)
Cassini Grand Final

Lors d’une conférence de presse tenue le 4 avril au Jet Propulsion Laboratory de la NASA (JPL) Jim Green, directeur du Planetary Science Division de la NASA a déclaré :

Quelle fin spectaculaire pour une mission spectaculaire.

Le “Grand Finale” commencera lorsque la gravité de Titan lancera (fronde gravitationnelle) Cassini près de l’atmosphère de Saturne, mettant fin à la série d’orbites de survol des anneaux.

Votre Guru en profite pour glisser cette très récente image (clic pour agrandir), diffusée par la NASA le 3 avril, de la face plongée dans l’obscurité de Saturne obtenue par la sonde Cassini le 18 janvier 2017. (NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute)
Cassini Grand Final3

Au cours des 22 orbites suivantes, entre la planète et l’anneau le plus interne, Cassini débutera une phase de découverte complètement différente. Le vaisseau spatial effectuera des mesures scientifiques de l’environnement apparemment vide entre les gaz de la haute atmosphère de la planète et le bord intérieur de l’anneau D de Saturne.

Pour Linda Spilker, scientifique du projet Cassini au JPL :

Le Grand Finale est une toute nouvelle mission. Nous allons là où nous n’avons jamais été avant … et je pense que certaines des plus grandes découvertes peuvent provenir de ces orbites finales.

Cette trajectoire unique permettra à Cassini de faire des cartes incroyablement détaillées des champs magnétiques et gravitationnels de Saturne, permettant aux scientifiques de déterminer quelles structures se situent sous l’atmosphère de la planète et, potentiellement, de révéler les mécanismes à l’origine des mystérieux mouvements de Saturne (elle oscille et ses mouvements proviennent de la planète elle-même). Et pour les membres de l’équipe de la mission, c’est aussi la meilleure opportunité d’avoir un bon aperçu de l’immense tempête hexagonale gravé dans les nuages autour du pôle nord de Saturne.

Depuis son arrivée dans l’orbite de Saturne en 2004, Cassini s’est éloignée de la matière glacée qui compose les anneaux de la planète, optant pour une orbite plus distante (et plus sûre) où les lunes de la géante gazeuse pouvaient être étudiées tout en observant de loin Saturne. Mais maintenant que la mission est dans ses derniers mois, des manœuvres plus risquées peuvent être entreprises pour mener des observations que les scientifiques auraient rêvé d’en profiter plus tôt dans la mission.

Au cours des audacieuses plongées, Cassini sera plus proche de la planète qu’elle ne l’a jamais été. La sonde utilisera son spectromètre de masse pour "goûter" la chimie des gaz sur le bord le plus extérieur de l’atmosphère de Saturne et elle renverra les observations les plus détaillées jamais obtenues des nuages et des anneaux de Saturne.

Les membres de l’équipe de la mission s’efforcent de minimiser les dangers associés à cette vue privilégiée.

Selon Spilker :

Nous ne savons pas exactement où se finit l’anneau D … donc, pour être sûr, nous voulons protéger l’instrumentation de l’engin spatial contre ces particules. Après tout, Cassini sera sur une "trajectoire balistique", voyageant à une vitesse 122 000 km/h.

Cela va être très risqué. Le matériau de l’anneau tombe réellement dans Saturne, et il ne faudra pas beaucoup pour arrêter notre vaisseau spatial à la vitesse à laquelle il volera.

Bien que les modèles des anneaux de Saturne suggèrent que l’espace/ écart sera principalement vide, les scientifiques de la mission ont déclaré qu’ils supposent que de petites particules vont frapper Cassini. Ainsi, à mesure que le vaisseau spatial effectuera ses passages dans l’anneau, il sera réorienté de manière à maximiser le blindage de son instrumentation derrière la grande antenne de Cassini.

Représentation artistique de la sonde Cassini plongeant dans l’atmosphère de Saturne le 15 septembre 2017. (NASA / JPL-Caltech)
Cassini Grand Final2

Les membres de l’équipe de la mission estiment que la sonde ne rencontrera que les plus petites particules dans l’espace entre les anneaux et la probabilité de perdre la sonde suite à un impact est à “moins de 1 %”.

Ensuite, la NASA a décidé d’incinérer la sonde pour s’assurer qu’elle ne contamine pas Titan ou l’autre lune de Saturne, Encelade, qui peuvent tous deux être capables d’héberger la vie. (Cassini a été stérilisée avant son lancement en octobre 1997, mais certains microbes terrestres peuvent encore survivre à bord de la sonde, ont indiqué les responsables de l’agence).

Une récente vidéo présentant le “Grand Finale” de Cassini :

Cassini fut une véritable odyssée de plusieurs décennies pour les scientifiques impliqués, et la plongée finale de la sonde dans l’atmosphère de Saturne, le 15 septembre, sera un moment certainement très “aigre-doux”, ont indiqué les chercheurs.

Selon Spilker :

Je pense qu’une fois le signal perdu, cela signifiera que les battements cardiaques de Cassini sont partis. Je pense qu’il y aura une grande joie et des applaudissements pour l’accomplissement d’une mission absolument incroyable. Des étreintes, des larmes, la boîte Kleenex sera de sortie, mais nous nous réjouirons de faire partie d’une mission si merveilleuse.

Sur le site du Jet Propulsion Laboratory de la NASA : NASA’s Cassini Mission Prepares for ‘Grand Finale’ at Saturn.

Tags: , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse