Le véritable et naturel Brexit : sur la séparation bien plus cataclysmique de l’Europe avec l’Angleterre

Brexit nat

La séparation politique de la Grande-Bretagne avec l’Europe, surnommée Brexit, nourri peut être l’actualité depuis un an, mais le clivage d’origine de ces deux masses terrestres fut encore plus cataclysmique et il a commencé il y a environ 450 000 ans.

À l’époque, la Grande-Bretagne était reliée au reste du continent européen par un pont terrestre massif qui s’étendait du continent britannique jusqu’à la France. Au moins, jusqu’à ce que des cascades d’eau glacées commencent à tomber sur ce lien terrestre ténu, qui a finalement cédé dans un torrent d’inondations catastrophiques, d’après de nouvelles recherches.

Une équipe dirigée par le professeur Sanjeev Gupta de l’Imperial College London a analysé les données recueillies sur les fonds marins auprès de navires de recherche dans la Manche, les eaux entre l’Angleterre et la France, et plus particulièrement sous le détroit du Pas de Calais (Dover Strait en anglais), la partie la plus étroite de la Manche, entre les villes portuaires de Dover en Angleterre et de Calais en France.

Strait_of_Dover_MODIS

Vue en 3D du fond marin dans le détroit de 33 km de large du Pas de Calais  montrant une vallée proéminente dans la partie centrale. (Imperial College London / Sanjeev Gupta/ Jenny Collier)Brexit nat3

Ce passage entre l’Angleterre et la France est marqué par de nombreux et énormes trous dans le fond marin, mesurant plusieurs kilomètres de diamètre et s’étendant jusqu’à environ 100 mètres de profondeur. Il y a sept de ces gigantesques bassins le long du fond marin, en ligne droite entre Dover et Calais et on n’a jamais pu déterminer clairement ce qui les a formés.

Selon l’analyse de l’équipe, ces énormes indentations sont les marques causées par le déluge d’une immense cascade, et le pont terrestre qui s’étendait autrefois entre la Grande-Bretagne et l’Europe agissait comme un immense barrage contenant les eaux d’un lac glacé, que nous connaissons maintenant comme la mer du Nord.

Selon l’un des membres de l’équipe, Jenny Collier :

Sur la base des preuves observées, nous croyons que le détroit de Dover (Pas de Calais), il y a 450 000 ans, aurait été une énorme crête de roche faite de craie rejoignant la Grande-Bretagne et la France, ressemblant plus à la toundra congelée de Sibérie que l’environnement vert que nous connaissons aujourd’hui.

Cela aurait été un environnement froid, parsemé de cascades qui plongent sur l’escarpement emblématique de la craie blanche que nous voyons aujourd’hui dans les falaises de Douvres (ci-dessous).

White_cliffs_of_dover

Pour les chercheurs, ces immenses chutes d’eau se seraient étendues sur quelque 32 kilomètres entre la Grande-Bretagne et la France et se seraient élevées jusqu’à 100 mètres au-dessus de la vallée vers le sud-ouest.

Image d’entête (clic pour agrandir) : représentation du pont terrestre entre la France et l’Angleterre. Le premier plan devrait être là où se trouve Calais aujourd’hui. (Imperial College London/ Chase Stone)

Au nord-est de la crête, la région connue sous le nom de mer du Nord aurait formé un vaste lac proglaciaire alimenté par une couche de glace géante qui s’étendait depuis la Grande-Bretagne vers la Scandinavie. Cette eau glacée a été retenue par le pont terrestre formant un barrage naturel, mais à un moment donné, elle a commencé à se répandre, en scarifiant la vallée en aval avec ses impacts torrentiels.

D’après Collier :

Nous ne savons toujours pas pourquoi le lac proglaciaire s’est répandu. Peut-être qu’une partie de la couche de glace s’est rompue, s’effondrant dans le lac, provoquant une vague qui a creusé une voie pour que l’eau puisse tomber en cascade de la crête de craie.

Ces cascades ont dû rester actives pendant un certain temps pour créer les trous dans le fond marin, mais les chutes d’eau ont fait place à un deuxième événement majeur.

Il y a environ 160 000 ans, l’équipe suggère qu’une sorte d’inondation soudaine a eu lieu, peut-être déclenchée par une activité sismique et alimentée par des eaux glaciales provenant de glaces en amont et qui a finalement contribué à briser les restes du pont terrestre.

Selon Collier :

En ce qui concerne l’effondrement catastrophique de la crête, peut-être qu’un tremblement de terre, qui est encore caractéristique de cette région aujourd’hui, a affaibli la crête provoquant son effondrement.

Les chercheurs reconnaissent qu’ils devront mener d’autres études pour préciser leur hypothèse et fournir une datation plus précise des événements. Pour ce faire, ils ont l’intention de collecter des échantillons de sédiments dans les bassins de cascade pour en savoir plus sur le moment de l’érosion. Mais ce n’est pas une entreprise facile, étant donné que le détroit du Pas de Calais connaît d’énormes changements de marée et c’est aussi la voie maritime la plus fréquentée au monde.

L’étude publiée dans Nature : Two-stage opening of the Dover Strait and the origin of island Britain.

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse