Sélectionner une page

Découverte d’un nouveau Tyrannosaure très sensible du visage

2 Avr 2017 | 0 commentaires

Daspletosaurus horneri3

Les scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de tyrannosaure qui vivait il y a 75 millions d’années sur les plaines de ce qui est maintenant le Montana, et il a permis de fournir un tout nouvel éclairage sur ce à quoi ressemblaient la face des tyrannosaures, comme l’emblématique Tyrannosaurus rex.

Il s’avère qu’ils étaient beaucoup plus sensibles que prévu et qu’ils portaient les mêmes nerfs qui font éternuer certaines personnes lorsqu’ils regardent la lumière du soleil.

Ce prédateur a été nommé Daspletosaurus horneri. Il faisait environ 9 mètres de long, 2,2 mètres de haut et présentait quelques étranges particularités. D’une part, il a suivi une forme inhabituelle d’évolution appelée anagénèse, lorsqu’une espèce plus ancienne s’éteint progressivement en devenant une nouvelle.

En utilisant la datation radiométrique, une équipe dirigée par Thomas Carr du Carthage College au Wisconsin a établi qu’avant que le D. horneri n’ait émergé et qu’il ait commencé à terroriser ses proies, de plus petits dinosaures, comme des théropodes et des hadrosaures, son parent plus âgé était une espèce distincte, le Daspletosaurus torosus.

Selon Carr :

Lorsque nous considérons l’âge géologique des deux espèces, l’évolution du Daspletosaurus nous donne une indication de la lenteur de l’évolution pouvant influencer les grands dinosaures qui, dans ce cas, ont dépassé 2,3 millions d’années.

Cette trajectoire évolutive est une particularité, mais elle n’est pas unique. Les chercheurs soulignent que l’anagénèse a également été trouvée chez certains dinosaures à bec de canard et à cornes.

Non seulement le spécimen a révélé une évolution inhabituelle, mais il a également permis aux chercheurs de reconstruire le visage du D. horneri avec une grande précision.

Composé de deux crânes et squelettes complets, d’une mâchoire partielle inférieure et d’une série d’autres os, le dossier fossile disponible pour reconstruire le D. horneri était idéal.

A partir de l’étude, crâne et mâchoires de Daspletosaurus horneri. (Thomas Carr et Col. /Scientific Reports)
Daspletosaurus horneri2

L’équipe a été en mesure de modéliser en détail le visage du nouveau tyrannosaure, comme les grandes écailles plates autour de sa bouche, l’épaisseur des plaques de son épaisse peau, des cornes devant ses yeux et un museau très sensible.

Comme pour l’image d’entête (clic pour agrandir), tirée de l’étude, représentation détaillée de la face d’un Daspletosaurus horneri. (Dino Pulerà)
Daspletosaurus horneri

Cela peut paraître fou qu’autant de détails aient été recueillis à partir de surfaces osseuses, mais comme l’explique Michael Greshko :

L’os vivant est façonné par les matrices des muscles, des nerfs et des vaisseaux sanguins qui se heurtent constamment et le nourrissent.

Tous ces tissus laissent une empreinte sur l’os fossilisé, ce qui donne des indices aux chercheurs sur ce à quoi la créature éteinte ressemblait avec de la chair.

De plus, pour reconstituer le portrait du prédateur, les chercheurs ont dû aller au-delà de leur domaine d’étude en comparant leurs résultats avec l’anatomie des plus proches parents vivants des dinosaures, les oiseaux et les crocodiliens. Ils ont ainsi trouvé un réseau complexe de nerfs faciaux, étonnamment similaire à ce qui se trouve sous la peau des crocodiles aujourd’hui.

Les chercheurs suggèrent que le fait d’avoir un museau super sensible aurait été utile à ses anciens prédateurs nidificateurs pour manipuler leurs œufs et les bébés tyrannosaures. Ils frottaient même peut-être leur nez entre eux comme une forme de préliminaires.

Selon l’un des membres de l’équipe, l’anatomiste Jayc Sedlmayr de l’école de médecine de La Nouvelle-Orléans :

Notre recherche d’un réseau sensoriel complexe est particulièrement intéressante, car elle provient du nerf trijumeau.

Il a une histoire évolutive extraordinaire pour se développer en un « sixième sens » très différent, dans différents vertébrés.

Le nerf trijumeau dans le visage du tyrannosaure est le même qui recueille des informations sensorielles à travers les moustaches de nombreux animaux et fait éternuer certaines personnes exposées à la lumière du soleil.

Selon Sedlmayr :

À certains égards, les composantes faciales du nerf trijumeau de ces dinosaures reflètent celle des humains.

Cela nous rappelle la sensation de nos muscles faciaux, ce qui nous permet d’affiner et de coordonner les expressions émotionnelles et sociales si importantes pour la communication humaine.

L’étude publiée dans Scientific Reports : A new tyrannosaur with evidence for anagenesis and crocodile-like facial sensory system.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

L’incroyable vidéo d’un morceau d’ADN découpé par l’outil d’édition génétique CRISPR-Cas9

Cette vidéo granuleuse et trop courte représente, en fait, un exploit scientifique, celui d’imager pour la première fois le processus de découpe d’un morceau d’ADN en temps réel avec le nouvel outil de manipulation génétique CRISPR-Cas9.

Et oui, les scientifiques ont prédit que cela devrait se passer de la sorte, mais ils ne l’avaient encore jamais vu. Et cela s’est passé exactement comme ils l’avaient prédit…

L’arbre des villes pousse actuellement plus vite que l’arbre des champs

Dans la première étude du genre, une grande analyse sur la différence entre les arbres des villes et ceux des champs dans dix régions métropolitaines du monde est arrivée à une surprenante conclusion. Malgré la pollution sonore, de l’air et tous les autres défis associés à la vie en ville, les arbres urbains semblent croître plus rapidement que leurs homologues ruraux.

Les auteurs de l’étude ne savent pas exactement pourquoi, mais ils pensent que cela a quelque chose à voir avec…

Par la simple modification d’un gène des chercheurs ont transformé la corne d’un scarabée en un 3e œil

L’œil est souvent mis en avant comme un exemple de la complexité de la nature, mais l’évolution a ses raccourcis. Une nouvelle expérience de l’université de l’Indiana (États-Unis) révèle comment la sélection naturelle peut créer des traits complexes à partir de «blocs de construction» génétiques existants et, pour illustrer cela, l’équipe a utilisé un outil génétique relativement simple pour développer un troisième œil fonctionnel sur le front de coléoptères…

Un ancien pot révèle que la vinification remonte à 8 000 ans en Géorgie

Des archéologues ont mis à jour les premières preuves de vinification dans le monde, datant d’environ 8 000 ans. Les fouilles effectuées en République de Géorgie ont permis de déterrer des morceaux de poterie (image d’entête) datant de la période du début de l’ère céramique du néolithique, vers 6000 av. J.-C., qui contenaient les composés chimiques révélateurs du vin.

Les fouilles ont eu lieu à Gadachrili Gora et Shulaveris Gora,..

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Un étonnant timelapse microscopique présentant la création de calmars (Vidéo)

Le biologiste Nipam H. Patel, du Laboratoire Patel de l’université de Californie à Berkeley, a créé « Squid: Coming to Life », un accéléré microscopique absolument incroyable, présentant la formation d’embryons à l’intérieur d’œufs desquels émergent de minuscules bébés calmars…

Pendant 128 ans, le cadavre d’une sauterelle incrustée dans une célèbre toile de Van Gogh est passé inaperçu

Durant toutes ces années, pas un expert des œuvres de Van Gogh n’a remarqué qu’il avait laissé une sauterelle morte couverte de peinture dans des “oliviers”.

Les morceaux du petit insecte, son thorax et son abdomen, ont été préservés dans la peinture pendant 128 ans. Un conservateur du Musée d’art…

Vous guérirez plus vite si vous vous blessez dans la journée que pendant la nuit

Selon Nathaniel Hoyle et ses collègues du Laboratoire de biologie moléculaire à Cambridge (Angleterre), les plaies semblent guérir deux fois plus vite si l’accident est arrivé durant les heures de jour plutôt que la nuit.

Ils ont découvert que 30 gènes d’un type de cellule cutanée s’activent et se désactivent pendant les cycles jour-nuit. Ces cellules cutanées, appelées…

En Suisse, un robot prend l’ascenseur

Cette vidéo montre la recherche en cours sur l’utilisation des pieds d’un robot à pattes pour de simples manipulations. Dans cet exemple, ANYmal utilise sa grande amplitude de mouvement pour atteindre et appuyer sur un bouton d’ascenseur…

Est-il possible d’embaucher des corbeaux pour ramasser nos mégots avec des cacahuètes ?

Les corbeaux sont très intelligents, autant que les chimpanzés. Ils comprennent même le concept du commerce, alors pourquoi exploiter leur intelligence pour améliorer notre monde corriger l’erreur humaine. Une société néerlandaise appelée Crowded Cities vise à former des corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes le long des routes. Ils seraient en mesure de déposer les mégots dans un distributeur automatique et de recevoir de la nourriture en retour…

Daspletosaurus horneri3

Les scientifiques ont découvert une nouvelle espèce de tyrannosaure qui vivait il y a 75 millions d’années sur les plaines de ce qui est maintenant le Montana, et il a permis de fournir un tout nouvel éclairage sur ce à quoi ressemblaient la face des tyrannosaures, comme l’emblématique Tyrannosaurus rex.

Il s’avère qu’ils étaient beaucoup plus sensibles que prévu et qu’ils portaient les mêmes nerfs qui font éternuer certaines personnes lorsqu’ils regardent la lumière du soleil.

Ce prédateur a été nommé Daspletosaurus horneri. Il faisait environ 9 mètres de long, 2,2 mètres de haut et présentait quelques étranges particularités. D’une part, il a suivi une forme inhabituelle d’évolution appelée anagénèse, lorsqu’une espèce plus ancienne s’éteint progressivement en devenant une nouvelle.

En utilisant la datation radiométrique, une équipe dirigée par Thomas Carr du Carthage College au Wisconsin a établi qu’avant que le D. horneri n’ait émergé et qu’il ait commencé à terroriser ses proies, de plus petits dinosaures, comme des théropodes et des hadrosaures, son parent plus âgé était une espèce distincte, le Daspletosaurus torosus.

Selon Carr :

Lorsque nous considérons l’âge géologique des deux espèces, l’évolution du Daspletosaurus nous donne une indication de la lenteur de l’évolution pouvant influencer les grands dinosaures qui, dans ce cas, ont dépassé 2,3 millions d’années.

Cette trajectoire évolutive est une particularité, mais elle n’est pas unique. Les chercheurs soulignent que l’anagénèse a également été trouvée chez certains dinosaures à bec de canard et à cornes.

Non seulement le spécimen a révélé une évolution inhabituelle, mais il a également permis aux chercheurs de reconstruire le visage du D. horneri avec une grande précision.

Composé de deux crânes et squelettes complets, d’une mâchoire partielle inférieure et d’une série d’autres os, le dossier fossile disponible pour reconstruire le D. horneri était idéal.

A partir de l’étude, crâne et mâchoires de Daspletosaurus horneri. (Thomas Carr et Col. /Scientific Reports) Daspletosaurus horneri2

L’équipe a été en mesure de modéliser en détail le visage du nouveau tyrannosaure, comme les grandes écailles plates autour de sa bouche, l’épaisseur des plaques de son épaisse peau, des cornes devant ses yeux et un museau très sensible.

Comme pour l’image d’entête (clic pour agrandir), tirée de l’étude, représentation détaillée de la face d’un Daspletosaurus horneri. (Dino Pulerà)
Daspletosaurus horneri

Cela peut paraître fou qu’autant de détails aient été recueillis à partir de surfaces osseuses, mais comme l’explique Michael Greshko :

L’os vivant est façonné par les matrices des muscles, des nerfs et des vaisseaux sanguins qui se heurtent constamment et le nourrissent.

Tous ces tissus laissent une empreinte sur l’os fossilisé, ce qui donne des indices aux chercheurs sur ce à quoi la créature éteinte ressemblait avec de la chair.

De plus, pour reconstituer le portrait du prédateur, les chercheurs ont dû aller au-delà de leur domaine d’étude en comparant leurs résultats avec l’anatomie des plus proches parents vivants des dinosaures, les oiseaux et les crocodiliens. Ils ont ainsi trouvé un réseau complexe de nerfs faciaux, étonnamment similaire à ce qui se trouve sous la peau des crocodiles aujourd’hui.

Les chercheurs suggèrent que le fait d’avoir un museau super sensible aurait été utile à ses anciens prédateurs nidificateurs pour manipuler leurs œufs et les bébés tyrannosaures. Ils frottaient même peut-être leur nez entre eux comme une forme de préliminaires.

Selon l’un des membres de l’équipe, l’anatomiste Jayc Sedlmayr de l’école de médecine de La Nouvelle-Orléans :

Notre recherche d’un réseau sensoriel complexe est particulièrement intéressante, car elle provient du nerf trijumeau.

Il a une histoire évolutive extraordinaire pour se développer en un « sixième sens » très différent, dans différents vertébrés.

Le nerf trijumeau dans le visage du tyrannosaure est le même qui recueille des informations sensorielles à travers les moustaches de nombreux animaux et fait éternuer certaines personnes exposées à la lumière du soleil.

Selon Sedlmayr :

À certains égards, les composantes faciales du nerf trijumeau de ces dinosaures reflètent celle des humains.

Cela nous rappelle la sensation de nos muscles faciaux, ce qui nous permet d’affiner et de coordonner les expressions émotionnelles et sociales si importantes pour la communication humaine.

L’étude publiée dans Scientific Reports : A new tyrannosaur with evidence for anagenesis and crocodile-like facial sensory system.

Pin It on Pinterest

Share This