Et si les étranges flashs d’énergie détectés dans l’espace étaient produits par des extraterrestres pour pousser leurs vaisseaux

fast-radio-bursts-extraterrestre

Une nouvelle étude (théorie) suggère que d’étranges flashes d’énergie diffusés dans l’Univers pourraient en fait être générés par des civilisations extraterrestres avancées pour accélérer leurs vaisseaux spatiaux interstellaires.

Les astronomes ont recensé une vingtaine de ces flashs ultrarapides, connus sous le nom de sursauts radio rapides (FRB pour “fast radio burst”), depuis la détection du premier en 2007. Alors qu’ils ne durent que quelques millisecondes, ils génèrent autant d’énergie que 500 millions de soleils et semblent provenir de galaxies à des milliards d’années-lumière, mais ce qui les engendre demeure un mystère.

L’année dernière, des chercheurs ont découvert que 16 FRB étaient tous issus de la même source, au-delà de notre Voie lactée.

Selon le coauteur de cette nouvelle étude, Avi Loeb, un théoricien au Centre Harvard-Smithsonian pour l’astrophysique :

Les sursauts radio rapides sont extrêmement brillants étant donné leur courte durée et leur lointaine origine, et nous n’avons pas identifié une source naturelle possible avec assurance. Une origine artificielle vaut la peine d’être évaluée et vérifiée.

Selon la nouvelle étude, un gigantesque émetteur radio construit par des extraterrestres intelligents pourrait être une source artificielle potentielle. Ainsi Loeb et l’auteur principal de l’étude, Manasvi Lingam, de l’université de Harvard, ont étudié la faisabilité de cette possible explication.

Le duo a calculé qu’un émetteur solaire pourrait effectivement transmettre des signaux de type FRB à travers le cosmos, mais il faudrait une zone de collecte de l’énergie solaire représentant deux fois la taille de la Terre (sphère de Dyson ?) pour générer la puissance nécessaire et ses énormes quantités d’énergie ne feraient pas nécessairement fondre la structure, tant qu’elle est refroidie à l’eau. Ainsi, Lingam et Loeb ont déterminé qu’un émetteur aussi gigantesque est techniquement faisable (bien que hors des capacités actuelles de l’humanité).

L’explication la plus plausible, pour la construction d’une telle structure, serait selon les chercheurs, de propulser des vaisseaux spatiaux interstellaires à de très grandes vitesses. Ces engins seraient équipés de voiles solaires légères, qui exploitent l’impulsion donnée par les photons, tout comme les voiles des bateaux à voiles exploitent le vent. L’humain a déjà démontré de la faisabilité de ces voiles dans l’espace et cette technologie est la base du projet Breakthrough Starshot, qui vise à envoyer de minuscules sondes robotiques vers le système d’étoiles le plus proches.

Image d’entête : représentation artistique d’une voile légère alimentée par un faisceau radio (rouge) généré à la surface d’une planète. (M. Weiss/CfA )

Ci-dessous, représentation du projet Breakthrough Starshot.

Un émetteur capable de générer des signaux de type FRB pourrait pousser un vaisseau spatial interstellaire pesant 1 million de tonnes environ, selon les calculs de Lingam et Loeb.

Selon Lingam :

C’est assez grand pour transporter des passagers vivants à travers des distances interstellaires ou même intergalactiques.

L’humanité n’observerait que des éclairs furtifs de la fuite de ces puissants faisceaux, qui seraient constamment tournés vers la voile du satellite, parce que la source lumineuse se déplacerait constamment par rapport à la Terre, ont souligné les chercheurs.

Ils sont allés un peu plus loin dans leur théorie en supposant que des extraterrestres seraient responsables de la plupart des FRB et en tenant compte du nombre estimé de planètes potentiellement habitables dans la Voie lactée (environ 10 milliards). Ils tombent, au plus, à un nombre de civilisations extraterrestres avancées, dans une galaxie comme la nôtre, à 10 000.

Lingam et Loeb reconnaissent la nature spéculative de leur étude. Ils ne prétendent pas que les FRB sont effectivement causés par des extraterrestres, mais que cette hypothèse est digne de considération.

Selon Loeb :

La science n’est pas une question de croyance, c’est une question de preuve. Décider de ce qui est probable dans le futur limite les possibilités. Cela vaut la peine d’y mettre des idées et de laisser les données juger.

L’étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters et en accès libre sur ArXiv : Fast Radio Bursts from Extragalactic Light Sails.

Tags: , , ,

6 Réponses à “Et si les étranges flashs d’énergie détectés dans l’espace étaient produits par des extraterrestres pour pousser leurs vaisseaux”

  1. GD
    10 mars 2017 at 20 h 39 min #

    Merci skippy le grand guru, je t’ai fait un don 😉

  2. Chaporond
    11 mars 2017 at 13 h 19 min #

    En lisant le début de ce texte, j’ai pensé que, si nous pouvions recevoir ces flashes, c’est parce que qu’un vaisseau alien se dirigeait droit vers nous. La fin m’a déçu : si la source lumineuse se déplace constamment par rapport à la terre, on ne sait même pas où irait leur(s) vaisseaux.
    Je n’ose pas supposer que ces aliens ne savent pas viser !!!

  3. chaise
    12 mars 2017 at 11 h 02 min #

    Ca me parait un peu farfelu comme explication et surtout pas très pratique comme système de propulsion, comment fait on pour freiner? a part avoir une autre antenne à l’exact opposé de la direction dans laquelle va le vaisseau… De même une fois qu’on est parti, impossible de changer de direction, et puis quid de la latence si on est a plusieurs années lumière de l’antenne?… Si une civilisation avancée était capable de fabriquer une antenne aussi énergivore, j’imagine que celle ci serait capable de fabriquer un accélérateur de particule produisant de l’antimatière comme carburant pour leurs vaisseaux.
    J’ai du mal a imaginer une civilisation extraterrestre avancée se déplacer à la voile 😀 Un tel système ce serait comme utiliser des réacteurs nucléaires pour alimenter des turbines a vapeurs… ok mauvais exemple…

  4. spirit of liberty
    14 mars 2017 at 10 h 13 min #

    intéressant, le mieux est de mettre un moteur a explosion qui ce vide et propulse l’engin avant de profiter d’une poussé laser, on perdrai moins de temps en accélération. car le point faible, c’est d’attendre que l’engin subisse assez d’accélération en début de voyage.

  5. Denis Udrea
    15 mars 2017 at 9 h 24 min #

    « Alors qu’ils ne durent que quelques millisecondes, ils génèrent autant d’énergie que 500 millions de soleils »

    Si c’est le résidu de l’énergie utilisée pour la propulsion de vaisseau, résidu correspondant donc à de l’énergie perdue et gaspillée, ils ne sont pas vraiment doué en économie d’énergie. On imaginerait qu’une civilisation aussi avancée saurait un peu mieux gérer les rendements 😉

  6. Simon
    15 mars 2017 at 20 h 32 min #

    Il ne faut pas oublier la relativité car il peut s’en passer des chose dans une milliseconde. De plus les courbures dans l’espace temps pourraient laisser penser que ces frb manque la terre. Sans oublier que ce n’est peut-être pas la terre qui est visée… Mars aurait pue être plus convoitée, il y a quelques millions d’années.

Laisser une réponse