Sélectionner une page

Comment différentes plantes carnivores ont développé de la même manière leur gout pour la chair tout en étant très éloignées les unes des autres ?

7 Fév 2017 | 0 commentaires

Cephalotus_follicularis_Hennern_3

Les plantes carnivores restent une nouveauté dans le monde de la botanique et tout un tas d’interrogations se posent à leur sujet comme : comment des plantes carnivores, pourtant lointainement apparentées et de différentes parties du monde, ont-elles développé séparément le même gout pour la chair ?

Dans une nouvelle analyse, des chercheurs ont examiné différentes espèces de plantes carnivores qui utilisent des pièges à fosses (cruches) en Australie, en Amérique du Nord et en Asie et ils ont constaté que leurs mécanismes biologiques pour digérer les insectes étaient remarquablement similaires, même si les plantes ont évolué pour devenir carnivores dans des environnements très différents.

Selon le biologiste Victor A. Albert de l’université de Buffalo :

Cela suggère qu’il y a seulement des voies limitées pour devenir une plante carnivore. Ces plantes ont une trousse à outils génétiques, et elles essaient de trouver une réponse au problème sur la façon de devenir carnivore. Et à la fin, elles ont toutes trouvé la même solution.

Albert et son équipe ont séquencé le génome de la plante à cruche australienne, Cephalotus follicularis et l’ont comparée aux données génétiques existantes pour l’espèce nord-américaine (Sarracenia purpurea) et asiatique (Nepenthes alata).

Image d’entête, Cephalotus follicularis (Holger Hennern/ Wikimédia) et ci-dessous Sarracenia purpurea (Pouzin Olivier).
Sarracenia_purpurosa

Toutes ces plantes se ressemblent, avec une feuille en forme de cupule cireuse dont l’intérieur est glissant, ainsi quand les insectes s’y aventurent, ils ont du mal à s’en échapper. Une fois capturée, les fluides digestifs au fond de la cavité décomposent la proie, la plante carnivore peut ainsi absorber les nutriments de son repas à base d’insecte.

Les similitudes entre les différentes sortes de plantes à cruche sont depuis longtemps connues pour être un exemple d’évolution convergente (quand des espèces distinctes développent indépendamment les mêmes traits). Mais jusqu’à présent, les scientifiques ne se sont pas rendues pas compte à quel point leur biologie était semblable.

La distinction des lignées de ces trois plantes est probante. La Cephalotus follicularis est plus étroitement liée au carambolier, tandis que la Sarracenia purpurea et la Nepenthes alata partagent respectivement des liens de parenté avec le kiwi et le sarrasin.

Mais l’analyse du fluide digestif des plantes montre que les trois espèces ont utilisé la même astuce au cours de leur évolution : coopérer avec des protéines utilisées à l’origine pour se défendre contre la maladie et les réutiliser en enzymes qui pourraient aider à la digestion d’insectes assez malchanceux pour se faire piéger.

Deux de ces enzymes incluent la chitinase, qui décompose l’exosquelette des insectes et une phosphatase (purple acid phosphatase) qui permet à ces plantes d’absorber le phosphore nutritif de leur proie.

Selon les chercheurs, les lignées de ces différentes plantes se sont divisées il y a plus de 100 millions d’années, bien avant qu’ils développent ces capacités carnivores.

Alors pourquoi ces espèces ont-elles développé le goût pour la chair d’insectes, alors que d’autres plantes se sont contentées du soleil et de l’eau ?

L’équipe pense que la réponse réside dans les environnements dans lesquels ces espèces ont grandi, qui aurait pu être particulièrement pauvre en aliments essentiels à défaut de fournir des éléments fertilisants comme le phosphore et l’azote qui aident ces plantes carnivores à croître.

Selon le chercheur Kenji Fukushima de l’université du Colorado :

Les plantes carnivores vivent souvent dans des milieux pauvres en nutriments, de sorte que la capacité à piéger et à digérer les animaux peut être indispensable étant donné la pénurie d’autres sources de nourriture.

Le fait que ces trois espèces de plantes carnivores à pièges à fosses choisissent le même chemin évolutif ne signifie pas nécessairement que les autres options ne sont pas ouvertes, mais cela pourrait signifier que la réorientation des protéines défensives en sucs digestifs était la voie de survie la plus pratique dans les circonstances qu’elles rencontrent.

L’étude publiée dans Nature Ecology & Evolution : Genome of the pitcher plant Cephalotus reveals genetic changes associated with carnivory.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Hallucinations auditives induites par un simple conditionnement pavlovien

Lorsque des humains entendent des voix, d’autres ne le peuvent pas, le modèle scientifique actuel décrit cela comme une psychose due à une anomalie cérébrale, un déséquilibre chimique ou une autre affection. Mais des scientifiques de l’université de Yale (Etats-Unis) ont maintenant induit de manière fiable des hallucinations auditives chez certaines personnes qui…

Lire

91 volcans se cachent sous la calotte glaciaire de l’Antarctique

Max Van Wyk de Vries, diplômé de l’université d’Édimbourg (Écosse), s’est demandé combien de pics volcaniques pourraient se trouver sous la couche de glace de l’Antarctique.

Ainsi, il a proposé une étude. Cela s’est transformé en ce que les auteurs du document de recherche appellent : le premier inventaire des volcans sous-glaciaires de l’Antarctique. En analysant les données sur les couches de glace et les terres situées en dessous,

Lire

Une troisième planète terrestre potentiellement habitable se planquerait dans le système Gliese 832

Des physiciens de l’université du Texas à Arlington (UTA) ont récemment annoncé la découverte possible d’une planète terrestre en orbite autour de Gliese 832, une étoile naine rouge à seulement 16 années-lumière d’ici. Des astronomes avaient déjà détecté deux exoplanètes en orbite autour de Gliese 832…

Lire

Des scientifiques ont finalement découvert comment synthétiser le composé actif des champignons hallucinogènes

Les champignons contenant de la psilocybine, Psilocybe cyanescens, habituellement appelés “champignons hallucinogènes” s’avèrent être un remède ou un traitement très efficace pour les céphalées en grappe et d’autres problèmes de santé physique ou mentale, comme la dépression…

Lire

Il ne reste plus qu’un mois avant que la sonde Cassini brule dans l’atmosphère de Saturne

La fin est proche pour la sonde Cassini de la NASA alors que le vaisseau spatial entre dans son dernier mois en orbite autour de Saturne. La sonde brûlera comme un météore artificiel dans la haute atmosphère de la géante gazeuse, le 15 septembre, mettant fin à une odyssée de 13 ans dans le système de la planète aux anneaux…

Lire

L’odeur du plastique attire les poissons

Une étude suggère que les poissons sont chimiquement attirés par l’odeur des déchets plastiques dans la mer.

L’enquête approfondie montre que les odeurs provenant de nos déchets plastiques induisent des comportements de recherche alimentaire chez les poissons, confondant le plastique avec des proies…

Lire

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Image : un profil de Jupiter que l’on ne connaît pas

La mission Juno de la NASA a capturé cette image de Jupiter le 10 juillet, à 16 535 kilomètres au-dessus des nuages. Le nord de la planète est à gauche dans l’image. L’image a été convertie à partir de données brutes (RAW) par les scientifiques citoyens Gerald Eichstädt et Seán Doran…

Lire

Au niveau moléculaire, les amateurs de whisky ont raison d’y rajouter de l’eau

Un débat fait rage chez les amateurs de Whisky : avec ou sans adjonction d’eau (ou de glace)… la science a tranché et selon certains chimistes, vous devriez ajouter de l’eau à votre whisky.

Selon une nouvelle étude, le whisky dilué peut en effet améliorer le goût du whisky…

Lire

Ce mois de juillet a atteint le précédent record de température selon la NASA

Juillet 2017 est à égalité avec juillet et août 2016 en tant que mois le plus chaud jamais enregistré, selon une nouvelle analyse de la NASA.

Mai 2017 n’est pas loin derrière, en deuxième position. Le mois dernier fut de 0,83 °C plus chaud que la température moyenne de…

Lire

En cas d’attaque nucléaire : n’utilisez pas d’après-shampoing !

Après les menaces de la Corée du Nord la semaine dernière proféré sur l’île américaine de Guam, le Bureau de la Défense civile de Guam a publié un ensemble de directives « au cas ou », que vous pouvez trouver ici, pour se préserver après une attaque nucléaire. Il y a beaucoup de conseils et d’avertissements intéressants dans ces lignes directrices, mais celle qui sort du lot est…

Lire

Finalement l’astéroïde Apophis n’a qu’une chance sur 100 000 de frapper la Terre

Découvert en 2004, l’astéroïde Apophis devrait passer à proximité de notre planète le 13 avril 2029.

Cet énorme astéroïde d’environ 400 mètres de large, est toujours sur la liste des objets géocroiseurs (NEO pour Near Earth Object) dangereusement proches de la terre, considéré comme une menace potentielle pour notre planète…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire
Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This