Sélectionner une page

Une mission qui pourrait s’arrêter à la plus proche exoplanète potentiellement habitable

3 Fév 2017 | 4 commentaires

Starshot project1

Il y a quelques mois, des astronomes ont révélé qu’il y avait une planète de la taille de la Terre en orbite dans la zone habitable de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du Soleil. Très récemment, une équipe d’astrophysiciens pense qu’il y a un moyen de longuement visiter cette exoplanète qui, si elle disposait d’une fine atmosphère pourrait être recouverte d’océans.

La méthode implique des techniques similaires au projet Breakthrough Starshot Initiative, un projet dévoilé l’année dernière qui consisterait à envoyer une flotte de petits vaisseaux spatiaux vers les trois étoiles du système Alpha Centauri, comprenant Proxima. Propulsés par un laser géant, ces minuscules vaisseaux spatiaux traverseraient sans moyen de s’arrêter le système en quelques minutes, prenant à la volée des photos, récupérant des données pour ensuite transmettre ces informations vers la Terre.

Les “astro-entrepreneurs” (Stephen Hawking, Yuri Miller, Mark Zuckerberg…) ont développé le projet Breakthrough Starshot Initiative car le trio d’étoiles d’Alpha Centauri est le système le plus proche du nôtre et cela avant même l’annonce de la découverte de l’exoplanète de la taille de la Terre autour de Proxima. Cette planète est appelée Proxima b et elle se trouve à 4.24 années-lumière d’ici, ce qui en fait une cible de choix pour avoir l’occasion de visiter une exoplanète potentiellement habitable et ceci en l’espace d’une vie humaine.

Ci-dessous : représentation de Proxima Centauri b, en orbite autour d’une naine rouge, qui tourne elle-même autour de l’étoile binaire Alpha Centauri. (ESO/ M. Kornmesser)

Mais le Breakthrough Starshot ne laisse pas beaucoup de temps pour l’exploration. Comme prévu, ces petites sondes spatiales, de la taille d’un téléphone portable, utiliseraient des voiles hautement réfléchissantes pour exploiter la puissance d’un énorme laser qui reste à construire. Le mouvement des photons du laser serait transféré aux voiles pour finalement propulser les sondes à travers l’espace à environ 20 % de la vitesse de la lumière.

Représentation du projet Breakthrough Starshot (breakthroughinitiatives.org)
Présentation du projet Breakthrough Starshot par Yuri Miller lors d’une conférence de presse :
Représentation artistique d’une approche de Proxima b à 20 % de la vitesse de la lumière :

Même à ce rythme, il faudra jusqu’à 20 ans pour atteindre le trio d’étoile Centauri et sans un moyen de ralentir, les sondes traverseraient le système en quelques minutes. Mais l’astrophysicien Michael Hippke et son collègue René Heller de l’Institut allemand Max Planck pour la recherche sur le système solaire pensent qu’ils ont trouvé un moyen d’utiliser la lumière des étoiles pour non seulement ralentir les sondes, mais aussi pour les aider à s’insérer dans l’orbite de Proxima

Selon Michael Hippke :

Le temps de quelques instantanés n’est que de quelques secondes, et si vous ratez la cible, c’est pour rien. En revanche, si vous parvenez à vous insérer dans l’orbite autour de votre cible, vous pouvez y rester aussi longtemps que votre sonde fonctionne.

L’idée de l’équipe modifie le plan Breakthrough Starshot Initiative de façon significative, et même si ce dernier a déjà suscité un certain scepticisme, c’est un concept intrigant.

Selon Heller :

L’énergie nécessaire pour envoyer une sonde interstellaire à destination de Proxima b représente l’énergie nécessaire pour placer une voile en orbite autour de la Terre à l’aide d’une fusée conventionnelle.

Ainsi, cela réduirait les besoins technologiques et énergétiques pour une mission interstellaire, mais au prix d’être 5 fois plus lente.

L’utilisation de la lumière des étoiles comme un frein est un concept né de l’idée que la lumière des étoiles peut propulser les vaisseaux spatiaux à travers le vide, ce pour quoi sont censé être utilisées les voiles solaires. Ces grandes feuilles, extrêmement brillantes et ultraminces, capturent l’énergie des photons du soleil de la même manière qu’un bateau à voile capte le vent. L’idée est que si les photons peuvent être utilisés pour pousser un vaisseau spatial par derrière, ils peuvent également être utilisés pour ralentir une sonde, tout comme le vent peut à la fois accélérer et décélérer un voilier.

Dans leur étude publiée cette semaine (lien plus bas), Heller et Hippke expliquent comment cela pourrait fonctionner. Ils commencent par considérer un engin spatial pesant à peu près autant qu’une savonnette, pourvue de voiles mesurant plus de 90 000 m2. Propulsée par la lumière du soleil frappant ces voiles, la sonde pourrait être placée sur une trajectoire pour le système Centauri. Puis, en réorientant sa voile, l’engin pourrait être freiné par les photons entrants d’Alpha Centauri.

Une fois là-bas, il pourrait rester en orbite autour des deux étoiles d’Alpha Centauri où, après une série de manœuvres impliquant ces étoiles, il pourrait utiliser la gravité de la paire pour atteindre Proxima, où il pourrait finalement se mettre en orbite. Pendant son séjour autour de Proxima Centauri, la sonde pourrait recueillir des données et des photos à loisir et les renvoyer sur Terre.

La trajectoire que pourrait emprunter la mission vers Alpha Centauri lui permettant de rejoindre Proxima Centauri. (PHL @ UPR Arecibo)
AAS_Mission

C’est une idée convaincante, mais cela prendrait un peu plus d’une vie. Poussé par la lumière du soleil, le vaisseau spatial quitterait le système solaire pour voyager à seulement 4,6 % de la vitesse de la lumière. À ce rythme, il faudrait environ 95 ans pour se blottir dans le système Centauri. Après avoir été ralenti par la lumière des étoiles d’Alpha Centauri, l’engin prendrait encore 46 ans pour atteindre Proxima. Cela signifie que toutes les données scientifiques seraient transmises aux générations futures.

Avi Loeb, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et président du comité consultatif du  Breakthrough Starshot Initiative, craint que les grandes voiles ultralégères d’Hippke et Heller s’appuient sur des matériaux qui n’ont pas encore été développés. Pourtant, des progrès plausibles dans la science des matériaux pourraient aider à produire ces voiles qui rendraient le vaisseau spatial plus léger et plus rapide.

Selon Hippke :

Si vous pouvez produire en masse de grandes quantités de graphène et de les revêtir avec un métamatériau, vous y êtes presque. À cela, vous ajoutez des capteurs, un laser de communication et quelques autres éléments, comme dans un smartphone… et voilà !

Et les retours scientifiques d’une mission qui pourrait prolonger son séjour chez d’éventuels voisins pourraient bien valoir la peine d’attendre.

L’étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters : Deceleration of high-velocity interstellar photon sails into bound orbits at α Centauri et présentée sur le site de l’Institut Max-Planck de recherche sur le Système solaire : Full braking at Alpha Centauri.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

L’emplacement parfait pour une future base lunaire serait dans un tunnel de lave déjà repéré

De nouvelles données de l’Agence Japonaise d’Exploration Aérospatiale (JAXA) ont révélé de la présence d’un tunnel de 50 km de long sous la surface de la Lune, probablement la relique d’anciennes coulées de lave. Bien que l’existence de tunnels de lave ne soit pas nouvelle, cette dernière découverte semble être à la fois intacte et assez grande pour potentiellement servir d’habitat à de futurs colons lunaires…

Les chiens tenteraient de communiquer avec nous via leurs expressions faciales

Plus qu’une simple réflexion de leurs états émotionnels, une nouvelle étude révèle que les expressions faciales des chiens sont autant de potentielles tentatives actives de communication avec l’humain.

Selon des spécialistes du comportement animal de l’université de Portsmouth (Royaume-Uni), nos compagnons canins n’utilisent pas d’expressions faciales pour réagir aux friandises, suggérant qu’elles ne devraient pas être associées à de l’excitation comme nous le…

Des historiens du climat associent l’effondrement de l’ancienne Égypte avec une lointaine éruption volcanique

Le suicide de Cléopâtre avec son amant, le général romain Marc Antoine, et la chute de l’ancienne Egypte sont le fruit de théorie. Le drame shakespearien mis à part, il y a souvent d’autres éléments qui viennent alimenter l’effondrement d’un empire que seules des querelles politiques.

Récemment, des chercheurs ont retracé un effet domino de bouleversements sociaux et…

De l’eau de fonte aurait pu creuser les vallées d’une ancienne Mars froide et glacée

De nouvelles recherches pourraient combler le fossé entre deux idées concernant le climat de l’ancienne Mars : l’histoire “chaude et humide” issue de la géologie martienne et le passé “froid et glacé” des modèles atmosphériques.
Cela fait un certain que les scientifiques essayent de savoir à quoi ressemblait l’ancienne Mars, mais la planète rouge a offert des indices mitigés. Les vallées et les lits de lacs sculptés par l’eau laissent peu de doute que celle-ci a coulé à sa surface. Mais les…

L’intelligence artificielle de Google n’a même plus besoin des humains pour les surpasser au jeu de go

L’intelligence artificielle (IA) AlphaGo de Google DeepMind, qui avait déjà battu l’humain au jeu de go, est devenue encore plus intelligente. Le dernier système de l’entreprise a non seulement battu toutes les précédentes versions du logiciel, mais il l’a fait tout seul.

Selon Demis Hassabis, PDG et cofondateur de DeepMind :

La chose la plus frappante pour moi est que nous n’avons plus besoin de données humaines…

Une nouvelle ère de l’astronomie se profile avec la détection des ondes gravitationnelles issues de la fusion de deux étoiles à neutron

Voilà un nouveau grand pas en avant pour l’astronomie !

Pour la première fois, des scientifiques ont détecté les ondes gravitationnelles produites par une paire d’étoiles à neutrons entrant en collision et la lumière produite par la boule de feu qui en suivit. L’exploit de détecter les deux types de signaux a permis aux astronomes de regarder les étoiles à neutrons en collision et de confirmer de vieilles théories sur la façon dont un tel cataclysme cosmique se déroulerait…

Des chercheurs en génétique réfutent une vieille hypothèse raciste

Le racisme est un héritage ridicule transmis par des personnes à la peau claire vivant en Europe au Moyen Âge, dont la nouvelle capacité à parcourir de longues distances a conduit à leurs premières rencontres avec des personnes à la peau plus foncée. Si effrayés par les différences de couleur de peau, ils n’ont pas compris que les individus qu’ils rencontraient étaient en fait des humains et qu’ils devaient les traiter comme tels…

L’équateur de pluton est couvert de gratte-ciels tranchants de glace de méthane

Alors que la NASA continue d’examiner la pléthore de données de la mission New Horizons, une intéressante caractéristique se situant à l’équateur de Pluton a été identifiée comme étant : “d’immenses (gratte-ciels) lames de glace de méthane »…

La réalisation d’une représentation scientifique de la fécondation à l’inspiration Star Wars conduit à une découverte (Vidéo)

Lorsque les scientifiques, Don Ingber, directeur de l’Institut Wyss (université de Harvard, Cambridge) et le chercheur Charles Reilly ont réalisé la vidéo intitulée “The Beginning” ci-dessous, qui a le grand mérite d’exprimer visuellement les processus microscopiques impliqués dans la fécondation humaine tout en s’inspirant de Stars Wars, ils ont fait une découverte scientifique.

Dans la vidéo, les spermatozoïdes ont le rôle des X-Wing des rebelles et l’ovaire, de l’étoile de la mort…

Sur le danger des débris spatiaux à la dérive (Vidéo)

En 1958, les États-Unis ont lancé le premier satellite à énergie solaire, Vanguard 1, en orbite. Plus de 2 200 jours plus tard, il est toujours en orbite et c’est l’un des plus vieux débris de l’espace parmi les 100 millions actuellement en orbite autour de la Terre… une belle réaction en chaine en perspective.

Alors que l’espace autour de la planète devient de plus en plus…

Un dernier cri dans l’abysse

Cette photo montre la tête d’un petit serpent, bouche ouverte, qui disparaît dans l’œsophage d’une grenouille verte d’Australie, une rainette de White. En fait, cette image existe au moins depuis 2016, mais elle a été remise en avant via un post sur le site reddit, intitulé : « Un dernier cri dans les Abysssss »…

Une étude mesurant le QI de différentes Intelligences Artificiels place Google en tête

L’intelligence artificielle (IA) de Google a obtenu un score deux fois plus élevé que Siri d’Apple dans une analyse comparative conçue pour évaluer la menace de l’IA.

Les chercheurs Feng Liu, Yong Shi et Ying Liu de l’Académie chinoise des sciences écrivent…

Première vidéo en 360° d’une sortie dans l’espace

Voici la première vidéo en 360 degrés obtenue dans l’espace. Elle a été enregistrée alors qu’une paire de cosmonautes russes lançaient des nanosatellites de l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS)…

Pourquoi cette araignée à la tête de Pikachu en guise d’arrière-train ?

L’explorateur Jonathan Kolby du National Geographic était dans la jungle au Honduras à la recherche d’amphibiens quand il a repéré une araignée avec un arrière-train spectaculaire.

L’araignée (Micrathena sagittata) est rouge, à l’exception d’un abdomen qui ressemble à la tête de Pikachu, un personnage Pokémon. Ce n’est pas une espèce rare, mais simplement minuscule et difficile à repérer même si vous les recherchez…

Pin It on Pinterest

Share This