Sélectionner une page

Une mission qui pourrait s’arrêter à la plus proche exoplanète potentiellement habitable

3 Fév 2017 | 4 commentaires

Starshot project1

Il y a quelques mois, des astronomes ont révélé qu’il y avait une planète de la taille de la Terre en orbite dans la zone habitable de Proxima Centauri, l’étoile la plus proche du Soleil. Très récemment, une équipe d’astrophysiciens pense qu’il y a un moyen de longuement visiter cette exoplanète qui, si elle disposait d’une fine atmosphère pourrait être recouverte d’océans.

La méthode implique des techniques similaires au projet Breakthrough Starshot Initiative, un projet dévoilé l’année dernière qui consisterait à envoyer une flotte de petits vaisseaux spatiaux vers les trois étoiles du système Alpha Centauri, comprenant Proxima. Propulsés par un laser géant, ces minuscules vaisseaux spatiaux traverseraient sans moyen de s’arrêter le système en quelques minutes, prenant à la volée des photos, récupérant des données pour ensuite transmettre ces informations vers la Terre.

Les “astro-entrepreneurs” (Stephen Hawking, Yuri Miller, Mark Zuckerberg…) ont développé le projet Breakthrough Starshot Initiative car le trio d’étoiles d’Alpha Centauri est le système le plus proche du nôtre et cela avant même l’annonce de la découverte de l’exoplanète de la taille de la Terre autour de Proxima. Cette planète est appelée Proxima b et elle se trouve à 4.24 années-lumière d’ici, ce qui en fait une cible de choix pour avoir l’occasion de visiter une exoplanète potentiellement habitable et ceci en l’espace d’une vie humaine.

Ci-dessous : représentation de Proxima Centauri b, en orbite autour d’une naine rouge, qui tourne elle-même autour de l’étoile binaire Alpha Centauri. (ESO/ M. Kornmesser)

Mais le Breakthrough Starshot ne laisse pas beaucoup de temps pour l’exploration. Comme prévu, ces petites sondes spatiales, de la taille d’un téléphone portable, utiliseraient des voiles hautement réfléchissantes pour exploiter la puissance d’un énorme laser qui reste à construire. Le mouvement des photons du laser serait transféré aux voiles pour finalement propulser les sondes à travers l’espace à environ 20 % de la vitesse de la lumière.

Représentation du projet Breakthrough Starshot (breakthroughinitiatives.org)
Présentation du projet Breakthrough Starshot par Yuri Miller lors d’une conférence de presse :
Représentation artistique d’une approche de Proxima b à 20 % de la vitesse de la lumière :

Même à ce rythme, il faudra jusqu’à 20 ans pour atteindre le trio d’étoile Centauri et sans un moyen de ralentir, les sondes traverseraient le système en quelques minutes. Mais l’astrophysicien Michael Hippke et son collègue René Heller de l’Institut allemand Max Planck pour la recherche sur le système solaire pensent qu’ils ont trouvé un moyen d’utiliser la lumière des étoiles pour non seulement ralentir les sondes, mais aussi pour les aider à s’insérer dans l’orbite de Proxima

Selon Michael Hippke :

Le temps de quelques instantanés n’est que de quelques secondes, et si vous ratez la cible, c’est pour rien. En revanche, si vous parvenez à vous insérer dans l’orbite autour de votre cible, vous pouvez y rester aussi longtemps que votre sonde fonctionne.

L’idée de l’équipe modifie le plan Breakthrough Starshot Initiative de façon significative, et même si ce dernier a déjà suscité un certain scepticisme, c’est un concept intrigant.

Selon Heller :

L’énergie nécessaire pour envoyer une sonde interstellaire à destination de Proxima b représente l’énergie nécessaire pour placer une voile en orbite autour de la Terre à l’aide d’une fusée conventionnelle.

Ainsi, cela réduirait les besoins technologiques et énergétiques pour une mission interstellaire, mais au prix d’être 5 fois plus lente.

L’utilisation de la lumière des étoiles comme un frein est un concept né de l’idée que la lumière des étoiles peut propulser les vaisseaux spatiaux à travers le vide, ce pour quoi sont censé être utilisées les voiles solaires. Ces grandes feuilles, extrêmement brillantes et ultraminces, capturent l’énergie des photons du soleil de la même manière qu’un bateau à voile capte le vent. L’idée est que si les photons peuvent être utilisés pour pousser un vaisseau spatial par derrière, ils peuvent également être utilisés pour ralentir une sonde, tout comme le vent peut à la fois accélérer et décélérer un voilier.

Dans leur étude publiée cette semaine (lien plus bas), Heller et Hippke expliquent comment cela pourrait fonctionner. Ils commencent par considérer un engin spatial pesant à peu près autant qu’une savonnette, pourvue de voiles mesurant plus de 90 000 m2. Propulsée par la lumière du soleil frappant ces voiles, la sonde pourrait être placée sur une trajectoire pour le système Centauri. Puis, en réorientant sa voile, l’engin pourrait être freiné par les photons entrants d’Alpha Centauri.

Une fois là-bas, il pourrait rester en orbite autour des deux étoiles d’Alpha Centauri où, après une série de manœuvres impliquant ces étoiles, il pourrait utiliser la gravité de la paire pour atteindre Proxima, où il pourrait finalement se mettre en orbite. Pendant son séjour autour de Proxima Centauri, la sonde pourrait recueillir des données et des photos à loisir et les renvoyer sur Terre.

La trajectoire que pourrait emprunter la mission vers Alpha Centauri lui permettant de rejoindre Proxima Centauri. (PHL @ UPR Arecibo)
AAS_Mission

C’est une idée convaincante, mais cela prendrait un peu plus d’une vie. Poussé par la lumière du soleil, le vaisseau spatial quitterait le système solaire pour voyager à seulement 4,6 % de la vitesse de la lumière. À ce rythme, il faudrait environ 95 ans pour se blottir dans le système Centauri. Après avoir été ralenti par la lumière des étoiles d’Alpha Centauri, l’engin prendrait encore 46 ans pour atteindre Proxima. Cela signifie que toutes les données scientifiques seraient transmises aux générations futures.

Avi Loeb, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et président du comité consultatif du  Breakthrough Starshot Initiative, craint que les grandes voiles ultralégères d’Hippke et Heller s’appuient sur des matériaux qui n’ont pas encore été développés. Pourtant, des progrès plausibles dans la science des matériaux pourraient aider à produire ces voiles qui rendraient le vaisseau spatial plus léger et plus rapide.

Selon Hippke :

Si vous pouvez produire en masse de grandes quantités de graphène et de les revêtir avec un métamatériau, vous y êtes presque. À cela, vous ajoutez des capteurs, un laser de communication et quelques autres éléments, comme dans un smartphone… et voilà !

Et les retours scientifiques d’une mission qui pourrait prolonger son séjour chez d’éventuels voisins pourraient bien valoir la peine d’attendre.

L’étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters : Deceleration of high-velocity interstellar photon sails into bound orbits at α Centauri et présentée sur le site de l’Institut Max-Planck de recherche sur le Système solaire : Full braking at Alpha Centauri.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Hallucinations auditives induites par un simple conditionnement pavlovien

Lorsque des humains entendent des voix, d’autres ne le peuvent pas, le modèle scientifique actuel décrit cela comme une psychose due à une anomalie cérébrale, un déséquilibre chimique ou une autre affection. Mais des scientifiques de l’université de Yale (Etats-Unis) ont maintenant induit de manière fiable des hallucinations auditives chez certaines personnes qui…

Lire

91 volcans se cachent sous la calotte glaciaire de l’Antarctique

Max Van Wyk de Vries, diplômé de l’université d’Édimbourg (Écosse), s’est demandé combien de pics volcaniques pourraient se trouver sous la couche de glace de l’Antarctique.

Ainsi, il a proposé une étude. Cela s’est transformé en ce que les auteurs du document de recherche appellent : le premier inventaire des volcans sous-glaciaires de l’Antarctique. En analysant les données sur les couches de glace et les terres situées en dessous,

Lire

Une troisième planète terrestre potentiellement habitable se planquerait dans le système Gliese 832

Des physiciens de l’université du Texas à Arlington (UTA) ont récemment annoncé la découverte possible d’une planète terrestre en orbite autour de Gliese 832, une étoile naine rouge à seulement 16 années-lumière d’ici. Des astronomes avaient déjà détecté deux exoplanètes en orbite autour de Gliese 832…

Lire

Des scientifiques ont finalement découvert comment synthétiser le composé actif des champignons hallucinogènes

Les champignons contenant de la psilocybine, Psilocybe cyanescens, habituellement appelés “champignons hallucinogènes” s’avèrent être un remède ou un traitement très efficace pour les céphalées en grappe et d’autres problèmes de santé physique ou mentale, comme la dépression…

Lire

Il ne reste plus qu’un mois avant que la sonde Cassini brule dans l’atmosphère de Saturne

La fin est proche pour la sonde Cassini de la NASA alors que le vaisseau spatial entre dans son dernier mois en orbite autour de Saturne. La sonde brûlera comme un météore artificiel dans la haute atmosphère de la géante gazeuse, le 15 septembre, mettant fin à une odyssée de 13 ans dans le système de la planète aux anneaux…

Lire

L’odeur du plastique attire les poissons

Une étude suggère que les poissons sont chimiquement attirés par l’odeur des déchets plastiques dans la mer.

L’enquête approfondie montre que les odeurs provenant de nos déchets plastiques induisent des comportements de recherche alimentaire chez les poissons, confondant le plastique avec des proies…

Lire

Quand des statistiques annoncent que nous sommes seuls dans l’Univers

S’il y a d’autres civilisations dans l’Univers, alors pourquoi, en près de 60 ans d’écoute et de regard porté sur le ciel, n’avons-nous trouvé aucune preuve de leur existence ? Selon Daniel Whitmire, astrophysicien à l’université de l’Arkansas, c’est peut-être parce qu’il n’y a personne à trouver là-haut. À l’aide d’analyse statistique,..

Lire

Image : un profil de Jupiter que l’on ne connaît pas

La mission Juno de la NASA a capturé cette image de Jupiter le 10 juillet, à 16 535 kilomètres au-dessus des nuages. Le nord de la planète est à gauche dans l’image. L’image a été convertie à partir de données brutes (RAW) par les scientifiques citoyens Gerald Eichstädt et Seán Doran…

Lire

Au niveau moléculaire, les amateurs de whisky ont raison d’y rajouter de l’eau

Un débat fait rage chez les amateurs de Whisky : avec ou sans adjonction d’eau (ou de glace)… la science a tranché et selon certains chimistes, vous devriez ajouter de l’eau à votre whisky.

Selon une nouvelle étude, le whisky dilué peut en effet améliorer le goût du whisky…

Lire

Ce mois de juillet a atteint le précédent record de température selon la NASA

Juillet 2017 est à égalité avec juillet et août 2016 en tant que mois le plus chaud jamais enregistré, selon une nouvelle analyse de la NASA.

Mai 2017 n’est pas loin derrière, en deuxième position. Le mois dernier fut de 0,83 °C plus chaud que la température moyenne de…

Lire

En cas d’attaque nucléaire : n’utilisez pas d’après-shampoing !

Après les menaces de la Corée du Nord la semaine dernière proféré sur l’île américaine de Guam, le Bureau de la Défense civile de Guam a publié un ensemble de directives « au cas ou », que vous pouvez trouver ici, pour se préserver après une attaque nucléaire. Il y a beaucoup de conseils et d’avertissements intéressants dans ces lignes directrices, mais celle qui sort du lot est…

Lire

Finalement l’astéroïde Apophis n’a qu’une chance sur 100 000 de frapper la Terre

Découvert en 2004, l’astéroïde Apophis devrait passer à proximité de notre planète le 13 avril 2029.

Cet énorme astéroïde d’environ 400 mètres de large, est toujours sur la liste des objets géocroiseurs (NEO pour Near Earth Object) dangereusement proches de la terre, considéré comme une menace potentielle pour notre planète…

Lire

Les italiens surnomment leurs nouvelles vagues de chaleur “Lucifer”

Cette carte (clic pour agrandir) réalisée avec les données de l’instrument Sea and Land Surface Temperature Radiometer des satellites Sentinel-3 de l’agence spatiale européenne présente les températures de surface (à la différence des températures de l’air affiché dans vos bulletins météo) enregistrées le 7 aout 2017 sur l’Europe du Sud. Les parties grises sur la carte…

Lire

Si vous aimez regarder des hommes travailler dans l’espace…6 heures d’affilée

Le 17 aout, la NASA diffusera 6 heures de sortie dans l’espace de deux astronautes russes de l’Expédition 52, actuellement à bord de la Station Spatiale Internationale : le commandant Fyodor Yurchikhin (en image d’entête) et l’ingénieur de vol Sergey Ryazanskiy.

La mission de six heures débutera à environs 4h45 jeudi…

Lire
Nest3

Chargement du Guru...

Pin It on Pinterest

Share This