Sélectionner une page

Peut-on augmenter la durée de vie d’un animal en limitant son apport en calories ? Apparemment, oui

18 Jan 2017 | 5 commentaires

restriction calorique singe rhésus

Cela fait des décennies que cette question fait l’objet d’études, principalement à travers deux longues expériences simultanées utilisant des singes rhésus (ou macaque rhésus/ Macaca mulatta). Fait intéressant, ces deux études sont arrivées à des conclusions contradictoires, mais en comparant leurs résultats et en tenant compte d’autres variables, les scientifiques ont maintenant déterminé que la réponse est oui, la restriction calorique aide les singes à rester en meilleure santé et à vivre plus longtemps.

La restriction calorique correspond au fait de manger moins en général, mais il nécessite le bon équilibre parce qu’aller trop loin dans l’autre direction peut conduire à la malnutrition et une perte potentielle de masse musculaire et de densité osseuse. La pratique doit être soigneusement contrôlée par des scientifiques et, quand elle est réalisée correctement, il a été démontré qu’elle améliorait l’espérance de vie de rats, de vers, poissons et certaines espèces de levure.

Afin de déterminer si oui ou non cela pourrait éventuellement être appliqué à l’humain, les scientifiques ont commencé à étudier les effets de la restriction calorique sur les primates. En 1987, le National Institute on Aging (NIA/ des Instituts américains de la santé) a commencé son étude, nourrissant un groupe témoin de singes rhésus avec 30 % moins de nourriture qu’un groupe témoin d’animaux du même âge, sexe et taille. En 1989, l’université du Wisconsin à Madison (UW) a lancé une étude similaire.

Image d’entête : une photo de l’étude de l’université du Wisconsin-Madison en 2009. Le singe, alors âgé de 27 ans, sur la gauche a été nourri avec moins de calories alors que le singe à droite, alors âgé de 29 ans, était autorisé à manger autant qu’il le voulait. (Jeff Miller / Université du Wisconsin à Madison)

Après 20 ans, l’équipe de l’UW a rapporté des résultats positifs, après avoir constaté que les singes, dont les régimes avaient été restreints, vivaient en moyenne plus longtemps et développaient moins de cas de cancer, de maladies cardiovasculaires et de résistance à l’insuline. Mais lorsque l’étude du NIA a annoncé ses résultats en 2012, les chercheurs ont rapporté que le régime n’avait aucun effet significatif sur la longévité des singes, bien qu’il les rendait en général plus sains.

Selon Rozalyn Anderson, l’un des auteurs de l’étude :

Ces résultats contradictoires ont jeté une ombre de doute sur la traduction du paradigme de restriction calorique comme un moyen de comprendre le vieillissement et ce qui crée la vulnérabilité de la maladie liée à l’âge.

Pour essayer de concilier les écarts entre les deux études, les scientifiques des deux équipes ont collaboré à l’analyse des données recueillies dans les deux expériences, impliquant près de 200 singes au total. Les chercheurs ont été en mesure d’identifier plusieurs facteurs, y compris l’âge, le régime alimentaire et le sexe, qui peuvent avoir influencé les résultats différents.

Tout d’abord, les singes de l’étude NIA étaient de différents âges, avec à la fois des jeunes, des adultes et des animaux plus âgés dans le test et des groupes témoins. Pendant ce temps, l’étude de l’UW a seulement réalisé des expérimentations avec des singes adultes d’environ 8 ans. Bien que les études sur les rongeurs aient montré que le processus en début de vie améliore la santé des animaux, chez les primates, de commencer le régime trop tôt peut avoir des effets préjudiciables sur la croissance normale des singes.

Ce que les singes ont mangé a également contribué aux différences. Les singes NIA ont été nourris avec un régime naturel, tandis que les aliments à l’UW étaient semi-purifié, de sorte qu’il pouvait être surveillé et rester cohérente tout au long de l’étude. Bien que la variation saisonnière puisse se produire dans le régime NIA, elle était généralement plus élevée en protéines et en fibres et plus faible en matières grasses, qu’à l’UW. En conséquence, les singes témoins à l’UW étaient plus gros que ceux du NIA.

Le sexe est un autre facteur. Les singes rhésus mâles semblent être plus à risque des effets de santé liés à l’obésité que les femelles et les chercheurs estiment que cela pourrait être le cas pour l’humain. D’autres facteurs, comme l’espèce spécifique des singes, le lieu de leur naissance et les différences dans leurs routines alimentaires quotidiennes entre les études, pourraient tous avoir une incidence sur les résultats.

Avec les ensembles de données des deux études réunies, les résultats qui n’étaient pas clairs face à la taille de l’échantillon plus petite pour chaque étude prise individuellement, deviennent des modèles plus évidents. L’étude du NIA n’a révélé aucune différence entre les groupes de contrôle et de test pour les singes plus âgés, mais lorsqu’on les compare au contexte plus large de l’étude de l’UW, on constate un avantage : les singes NIA mangent moins que le groupe témoin de l’UW et montrent par la suite des taux de survie améliorés.

En tenant compte de ces facteurs, l’étude conclut que :

La diminution de la consommation alimentaire chez l’adulte ou à un âge avancé est associée à une survie améliorée chez les primates non humains…

…avec un mâle âgé de 43 ans, détenant le record de longévité de son espèce.

Attention, votre Guru le précise une nouvelle fois, cette étude concerne des singes rhésus (d’une espèce spécifique), ne commencez pas à vous limiter en espérant vivre plus longtemps, tout est une question d’équilibre, ni trop, ni trop peu (mis à part si c’est une question de santé et préconisé par des médecins compétents) n’entamez pas un régime dans l’espoir qu’il vous conduira à la vie éternelle… Il vaut mieux vivre en disposant de toutes vos capacités pendant 70 ans que comme un légume, incapable de disposer des pleines fonctions de son corps, jusqu’à 100 ans. De plus, (HUMOUR) vous risqueriez de tomber dans les mêmes travers qu’entraine la masturbation (Il fallait la placer, il ne l’aura pas lu pour rien…) !

L’étude publiée dans Nature Communciations : Caloric restriction improves health and survival of rhesus monkeys et présentée sur le site de l’université du Wisconsin-Madison : Calorie restriction lets monkeys live long and prosper.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Des dinosaures produisaient des œufs tout aussi colorés que certains de nos oiseaux

En analysant des fossiles de coquilles d’œufs provenant de Chine, des chercheurs ont trouvé des preuves qu’un dinosaure omnivore, à l’allure d’une autruche, déposait des œufs bleu-vert, ce qui pouvait aider à les camoufler dans leurs nids ouverts creusés à même le sol.

Il y a quelques pigments qui donnent aux œufs d’oiseaux une couleur bleu-vert, appelés protoporphyrine et biliverdine…

De très grosses grenouilles mangeaient de petits dinosaures

Des spécimens exceptionnellement gros de Beelzebufo ampinga, une espèce de grenouille éteinte qui vivait à Madagascar pendant l’époque du Crétacé supérieur, il y a environ 68 millions d’années, étaient capables de manger de petits dinosaures, selon une équipe de recherche internationale dirigée par des scientifiques de l’université Polytechnique d’Etat de Californie…

Des araignées femelles encore vierges se sacrifient en se laissant manger par les petits d’autres femelles

Difficile d’imaginer des araignées se sacrifier pour le bien commun de leur colonie. Mais, selon une nouvelle étude, les femelles vierges de l’araignée sociale Stegodyphus dumicola s’occupent des jeunes araignées comme leur véritable mère, entretenant le sac d’œufs au point de se faire dévorer par les petits.

Cette araignée n’est qu’une des 20 espèces…

Sur l’étrange exoplanète aussi noir que l’asphalte qui absorbe la lumière de son étoile

Une nouvelle étude d’une mystérieuse et chaude exoplanète, appelée WASP-12b, l’a révélé comme étant une singularité d’un noir profond et absorbant la lumière de son étoile, la faisant apparaître « aussi noir que de l’asphalte frais ».

WASP-12b a été découverte en 2008 en orbite autour de l’étoile WASP-12, à environ 1400 années-lumière de notre système solaire. L’exoplanète fait presque le double de la taille de Jupiter et elle est positionnée très près de son étoile, à seulement 3,2 millions…

Le “parasite du chat” serait lié à bon nombre de troubles neurologiques

Le parasite du cerveau, le Toxoplasma gondii est estimé touché au moins 2 milliards de personnes à travers le monde, et de nouvelles preuves suggèrent que cet indésirable locataire pourrait être plus dangereux que nous le pensons. Alors que ce protozoaire pose le plus grand risque au développement des fœtus infectés dans l’utérus, de nouvelles recherches suggèrent que le parasite pourrait altérer et amplifier une variété de troubles neurologiques, comme l’épilepsie, la maladie…

Ig Nobel : les gagnants 2017 de la science qui fait d’abord rire et ensuite réfléchir

Comme chaque année, les membres de The Annals of Improbable Research ont accordé les prix annuels Ig Nobel à des scientifiques méritants qui ont capturé notre imagination avec leurs recherches fascinantes, mais étranges, qui font d’abord rire et ensuite réfléchir.

Cette 27e cérémonie, comme à son habitude farfelue où personne ne se prend véritablement au sérieux…

Suivez en direct avec le Guru la rentrée kamikaze de la sonde Cassini dans l’atmosphère de Saturne (Live)

Ce billet sera mis à jour tout au long du dernier périple de la sonde Cassini.

Aujourd’hui (15 septembre 2017), juste avant 22h00 (AEST) 14h00 heure française, la sonde spatiale Cassini de la NASA mettra fin à sa mission de découverte de 20 ans, en se transformant en une boule de feu dans les cieux de Saturne, dans ce qui est appelé son “Grand Final”…

Des girafes blanches sauvages repérées au Kenya

Au début du mois de juin, les gardiens du programme de conservation Hirola au Kenya ont repéré une girafe femelle blanche et son petit tout aussi blanc. Au début du mois d’août, ils ont enfin pu capturer des images.

Comme ce homard à coques translucides qui a été pécher récemment, ces girafes ne sont pas albinos, mais ont une malformation génétique appelée Leucisme. Cela signifie une perte partielle de pigmentation dans leurs cellules cutanées…

L’image poignante d’un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige

Cette triste image (clic pour agrandir) montre un petit hippocampe tenant fermement un coton-tige dans les eaux bleu-vert autour de l’Indonésie.

Le photographe californien, Justin Hofman, a pris cette photo l’an dernier au large des côtes de Sumbawa, une île indonésienne dans la chaîne des Petites îles de la Sonde…

La plus couteuse compilation des échecs des fusées réutilisables de SpaceX

Les nombreux crashs de SpaceX ont été compilés dans une seule vidéo éditée en partie par Elon Musk, le fondateur et directeur de l’entreprise américaine SpaceX. Cette vidéo contient les nombreuses tentatives ratées d’atterrir leur “Orbital Rocket Booster” avant d’obtenir une réussite. C’est probablement la compilation d’échec la plus chère jamais produite pour YouTube…

Une comparaison des cyclones au fil des années

Reigarw Comparisons (Youtuber) a créé une fascinante comparaison de la taille des ouragans au fil des années.

Nous comparons la taille et la puissance des ouragans, des tornades, des typhons et des cyclones, d’une tempête tropicale à un ouragan de catégorie 5 tel que l’ouragan Irma, l’ouragan Andrew et l’ouragan Katrina et même plus…

Sur les stations de lavage des tortues caouannes (vidéo)

Dans les eaux cristallines de l’île grecque de Zakynthos, des centaines de tortues Caouanne (Caretta Caretta) utilisent des roches isolées pour se gratter/ se débarrasser des bernacles collées à leurs carapaces et ainsi se refaire une beauté. Les biologistes ont recueilli des preuves vidéo du comportement dans une étude publiée récemment…

Pulvérisation d’acide de fourmis sur une main

“Nature Is Scary” a posté cette vidéo sur Twitter montrant ce qui se passe lorsque les fourmis rousses des bois, couramment trouvées en Europe, vous perçoivent comme une menace : elles éjectent de l’acide formique (à l’odeur de vinaigre) de leur abdomen pour, à l’origine, faire fuir les oiseaux affamés comme les pics et les geais.

“Merci Harvey !” : Iles flottantes de fourmis de feu

Un nouvel enfer pour les plaines inondées du Texas par la tempête harvey : voici une énorme masse flottante d’agressives fourmis de feu au Texas (envahissantes et piqueuses). (Photo de Brant Kelly)

Selon l’entomologiste et conservateur à l’université du Texas à Austin, Twilight Alex Wild, en réponse à l’image ci-dessous…

Pin It on Pinterest

Share This