La monogamie aurait eu raison de l’os de notre pénis !

Baculum_Ursus_arctos

Le tant regretté os du pénis, ou os pénien, a été décrit comme ayant la plus grande diversité parmi les os, avec une largeur et une forme variables à travers l’ensemble des mammifères, sauf un… l’humain.

L’os, connu scientifiquement sous le nom de baculum, peut être trouvé chez les chats, les chiens, les rats, les chimpanzés, les ratons laveurs… il peut faire 60 cm chez le morse, à 3 mm chez le ouistiti en passant par 8 mm chez le bonobo à la vie sexuelle si remplie, alors que les humains ont évolué pour ne pas/ ne plus en avoir. Cette absence de baculum fait, depuis des décennies, l’objet d’un débat scientifique et maintenant un nouveau document de recherche propose un raisonnement sur la façon dont les humains ont évolué pour ne plus en avoir. La réponse est vraisemblablement la monogamie.

Image d’entête : différents baculums d’ours brun à différents âges. (Muséum de Toulouse)
Ci-dessous, baculums de Morse (60 cm).
Bacalum_Morse

Dans cette nouvelle étude, les scientifiques ont entrepris de retracer l’histoire évolutive du baculum en tenant compte des grandes différences de longueur de l’os pénien chez les animaux. L’étude a finalement découvert "une claire relation entre la longueur de l’os et la promiscuité d’une espèce”, les espèces aux membres les plus proches les uns des autres avaient de plus longs baculum.

Selon Kit Opie, chercheur à l’University College of London qui a dirigé l’étude, la longueur de l’os pénien était plus longue chez les mâles qui pratique une “intromission prolongée”, c’est-à-dire lorsque les espèces prennent plus de 3 minutes pour s’accoupler. Les mâles utilisent "l’intromission prolongée" pour éloigner la concurrence de la femelle, tandis qu’il “l’imprègne”.

Selon Matilda Brindle, coauteur de l’étude :

Loin d’être simplement une bonne façon de passer un après-midi, prolonger ainsi l’intromission est un moyen pour un mâle d’empêcher une femelle de se faire la belle et de s’accoupler avec quelqu’un d’autre avant que son sperme ait eu une chance de réaliser sa magie.

Ce que les scientifiques théorisent maintenant, c’est que les humains ont perdu leurs os péniens quand la monogamie est devenue courante, il y a 1,9 million d’années. Ils n’avaient plus le besoin de tenir éloignée pendant un certain temps la concurrence par la copulation. Matilda Brindle nous rappelle que “la durée moyenne de la pénétration à l’éjaculation, pour les mâles humains, est de moins de deux minutes”. Les mâles humains n’ont tout simplement plus d’intense compétition sexuelle, car les femelles humaines ont tendance à s’accoupler avec un mâle à la fois et Paf ! Plus d’os, faudra faire sans… merci l’évolution…

L’étude publiée dans The Royal Society journal Proceedings B : Postcopulatory sexual selection influences baculum evolution in primates and carnivores et présentée sur le site de l’University College of London : Study sheds light on the function of the penis bone in male competition.

Tags: , , , , , ,

4 Réponses à “La monogamie aurait eu raison de l’os de notre pénis !”

  1. Joris le cl...
    15 décembre 2016 at 17 h 48 min #

    “la durée moyenne de la pénétration à l’éjaculation, pour les mâles humains, est de moins de deux minutes”

    WTF ?

    Non mais sérieusement, qui tire la moyenne vers le bas comme ça ?

  2. Loutre
    20 décembre 2016 at 10 h 50 min #

    Si l’on ne cherche pas à faire le durer le plaisir, l’éjaculation masculine arrive tres tres vite, je ne vois rien de choquant là dedans. D’un point de vue purement « consommation », l’homme peut éjaculer en quelques dizaines de secondes.
    Je pense qu’il faut faire le distingo entre ce qui est écrit dans l’article et « la durée moyenne d’un rapport sexuel »

  3. Ange
    2 janvier 2017 at 22 h 57 min #

    La question cruciale semble avoir été oubliée, y’a t il un lien entre la présence de cet os et la grandeur du pénis ??

  4. Samael
    3 janvier 2017 at 14 h 23 min #

    “la durée moyenne de la pénétration à l’éjaculation, pour les mâles humains, est de moins de deux minutes”

    impossible de trouver cette phrase dans la source cité. Où peut-on la trouver ?

Laisser une réponse