Sélectionner une page

Le meilleur des microphotographies du concours Nikon Small World 2016

21 Oct 2016 | 0 commentaires

Hasarius adansoni NSW16

La microscopie ou la microphotographie reste un mélange de science et d’art. Toutes sortes de processus biologique et chimique sont impliqués dans la préparation des échantillons, et le choix de l’optique pour ce que vous voulez mettre en évidence peut impliquer une certaine maitrise de la physique. Et pour rendre tout ça beau à l’œil du néophyte, cela exige un sens de l’esthétique. C’est ce qu’ont, apparemment, les personnes à l’origine des photos sur cette page qui ont soumis leurs images au concours annuel de microscopie du Nikon Small World qui a choisi ses gagnants.

Le Guru vous présente au moins les 7 premiers du concours ainsi qu’une petite sélection des photos de participants n’étant pas forcément dans le top 10, mais qui ont plu à votre serviteur.

En image d’entête (clic pour agrandir), n’appartenant pas au top 20, deux des yeux d’une araignée sauteuse (Hasarius adansoni) par Yousef Al Habshi.

La première place revient à l’image (Confocal, 10x) d’un poisson zèbre âgé de quatre jours par le Dr Oscar Ruiz de l’université du Texas.

Oscar Ruiz, nous fait faire connaissance avec ses travaux de recherche sur le développement du visage et de la morphogenèse cellulaire avec son image d’un embryon de poisson zèbre. Ruiz l’utilise pour étudier les mutations génétiques qui conduisent à des anomalies faciales telles que la fente labiale et palatine chez l’homme.

(clic pour agrandir)
embryon poisson zébre

En 2de place, ce spécimen vibrant capturé en stéréomicroscopie (90x) par Douglas L. Moore de l’université du Wisconsin est un bloc d’Agate polie de 273 millions d’années trouvé dans les Black Hills du Dakota du Sud Ouest. Elle présente des couleurs vives et des bandes larges alternant entre des fibres de calcédoine et de particules d’oxyde de fer.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 3e place cette image (Confocal/Immunofluorescence/iPSCs / 20x) de Rebecca Nutbrown de l’université d’Oxford montre une co-culture de différents types de cellules du cerveau, à savoir des neurones (axones colorés en vert) provenant de cellules humaines de la peau (cellules souches pluripotentes induites) et des cellules de Schwann (gaine de myéline colorée en rouge). Les corps cellulaires sont colorés en bleu. Nutbrown a passé de nombreuses heures à l’aide de multiples technologies de pointe pour développer et mettre en valeur le réseau complexe du cerveau.
neurones-NSW16

4e place à Jochen Schroeder, de Thaïlande, pour le proboscis d’un papillon. (6,3X)
papillon Proboscis

La 5 e place revient à Igor Siwanowicz de la Howard Hughes Medical Institute (USA) pour cette étrangeté qui se révèle être le pied d’un dytique, spécialisée pour le propulser sur l’eau. (Confocal, 100x)
Acilius insecte coléoptère aquatique front tarsus

6e place à Marek Mis, de Pologne, pour ces bulles d’air formées à partir d’un cristal d’acide ascorbique. (lumière polarisée, 50x)
bulle-air-ascorbic acid crystals NSW16

7eme place à David Maitland d’Angleterre pour ces feuille de Sélaginelle (Microscope à contraste interférentiel, 40x)
Selaginella NSW16

Sous une aile de papillon (Vanessa atalanta) qui a valu la 11e place au belge Francis Sneyers. (Macroscopie, 10x)
sous une aile de papillon Vanessa atalanta

Bien qu’ils ne soient pas aussi célèbre pour leur venin que les araignées, par exemple, il y a des scolopendres venimeux (Lithobius erythrocephalus). Walter Piorkowski a capturé une image des crocs qu’ils utilisent pour injecter leur venin.
Crocs scolopendre (Lithobius erythrocephalus)

Le Dictyostelium est une amibe qui passe une grande partie de sa vie en tant qu’unique cellule. Mais en les bousculant, elles se rassemblent et se spécialisent pour former des structures comme celles-ci, photographiées par Jose Almodovar de l’université de Puerto Rico, qui libèrent des spores pour ensemencer leurs populations ailleurs. L’image a obtenu la 17 e place (5x).
Mixomicete NSW16

Vous serez soulagé de savoir que cette créature, d’apparence cauchemardesque (un acarien aquatique, Unionicola sp.), est si petite que cette image, obtenue par Jacek Myslowski, doit être agrandie 100x.
Unionicola sp - 100X

La “main’ d’une souris avec ses veines en évidence de Evan Darling.
Imaris Snapshot

Cette image, de Dylan Burnette, présente une division des immortelles cellules d’henrietta Lacks. Le jaune est l’ADN des cellules, le bleu représente les fibres structurelles internes (myosine II) et le rouge est une protéine, des filaments d’actine qui tire les cellules vers l’extérieur.
ImageJ=1.48r unit=micron

Cette image de Marek Mis et difficilement identifiable présente la branchie d’un insecte, la forme larvaire d’une libellule.
Larve-libellule16_1

Les pseudopodes d’une chenille velue s’agrippant à une petite branche, par James Dorey.
Pattes chenilles

Photographiés par Igor Siwanowicz, ce que l’on croyait n’avoir été inventé que par les humains, les engrenages couplant les pattes arrière d’une nymphe de cicadelle, le seul insecte connu à disposer de ce type de mécanisme pour sauter.
engrenage-cicadelle

Vous pouvez admirer bien plus de  microphotographies présentées au concours 2016 sur le site du Nikon small World.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

Nos nuits gagnent 2 % de luminosité chaque année… et c’est un problème

L’immense popularité des composants électriques brillants et économes en énergie, appelés diodes électroluminescentes ou LED pour light-emitting diode, fut un atout pour l’environnement. Mais les chercheurs découvrent qu’elle a également un coût plutôt sérieux.

Le problème croissant de la pollution lumineuse ne montre aucun signe de ralentissement, ce qui est une mauvaise nouvelle pour nos écosystèmes et notre santé.

Finalement ces stries sombres qui descendent les pentes martiennes ne serait pas formées par de l’eau

Mars est un endroit assez aride, et bien que de vastes océans aient probablement déjà recouvert sa surface, de nos jours toute l’eau restante semble être enfermée dans la glace aux pôles ou sous terre. Mais en 2011, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a repéré des stries sombres qui apparaissent en été et disparaissent en hiver dans la poussière martienne, faisant allusion à l’influence d’eau qui coule. En y regardant de plus près, un nouveau rapport…

Sur la mouche qui peut rester sèche dans l’eau la plus humide du monde

Le lac Mono, dans le désert de la Sierra Nevada en Californie, n’est pas un lac d’eau douce comme les autres. Non seulement il est trois fois plus salé que l’océan, mais il est également plein de carbonate de sodium et de borax, qui est essentiellement un détergent à lessive. Le pH élevé de l’eau lui confère une texture glissante et presque grasse.

Aucun poisson ou autre vertébré ne survit dans ce lac…

Sur la véritable identité de l’objet interstellaire qui a traversé notre système solaire

Il y a peu, un objet en provenance de l’espace interstellaire est apparu dans notre système solaire. L’Observatoire européen austral (ESO) a confirmé que l’objet, provisoirement dénommé A / 2017 U1, est en fait un astéroïde provenant de l’extérieur du système solaire. Le premier voyageur interstellaire détecté, maintenant appelé « Oumuamua », se révèle être différent de tous les objets repérés auparavant et il a erré…

80 changements de saison dans cette vidéo d’une planète Terre haletante

Cette nouvelle vidéo de la Terre montre comment notre planète a changé au cours des deux dernières décennies alors que les satellites de la NASA surveillaient continuellement les populations de plantes sur terre et dans les océans.

Elle montre la Terre “respirer” au fur et à mesure que les saisons changent, avec une couverture de neige sur les pôles Nord et Sud augmentant et diminuant périodiquement tandis que des zones vertes de végétation font de même…

3 700 mondes au-delà du système solaire classés dans un tableau périodique des exoplanètes

Chaque année, nous découvrons de nouvelles exoplanètes, des planètes à l’extérieure de notre système solaire et une équipe d’astronomes a trouvé une ingénieuse manière de cartographier les 3 736 exoplanètes que nous connaissons jusqu’à présent.

Il est appelé le tableau périodique des exoplanètes et il classe ces milliers de planètes en fonction de leur taille, composition et de…

Découverte d’une planète de la taille de la Terre accompagnée d’une paisible étoile à 2 pas cosmiques de chez nous

À seulement 11 années-lumière de notre système solaire, une exoplanète qui vient d’être découverte est la deuxième plus proche de la Terre et elle serait suffisamment tempérée pour potentiellement accueillir et maintenir la vie.

Les astronomes ont repéré ce monde de la masse de la Terre entourant la petite et pâle étoile Ross 128, qui se trouve à 11 années-lumière du soleil. La planète, connue sous le nom de Ross 128b, pourrait profiter de températures de surface favorables à la vie telle…

Une image de Saturne dans un dernier adieu à la sonde Cassini

Le 15 septembre, la sonde spatiale Cassini de la NASA a terminé sa mission à proximité de la renommée Saturne avec une plongée kamikaze dans l’atmosphère de la géante gazeuse. La NASA a maintenant publié une mosaïque de Saturne et ses anneaux créés à partir d’images prises par l’explorateur dans les derniers jours de sa 293e dernière orbite fatale.

La mosaïque est composée de 42 images individuelles prises par la caméra grand-angle de Cassini en utilisant des filtres spectraux…

Peut-on recloner un clone ? (oui!)

Une équipe de chercheurs de l’université nationale de Séoul, de l’université de l’Etat du Michigan et de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign a « recloné » le premier chien cloné. Dans leur étude, le groupe décrit la duplication du clone et offre une mise à jour sur la façon dont les chiens font.

En 2005, des chercheurs de l’université nationale de Séoul ont rapporté qu’ils avaient cloné un chien afghan, le premier chien à être…

Deux cartes pour comparer le temps que l’on mettait à atteindre sa destination dans le monde en 1914 et en 2016

La carte isochrone, en entête et sur laquelle vous allez cliquer pour l’agrandir, présente le temps qu’un voyageur mettait pour atteindre sa destination en partant de Londres avec les moyens de locomotion disponible en 1914.

Elle a été créée cette même année par le cartographe royal anglais John G. Bartholomew et incluse avec plusieurs autres outils de ce type dans son Atlas de géographie économique…

La première représentation par l’humain de chiens en laisse

Une équipe de chercheurs de l’institut Max-Planck (Allemagne) et de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national a documenté ce qui pourrait être la plus ancienne représentation de chiens par des êtres humains…

Des dauphins mâles vont cueillir des éponges pour tenter de séduire les femelles

Des chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale ont capturé quelques images d’un rare étalage à visée sexuel : des dauphins mâles à bosse (Sousa) présentant de grandes éponges marines à des femelles dans une apparente tentative d’accouplement.

Ils ont documenté des dauphins à bosse mâles adultes australiens présentant de grandes éponges marines aux femelles, ainsi que des manifestations/ représentations visuelles et acoustiques…

Le robot Atlas s’entraine apparemment pour les Jeux Olympiques

Un robot qui marche, même si c’est devenu courant, ça reste impressionnant… mais qu’en est-il de celui qui peut faire des sauts périlleux arrière ? Cela deviendrait presque inquiétant… Cette semaine, la société américaine spécialisée en robotique Boston Dynamics a publié une vidéo de son dernier robot humanoïde Atlas qui peut non seulement sauter et tourner sur lui-même, mais aussi faire un saut périlleux arrière complet avant d’atterrir comme un gymnaste…

Comment visualiser les processus en œuvre dans une année d’ouragans ? (Vidéo)

Une simulation, réalisée à partir de données satellitaires de l’intense saison 2017 des ouragans de l’Atlantique, montre comment les météorologues du Goddard Space Center de la NASA emploient de minuscules aérosols tels que le sel de mer évaporé, la poussière du désert saharien et la fumée de feu pour visualiser comment une tempête se déplace sur l’océan et d’estimer sa future trajectoire…

Pin It on Pinterest

Share This