Et si la plus proche planète de notre système solaire était recouverte d’océans

A une distance de 4,2 années-lumière, Proxima b est potentiellement la plus proche planète habitable de la Terre, en dehors de notre système solaire. Une nouvelle recherche suggère que cette lointaine planète pourrait être complètement recouverte d’eau.

En aout dernier, des scientifiques de l’Observatoire européen austral (ESO) ont confirmé la découverte d’une planète rocheuse dans la zone habitable de Proxima Centauri, notre voisine stellaire la plus proche. On en sait peu sur cette planète et si elle a ce qu’il faut pour favoriser une vie extraterrestre, mais une nouvelle étude pose la suggestion que Proxima b serait recouverte d’océans et peut-être même d’un seul et immense océan qui envelopperait entièrement la planète.

Proxima b est une cible fascinante à étudier et pas seulement parce qu’elle serait une planète similaire à la Terre dans le système stellaire le plus proche de notre Soleil. La planète a une masse d’environ 1,3 fois celle de la Terre et elle orbite de très près son étoile, à environ un dixième de la distance de Mercure au soleil. Mais ce n’est pas un problème, car l’étoile hôte de Proxima b, Proxima Centauri, est environ 1000 fois moins puissante que notre soleil. Cela la place au sein de la zone habitable, où l’eau liquide peut subsister à sa surface.

Les observations de Proxima b sont rares, de sorte que Bastien Brugger et ses collègues de l’université de Marseille ont mené une série de simulations pour avoir une meilleure idée de la composition et du rayon de la planète. Leurs estimations montrent que le rayon de Proxima b varie entre 0,94 et 1,4 fois celui de la Terre, qui est d’environ 6,300 km.

Si le rayon de la planète est plus proche de la tranche inférieure de l’estimation, elle devrait être très dense, avec un noyau métallique représentant les deux tiers de toute la masse de la planète et entourés par un manteau rocheux. Toute l’eau en surface sur cette planète représenterait environ 0,05 % de sa masse, comparable aux 0,02 % pour la Terre. De vastes plages océaniques pourraient très bien exister sur Proxima b.

Mais si le rayon de la planète est plus proche de l’estimation la plus élevée, vers les 8920 km, les choses deviennent encore plus intéressantes. Dans ce scénario, la masse de la planète serait divisée à parts égales entre un centre rocheux et de l’eau environnante. Dans ce cas, Proxima b serait couvert par un seul océan liquide de 200 km de profondeur, selon les chercheurs. Dans les deux cas, une mince atmosphère gazeuse pourrait entourer la planète, comme sur la Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable.

Image en entête et ci-dessous (clic pour agrandir) représentation artistique de Proxima b avec ses caractéristiques (ESO/MKornmesser/ Nature)descri Proximab16

Même si ces résultats sont passionnants, cela reste un modèle basé sur l’hypothèse que Proxima b abrite une mince atmosphère, alors que nous n’en savons rien.

De plus, et votre Guru est totalement désolé car il a perdu toutes ses références (et si jamais il les retrouve, cette partie sera complétée), de très récentes observations n’ont pas réussi à la repérer. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas, mais…

A suivre…

L’étude publiée dans l’Astrophysical Journal (prépublication Arxiv) : Possible Internal Structures and Compositions of Proxima Centauri b.

Tags: , , , , ,

Une réponse à “Et si la plus proche planète de notre système solaire était recouverte d’océans”

  1. 22 novembre 2016 at 18 h 31 min #

    Très intéressant , belle photos , articles ludiques ! Merci

Laisser une réponse