Le mystère entourant l’étoile de Tabby (KIC 8462852) demeure…

KIC-8462852-16

Voilà… Le Guru commence à être à court d’inspiration pour les titres des articles relatant les aventures de l’étoile de Tabby, encore désignée KIC 8462852 ou TYC 3162-665-1 et 2MASS J20061546 + 4.427.248. Cette étoile de la séquence principale dans la constellation du Cygne, à environ 1480 années-lumière, a su faire parler d’elle depuis l’année dernière au vu de ses étranges variations de lumière.

En septembre 2015, l’astronome Tabetha Boyajian et ses collègues de l’université de Yale ont annoncé que KIC 8462852 présentait une série de brèves variations non périodiques… elle s’assombrissait de manière aléatoire, alors qu’elle était surveillée par Kepler, le télescope spatial de la NASA.

Les théories tentant d’expliquer les baisses de luminosité de KIC 8462852 varièrent d’un essaim de comètes extrasolaires à des fragments planétésimaux (d’une planète, ou protoplanète détruite) en orbite autour de l’étoile, jusqu’à une soi-disant sphère de Dyson, une hypothétique structure construite autour de l’étoile par des extraterrestres très intelligents (au moins autant que celui qui a théorisé ces structures) pour collecter son énergie.

Les articles du Guru concernant KIC 8462852, dans l’ordre chronologique :

Une nouvelle étude, par le Pr Joshua Simon de la Carnegie Institution de Washington et le Pr Benjamin Montet du California Institute of Technology (Caltech), a approfondi un peu plus le mystère.

Les auteurs ont analysé de nouvelles observations de KIC 8462852 par Kepler et ils ont montré que, en plus de ses rapides et inexpliqués changements de luminosité, l’étoile s’est également lentement et régulièrement estompée au cours des quatre années à être observée par Kepler.

Selon le Pr Simon :

Nous avons pensé que ces données pourraient confirmer ou infirmer la décoloration sur le long terme de l’étoile, et nous espérons clarifier ce qui fut à l’origine des extraordinaires évènements de gradation observée dans KIC 8462852.

L’équipe a constaté que, sur les 1000 premiers jours de la mission Kepler, KIC 8462852 a pali linéairement à un taux de 0,341% par an, pour une baisse totale de 0,9%. Ensuite, l’étoile s’est "assombrie"  beaucoup plus rapidement les 200 jours suivants, sa luminosité baissant de plus de 2%. Pour les 200 derniers jours, l’intensité est restée à peu près constante, bien que les données de Kepler soient également compatibles avec le taux de baisse de luminosité mesuré pour les 2,7 premières années.

Les astronomes ont ensuite comparé cela à 548 étoiles semblables, observées par Kepler et ils ont constaté qu’une petite fraction d’entre elles présentaient une décoloration similaire à celle observée pour KIC 8462852 au cours des trois premières années d’observation par Kepler. Cependant, aucune n’a exposé une si spectaculaire variation en seulement six mois, ou un changement total dans la luminosité de 3%.

Selon le Pr Montet :

Le changement de luminosité constante de KIC 8462852 est assez étonnant. Nos mesures très précises sur quatre ans démontrent que l’étoile devient vraiment plus pâle avec le temps. C’est un évènement sans précédent pour ce type d’étoile de disparaître lentement pendant des années, et nous ne voyons rien d’autre de la sorte dans les données de Kepler.

Et le Pr Simon de rajouter :

KIC 8462852 était déjà tout à fait unique en raison de ses épisodes de variation sporadiques. Mais maintenant, nous voyons qu’elle a d’autres caractéristiques qui sont tout aussi étranges, à la fois en variant lentement pendant près de trois ans, puis pour devenir soudainement beaucoup plus pâle, beaucoup plus rapidement.

Les scientifiques pensent que la meilleure théorie visant à expliquer 6 mois d’assombrissement de l’étoile pourrait être celle d’une collision ou l’éclatement d’une planète ou d’une comète dans le système de l’étoile, créant un nuage de poussière et de débris qui bloque une partie de la lumière de l’étoile.

Image d’entête : Les planètes se forment à partir de collisions entre des astéroïdes et d’encore plus grands organismes, appelés protoplanètes. Parfois, ils sont transformés en poussière et parfois ils se rassemblent (coalescence) pour former finalement une plus grande planète. Ce télescopage est ici représenté artistiquement. (NASA / JPL-Caltech).

Cependant, cela ne pourrait expliquer la longue variation observée au cours des 3 premières années de la mission Kepler et suggérée par des mesures de l’étoile datant du 19e siècle.

Le Pr Montet de conclure :

C’est un grand défi de trouver la bonne explication pour une étoile faisant trois choses différentes, ce qui n’a jamais été vu auparavant. Mais ces observations fourniront un indice important pour résoudre le mystère de KIC 8462852.

L’étude publiée dans la revue Astrophysical Journal Letters et en prépublication sur ArXiv : KIC 8462852 Faded Throughout the Kepler Mission.

Tags: , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser une réponse