Sur la nouvelle probabilité que des civilisations avancées existent ou aient existé ailleurs dans l’univers

drake-equation

Essayer de trouver une réponse à la question de savoir si l’humanité est seule dans le cosmos, est ce que le programme SETI, à la recherche d’une intelligence extraterrestre, tente de déterminer et une nouvelle équation devrait, en quelque sorte, donner de l’espoir aux optimistes.

Au lieu de chercher à estimer si des espèces technologiquement avancées existent actuellement ailleurs dans l’Univers, en référence à la célèbre, mais sans doute imparfaite, équation de Drake (en jaune dans l’image d’entête) les chercheurs se sont intéressés à une question plus large : sommes-nous la seule civilisation avancée a avoir existé ? Et par leurs calculs, les chances sont contre nous… d’être unique.

L’image d’entête (clic pour agrandir) présente, en jaune, l’équation de Drake et en bleu la nouvelle équation présentée dans cette étude (université de Rochester)

Pour l’astronome Adam Frank de l’université de Rochester (New York), l’un des problèmes avec l’équation de Drake est qu’elle intègre la durée hypothétique de l’existence d’une civilisation avancée, ce qui, avec les équipements actuels, reste difficile à estimer.

Selon Adam Frank :

Le fait que les humains dispose d’une technologie rudimentaire depuis environ 10 000 ans ne nous renseigne pas sur le fait que d’autres sociétés subsisteraient si longtemps, voir plus.

Mais en reformulant l’équation pour, à la place, prendre en compte l’histoire de l’univers, l’équipe soutient qu’ils peuvent éviter l’ambiguïté des estimations de longévité.

Selon Woodruff Sullivan de l’université de Washington, qui a participé à l’étude :

Plutôt que de se demander combien de civilisations peuvent exister maintenant, nous nous demandons : “Sommes-nous la seule espèce avancée qui n’ait jamais surgi ? Ce point de vue décalé élimine l’incertitude de la question de la durée de vie de civilisations et nous permet de répondre à ce que nous appelons la “question de l’archéologie cosmique”, combien de fois, dans l’histoire de l’univers, la vie a-t-elle évolué vers un état avancé.

Étant donné que ce calcul impliquerait encore un grand nombre d’inconnues, l’équipe formule la question en calculant les probabilités qu’une vie intelligente n’ait pas émergé ailleurs dans l’Univers.

Armés de nouvelles connaissances sur les zones d’occurrences et d’habitabilités des exoplanètes (l’équation de Drake a été formulée en 1961), les chercheurs ont calculé que la civilisation humaine est susceptible d’être unique, dans l’histoire de l’univers, que si les probabilités qu’une civilisation se développe sur une planète habitable soit inférieure à environ 1 sur 10 milliards de milliards (10^22).

En d’autres termes, alors que les chances que des créatures technologiquement avancées se développent sur des mondes extraterrestres pourraient être faibles par l’équation de Drake, elles devraient être vraiment, vraiment minces pour qu’il n’y ait jamais eu d’autres civilisations avancées dans l’Univers.

Selon Adam Frank :

1 sur 10 milliards de milliards, c’est incroyablement faible. Pour moi, cela implique que d’autres espèces intelligentes ont très probablement évolué avant nous.

Mais alors que l’hypothèse pourrait donner de l’espoir à ceux qui voudraient penser que nous ne sommes pas tout à fait seuls sur notre petit rocher dans l’espace, l’extrême étendue de l’analyse temporelle de l’équipe amène aussi une dure réalité. Au cours de cette longue période, il serait extrêmement improbable que “des civilisations impermanentes existent "côtes à côtes", à n’importe qu’elle période”.

Toujours selon les chercheurs :

L’univers est âgé de plus de 13 milliards d’années. Cela signifie que même s’il y a eu un millier de civilisations dans notre propre galaxie, si elles ont vécu aussi longtemps que nous, environ 10 000 ans, alors la plupart d’entre elles sont probablement déjà éteintes et d’autres n’auront pas évolué avant que nous ayons disparu depuis longtemps.

Mais le bon côté de la chose, alors que cette recherche souligne l’improbabilité de tomber nez à nez avec nos voisins cosmiques, est que d’autres civilisations ont probablement aussi levé les yeux vers le ciel pour se poser la même question.

D’un point de vue fondamental, la question est : “N’est ce jamais arrivé nulle part auparavant ? Et il est étonnamment probable que ce ne soit pas la seule fois (et le lieu) qu’une civilisation avancée a évolué.

Ci-dessous, un calculateur de probabilité pour l’existence d’autres civilisations avancées sur d’autres planètes, mis à disposition par l’université de Rochester.
1- Choisissez un "quartier" cosmique : notre voisinage proche (1 cube de 1000 années-lumière), toute la Voie lactée, ou tout l’univers observable.
2- Choisissez votre facteur de probabilité : optimiste ou pessimiste face à l’évolution d’une vie avancée sur d’autres planètes habitables.

L’étude publiée dans la revue Astrobiology : A New Empirical Constraint on the Prevalence of Technological Species in the Universe et présentée sur le site de l’université de Rochester : Are we alone? Setting some limits to our uniqueness.

Tags: , , , ,

12 Réponses à “Sur la nouvelle probabilité que des civilisations avancées existent ou aient existé ailleurs dans l’univers”

  1. The DUKE
    2 mai 2016 at 16 h 49 min #

    Si l’univers n’est pas techniquement infini, son immensité par rapport à l’échelle humaine fait qu’il est en réalité « quasi » infini.
    Alors toutes les constructions intellectuelles sont certes « amusantes » mai la réalité reste actuellement « inconnaissable » (sans connotation religieuse!).
    Toutes les suppositions sont donc réalistes.
    Cependant, partant de ce que l’on connait réellement, la vie sur terre, on a quelques indications: la vie sur terre est un « miracle » (toujours sans connotation religieuse): température, oxygènes, météorites, champ magnétique, etc…
    Quant à la vie intelligente: la vie « simple » du merle ou du dauphin est plus probable que le bipède découvrant l’électricité…
    Sur les 13,8 milliards d’existence de l’univers, que valent les petits milliers d’années d’existence de la vie intelligente sur terre…
    Alors? Alors tout est possible et les équations n’ont guère de sens!

  2. Marc Dekeister
    2 mai 2016 at 20 h 48 min #

    … ils sont payés pour cela ? ~ je relis les ouvrages de SF de ma jeunesse et c’est autrement passionnant. Les postulats posés par ces scientifiques sont timides et tellement anthropomorphique ! ~ Vous avez écrit quelque chose de passionnant deux fois dernièrement : ces arbres qui nourrissent des souches et ces insectes qui auraient une  » conscience  » d’eux-mêmes. PASSIONNANT ! Mais cette logique temporelle de vos chercheurs, là …. qu’elle tristesse ! :-))

  3. Knell
    3 mai 2016 at 8 h 54 min #

    Ce qui me fascine dans ces calculs c est la base ( notre humanité et son temps d’existence )

    A l’heure actuelle la recherche et la possible détection de signaux extra terrestre se font dans la bande visible ou dans la bande radio. Oublions la bande visible puisque on ne peut être assez prêt d une planète ou d un système et focalisons nous sur les émission radios .

    Notre civilisation a 100 ans d age en terme d émission radio …. et je doute fortement que nous arrivions a avoir 10 000 ans d age radio ….Même 1000 ans me parait une hypothèse haute.

    Partons quand même sur l hypothèse de 10 000 ans et admettons qu’un très grand nombre de civilisation ont éclos en même temps que nous et aient eut un age radio de 10 000 ans.

    Actuellement nous ne pourrions détecter que celle qui sont a moins de 10 000 années lumières de nous …. Soit dans environ un dixième de la Voie Lactée …. Autrement dit, nous sommes aveugle 🙂

    Bien sur cela ne préjugé en rien que d autre civilisations aient ou existent, mais une chance infinitésimales multipliée par une nombre quasi infini de planète donne un sacrée paquets de chances qu’il y ait ou qu’il y ait eut quelqu’un d’autre quelque part.

  4. Knell
    3 mai 2016 at 8 h 57 min #

    Petites remarques en suivant, il pourrait même avoir une infinité de civilisation ayant 1 000 000 d années lumière d existences mais situées a 2 000 000 d années lumière de la Terre que nous n en saurions rien 😀

  5. Knell
    4 mai 2016 at 7 h 53 min #

    Quand a la question de l intelligence, on peut effectivement la poser. Mais une espèce animale est elle intelligente quand après un peu plus de 500 000 ans d existence, elle menace sa propre survie par la destruction de son écosystème ?

  6. shamancy
    6 mai 2016 at 5 h 39 min #

    @ Knell
    En total accord avec vos propos ; surtout votre dernier commentaire sur l’intelligence. =D

  7. Eric Simon
    7 mai 2016 at 2 h 09 min #

    @knell et @shamancy
    Pas du tout d’accord avec vous. L’humanité certes détériore son écosystème mais elle fait la seule chose qui puisse la sauver : de tous les futurs possibles, seul un futur technologique peut lui permettre de dépasser les 10000 ans évoqués et ce très largement. On vit dans la période cruciale où la population mondiale croît de manière exponentielle et ceci ne se fait pas sans impact mais pardonnez mon optimisme, dans un siècle ça sera stabilisé avec peu de crises j’espère (mais il se peut que ça se passe mal j’en conviens) et ensuite nos descendants pourront essaimer dans le système solaire d’abord puis plus loin et pérenniser l’espèce pour des millénaires.

  8. tlub
    8 mai 2016 at 19 h 55 min #

    Selon un rapport interne de la multinationale de l’alimentaire NESTLE ( un dossier digne de wikileaks ( cherchez sur le net  » Cable: 09BERN129_a  » ) ) d’ici 2025 l’eau de source va être un véritable souci pour l’humanité .
    Il faut 5000 L d’eau pour produire 1 Kg de viande.
    Donc si une civilisation avancée a mille ans d’avance sur nous et qu’elle a réussi à conserver ses richesses naturelles , elle s’intéresserait peu à nous ou nous éviterait autant que possible .
    On peut toujours chercher si elle nous évite pour se prémunir de nous , c’est sans espoir pour les rêveurs .

  9. Ginko
    9 mai 2016 at 17 h 35 min #

    Cette nouvelle équation fait deux choses par rapport à l’équation de Drake : renverser le problème et retirer une contrainte. Ces deux choses pour quoi faire ?

    Alors que l’équation de Drake nous renseigne plus ou moins sur la probabilité d’entrer en contact avec une civilisation extra-terrestre, cette nouvelle équation, elle ne raconte presque rien. Elle ne nous renseigne même pas sur la probabilité de rencontrer ne serait-ce qu’une trace de civilisation car on ne sait rien de où ni de quand elle aurait existé. Son étoile pourrait tout à fait avoir explosé il y a bien longtemps. C’est seulement un artifice, manipuler l’équation pour lui donner un air positif.

    Dire que les chances que jamais une autre personne n’ait gagné au loto depuis le début du jeu sont extrêmement faibles (et que donc il doit bien y avoir eu d’autres vainqueurs) n’avance quasiment à rien, surtout du point de vue d’un vainqueur. Sinon d’inciter la recherche de ces autres vainqueurs. Peut-être est-ce là le seul et unique but de cette « nouvelle » équation : « si on part du postulat qu’il est quasiment certain que d’autres civilisations technologiques ont bien existé, alors en rechercher les traces n’est pas stupide »…

    Reste que faire fi des conditions d’existence de ces traces me semble malhonnête : ce serait comme se dire : la probabilité que l’encens ne soit pas produite sur Terre est extrêmement faible et en tirer comme conclusion que continuer de rechercher des Boswellia (arbres à encens) en Bretagne reste censé.

  10. The DUKE
    10 mai 2016 at 8 h 41 min #

    Tout le problème est là!

    Toute civilisation est mortelle. L’humanité a forgé une civilisation, donc l’humanité est mortelle.

    Il est improbable de « croiser » temporairement une autre civilisation: ce seront des archéologues qui découvriront les ruines » d’autres civilisations extraterrestres…

  11. johnsteed
    12 mai 2016 at 0 h 07 min #

    qu’es ce qui nous dit que 50 ans nous n’aurons pas les moyens de visiter l’univers a la vitesse de lumière ou plus rapidement encore…..?

    • emmapeel
      25 mai 2016 at 17 h 31 min #

      Oui, le concept de singularité prévoie que l’IA va dépasser l’homme en capacité de raisonnement et continuer à s’ auto améliorer de façon exponentielle. Son intelligence dépassera l’entendement humain qui fera comparativement figure de bulot.
      Donc, pour répondre à votre question, c’est possible, mais sans l’homme…

Laisser une réponse