Sélectionner une page

“CRISPR-iesque” : certains virus géants savent aussi couper-coller l’ADN de leurs ennemis

2 Mar 2016 | 1 commentaire

MIMIVIRUS16

Il n’y a pas si longtemps, en 2013, la Femme (…) a mis au point une technique révolutionnaire de manipulation génétique, le CRISPRCas9. Elle permet, en gros, de couper / coller des séquences de gènes. La Cas9 est le couteau, une enzyme (endonucléase) spécialisée dans la découpe de séquence ADN et on l’utilise donc pour couper celle  que l’on veut éditer. CRISPR désigne ces séquences d’ADN répétées et régulièrement espacées. La technique permet un gain de temps inestimable, mais entraine aussi derrière elle de gros problèmes d’éthique…

Et là vous pourriez vous dire “Oh suprématie de la race humaine sur la nature”… et bien non, car on s’est inspiré de bactéries qui l’ont inventé, merci l’évolution, il y a des milliards d’années, comme une défense contre les virus ennemis. Les bactéries s’emparent de fragment de matériel génétique d’un virus et les intègrent dans leur propre ADN. Ce faisant, ils mémorisent les identités des anciens ennemis. Ils peuvent ensuite utiliser les séquences virales pour former/ guider leurs propres enzymes défensives. Il y aussi les bactériophages, des virus ne s’attaquant qu’a des bactéries, qui utilisent le système CRISPR-Cas pour subtiliser le système immunitaire de bactérie afin de l’utiliser contre elles.

Il semble que certains virus géants utilisent la même astuce. Ils étaient déjà grands… voilà qu’ils sont généticiens ! Bernard La Scola et Didier Raoult de l’université d’Aix-Marseille (CNRS) ont constaté que certains virus géants ont un système immunitaire “CRISPR-esque”, qu’ils utilisent pour se défendre contre d’autres virus plus petits. Il semble que les défenseurs volent les gènes des attaquants et utilisent ces séquences “mémorisées” pour adapter leurs propres contre-mesures.

C’est la dernière d’une série de découvertes qui montrent a quel point est vraiment complexe le monde viral. Au cours des 13 dernières années, les scientifiques ont trouvé des virus géants qui surpassent les bactéries, des virus qui parasitent d’autres virus, et maintenant des virus avec un système immunitaire qui se défend contre d’autres virus… une véritable course évolutive à l’armement !

L’histoire a commencé en 1992, quand La Scola et Raoult ont étudié les amibes qui contaminent l’eau d’une tour de refroidissement à Bradford, en Angleterre. Les amibes ont été infectées par un microbe, qui est si grand que les chercheurs ont d’abord supposé qu’il était une bactérie. Seulement plus tard, en 2003, ils se sont rendu compte que c’était un énorme virus, environ quatre fois plus grandes que, disons, le VIH ou le virus de la grippe. Ils l’ont appelé mimivirus. (Image d’entête, Mimivirus, CNRS)

Un monde de virus géants fut bientôt révélé : le Mamavirus dans une tour de refroidissement parisienne, le pithovirus sibericum dans de la glace russe vieille de 30 000 ans et le Megavirus et le pandoravirus dans les eaux côtières chiliennes.

La plupart infectent également les amibes, fabriquent de nouvelles copies d’elles-mêmes par la mise en place d’usines virales chez leurs hôtes. Et ces usines peuvent être elles-mêmes corrompues par des virus.

En 2008, La Scola et Raoult ont remarqué que les amibes infectées par le Mamavirus portent souvent un deuxième virus plus petit. C’est un parasite qui détourne les usines du Mamavirus, afin de les utiliser pour faire des copies de lui-même au détriment de son grand cousin. Quand le petit virus est dans les parages, le virus géant se reproduit lentement, s’assemble de façon anormale et produit une descendance moins performante à infecter les amibes. L’équipe a décrit le virus comme un petit “virophage”, un mangeur de virus, un virus qui rend malade d’autres virus.

Ce premier virophage a été appelé Sputnik, pour “compagnon de voyage” en Russe. D’autres ont ensuite été découverts, y compris le virus Maverick dans les eaux côtières, d’un lac en Antarctique et le Spoutnik 2, trouvé dans l’œil enflammé d’une adolescente française (voir : De l’ADN infecte un virus lui-même caché dans un virus géant, dans une amibe, dans un œil, dans une femme…)

Le dernier membre du club des virophage est le Zamilon, pour « voisin » en arabe. Raoult et La Scola l’ont trouvé en 2014 et ils ont remarqué qu’il ne peut parasiter que certaines branches de l’arbre généalogique des Mimivirus. Sur les trois de ces branches, une lignée est immunisée contre le Zamilon.

Didier Raoult suggère que ces virus géants se défendent contre le Zamilon avec une sorte de système immunitaire semblable à notre CRISPR. En d’autres termes, ils contiennent des copies volées de l’ADN de Zamilon et en utilisant de ces séquences volées, ils déploient des enzymes trancheuse d’ADN (les Cas) pour désactiver les virophages.

Les chercheurs font ainsi 3 prédictions : tout d’abord, que les mimivirus immunisés doivent contenir de l’ADN qui correspond aux virophages Zamilon (auxquelles ils résistent), mais pas à celui du Sputnik (auxquelles ils ne résistent pas). D’autre part, ces séquences immunisantes seraient absentes dans les deux autres lignées de Mimivirus qui ne sont pas résistantes au  Zamilon. Troisièmement, les séquences de Zamilon volées devaient être accompagnées des enzymes pour dérouler et couper l’ADN. Les trois prédictions étaient vraies.

Selon Didier Raoult :

La guerre entre les virus géants et les virophages est similaire à celle entre les bactéries et les virus.

Le système de défense du virus géant, que l’équipe appelle MIMIVRE, n’est pas exactement le même que le CRISPR, mais il en est très proche dans la forme. C’est un merveilleux exemple d’évolution convergente, où deux groupes d’êtres vivants trouvent indépendamment les mêmes solutions aux mêmes problèmes.

De nombreux scientifiques insistent sur le fait que les virus ne sont pas vivants: Ils n’ont pas d’autonomie, ils ne métabolisent pas, et ils dépendent d’autres organismes (vivants) pour se reproduire. Dans les mots d’un chercheur, ils existent « à la frontière entre la chimie et la vie” et d’autres d’estimés qu’ils se situent entre le vivant et le non-vivant, le débat reste ouvert…

Les virus géants ne sont pas des virus ordinaires. Ils ont leur propre système immunitaire MIMIVIRE. Et ils ont leurs propres parasites-virophages. Même leurs parasites ont des parasites.

En 2012, via l’œil enflammé d’une adolescente, l’équipe de Raoult a constaté que les virus Lentille (un virus géant) et le Spoutnik 2 (le virophage qui le parasite) sont parasités par un morceau d’ADN. Cette séquence, que l’équipe appelle un “transpoviron” (un peu comme un transposon) peut se déplacer dans et hors des génomes des deux virus et faire de nouvelles copies de lui-même. Des fragments similaires d’ADN mobiles existent au sein de nos propres cellules et celles d’autres créatures, un autre indicateur que ces virus géants chevauche ces frontières qui nous sont encore floues.

L’étude publiée dans Nature : MIMIVIRE is a defence system in mimivirus that confers resistance to virophage.

Faire un Don !

Pourquoi ?

Parce qu’il n'y a aucune publicité ici et que le Guru compte sur la générosité de ses lecteurs(trices) pour continuer à faire vivre GuruMeditation (...et son créateur par la même occasion). D'autres méthodes vous seront proposées en plus de PayPal.

L’emplacement parfait pour une future base lunaire serait dans un tunnel de lave déjà repéré

De nouvelles données de l’Agence Japonaise d’Exploration Aérospatiale (JAXA) ont révélé de la présence d’un tunnel de 50 km de long sous la surface de la Lune, probablement la relique d’anciennes coulées de lave. Bien que l’existence de tunnels de lave ne soit pas nouvelle, cette dernière découverte semble être à la fois intacte et assez grande pour potentiellement servir d’habitat à de futurs colons lunaires…

Les chiens tenteraient de communiquer avec nous via leurs expressions faciales

Plus qu’une simple réflexion de leurs états émotionnels, une nouvelle étude révèle que les expressions faciales des chiens sont autant de potentielles tentatives actives de communication avec l’humain.

Selon des spécialistes du comportement animal de l’université de Portsmouth (Royaume-Uni), nos compagnons canins n’utilisent pas d’expressions faciales pour réagir aux friandises, suggérant qu’elles ne devraient pas être associées à de l’excitation comme nous le…

Des historiens du climat associent l’effondrement de l’ancienne Égypte avec une lointaine éruption volcanique

Le suicide de Cléopâtre avec son amant, le général romain Marc Antoine, et la chute de l’ancienne Egypte sont le fruit de théorie. Le drame shakespearien mis à part, il y a souvent d’autres éléments qui viennent alimenter l’effondrement d’un empire que seules des querelles politiques.

Récemment, des chercheurs ont retracé un effet domino de bouleversements sociaux et…

De l’eau de fonte aurait pu creuser les vallées d’une ancienne Mars froide et glacée

De nouvelles recherches pourraient combler le fossé entre deux idées concernant le climat de l’ancienne Mars : l’histoire “chaude et humide” issue de la géologie martienne et le passé “froid et glacé” des modèles atmosphériques.
Cela fait un certain que les scientifiques essayent de savoir à quoi ressemblait l’ancienne Mars, mais la planète rouge a offert des indices mitigés. Les vallées et les lits de lacs sculptés par l’eau laissent peu de doute que celle-ci a coulé à sa surface. Mais les…

L’intelligence artificielle de Google n’a même plus besoin des humains pour les surpasser au jeu de go

L’intelligence artificielle (IA) AlphaGo de Google DeepMind, qui avait déjà battu l’humain au jeu de go, est devenue encore plus intelligente. Le dernier système de l’entreprise a non seulement battu toutes les précédentes versions du logiciel, mais il l’a fait tout seul.

Selon Demis Hassabis, PDG et cofondateur de DeepMind :

La chose la plus frappante pour moi est que nous n’avons plus besoin de données humaines…

Une nouvelle ère de l’astronomie se profile avec la détection des ondes gravitationnelles issues de la fusion de deux étoiles à neutron

Voilà un nouveau grand pas en avant pour l’astronomie !

Pour la première fois, des scientifiques ont détecté les ondes gravitationnelles produites par une paire d’étoiles à neutrons entrant en collision et la lumière produite par la boule de feu qui en suivit. L’exploit de détecter les deux types de signaux a permis aux astronomes de regarder les étoiles à neutrons en collision et de confirmer de vieilles théories sur la façon dont un tel cataclysme cosmique se déroulerait…

Des chercheurs en génétique réfutent une vieille hypothèse raciste

Le racisme est un héritage ridicule transmis par des personnes à la peau claire vivant en Europe au Moyen Âge, dont la nouvelle capacité à parcourir de longues distances a conduit à leurs premières rencontres avec des personnes à la peau plus foncée. Si effrayés par les différences de couleur de peau, ils n’ont pas compris que les individus qu’ils rencontraient étaient en fait des humains et qu’ils devaient les traiter comme tels…

La réalisation d’une représentation scientifique de la fécondation à l’inspiration Star Wars conduit à une découverte (Vidéo)

Lorsque les scientifiques, Don Ingber, directeur de l’Institut Wyss (université de Harvard, Cambridge) et le chercheur Charles Reilly ont réalisé la vidéo intitulée “The Beginning” ci-dessous, qui a le grand mérite d’exprimer visuellement les processus microscopiques impliqués dans la fécondation humaine tout en s’inspirant de Stars Wars, ils ont fait une découverte scientifique.

Dans la vidéo, les spermatozoïdes ont le rôle des X-Wing des rebelles et l’ovaire, de l’étoile de la mort…

Sur le danger des débris spatiaux à la dérive (Vidéo)

En 1958, les États-Unis ont lancé le premier satellite à énergie solaire, Vanguard 1, en orbite. Plus de 2 200 jours plus tard, il est toujours en orbite et c’est l’un des plus vieux débris de l’espace parmi les 100 millions actuellement en orbite autour de la Terre… une belle réaction en chaine en perspective.

Alors que l’espace autour de la planète devient de plus en plus…

Un dernier cri dans l’abysse

Cette photo montre la tête d’un petit serpent, bouche ouverte, qui disparaît dans l’œsophage d’une grenouille verte d’Australie, une rainette de White. En fait, cette image existe au moins depuis 2016, mais elle a été remise en avant via un post sur le site reddit, intitulé : « Un dernier cri dans les Abysssss »…

Une étude mesurant le QI de différentes Intelligences Artificiels place Google en tête

L’intelligence artificielle (IA) de Google a obtenu un score deux fois plus élevé que Siri d’Apple dans une analyse comparative conçue pour évaluer la menace de l’IA.

Les chercheurs Feng Liu, Yong Shi et Ying Liu de l’Académie chinoise des sciences écrivent…

Première vidéo en 360° d’une sortie dans l’espace

Voici la première vidéo en 360 degrés obtenue dans l’espace. Elle a été enregistrée alors qu’une paire de cosmonautes russes lançaient des nanosatellites de l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS)…

Pourquoi cette araignée à la tête de Pikachu en guise d’arrière-train ?

L’explorateur Jonathan Kolby du National Geographic était dans la jungle au Honduras à la recherche d’amphibiens quand il a repéré une araignée avec un arrière-train spectaculaire.

L’araignée (Micrathena sagittata) est rouge, à l’exception d’un abdomen qui ressemble à la tête de Pikachu, un personnage Pokémon. Ce n’est pas une espèce rare, mais simplement minuscule et difficile à repérer même si vous les recherchez…

Un nouveau bernard-l’ermite n’a plus besoin de changer de maison

Les Bernard l’ermite vivent à l’intérieur d’une coquille formée par d’autres espèces, habituellement un coquillage après la mort d’un mollusque, ou dans tout objet trouvé dans lequel il tient. Au fur et à mesure que l’ermite grandit, il lui faut trouver une coquille plus grande pour accueillir son corps. Cependant, une espèce récemment découverte, a trouvé une solution de contournement…

Pin It on Pinterest

Share This