Sélectionner une page

Pet-IR1@GuruMeditation

Vous allez certainement vous dire que, faisant suite à son article sur la motivation et le papier toilette, le Guru était bien inspiré…

Le British Medical Journal relate une histoire qui n’a, peut être, pas fait beaucoup de bruit, mais qui a certainement laissé des traces… dans le monde médical :

"Tout a commencé avec la question d’une infirmière", a déclaré le Dr Karl Kruszelnicki aux auditeurs de son émission scientifique de la station de radio Triple J, à Brisbane. "Elle voulait savoir si elle contaminait la salle d’opération dans laquelle elle travaille, en pétant tranquillement dans l’environnement stérile pendant les opérations, et j’ai réalisé que je ne savais pas. Mais j’étais déterminé à trouver".

Le Dr Kruszelnicki a ensuite décrit la méthode par laquelle il avait établi que les flatulences humaines étaient chargées de  germe, ou simplement malodorantes. “J’ai contacté Luc Tennent, microbiologiste à Canberra et, ensemble, nous avons conçu une expérience. Il a demandé à un collègue de “briser le vent” directement sur deux boîtes de pétri à une distance de 5 centimètres, d’abord tout habillé, puis avec son pantalon baissé. Puis, il a observé ce qui s’est passé. Pendant la nuit, la deuxième boîte de Pétri s’était parsemé de touffes visibles de deux types de bactéries qui ne se trouvent habituellement que dans l’intestin et sur la peau. Mais les flatulences, qui étaient passées à travers les vêtements, n’ont pas engendré de bactéries, ce qui suggère que les vêtements agissent comme un filtre.

Notre déduction est que la zone entérique dans la deuxième boîte de Pétri a été causée par la flatulence elle-même, et l’anneau d’éclaboussure autour a été causé par la vitesse pure du pet, qui a soufflé les bactéries de la peau des fesses et qui ont été projetées sur le plat. Il semble donc que les flatulences peuvent provoquer une infection si l’émetteur est nu, mais pas s’il est habillé.

Mais les résultats de l’expérience ne doivent pas être considérés comme alarmants, car aucun de ces types de bactérie n’est nuisible. En fait, elles sont semblables aux bactéries “amies” trouvées dans le yaourt.

Notre conclusion finale ? Ne pas péter nue près de la nourriture.

Alors, non seulement les flatulences ont un lien avec le yaourt (…) mais en plus leurs composés malodorants pourraient être utilisés pour lutter contre le cancer.

Via le British Medical Journal : “Hot air ?”. Gif d’entête à partir de la vidéo d’une caméra infrarouge dans un aéroport.

Pin It on Pinterest

Share This